Abonnez-vous Courriel RSS
Logo d'Infocéans

Bulletin d’information pour le Québec
Août - septembre 2014/volume 17/numéro 4

Rimouski : hôte du congrès annuel de la Société canadienne de météorologie et d'océanographie

Comité organisateur SCMO 2014.
Le comité organisateur du 48e congrès de la SCMO.

Première rangée : Mélany Belzile, Gwénaelle Chaillou, Simon Bélanger et Dany Dumont.
2e rangée : Paul Nicot, Julien Laliberté, Mathilde Couturier, Daniel Bourgault, Michael Scarratt et Irène Schloss.
3e rangée : Diane Lavoie, Cédric Chavanne, Christian Nozais et James Kaveen.
4e rangée : Lynn Morissette, Rachel Picard et Robin Accot.
Absents : Geneviève Allard, Pierre Larouche, Urs Neumeier et Alexandra Rao.

Du 1er au 5 juin 2014, Rimouski a été l'hôte du 48e congrès annuel de la Société canadienne de météorologie et d'océanographie (SCMO). Cet événement scientifique d’envergure a attiré près de 400 spécialistes de partout au Canada et d'ailleurs. La SCMO est la plus importante société scientifique au Canada dédiée aux sciences océaniques et atmosphériques. Son congrès annuel fournit un excellent forum d’échange aux scientifiques provenant des milieux universitaire, gouvernemental et du secteur privé.

Le thème du congrès, Le Nord vulnérable : implication des changements dans les environnements froids, a été choisi pour souligner les recherches récentes sur les changements climatiques partout au Canada, particulièrement en ce qui a trait au Nord et aux mers couvertes de glace. C'était la première fois depuis l’édition de 2002, également tenue à Rimouski, que le congrès s’intéressait tout particulièrement aux questions scientifiques du Nord. Le moment était propice pour dresser le bilan des progrès des 12 dernières années dans ce domaine.

Au total, 340 présentations orales et affiches ont couvert des sujets généraux sur les sciences océaniques et atmosphériques, ainsi que tout un éventail de sujets spécialisés, tels que :

  • modélisation et prévisions atmosphériques et océaniques;
  • océanographie côtière;
  • dynamique de la glace de mer;
  • tendances et prévisions liées au changement climatique en milieu aquatique;
  • ondes de tempêtes et autres événements extrêmes;
  • interactions entre les sols, l'atmosphère, les océans et la glace;
  • politiques et gestion scientifiques.

Les scientifiques Yvan Simard, Diane Lavoie, Nathalie Roy, Denis Gilbert, Peter Galbraith, Denis Lefaivre et Zhigang Xu  de l’Institut Maurice-Lamontagne ont profité du congrès pour présenter les résultats de leurs travaux sur le suivi et le monitorage des mammifères marins, l’évolution du climat océanique, les services en océanographie opérationnelle et la prévision des ondes de tempête sur trois côtes maritimes du Canada.

Par ailleurs, une série de conférences plénières a couvert des sujets aussi variés que la télédétection par satellite, la dynamique du pergélisol, la biodiversité arctique, la biogéochimie des océans, la physique de la glace de mer, la modélisation du climat et l'incorporation du savoir traditionnel des Inuits dans la recherche scientifique.

Un débat sur l'exploitation des ressources naturelles dans le golfe du Saint-Laurent a attiré près de 250 citoyens de tous horizons.

Enfin, lors de la journée des enseignants, le chercheur Denis Gilbert a présenté la conférence vulgarisée «  Les changements climatiques : mieux comprendre pour mieux sensibiliser ». La SCMO espère que ces échanges inspireront les enseignants pour stimuler les jeunes à s’intéresser aux questions environnementales.

Le congrès a fourni une excellente tribune pour discuter des changements rapides et importants qui surviennent dans notre environnement nordique. Il a également été une vitrine de choix pour souligner le rôle essentiel des sciences, qui aident la société à comprendre ces changements et s'y adapter.

Michael Scarratt
Sciences

Partager | Partager sur Facebook Partager sur Twitter