Abonnez-vous Courriel RSS
Logo d'Infocéans

Bulletin d’information pour le Québec
Avril - mai 2013/volume 16/numéro 2

Impressionnantes saisies d’ivoire

Troupeau de morses
MPO L. Cannon
Morses à l’île aux Morses dans la baie d’Hudson

En février, une équipe d’agents des pêches, dédiée à la protection et la conservation des ressources du Nord-du-Québec, a procédé à des saisies d’ivoire de narval et de morse dans les régions de Montréal et de l’Est du Québec. Le narval et le morse sont inscrits dans la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction, dont le Canada est signataire. Cette convention vise, entre autres, à contrôler le commerce de l’ivoire.

Depuis quelques années, Pêches et Océans Canada assure une présence accrue dans les territoires du Nunavik et de la baie James. Les activités de surveillance dirigées sur la chasse de mammifères marins s’avèrent une obligation du Ministère inscrite dans les ententes de revendications conclues entre les Inuits (ARTIN), les Cris (Eyou Etchee) et le gouvernement du Canada.

Défenses saisies

Dans ces territoires, la chasse de bélugas du Nord, à des fins alimentaires, est l’activité la plus exigeante en matière de surveillance pour nos agents. Cependant, la diversité d’espèces de mammifères marins nordiques les oblige à une vigilance de tous les instants.

C’est lors d’inspections auprès de commerçants d’ivoire que les agents ont découvert le trafic de défenses. Jusqu’à présent, quatre défenses de morse et cinq de narval ont été saisies. La valeur sur le marché noir serait d’environ 28 000 $ pour les défenses de narval et de 5 000 $ pour celles de morse.

Cette enquête, toujours en cours, s’appuie sur la persévérance, le professionnalisme et l’efficacité exemplaires des agents des pêches pour assurer la protection et la conservation de ces territoires.

Marcel-M. Boudreau et John Chouinard
Gestion des pêches

Partager | Partager sur Facebook Partager sur Twitter