Abonnez-vous Courriel RSS
Logo d'Infocéans

Bulletin d’information pour le Québec
Août-septembre 2017/volume 20/numéro 4

Hydrographie : une véritable révolution en perspective

Photo montrant un des deux véhicules hydrographiques de surface autonomes (de style catamaran) en présence d’un technicien dans l’eau
De petite taille, chaque véhicule hydrographique de surface autonome se déplace par lui-même. Il est soit programmé, soit télécommandé.

L’acquisition, au printemps 2017, de deux véhicules hydrographiques de surface autonomes par le Service hydrographique du Canada (SHC) pourrait bien constituer une véritable révolution. Ces bijoux de la technologie permettent en effet de concevoir l’hydrographie de demain… aujourd’hui même!

Un véhicule hydrographique de surface autonome, c’est quoi au juste?
Un véhicule hydrographique de surface est une embarcation utilisée pour faire des levés hydrographiques en vue d’obtenir des renseignements sur le fond marin, comme la bathymétrie (profondeur) et la nature des sédiments. Ces données sont ensuite analysées et incorporées dans divers produits, notamment dans les cartes marines qui permettent une navigation commerciale et de plaisance en toute sécurité.

Ce qui rend les deux nouveaux véhicules spéciaux, outre le fait que ce soit des catamarans, c’est leur autonomie. En effet, nul besoin d’équipage et d’hydrographes à bord. Ces embarcations de 2,5 mètres de longueur chacune peuvent atteindre une vitesse de 5 nœuds et se déplacent par elles-mêmes grâce à des logiciels programmés depuis la terre ferme. Il est aussi possible de les diriger à l’aide d’une télécommande. À bord de ces petits catamarans 100 % électriques, on retrouve des instruments à la fine pointe de la technologie : échosondeur multifaisceaux, senseur de mouvements, profileur de son mis sur un treuil programmable ou accessible à distance, système anticollision et anti-échouement, caméra, traitement automatisé des données à bord. Toute cette technologie permet d’obtenir des données d’une précision comparable à celle acquise à bord d’embarcations conventionnelles.

Vidéo montrant les essais effectués avec un des deux véhicules hydrographiques de surface autonome

Pourquoi des véhicules hydrographiques de surface autonomes?
Le Service hydrographique du Canada est un leader mondial en hydrographie, toujours à l’affût de nouvelles technologies susceptibles d’améliorer ses services. Les véhicules autonomes récemment acquis sont considérés comme des outils qui permettront de révolutionner le travail des hydrographes. En effet, le faible tirant d’eau de ces appareils leur permet d’accéder à des secteurs qui étaient jusqu’alors impossibles à sonder avec des bateaux traditionnels, et ce, en toute sécurité. Le territoire sondé sera également augmenté grâce au déploiement des véhicules à partir d’une autre embarcation, comme dans l’Arctique. Ainsi, meilleure sera la couverture des eaux canadiennes, plus sûres seront ces dernières.

Et maintenant?
Pendant une semaine, au printemps dernier, des représentants de tous les bureaux du Service hydrographique du Canada se sont rencontrés à l’Institut Maurice-Lamontagne de Mont-Joli pour suivre une formation sur cette nouvelle technologie. Après une semaine bien remplie, les hydrographes sont retournés dans leurs bureaux respectifs avec la tête remplie d’idées et de projets réalisables à l’aide des deux nouveaux véhicules. Ce projet national a été mené par l’équipe du SHC à Mont-Joli. Des projets seront réalisés dès cette année dans la région afin de définir le mode opératoire et les limitations des véhicules. Ces derniers seront ensuite déployés à travers le pays pour réaliser le mandat du Service hydrographique du Canada. Voilà une belle occasion de découvrir l’hydrographie du futur dès aujourd’hui.

Ghislain Côté
Sciences

Partager | Partager sur Facebook Partager sur Twitter