Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.


Logo d'Infocéans
RSS
BULLETIN D'INFORMATION DE LA RÉGION DU QUÉBEC
AOÛT - SEPTEMBRE 2010/VOLUME 13/NUMÉRO 4
Accueil Dépêches Nouvelles publications
  Condamnations   Cartouche   Archives
Protéger le cisco de printemps
pour préserver la biodiversité au Québec
Cisco de printemps

MRNF  M. Hénault

Pêches et Océans Canada étudie actuellement la possibilité d’inscrire la seule population connue de cisco de printemps (Coregonus sp.) sur la Liste des espèces en péril en tant qu’espèce en voie de disparition. Ce petit poisson d’eau douce se trouve uniquement dans le lac des Écorces, dans les Laurentides.

Ce cisco est particulier puisqu’il est le seul à frayer au printemps, alors que les autres populations de cisco se reproduisent à l’automne. La température relativement élevée en eau profonde l’été et un refroidissement lent à l'automne pourraient expliquer cette période de fraie et l’évolution de cette population dans le lac des Écorces.

Une population en déclin

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) juge que cette population, qui n’existe nulle part ailleurs, risque de disparaître. L’état et la taille de la population sont inconnus, mais une baisse notable des captures lors d’inventaires de poissons a été constatée au cours des 15 dernières années.

Depuis plus de 50 ans, le lac des Écorces a subi de nombreuses perturbations. La présence humaine s’est intensifiée autour des années 1970 lorsque de nouveaux secteurs d’habitation (résidences principales et de villégiature) ont graduellement envahi ses rives. De plus, de multiples espèces de poissons y ont été ensemencées dans le but de promouvoir la pêche sportive. La récente colonisation du lac par l’éperlan arc-en-ciel, constatée en 1999, semble être devenue la principale menace au rétablissement du cisco de printemps.

Une population à protéger

Advenant son inscription à la Liste des espèces en péril, l’espèce sera automatiquement protégée par l’interdiction de tuer ou de capturer un individu prévue à la Loi sur les espèces en péril. Un programme de rétablissement sera ensuite élaboré par Pêches et Océans Canada, en collaboration avec les principaux intervenants concernés et intéressés à participer au rétablissement du cisco de printemps.

Cisco de printemps : profil d'espèce
Registre public des espèces en péril


Andréanne Demers
Océans, Habitat et Espèces en péril