Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.


Logo d'Infocéans
RSS
BULLETIN D'INFORMATION DE LA RÉGION DU QUÉBEC
OCTOBRE - NOVEMBRE 2012/VOLUME 15/NUMÉRO 5
Accueil Dépêches Nouvelles publications
  Condamnations   Cartouche   Archives
Les 25 ans de l’Institut Maurice-Lamontagne
Des recherches sur les pêches riches en découvertes!
Crabe des neiges Crabe des neiges

MPO F. Servant

Au cours des 25 dernières années, plusieurs événements ont marqué l’histoire de cet important centre de recherche francophone de Pêches et Océans Canada. Voici des exemples de recherches, parmi les plus remarquables, qui ont permis d’améliorer l’industrie des pêches au Québec.

Crabe des neiges

Au début des années 1990, nos équipes scientifiques ont démontré que l’abondance du crabe des neiges varie selon un cycle d’environ huit ans, qui inclut des périodes d’abondance et de rareté. Ces particularités de reproduction mises au jour ont eu un impact déterminant sur la gestion de la pêche de cette espèce.

Crevette nordique

D’importants travaux de recherche ont révélé que les crevettes nordiques ont su, au fil du temps, s'adapter aux conditions océanographiques dans lesquelles elles évoluaient afin d’offrir des conditions de survie optimales à leurs larves. Les recherches ont aussi démontré que la température de l'eau et la production de phytoplancton affectent le taux de survie et la croissance des larves de crevettes.

Par ailleurs, en 2008, après trois années d’efforts concertés entre nos scientifiques, les pêcheurs, les transformateurs et les partenaires provinciaux, la crevette nordique draguée par des bateaux certifiés obtenait enfin la certification internationale Marine Stewardship Council (MSC).

Homard

Les recherches réalisées sur des homards femelles prélevés dans différents sites de pêche du golfe du Saint-Laurent ont abouti à des résultats étonnants! Elles ont établi que la taille des larves n'était pas nécessairement liée à celle de la femelle. De fait, la taille des larves va en augmentant suivant le nombre de reproductions réalisées par la femelle.

Pétoncle

Des résultats surprenants ont été obtenus en testant l'efficacité de la drague à pétoncle. En effet, il y a 30 ans, on croyait qu’en passant sur un gisement de pétoncles, une drague ne récoltait que 10 à 20 % de la ressource alors qu’en réalité elle en ramasse plutôt 40 à 70 %. Basé sur cette information, le barème selon lequel on détermine les mesures de gestion des pêches n'est plus du tout le même!

Maquereau

Plus récemment, une percée majeure a permis de déterminer les impacts des changements climatiques sur la distribution du maquereau bleu du golfe du Saint-Laurent. C’est que ce poisson a des préférences thermiques particulières : entre 7 et 15 degrés Celsius. On a aussi compris qu’il existe un lien étroit entre la production du zooplancton, comme le Calanus,et le recrutement du maquereau, car les larves de maquereau s’alimentent de jeunes stades de Calanus. Une grande disponibilité du zooplancton provoque donc de fortes hausses d’abondance de maquereau, une espèce commerciale importante.

Rorqual bleu

De récents travaux sur le rorqual bleu font ressortir que les baleines ont des habitudes alimentaires complexes. D’une part, elles ont recours à différents habitats marins en fonction des marées. D’autre part, pour arriver à un approvisionnement optimal, elles utilisent des stratégies de plongée qui obéissent à une logique bien précise, associant durée et profondeur de plongée avec temps de repos à la surface.

La majorité de ces recherches a fait l’objet d’articles vulgarisés qui ont été diffusés sur le Web. Cliquez sur la région du Québec pour voir tous les thèmes!


Dominique Gascon
Sciences
Partager | Partager sur facebook Partager sur twitter