Abonnez-vous Courriel RSS
Logo d'Infocéans

Bulletin d’information pour le Québec
Août-septembre 2016/volume 19/numéro 4

Nouvelles publications

Plan d’action pour la baleine noire de l’Atlantique Nord (Eubalaena glacialis) au Canada : Interactions avec les pêches – proposition

Page couverture du Plan d’action pour la baleine noire de l’Atlantique Nord

Ce plan d’action accorde la priorité à l’objectif 2 du programme de rétablissement qui est de « réduire le nombre de baleines noires tuées ou blessées à la suite d’interactions avec des engins de pêche ». Le plan présente deux approches pour atteindre cet objectif : la prévention (réduire la probabilité d’interaction des baleines noires avec des engins de pêche) et l’intervention (réduire la gravité des empêtrements en intervenant après que l’incident a été signalé).

La baleine noire de l’Atlantique Nord est une grande baleine migratrice dont l’aire de répartition s’étend des eaux côtières de la Floride jusqu’au golfe du Saint-Laurent. Sa population approximative est estimée à seulement 500 individus. Le plan d’action est présentement affiché sur le Registre public des espèces en péril pour une consultation publique, jusqu’au 17 octobre 2016.

Plan de gestion de la lamproie du Nord (Ichthyomyzon fossor) au Canada (populations des Grands Lacs et du haut Saint-Laurent) - proposition

Page couverture du Plan de gestion de la lamproie du Nord

La lamproie du Nord (populations des Grands Lacs et du haut Saint-Laurent) a été inscrite en vertu de la Loi sur les espèces en péril comme espèce préoccupante en 2009.

Dans l’ensemble du Canada, la lamproie du Nord vit dans les rivières et les lacs du bassin des Grands Lacs et du haut Saint-Laurent. Elle partage une grande partie de son aire de répartition avec la lamproie argentée. La lamproie du Nord, non parasitaire, est considérée comme une parente de plus petite taille de la lamproie argentée qui, elle, est parasitaire. L’utilisation de lampricides pour lutter contre l’invasion de la lamproie marine constitue la principale menace pour la lamproie du Nord dans les Grands Lacs. Au Québec, la perte et la détérioration de l’habitat et la pollution découlant des activités agricoles sont les principales menaces pour la lamproie du Nord.

Le but à long terme du plan de gestion consiste à assurer la pérennité de la lamproie du Nord dans ses aires de répartition actuelles et historiques. Le plan de gestion est présentement affiché sur le Registre public des espèces en péril pour une consultation publique jusqu’au 17 octobre 2016.

Plan de gestion du chevalier de rivière (Moxostoma carinatum) au Canada – proposition

Page couverture du Plan de gestion du chevalier de rivière

Le chevalier de rivière a été inscrit en vertu de la Loi sur les espèces en péril comme espèce préoccupante en 2007. Cette désignation était fondée sur la répartition très restreinte et fragmentée de l’espèce ainsi que sur sa disparition de trois sites historiques.

L’espèce est présente dans le sud et l’est de l’Ontario et dans le sud et le sud-ouest du Québec. Les principales menaces qui pèsent sur la survie du chevalier de rivière sont l’envasement qui résulte de la dégradation de l’habitat, la pollution agricole et urbaine, de même que les obstacles comme les barrages, qui empêchent les poissons d’avoir accès aux aires de fraye et qui peuvent modifier les régimes d’écoulement pendant la période de reproduction.

Le but à long terme du présent plan de gestion est de maintenir les populations autonomes de chevaliers de rivière aux emplacements actuels et de restaurer des populations autonomes aux endroits historiques là où c’est possible. Le plan de gestion est présentement affiché sur le Registre public des espèces en péril pour une consultation publique jusqu’au 17 octobre 2016.

Nouveaux avis scientifiques

Les avis scientifiques suivants sont maintenant sur le site du Secrétariat canadien de consultation scientifique :