Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.


Logo d'Infocéans
RSS
BULLETIN D'INFORMATION DE LA RÉGION DU QUÉBEC
AOÛT - SEPTEMBRE 2012/VOLUME 15/NUMÉRO 4
Accueil Dépêches Nouvelles publications
  Condamnations   Cartouche   Archives
Mot de la direction
Participation à
L’Organisation pour la conservation du saumon de l’Atlantique Nord
Richard Nadeau

La conservation des stocks de saumon atlantique sauvage est devenue une priorité au cours des années 1970, alors que se développaient les pêches commerciales de cette espèce sur la côte ouest du Groenland et au nord de la Norvège. Les pays de l’Atlantique Nord ont donc adopté, le 1er octobre 1983, la Convention pour la conservation du saumon dans l’océan Atlantique Nord, créant du même coup l’Organisation pour la conservation du saumon de l’Atlantique Nord, mieux connue sous son acronyme anglais NASCO. Cette organisation a comme objectifs la conservation, la restauration, l’amélioration et la gestion rationnelle du saumon atlantique.

Le Canada, représenté par Pêches et Océans Canada, fait partie de NASCO depuis sa création. Les autres pays membres de l’organisation sont les États-Unis, le Danemark (au nom du Groenland et des Îles Féroé), la Norvège, la Fédération de Russie et l’Union européenne, qui représente plusieurs des pays membres comme la Grande-Bretagne, la France, l’Espagne, le Portugal, la Suède et la Finlande. NASCO comprend aussi 35 organisations non gouvernementales (ONG) accréditées. La plus importante pour le Canada est la Fédération du saumon atlantique, qui joue un rôle de premier plan dans la conservation de cette importante ressource en Amérique du Nord.
 
À titre de chef de la délégation canadienne, j’ai eu le privilège de représenter les intérêts du Canada à la 29e Réunion annuelle de NASCO, qui se tenait du 5 au 8 juin 2012 à Édimbourg en Écosse, où se trouve le siège social de l’organisation. Comme de récentes données scientifiques indiquaient que les stocks de saumon de l’Atlantique Nord demeuraient à des niveaux historiquement bas, le principal objectif du Canada était de s’assurer qu’il n’y aurait pas de reprise des pêches commerciales sur la côte ouest du Groenland, car les stocks de cette région proviennent essentiellement des rivières canadiennes. La rencontre annuelle s’est avérée un succès. Elle a conduit, entre autres, à un accord qui permet de maintenir les captures de la côte ouest du Groenland à 20 tonnes annuellement jusqu’en 2014, et ce, pour les besoins alimentaires internes seulement. Un moratoire sur les pêches commerciales aux Îles Féroé dans l’Atlantique Nord-Est a également été reconduit.
 
Au Canada, il est aujourd’hui possible de constater le résultat des efforts de conservation faits conjointement par les pays membres. Les dernières évaluations scientifiques de retour du saumon sauvage adulte indiquent une amélioration en 2011. Cependant, il y a encore beaucoup de travail à faire pour atteindre les taux de retour des années 1980 et du début des années 1990. Nous poursuivons nos efforts par la collaboration entre les différents paliers de gouvernement, la mise en place de mesures de conservation et de gestion appropriées, les partenariats avec les groupes dédiés à la conservation du saumon, et aussi par notre engagement à l’échelle internationale par le biais de NASCO.


Richard Nadeau
Directeur général régional
Région du Québec
Partager | Partager sur facebook Partager sur twitter