Abonnez-vous Courriel RSS
Logo d'Infocéans

Bulletin d’information pour le Québec
Août-septembre 2017/volume 20/numéro 4

Un visiteur inhabituel dans une rivière du Nouveau-Brunswick

Photo montrant la capture du béluga par un groupe d’experts dans la rivière
Des experts procèdent de façon sécuritaire à la capture du jeune béluga pris au piège dans la rivière Népisiguit.

Nous sommes au début du mois de juin. Le Maritime Marine Animal Response Network et le Réseau québécois d’urgences pour les mammifères marins reçoivent le signalement qu’un jeune béluga nage dans la rivière Népisiguit, proche de la ville de Bathurst au Nouveau-Brunswick. Rapidement, les équipes du Ministère sont contactées afin d’évaluer la situation et de déterminer les différentes actions à entreprendre.

L’animal a profité des niveaux d’eau élevés pour remonter la rivière et s’est retrouvé piégé en haut d’un rapide. Malgré plusieurs jours passés dans la rivière, le béluga semble vigoureux et en assez bonne santé. Cependant, l’augmentation de la température et la baisse du niveau de l’eau font craindre le pire aux experts. En effet, bien que ces animaux passent beaucoup de temps dans les estuaires des rivières, leur organisme n’est pas adapté pour y faire des séjours prolongés.

Relocaliser l’animal dans son habitat traditionnel
Les experts décident alors de relocaliser l’animal dans son habitat traditionnel : l’estuaire du Saint-Laurent. Il faut savoir que le béluga du Saint-Laurent est une espèce inscrite à la liste des espèces en péril. En déclin depuis le début des années 2000, la population est estimée à moins de 900 individus. Dans ce contexte, la survie d’un individu pourrait avoir une influence sur le rétablissement de la population. Or, depuis 17 ans, c’est la deuxième fois seulement qu’une opération de relocalisation telle que celle envisagée est mise sur pied.

Photo montrant le béluga transporté par plusieurs personnes dans un brancard à sa sortie de la rivière
Le béluga est sorti de la rivière afin de pouvoir le relocaliser dans son habitat traditionnel, l'estuaire du Saint-Laurent.

Coordonnée par le Ministère, l’opération de sauvetage – qui inclut la capture, le transport et la remise à l’eau du béluga – nécessite la collaboration de nombreux intervenants. Trois équipes de vétérinaires en provenance de l’Université de Montréal et des aquariums de Vancouver et de Chicago viennent prêter main-forte aux agents des pêches, aux scientifiques et aux équipes de bénévoles recrutés sur place. Le financement de l’opération est presque totalement assumé par des fonds privés.

Une opération réussie
Après plusieurs heures d’effort pour capturer l’animal de façon sécuritaire, celui-ci est transporté par camion à l’aéroport de Bathurst, puis placé dans un avion à destination de Rivière-du-Loup. Après 30 minutes de vol sous étroite surveillance médicale, le jeune béluga est relâché à la fin de l’après-midi, le 15 juin, au large de Cacouna.

À l’aide d’une balise satellite, les mouvements de l’animal ont pu être suivis pendant presque deux semaines après sa remise à l’eau. L’opération de sauvetage aura donc permis de valider qu’il est possible de retourner un jeune béluga solitaire à sa population. L’information recueillie et les tests effectués vont contribuer à la protection de cette population en voie de disparition.

Antoine Rivierre
Gestion des pêches

Partager | Partager sur Facebook Partager sur Twitter