Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.


Logo d'Infocéans
RSS
BULLETIN D'INFORMATION DE LA RÉGION DU QUÉBEC
ÉDITION SPÉCIALE - SEMAINE DE L'ACTION BÉNÉVOLE
Accueil Dépêches Nouvelles publications
  Condamnations   Cartouche   Archives
Des bénévoles sur le terrain
pour mieux connaître les espèces aquatiques
Réseau des observateurs de capelan C. Tremblay
Réseau des observateurs de capelan

Depuis 2002, les membres du Réseau des observateurs de capelan assurent une veille communautaire afin de localiser les sites de reproduction et de répertorier les périodes de fraie du capelan. Ce réseau vit et grandit grâce à la participation bénévole de nombreux citoyens et résidents côtiers et à la collaboration des comités ZIP (zone d’intervention prioritaire) de la côte Nord du Golfe, de la rive Nord de l’Estuaire, du sud de l’Estuaire, de la baie des Chaleurs ainsi que du Réseau d’observation des mammifères marins, du Conseil régional de l’environnement Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, du Réseau des observateurs sous-marins et de Amphibia-Nature.

Les nombreux observateurs bénévoles ont permis de recenser plus de 170 sites actifs de fraie de capelan au Québec et de constater, sur certains sites, d’importantes variations dans les périodes de fraie d’une année à l’autre. Le Réseau souhaite dorénavant obtenir des données d’observation provenant du Canada atlantique pour avoir l’information la plus précise possible sur les aires de reproduction l’espèce.

Réseau d’alerte sur les espèces aquatiques envahissantes

Aux Îles-de-la-Madeleine, Pêches et Océans Canada peut maintenant compter sur la précieuse collaboration des membres du Réseau d’alerte sur les espèces aquatiques envahissantes. Ce réseau, un outil essentiel de surveillance, regroupe depuis 2006 des gens qui, par leurs occupations, sont en contact étroit avec le milieu aquatique. Pêcheurs, aquaculteurs, plongeurs, naturalistes et autres d’intervenants du milieu rapportent ainsi leurs observations d’espèces aquatiques envahissantes.

Réseau d’alerte sur les espèces aquatiques envahissantes
MPO  F. Hazel

Les yeux aguerris des membres du Réseau permettent d’accroître les possibilités de détecter rapidement la présence d’une nouvelle espèce envahissante et d’agir le plus tôt possible pour éviter que cette espèce s’établisse et se propage dans l’archipel. Ce réseau vise également à obtenir de l’information continue sur la distribution des espèces envahissantes déjà établies.

En plus du Réseau, les pêcheurs d’anguille collaborent activement avec le Ministère pour rapporter leurs captures de crabe vert, une espèce envahissante qui visite régulièrement leurs filets. Les crabes ainsi retirés des plans d'eau sont autant de crabes qui ne se reproduiront pas et qui ne détruiront pas l'environnement marin des Îles-de-la-Madeleine.



Partager | Partager sur facebook Partager sur twitter