Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.


Logo d'Infocéans
RSS
BULLETIN D'INFORMATION DE LA RÉGION DU QUÉBEC
OCTOBRE - NOVEMBRE 2012/VOLUME 15/NUMÉRO 5
Accueil Dépêches Nouvelles publications
  Condamnations   Cartouche   Archives
Un nouveau brise-lames
à Grosse-Île
Brise-lame à Grosse-île MPO

Parmi tous les travaux réalisés par le Ministère dans le cadre de la phase de stimulation du Plan d’action économique du Canada (2009 à 2011), un ouvrage bien particulier a retenu l’attention de plusieurs intervenants, qu’ils soient usagers ou ingénieurs. Il s’agit du brise-lames situé à Grosse-Île aux Îles-de-la-Madeleine.

Ce brise-lames forme un îlot artificiel non rattaché à la terre ferme, ce qui est plutôt rare. Il existe en effet très peu de structures semblables au Québec, surtout dans une région constamment balayée par de forts vents.  

Pourquoi construire un tel ouvrage? « De prime abord, il s’agissait d’offrir une protection aux navires de pêche lorsqu’ils reviennent chargés et qu’ils exécutent les dernières manœuvres pour entrer dans le havre », précise Yves Gingras, ingénieur principal de projets à la Direction régionale des ports pour petits bateaux. À cet endroit particulier, la mer est agitée par de forts courants et par des vents dominants ouest-nord-ouest. Sa position précise n’est pas le fruit du hasard; des études d’agitation ont été réalisées afin de déterminer la géométrie, l’orientation ainsi que la position du brise-lames.

Atteignant 6 mètres de hauteur dans sa partie la plus profonde, le brise-lames s’étend sur près de 60 mètres. Il a été conçu pour intercepter certaines vagues et en atténuer la force. Il est donc tout à fait normal qu’il y ait franchissement, c’est-à-dire que des vagues puissent passer par-dessus l’ouvrage.

Puisque la région des Îles-de-la-Madeleine ne disposait pas de pierres assez résistantes pour servir à cette construction, d’autres ont dû être amenées du Nouveau-Brunswick. Environ sept tonnes de pierres de deux mètres de diamètre ont été nécessaires pour la réalisation de ce brise-lames.

Ce projet qualifié d’audacieux par certains à cause des contraintes climatiques fut réalisé sur une longue période, entre l’automne 2010 et septembre 2011. Les travaux ont surtout été effectués en hiver, à un rythme moyen de dix heures par semaine seulement, afin de ne pas nuire aux activités des pêcheurs. 

À ce jour, les commentaires des usagers semblent positifs. Les pêcheurs œuvrant dans ce secteur sont souvent confrontés aux forts courants marins sévissant à cet endroit. Force est de constater que le brise-lames fait bien le travail pour lequel il a été conçu, mais le vrai test aura lieu cet automne, lorsque les vents seront à dominance nord-ouest.

Vidéo présentant les opérations décrites dans l’article


Lyne Beaumont
Ports pour petits bateaux
Partager | Partager sur facebook Partager sur twitter