Enquête canadienne sur les systèmes d'observation de l'Atlantique, du Pacifique, de l'Arctique et des Grands Lacs

Sommaire exécutif

Durant l'été 2010, un sondage sur les Systèmes canadiens d'observation des océans (SOO) et sur le secteur des Systèmes d'observation (SO) a été réalisé par Pêches et Océans Canada (MPO) et le réseau Partenariat en Sciences et Technologies des Océans (PSTO), grâce au support financier de l’Agence spatiale canadienne (ASC). L'enquête a fait appel à plus de 400 organisations et particuliers et elle a relevé plus de 65 activités constituant des SOO, en plus de caractériser leurs utilisateurs, leurs opérations et leur niveau de maturité. Les résultats obtenus ont été analysés et les principales questions et tendances suivantes ont été examinées :

a) Activités des SOO au Canada : Les SOO sont largement répartis dans l'ensemble du Canada. Plus de 65 activités distinctes reliées aux SOO sont en cours dans toutes les régions du Canada bordées par nos trois océans et les Grands Lacs. Les principaux acteurs du secteur sont le gouvernement, les universités et les organismes non-gouvernementaux (ONG). La plupart (83 %) des programmes de SO sont en cours depuis plus de 3 ans et ont démontré des opérations. La plupart des SOO sont établis à partir de partenariats avec le soutien financier et non financier des intervenants du secteur. Le rôle de l'industrie dans les SOO est à la fois celui d'un utilisateur de l'information et celui d'un fournisseur de technologies.

b) Focus régionaux des SOO : La plupart des SO du Canada visent à fournir des informations spécifiques pour répondre à des besoins à l'échelle locale ou régionale ou pour répondre à des besoins d'information spécifiques. Ils sont conçus pour répondre à des objectifs spécifiques. Les données et les informations qu'ils fournissent aux utilisateurs sont adaptées pour répondre à ces exigences.

c) Innovation dans le secteur : Les SO canadiens et les fournisseurs de l'industrie sont des leaders mondiaux de l'innovation dans ce secteur. D'importantes sommes (100 millions de $) ont été consacrées aux démonstrations des technologies et aux activités de recherche sur les SO au Canada. Ces investissements ont propulsé à l'avant-scène la technologie et l'expérience canadiennes dans le secteur. Le Canada détient également un avantage stratégique grâce à son accès aux observations de source satellitaire. Cependant, la plupart des innovations éprouvées du domaine des SO ne sont pas utilisées efficacement dans le cadre des opérations gouvernementales.

d) Pérennité des SOO : En dehors des activités courantes de surveillance des pêches du MPO, la majorité des SO sont considérés comme des projets par de nombreuses agences et organisations publiques. Cette approche affecte la viabilité à long terme des SOO et amène de l’incertitude au sujet de leur utilisation et du financement de leurs opérations. Les organisations qui considèrent ces SO comme des projets ne s'engagent pas non plus à intégrer l'information et les données dans leurs activités régulières et continues.

e) Coordination du secteur : Les activités canadiennes des SO sont habituellement amorcées localement ou régionalement par des organisations qui en font la promotion. Cela a conduit le secteur vers un développement fragmenté. L'avantage de cette approche décentralisée a été de favoriser l'innovation et la diffusion ciblée de fonctions spécifiques. Cependant, même avec cette approche de facto, peu d'efforts ont été faits pour coordonner le savoir-faire et les meilleures pratiques du secteur, telles que la gestion et l'échange des données. Cette carence a probablement entraîné une perte d'efficacité en termes de ressources et de valeur ajoutée en aval pour les utilisateurs et les fournisseurs des SO ainsi que pour la population canadienne.

f) Croissance du secteur : Compte tenu des activités de planification (par exemple le programme américain Integrated Ocean Observing System et la Déclaration d'Ostend de la Communauté européenne) et des activités qui ont cours à travers le monde dans le secteur des SO (évaluées à 2,2 milliards de dollars par année en 2011), il est clair que le secteur connaîtra une croissance importante.

En parallèle avec le sondage d’inventaire des SOO, une étude préliminaire de l’impact environnemental, économique et social des SOO a été réalisée. Les faits saillants de cette évaluation montrent des effets positifs mais aussi l'absence d'une stratégie nationale efficace et d’une structure de gouvernance pour maximiser les avantages des investissements, et la nécessité de mesurer et de communiquer les bénéfices apportés par les SOO.

Un ensemble d’actions à être prises par le secteur canadien des SOO a été développé dans le but d’approfondir l'étude des données du sondage, telles que d'examiner les commentaires des répondants, d'examiner la façon d'optimiser les observations satellitaires des océans pour les SOO et d'assurer un suivi auprès des répondants au sondage.

Enfin, une série d'objectifs pour le secteur canadien des SOO ont été établis pour amorcer une coordination nationale sous le leadership du MPO, utiliser l'innovation afin d'augmenter l’efficacité et la productivité, d'assurer la pérennité des SOO, d'encourager l'intégration des observations par satellite dans les SOO, et d’utiliser l’innovation pour stimuler les exportations.

Visualiser le document complet en format PDF