Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.


Logo d'Infocéans
RSS
BULLETIN D'INFORMATION DE LA RÉGION DU QUÉBEC
OCTOBRE - NOVEMBRE 2012/VOLUME 15/NUMÉRO 5
Accueil Dépêches Nouvelles publications
  Condamnations   Cartouche   Archives
La conservation du chevalier cuivré :
quand tous mettent la main à la pâte
Chevalier cuivré

COVABAR

Le Programme de rétablissement du chevalier cuivré en vertu de la Loi sur les espèces en péril est maintenant en ligne. Il a été élaboré par Pêches et Océans Canada, le gouvernement du Québec et l’équipe de rétablissement composée de plusieurs ministères provinciaux et fédéraux ainsi que d’organismes œuvrant pour la protection de l’environnement.

Le chevalier cuivré (Moxostoma hubbsi) est le seul poisson ayant une aire de répartition exclusive au Québec. Cette aire, très restreinte, se limite au fleuve Saint-Laurent et à quelques-uns de ses tributaires. À l’heure actuelle, la rivière Richelieu est le seul cours d’eau où le chevalier cuivré se reproduit. On estime l’abondance de la population adulte à tout au plus quelques centaines d’individus. En décembre 2007, le chevalier cuivré a été officiellement inscrit à la liste de la Loi sur les espèces en péril à titre d’espèce en voie de disparition.

Les menaces

Plusieurs menaces nuisent au rétablissement du chevalier cuivré : la dégradation de son habitat (sédimentation, artificialisation des berges, pollution organique), la construction de barrages, les contaminants, les espèces exotiques envahissantes, les activités récréatives, la pêche et la baisse des niveaux d’eau.

De plus, certaines caractéristiques biologiques du chevalier cuivré accroissent sa vulnérabilité. D’une part, son régime alimentaire spécialisé restreint son aire de répartition aux endroits où se trouvent ses proies et, d’autre part, sa période de fraie tardive fait en sorte que les jeunes chevaliers sont encore très petits lorsqu’ils doivent affronter leur premier hiver. Enfin, les jeunes chevaliers prennent au moins dix ans avant de se reproduire.

Les priorités

Le but du programme de rétablissement est d’atteindre une population de 4 000 individus matures. Ses priorités sont la protection des habitats connus, l’amélioration de la qualité de l’eau et l’ensemencement pour soutenir la population.

Les actions

Espèce emblématique de l’écosystème de la rivière Richelieu, le chevalier cuivré fait l’objet d’efforts concertés de conservation depuis plus de vingt ans. Voici deux initiatives notables :

  • la mise en place de deux refuges fauniques dans des habitats importants du chevalier cuivré (collaboration de l’organisme Conservation de la nature, du MRNF et du Comité de concertation et de valorisation du bassin de la rivière Richelieu);
  • la restauration des affluents agricoles de la rivière Richelieu (collaboration d’Agriculture Canada, du Comité de concertation et de valorisation du bassin de la rivière Richelieu et de l’Union des producteurs agricoles, avec le soutien du Programme d’intendance de l’habitat et du Fonds interministériel pour le rétablissement des espèces en péril).

Un important réseau de partenariat entre différents ministères, municipalités, organismes non gouvernementaux, universités québécoises, canadiennes et étatsuniennes a été tissé à mesure que les actions ont été réalisées.

Le Programme de rétablissement du chevalier cuivré est désormais accessible en ligne pour toute personne concernée par la protection de cette espèce.

Profil d’espèce

Programme de rétablissement

Un programme de rétablissement est un document de planification qui expose de façon générale, ce qui doit être fait pour arrêter ou inverser le déclin d'une espèce menacée, en voie de disparition ou disparue du pays. Il décrit les menaces auxquelles l'espèce est exposée, définit les objectifs du rétablissement, précise les principales mesures à prendre pour la protéger et désigne, si possible, ses habitats essentiels.


Andréanne Demers
Gestion des écosystèmes
Partager | Partager sur facebook Partager sur twitter