Abonnez-vous Courriel RSS
Logo d'Infocéans

Bulletin d’information pour le Québec
Décembre 2014 - janvier 2015/volume 17/numéro 6

Consultation sur trois espèces de poisson en péril
Faites connaître votre point de vue

Pêches et Océans Canada étudie la possibilité d’ajouter trois espèces de poisson à la Liste des espèces en péril. Les personnes et organisations intéressées à cette question sont invitées à faire connaître leur point de vue d’ici au 27 février 2015. Pour ces espèces, les quatre populations à l’étude sont :

  • l’esturgeon noir, population du Saint-Laurent (statut menacé);
  • l’esturgeon noir, population des Maritimes (statut menacé);
  • le bar rayé, population du sud du golfe du Saint-Laurent (statut préoccupant);
  • le bec-de-lièvre (statut préoccupant).
Brochet
Esturgeon noir
 
Bar rayé
Espace pour la vie - Biodôme de Montréal
Bar rayé
 
Bec de lièvre
Nate Tessier
Bec de lièvre

La Loi sur les espèces en péril (LEP) vise à prévenir la disparition des espèces, à prévoir leur rétablissement et à favoriser la gestion des espèces préoccupantes. Avant de décider si les espèces mentionnées ci-dessus seront ajoutées ou non à la Liste des espèces en péril de la LEP, Pêches et Océans Canada souhaite obtenir vos commentaires, suggestions et votre opinion au sujet des répercussions écologiques, culturelles et économiques possibles de cette décision. Pour répondre aux questionnaires en ligne visitez la section Consultations publiques sur le Registre public des espèces en péril.

Qui a évalué le statut de ces espèces en péril?

C’est le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC), un comité indépendant composé de spécialistes, qui a la responsabilité d’évaluer et d’attribuer un statut aux espèces qui sont en péril. Cette évaluation est basée sur la meilleure information disponible, ce qui inclut les données scientifiques, les connaissances de la collectivité et le savoir traditionnel autochtone.

Et si ces espèces sont inscrites…

Si les deux populations d’esturgeon noir sont inscrites comme étant menacées, des interdictions automatiques s’appliqueront immédiatement. Il sera interdit de tuer, nuire, prendre, posséder, capturer ou faire le commerce de l’esturgeon noir de ces populations. Un programme de rétablissement et un ou plusieurs plans d’action seront élaborés pour déterminer les mesures à mettre en place afin d’atténuer les menaces connues. De plus, l’habitat essentiel, c’est-à-dire l’habitat nécessaire à la survie et au rétablissement de l’esturgeon noir, sera protégé une fois désigné dans un programme de rétablissement ou un plan d’action.

Si les deux espèces dont le statut est préoccupant sont inscrites, c’est-à-dire le bar rayé (population du sud du golfe du Saint-Laurent) et le bec-de-lièvre, elles ne feront pas l’objet d‘interdictions automatiques. Un plan de gestion en vertu de la Loi sur les espèces en péril sera élaboré afin de mettre en œuvre des mesures de rétablissement. De plus, pour le bar rayé de la population du sud du golfe du Saint-Laurent, la pêche récréative ainsi que la pêche autochtone à des fins alimentaires, sociales et rituelles pourront continuer selon des réglementations existantes.

Pour plus de renseignements sur ces espèces et les raisons pour lesquelles elles sont en péril, consultez le Registre public des espèces en péril.

Jacinthe Beauchamp
Myriam Bourgeois
Gestion des écosystèmes

Partager | Partager sur Facebook Partager sur Twitter