Abonnez-vous Courriel RSS
Logo d'Infocéans

Bulletin d’information pour le Québec
Octobre - novembre 2013/volume 16/numéro 5

Consultation sur le saumon atlantique : quoi de neuf?

Pêche au saumon atlantique

Pêches et Océans Canada a tenu au Québec, de novembre 2012 à juillet 2013, une consultation sur la possibilité d’inscrire cinq populations de saumon atlantique à la Liste des espèces en péril de la Loi sur les espèces en péril (LEP).

La consultation est une partie importante du processus associé à la Loi sur les espèces en péril. D’autres étapes restent à franchir, dont celle de formuler un avis sur la pertinence d'ajouter des populations de saumon à la Liste et ainsi les protéger en vertu de la Loi sur les espèces en péril.

Selon le rapport du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC), les populations de saumon atlantique au Canada sont menacées par les changements environnementaux dans l’océan, la pêche, les obstacles en eau douce comme les barrages, l’agriculture, l’urbanisation, l’aquaculture et les espèces aquatiques envahissantes.

Des consultations sont prévues pour les autres populations de saumon atlantique dans les provinces maritimes.

Et si ces populations sont inscrites…
La population de l’île d’Anticosti a été désignée « en voie de disparition ». Son inscription conduirait à planifier le rétablissement avec les intervenants principaux. Un programme de rétablissement permettrait de cerner les menaces et déterminer les mesures à mettre en place afin de favoriser le rétablissement. L’habitat essentiel – l’habitat nécessaire à la survie et au rétablissement des saumons de l’île d’Anticosti – devrait être identifié et protégé. Dans le contexte d’une population en voie de disparition, la Loi prévoit des interdictions automatiques comme celles de tuer, nuire, prendre, posséder, capturer ou faire le commerce. Cependant, certaines activités, comme la pêche sportive, pourraient être autorisées si elles ne mettent pas en péril la survie ou le rétablissement de la population.

Quatre autres populations ont un statut « préoccupant » :

  • Est de la Côte-Nord du Québec
  • Ouest de la Côte-Nord du Québec
  • Intérieur du Saint-Laurent
  • Gaspésie-sud du golfe du Saint-Laurent

De concert avec les principaux groupes concernés, leur inscription mènerait à l’élaboration d’un document de rétablissement visant à identifier les mesures de conservation et à réduire les menaces liées aux activités humaines. Ce statut n’entraîne aucune interdiction. Ainsi, l’inscription de ces populations n’entraînerait pas l’arrêt de la pêche.

Il est à noter que l’inscription des populations de saumon ne vient pas à l’encontre d’une approche de gestion rivière par rivière comme celle pratiquée au Québec. L’objectif poursuivi n’est pas de modifier le régime de gestion de la pêche au saumon, mais de travailler de concert avec le gouvernement du Québec et les principaux intervenants. Si les populations étaient inscrites, le gouvernement du Québec et les cogestionnaires continueraient d’exercer leurs responsabilités et pourraient collaborer avec Pêches et Océans Canada afin de déterminer les mesures à mettre en place pour protéger et rétablir les populations de saumon.

Au Québec, l’Entente de collaboration Canada-Québec pour la protection et le rétablissement des espèces en péril, établit les modalités selon lesquelles les interventions relatives à la protection et au rétablissement des espèces en péril d’intérêt commun seront coordonnées afin d’éviter les dédoublements entre les deux gouvernements. L’entente vise également à favoriser l’échange d’information et l’amélioration des connaissances sur les espèces en péril. Cette entente a été renouvelée en 2013 pour les dix prochaines années.

Pour plus de renseignements sur la Loi et le processus menant à l’inscription, consultez notre foire aux questions ou communiquez avec la Gestion des espèces en péril au 1-877-775-0848 ou à lep-sara-qc@dfo-mpo.gc.ca.


Marthe Bérubé
Gestion des écosystèmes

Partager | Partager sur Facebook Partager sur Twitter