Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.


Logo d'Infocéans
RSS
BULLETIN D'INFORMATION DE LA RÉGION DU QUÉBEC
OCTOBRE - NOVEMBRE 2010/VOLUME 13/NUMÉRO 5
Accueil Dépêches Nouvelles publications
  Condamnations   Cartouche   Archives
La géomatique à la rescousse
de l’anguille d’Amérique


MPO  S. Blais

La population d’anguilles d’Amérique a considérablement diminué en Amérique du Nord au cours des 30 dernières années, particulièrement dans les Grands Lacs et le bassin du Saint-Laurent. Pourquoi une telle décroissance et quels moyens mettre en place pour redresser la situation? Ce sont là des questions auxquelles la géomatique peut aider à trouver des réponses.

Bien que les causes du déclin de la population d’anguilles n’aient pu être établies avec certitude, les travaux les plus récents indiquent que la pêche, les contaminants et les barrages seraient les principaux facteurs qui, combinés, auraient entraîné la diminution du nombre d’anguilles reproductrices.

Les barrages et autres obstacles construits sur les cours d’eau constituent une menace à la remontée des jeunes anguilles, puisqu’ils réduisent ou bloquent l’accès aux sites de croissance situés en amont. Les turbines des barrages, quant à elles, causent la perte d’un grand nombre d’anguilles matures lors de leur migration vers les sites de reproduction dans l’Atlantique.

Un outil moderne au secours de l’anguille

Pêches et Océans Canada, en collaboration avec le ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec et le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario, a élaboré un système d’aide à la décision géographique (SADG). Ce système permet de repérer les sites où l’anguille n’a plus un libre accès à son habitat naturel et de déterminer les endroits où des passes migratoires devraient être installées pour faciliter le passage du poisson et favoriser le rétablissement de l’espèce. L’utilisation de la géomatique permet l’analyse visuelle de l'impact des différents scénarios d’aménagement des barrages d'un bassin.

GEOMATIQUE_02_FR.png
L’outil Web conçu par Pêches et Océans Canada illustre ici les gains
d’habitats engendrés si un obstacle sur la rivière Rimouski était
rendu franchissable.

Ressources naturelles Canada a offert son expertise en géomatique et fournit les données du Réseau hydro national de GéoBase. Ces données décrivent les entités telles que les lacs, les réservoirs, les fleuves et les rivières partout au Canada et indiquent le sens de l’écoulement de l’eau. Une fois implantées dans le système d’aide à la prise de décision, ces données permettent de calculer le gain obtenu en superficie d’habitat du poisson en amont et en aval après l’aménagement d’une passe migratoire.

Les prochaines étapes

Pour l’instant, l’outil est en développement et des projets pilotes sont menés sur trois rivières, une au Québec, une en Ontario et une dans les Maritimes. La prochaine étape sera de former des analystes en environnement capables de recourir à l’outil et de perfectionner les fonctionnalités de l’outil Web. On procédera également à l’ajout de données pour se documenter sur d’autres bassins versants jugés prioritaires. Dans un proche avenir, le système d’aide à la décision géographique sera utilisé non seulement pour déterminer les priorités d’intervention pour l’anguille, mais aussi pour d’autres espèces de poissons migrateurs.


Patrick Dupont
Océans, Habitat et Espèces en péril