Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.


Logo d'Infocéans
RSS
BULLETIN D'INFORMATION DE LA RÉGION DU QUÉBEC
JUIN-JUILLET 2012/VOLUME 15/NUMÉRO 3
Accueil Dépêches Nouvelles publications
  Condamnations   Cartouche   Archives

Portes ouvertes sur le NGCC Amundsen
MPO J.L. Dugal
Le NGCC Amundsen
ouvre ses portes à Montréal

À l’occasion de la conférence de l’Année polaire internationale 2012 de Montréal, le navire NGCC Amundsen était ouvert au public et aux congressistes pour des visites libres. Au-delà de 2 800 visiteurs ont franchi la passerelle. Ils étaient émerveillés de se trouver à bord d’un brise-glace voué à la recherche scientifique. L’expérience fut très appréciée des visiteurs ainsi que des membres d’équipages du navire qui ont été très généreux en temps et en explications, tout au long des quatre jours qu’a duré l’événement.



Le capelan roule, mais où?
Le Réseau des observateurs du capelan a besoin de vous!

Pour une onzième année, le Réseau des observateurs du capelan (ROC) lance un appel à tous pour signaler la venue du capelan sur les plages du Saint-Laurent. Les observateurs assurent ainsi une veille communautaire afin de localiser les sites de reproduction et d’identifier les périodes de fraie du capelan.

De 2002 à 2009, le nombre d’observateurs et d’observations du Réseau a été en constante augmentation, ce qui a permis d’obtenir un aperçu de la distribution des aires de reproduction du capelan en milieu riverain. Quoique la saison 2010 ait été moins riche en information, celle de 2011 tendait à s’améliorer légèrement. En effet, 66 observateurs ont signalé 184 observations l’année dernière.

Depuis 2011, le registre Internet du ROC est en ligne. Cette base de données répertorie plus de 170 sites de fraie et 1 500 mentions d’observations au Canada atlantique rapportées entre 1944 et 2011. 

Fillette observant la fraie du capelan
T. Gallant

Pourquoi rapporter vos observations?
Ces nouvelles connaissances sur la localisation des frayères et sur les habitudes de fraie du capelan permettent de mieux comprendre ce maillon important de l’écosystème du Saint-Laurent. Elles aident également à protéger les frayères, en particulier pendant la période de reproduction et d’incubation. Des mesures d’atténuation des impacts sur l’habitat peuvent ainsi être recommandées lorsque des travaux sont effectués à proximité des frayères. Les informations recueillies grâce au ROC pourraient contribuer à la compréhension des impacts des activités humaines et des changements climatiques, telles que l’érosion des berges et la modification des plages, sur le cycle de vie du capelan.


Nombre d’observations et d’observateurs du capelan.

Où et quand le capelan roulera-t-il en 2012?
Cette année encore, le Réseau des observateurs du capelan fait appel à vous pour participer à la prise de données. Pour transmettre vos observations durant la saison ou pour toute question, communiquez avec le ROC!

Réseau des observateurs du capelan
1-877-227-6853
ROC-CON@dfo-mpo.gc.ca


Pierre Nellis
Gestion des écosystèmes

NGCC F.C.G. Smith

NGCC F.C.G. Smith
MPO  J. Beardsell

Nouvelle saison de levés hydrographiques
sur les plans d’eau navigables du Québec

Pêches et Océans Canada, par l’entremise du Service hydrographique du Canada, a entrepris sa saison de levés hydrographiques le 10 avril 2012 sur les plans d’eau navigables du Québec. Les levés visent particulièrement le chenal de navigation du Saint-Laurent, les ports de Sept-Îles, Montréal et Saguenay ainsi qu’une quinzaine de havres situés dans la baie des Chaleurs, sur la rive nord de la Gaspésie, sur la Côte-Nord, de même qu’aux îles de la Madeleine. Des levés multifaisceaux seront également effectués  au large du cap Gaspé afin de compléter la cartographie du site d’intérêt du banc des Américains, et dans le haut Saguenay pour la mise à jour de cette carte.

Les levés se font à bord de navires et de vedettes hydrographiques équipés d’échosondeurs et de systèmes électroniques de positionnement très précis. L’exercice permet de repérer les hauts-fonds afin de mettre à jour les cartes marines et les publications nautiques officielles de façon à rendre la navigation sécuritaire. À la fin de la saison qui se terminera en décembre, les équipes d’hydrographes auront parcouru plus de 10 000 km pour effectuer le suivi de l'état du chenal de navigation du Saint-Laurent.

Signalez les dangers
Les navigateurs sont invités à aviser le Service hydrographique du Canada lorsqu’ils découvrent un danger (ou apparence de danger) à la navigation ou s’ils observent des changements par rapport aux données inscrites sur les cartes marines. Afin de faciliter le repérage, il est important de rapporter la nature du danger, sa position, la date et l’heure d’observation, etc. L’information peut être transmise par téléphone au 418-775-0502 ou par courriel au shcinfo@dfo-mpo.gc.ca.

Cartes marines, marées et niveaux d’eau
Une navigation sécuritaire débute par la préparation et la consultation des données disponibles et à jour.  Avant de partir, il est recommandé d’avoir des cartes marines à jour à bord de l’embarcation et de les utiliser. L’information pour les corrections aux cartes est disponible sur le site www.notmar.gc.ca.

Il est également important de vérifier les niveaux d’eau avant de partir en excursion sur l’eau. L’information sur les niveaux d’eau et les prédictions de marées du fleuve Saint-Laurent est mise à jour quotidiennement et peut être obtenue en composant le 1-877-775-0790 ou en visitant le site Internet www.marees.gc.ca.