Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.


Logo d'Infocéans
RSS
BULLETIN D'INFORMATION DE LA RÉGION DU QUÉBEC
OCTOBRE - NOVEMBRE 2011/VOLUME 14/NUMÉRO 5
Accueil Dépêches Nouvelles publications
  Condamnations   Cartouche   Archives
Dossier Écocertification
Des consommateurs exigeants
Comptoir d'une poissonnerie
MPO  P. Dionne

Pour faire leurs choix de produits alimentaires, les consommateurs ont accès à de plus en plus de renseignements tels que les valeurs nutritionnelles, les allégations, la provenance des produits, etc. À tout cela s’ajoute l’information à propos de la durabilité d’une industrie sur le plan environnemental.

Les consommateurs disposent de beaucoup plus d’information afin de faire des choix éclairés. Cette tendance des consommateurs hyperinformés est renforcée par les campagnes publicitaires des organismes non gouvernementaux en environnement (ONGE) qui tentent d’inciter les consommateurs à laisser de côté certains produits jugés non durables. Dans le domaine des produits de la pêche et de l’aquaculture, plusieurs campagnes ont trouvé écho auprès du public, dont celles sur le thon rouge, la morue de l’Atlantique et le saumon d’élevage.

Dans cette optique, plusieurs initiatives telles que des guides de consommation des produits aquatiques ont vu le jour au cours des dernières années. Ces guides détaillent les espèces aquatiques à éviter ou à favoriser, selon le résultat des évaluations des ONGE. Certains produits québécois sont considérés à éviter par quelques-uns de ces guides. En plus d’orienter le consommateur, ces guides sont utilisés pour évaluer les pratiques d’achat de produits aquatiques des grandes chaînes d’alimentation. Ces programmes des ONGE, ainsi que le développement et la croissance des organismes qui font l’écocertification des pêches, semblent avoir du succès puisque la majorité des grandes chaînes canadiennes ont développé des politiques d’achat vertes.

Les politiques d’achat de produits marins des principales chaînes d’alimentation présentes au Québec suivent trois grands principes :
  • La traçabilité des produits permet de connaître la provenance des produits et de suivre leur parcours depuis leur capture initiale jusqu’au consommateur.
  • Des stocks en santé et bien gérés, selon des bases scientifiques fiables. Ce qui exclut du même coup les produits de pêches illégales ou non réglementées.
  • Des modes d’exploitation durables, en pêches ou en aquaculture, qui limitent les impacts sur l’environnement marin et les espèces sauvages.

À ces trois principes s’ajoutent parfois des exigences sur le développement des communautés et de l’industrie, soit par une provenance plus locale des produits et le respect des droits des travailleurs.

Des produits aquatiques durables… la nouvelle réalité des marchés


Maité Chavez et Cédric Arseneau
Politiques et Économique et Gestion des pêches
Partager | Partager sur facebook Partager sur twitter