Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.


Logo d'Infocéans
RSS
BULLETIN D'INFORMATION DE LA RÉGION DU QUÉBEC
FÉVRIER - MARS 2012/VOLUME 15/NUMÉRO 1
Accueil Dépêches Nouvelles publications
  Condamnations   Cartouche   Archives

Dès que le bateau arrive à un point d’échantillonnage, l’équipe lance à l’eau des rosettes contenant des bouteilles de prélèvement.
Dès que le bateau arrive à un
point d’échantillonnage, l’équipe
met à l’eau des rosettes contenant
des bouteilles de prélèvement.
MPO M. Starr
L’ACIDIFICATION
LAISSE DES TRACES

Les chercheurs en océanographie Michel Starr et Denis Gilbert sont deux des coauteurs d’une publication qui fait état des résultats des travaux sur l'acidification des eaux profondes de l'estuaire du Saint-Laurent publié en juillet dernier dans la revue Atmosphere-Ocean. Ces travaux ont été retenus comme une des dix découvertes de l'année par le magazine Québec Science.

Ces recherches ont permis de constater que les eaux profondes de cette portion de l'estuaire s’acidifient plus rapidement que la moyenne des océans de la planète.  Sur l’échelle du pH – qui tend vers 0 pour un acide et vers 14 pour une base –, les eaux profondes de l’estuaire auraient perdu de 0,2 à 0,3 unité au cours des 75 dernières années, pour atteindre un pH situé entre 7,7 et 7,8. En comparaison, les océans auraient vu leur pH s’abaisser en moyenne de 0,1 unité, à cause de la concentration croissante de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère et, par vases communicants, dans l’eau.

La réduction de la disponibilité des carbonates de calcium pourrait expliquer pourquoi certains mollusques n’arrivent plus à former leurs coquilles de carbonate de calcium car il se dissout dans les eaux trop acides. L'acidification pourrait avoir des impacts importants sur la biodiversité de même que sur la productivité et l’exploitation commerciale des ressources halieutiques touchées par ces effets.

Deux pistes sont avancées pour expliquer l’acidification accélérée du fond de l’estuaire. D’abord, l'augmentation de la production de matière organique (par exemple, le phytoplancton qui coule vers le fond). Ensuite, le réchauffement des eaux causé par des changements dans la circulation océanique de l'océan Atlantique Nord-Ouest.

Cette percée dans les connaissances de l’écosystème marin du Saint-Laurent résulte d’une collaboration étroite au sein d’une équipe constituée de chercheurs de l’Université McGill, de l’Institut Maurice-Lamontagne et de l’Institut des sciences de la mer.

Pour en savoir davantage, consultez l’article L’estuaire tourne au vinaigre publié dans le magazine Québec Science.



Pêches commerciales –
Calendrier des consultations

Notez que le calendrier des consultations sur les pêches commerciales qui se tiendront à l’hiver 2012 est maintenant disponible sur notre site Web, dans la section Pêches commerciales.

Cependant, nous vous suggérons fortement de contacter les gestionnaires appropriés pour confirmer les détails des rencontres. Une liste des gestionnaires accompagne le calendrier.

Calendrier des consultations – Hiver 2012


Nouvelles heures d’ouverture au
bureau des Îles-de-la-Madeleine

Voici les nouvelles heures d’ouverture du bureau de Pêches et Océans Canada aux Îles-de-la-Madeleine, et ce, depuis le 3 janvier 2012 :
Du lundi au vendredi
De 9 h à midi et de 13 h à 16 h



Suivez-nous sur Twitter!
Suivez-nous sur notre profil Twitter! Vous serez informés de ce qui se passe au Ministère, que ce soit nos activités publiques, nos nouvelles publications, nos mises à jour sur le Web, nos communiqués, et bien plus.


ABONNEZ-VOUS…

Pour ne rien manquer des prochaines éditions, vous pouvez vous abonner à la version Web d’Infocéans par notre fil de nouvelles RSS. À chaque nouvelle édition, vous recevrez le titre des articles ainsi qu’un lien vers la version intégrale du journal.