Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.


Logo d'Infocéans
RSS
BULLETIN D'INFORMATION DE LA RÉGION DU QUÉBEC
AOÛT - SEPTEMBRE 2011/VOLUME 14/NUMÉRO 4
Accueil Dépêches Nouvelles publications
  Condamnations   Cartouche   Archives
Climatologie de la surface de la mer

Les températures de surface de la mer ont une influence importante sur les processus océanographiques biologiques, affectant par exemple la floraison du plancton végétal et le développement de certaines espèces marines. Depuis 1994, le laboratoire de télédétection de l'Institut Maurice-Lamontagne capte et traite les images provenant de satellites météorologiques afin de calculer la température de surface de la mer.

Ces calculs prennent en compte des données mesurées par des instruments déployés en mer (bouées océanographiques et thermographes en milieu côtier), afin de valider l’information fournie par les images satellitaires. Grâce à un projet financé par l'Agence spatiale canadienne, le laboratoire de télédétection a récemment complété sa banque de données afin d’inclure les images provenant des années 1985 à 1994. Cette banque de données a été traitée pour générer des cartes journalières des températures de la mer à l'échelle nationale (incluant l'océan Arctique). Ces cartes ont ensuite été analysées afin de produire une climatologie couvrant 25 années, de 1985 à 2009.

Des images révélatrices

Les images permettent de mieux comprendre les facteurs qui influencent la température de surface dans les eaux côtières canadiennes ainsi que l'évolution de ces facteurs en fonction des saisons. Par exemple, ces images ont permis d'étudier le lien entre les températures de l'air, le couvert de glace et les températures de la surface de la mer dans la baie d'Hudson. Il a ainsi été démontré que les températures en août avaient augmenté de près de 2 degrés depuis 25 ans, principalement en raison de la diminution plus hâtive du couvert de glace, qui expose plus longtemps la surface de la mer à la radiation solaire. La grande résolution des images a aussi montré l'effet de processus physiques locaux comme des remontées d'eau froide sur la température de surface de la mer. Un travail similaire entrepris pour le golfe du Saint-Laurent a permis de déterminer que le taux de réchauffement de la couche de surface était d'environ 1,5 degré sur 25 ans.

Température de surface moyenne, le 15 janvier, de 1985 à 2009, dans  l’hémisphère Nord-Ouest.
Température de surface moyenne, le 15 janvier, de 1985 à 2009, dans l’hémisphère Nord-Ouest.

Température de surface moyenne, le 15 août, de 1985 à 2009, dans  l’hémisphère Nord-Ouest.
Température de surface moyenne, le 15 août, de 1985 à 2009, dans l’hémisphère Nord-Ouest.

MPO  Laboratoire de télédétection

Les images montrent aussi à quel point la dynamique de la côte est canadienne est complexe avec la présence de deux grands courants marins, le Gulf Stream et le courant du Labrador, et de fortes différences de températures saisonnières (par exemple dans le golfe du Saint-Laurent). Dans le Pacifique Nord, on remarque surtout la présence d'une région d'eaux plus froides reliée à la présence d'une gyre (tourbillon d'eau océanique formé d'un ensemble de courants marins).

Des applications biologiques

Parmi les applications biologiques de ces séries temporelles, notons la possibilité de déterminer les stratégies alimentaires de mammifères marins en relation avec les zones où la température varie de façon importante sur une courte distance, ou encore de déterminer comment le taux de réchauffement de la couche de surface peut influencer la croissance d'espèces marines.


Pierre Larouche
Sciences
Partager | Partager sur facebook Partager sur twitter