Abonnez-vous Courriel RSS
Logo d'Infocéans

Bulletin d’information pour le Québec
Décembre 2016-janvier 2017/volume 19/numéro 6

Dépêches

Pêches et Océans Canada présent au colloque de l’AMIK

Denis Gros-Louis
Denis Gros-Louis lors de sa présentation au colloque de l’AMIK

Pêches et Océans Canada (MPO) a récemment pris part au colloque 2016 de l’Agence Mamu Innu Kaikusseht (AMIK), un organisme autochtone sans but lucratif œuvrant dans le domaine des pêches et de la conservation de l’environnement. L’événement s’est tenu le 30 novembre dernier au Musée Shaputuan de Uashat (Sept-Îles), sous le thème Les pêches autochtones au Québec : Bilan et enjeux – Gouvernance, conservation et développement.

Deux représentants du MPO y sont intervenus comme conférenciers. Denis Gros-Louis, directeur, Gestion de la ressource et des affaires autochtones, a ainsi entretenu l’auditoire des réussites autochtones en matière de gestion des pêches au Québec. Quant à l’exposé de Suzanne Mark, coordonnatrice, Gestion intégrée des océans, il avait pour thème Cibles de conservation marine – Projets pour l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent et engagement autochtone.

La Garde côtière canadienne accroît la stabilité du Kathryn Spirit

Le navire Kathryn Spirit
Le Kathryn Spirit

La Garde côtière canadienne (GCC) a annoncé la première étape d’un processus visant à assurer le retrait permanent du navire Kathryn Spirit, amarré sur les rives de Beauharnois depuis 2011 après avoir été abandonné par son propriétaire.

Un batardeau de protection est en cours de construction autour du navire de manière à le stabiliser davantage et à l’isoler du milieu marin. Les travaux entrepris par une firme privée ont débuté en décembre et se termineront cet hiver.

L’étape qui s’amorce facilitera le démantèlement futur du navire, tout en éliminant les risques d’endommager son intégrité structurelle liés aux mouvements et aux écoulements glaciaires.

Ces travaux s’inscrivent dans la foulée des multiples mesures prises jusqu’à présent par la Garde côtière canadienne pour stabiliser le navire, notamment par l’installation de barges et de câbles de stabilisation. Les plans et le financement pour les étapes à venir, qui mèneront au retrait intégral du navire, sont presque terminés et d’autres actions devraient être entreprises au printemps 2017.

Le 7 novembre 2016, le gouvernement du Canada a annoncé le Plan de protection des océans, qui comprend une stratégie exhaustive visant à remédier aux situations de navires abandonnés, négligés et d’épaves de navires dans les eaux canadiennes. À l’avenir, cela permettra de réduire le risque de voir réapparaître des situations telles que celle du Kathryn Spirit.

Batardeau : digue ou barrage provisoire, établi en site aquatique, destiné à mettre à sec la base d'une construction que l'on veut réparer ou l'emplacement sur lequel on veut élever un ouvrage.

Fermeture hivernale des bases saisonnières de recherche et sauvetage

Navire de recherche et sauvetage de la Garde côtière canadienne sous la neige
MPO  S. De Broucker

La Garde côtière canadienne (GCC) a procédé, le 1er décembre 2016, à la fermeture annuelle de ses bases saisonnières de recherche et sauvetage de Québec, Tadoussac, Kegaska, Rivière-au-Renard et Havre-Saint-Pierre. La base de Cap-aux-Meules fermera quant à elle le 30 décembre.

Dès l’arrivée de l’hiver, les navires de sauvetage de la GCC ne peuvent plus être utilisés dans les conditions de navigation qui prévalent alors dans le golfe et le fleuve Saint-Laurent, telles que la présence d’embruns verglaçants et de glace. Pour venir en aide aux navigateurs en détresse durant cette période, la GCC utilise principalement ses brise-glace et, au besoin, tout autre navire occasionnel, ainsi que les aéronefs de la Défense nationale. Les activités des bases saisonnières de la Garde côtière recommencent à la fonte des glaces en avril, avant la haute saison de navigation.

Ces bases sont localisées à des endroits stratégiques de façon à pouvoir porter secours aux navigateurs le plus rapidement possible afin de minimiser les pertes de vie et les risques de blessures. Cela permet aussi de réduire le nombre et la gravité des incidents maritimes ainsi que les risques pour l’environnement.

En cas de besoin en recherche et sauvetage, vous pouvez communiquer avec la GCC en tout temps en composant le 1-800-463-4393 ou en utilisant le canal 16 de la radio VHF.