Abonnez-vous Courriel RSS
Logo d'Infocéans

Bulletin d’information pour le Québec
Avril - mai 2014/volume 17/numéro 2

Dépêches

Réunion annuelle de l’American Fisheries Society : rendez-vous à Québec en août!

La 144e réunion annuelle de l’American Fisheries Society (AFS) se tiendra dans la ville de Québec du 17 au 21 août 2014, sur le thème « De la recherche à la gestion des pêches : penser et agir localement et globalement ». Pêches et Océans Canada organise cet évènement international en collaboration avec la Division Nord-Est, le Chapitre Atlantique International et la Section des ressources aquatiques canadiennes de l’AFS.  La Ville de Québec, Tourisme Québec et le Centre des congrès de Québec sont des partenaires majeurs de l’évènement.

Le mandat de l’AFS est d’améliorer la conservation et le développement durable des ressources halieutiques et des écosystèmes aquatiques, mandat qui rejoint tout à fait la mission du Ministère. Ses membres sont notamment des professionnels provenant majoritairement de la communauté scientifique et du domaine des ressources halieutiques (gestionnaires, scientifiques, professeurs, consultants, membres de l’industrie, etc.).

L'évènement international devrait accueillir environ 2 500 personnes. Une quarantaine de symposiums seront présentés au Centre des congrès de Québec par des experts du domaine des ressources halieutiques. Le volet exposition permettra aux participants d’apprendre et d’échanger concrètement sur des enjeux communs.

Réunion annuelle de l’American Fisheries Society

Pour en savoir davantage sur la 144e réunion annuelle de l’AFS, consultez le site Web, la page Facebook de l’évènement ou suivez-nous sur Twitter.

Maité Chavez
Coordonnatrice générale

L’ensablement des ports de pêche aux Îles-de-la-Madeleine : un défi pour le MPO et l’industrie

Opérations de dragage aux Îles-de-la-Madeleine

Plusieurs havres de certaines régions côtières subissent annuellement un ensablement naturel au gré des marées, des crues et des tempêtes. Pour ce qui est des Îles-de-la-Madeleine, c’est le cas notamment des havres de l’Île d’Entrée, Millerand, Pointe-aux-Loups, Grosse-Ile et Pointe-Basse.

En raison de l’importance du secteur des pêches commerciales pour l’archipel, la sécurité et l’accessibilité des havres essentiels à la pêche sont des priorités pour Pêches et Océans Canada, qui investit près de un million de dollars chaque année dans les opérations et la gestion du dragage.

Le Ministère est responsable du programme de dragage. Chaque printemps, il s’assure que les havres seront sécuritaires lors du début des activités de pêche. Le point culminant de la saison est bien entendu l’ouverture de la pêche au homard, alors que 325 bateaux prennent la mer le même jour.

Dès le retrait des glaces au printemps, on procède à des levés bathymétriques. Ceux-ci fourniront les données nécessaires pour déterminer l’ampleur des travaux requis dans chaque havre afin d’assurer la sécurité des usagers lors du début de la pêche. Par la suite, un calendrier de dragage est établi avec l’entrepreneur responsable des travaux et ceux-ci débutent dès que possible. Malgré une planification efficace, l’avancement des travaux dépend largement des conditions météorologiques : un printemps venteux peut retarder le dragage de plusieurs jours, voire quelques semaines.

Conscient de l’impact des activités de dragage sur la communauté des pêcheurs commerciaux des Îles-de-la-Madeleine, le Ministère met tout en œuvre afin de répondre aux besoins de sa clientèle en matière de dragage des havres de pêche. L’hiver 2014 ayant été exceptionnellement rigoureux, souhaitons la collaboration de Dame Nature pour la saison de pêche!

Sylvette Leblanc
Secteur des Îles-de-la-Madeleine

Projets près de l’eau : une autoévaluation simple et rapide pour assurer la protection des pêches

Quai aux abords d’un plan d’eau

La Loi sur les pêches requiert que les projets évitent de causer des dommages sérieux au poisson, à moins que ces dommages aient été autorisés par Pêches et Océans Canada. Cela s'applique aux travaux réalisés à proximité ou dans un plan d'eau où vivent des poissons visés par une pêche commerciale, récréative ou autochtone, ou des poissons dont dépend une telle pêche. Par dommage sérieux, on entend «la mort de tout poisson ou la modification permanente ou la destruction de son habitat».

Un grand nombre de projets réalisés à proximité ou dans un plan d'eau où vivent des poissons ne sont pas susceptibles de causer des dommages sérieux aux poissons ou de nuire à des espèces en péril. Dans de tels cas, le promoteur n’a pas besoin de soumettre son projet à un examen de Pêches et Océans Canada avant de procéder aux travaux.

Pour aider à déterminer si un projet doit être soumis à Pêches et Océans Canada, un outil d’autoévaluation est mis à la disposition du promoteur. Cet outil présente des types de plans d’eau et de projets qui ne sont pas assujettis à un examen si des mesures d’atténuation appropriées sont adoptées. Dans le doute, le promoteur est invité à consulter des professionnels qualifiés de l’environnement.

Les projets effectués près d'un cours d'eau doivent également être conformes aux dispositions relatives à la Loi sur les espèces en péril et à la prévention de la pollution de la Loi sur les pêches.

Dans tous les cas, il incombe au promoteur de veiller à respecter toutes les exigences fédérales, provinciales et municipales applicables.

Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter la page Internet Projets près de l'eau du Ministère.

Dominic Boula
Gestion des écosystèmes

Un pas de plus vers le rétablissement du dard de sable

Dard de sable
E. Edmonson and H. Chrisp (New York State Department of Environmental Conservation)

Pêches et Océans Canada annonce la publication du Programme de rétablissement du dard de sable, une espèce en péril, rédigé en collaboration avec plusieurs partenaires.

L’aire de répartition de cette petite espèce de poisson d’eau douce menacée, comprend le fleuve Saint-Laurent et ses tributaires entre le lac des Deux-Montagnes et le lac Saint-Pierre. Le dard de sable semble avoir une adaptabilité limitée et des exigences spécifiques en matière d’habitat. Il est donc très sensible à tout facteur susceptible de modifier son habitat, à la présence d’espèces exotiques et à la diminution de la disponibilité de ses proies.

L’objectif à court terme du programme de rétablissement est d’assurer le maintien des populations de dard de sable et d’empêcher leur déclin. À plus long terme, l’objectif est de renverser le déclin et de permettre la croissance des populations. Pour le moment, l’habitat essentiel a été désigné dans trois secteurs : les rivières L’Assomption et Ouareau, la rivière Richelieu et la rivière aux Saumons (près de Dundee). Les recherches se poursuivent afin d’acquérir davantage de connaissances sur les habitats utilisés et ainsi compléter la désignation de l’habitat essentiel.

Plusieurs activités favorables au rétablissement du dard de sable ont aussi été entreprises par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec, Pêches et Océans Canada et ses collaborateurs, dont des inventaires et activités de sensibilisation en lien avec la protection de l’habitat, l’évaluation de la vulnérabilité du dard de sable à la pêche aux poissons appâts et la distribution d’un feuillet éducatif.

Jacinthe Beauchamp
Gestion des écosystèmes

Cisco de printemps
Michel Hénault, MRNF

Un pas de plus vers le rétablissement du cisco de printemps

Pêches et Océans Canada annonce la publication du Programme de rétablissement du cisco de printemps, une espèce en péril, rédigé en collaboration avec plusieurs partenaires.

Le cisco de printemps, une petite espèce de poisson d’eau douce en voie de disparition, est présent uniquement dans le lac des Écorces près de Mont-Laurier. Contrairement aux autres ciscos qui se reproduisent à l’automne, le cisco de printemps fraie uniquement au printemps. La principale menace à la survie du cisco est l’éperlan arc-en-ciel, une espèce récemment introduite dans le lac des Écorces. L’éperlan arc-en-ciel se nourrit notamment de cisco de printemps et compétitionne avec lui pour l’habitat et la nourriture. La dégradation de l’habitat du cisco est aussi une menace potentielle.

Le programme de rétablissement vise à arrêter le déclin et accroître l’abondance du cisco de printemps. Afin d’assurer la protection de l’habitat du cisco, le lac des Écorces a été désigné « habitat essentiel », soit l’habitat nécessaire à la survie et au rétablissement de cette espèce.

De plus, des activités favorables au rétablissement du cisco de printemps ont déjà été entreprises par les intervenants locaux, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec et Pêches et Océans Canada. Parmi ces activités, il y a le retrait massif d’éperlans arc-en-ciel, l’inspection de l’état des rives et des installations septiques, et des activités de sensibilisation sur la qualité de l’eau.

Andréanne Demers
Gestion des écosystèmes

Condamnations en vertu de la Loi sur les pêches

Pêches et Océans Canada, région du Québec, rend public le nom de pêcheurs condamnés pour diverses infractions à la Loi sur les pêches et continue d'appliquer avec rigueur sa politique de tolérance zéro à l'égard des contrevenants. Le Ministère, dont le mandat est de protéger et de conserver les ressources halieutiques, surveille de très près les activités de pêche.

Pêches et Océans Canada encourage la population à signaler tout acte de braconnage par son nouveau formulaire en ligne ou en composant le 1-800-463-9057. Les signalements sont confidentiels.