Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.


Logo d'Infocéans
RSS
BULLETIN D'INFORMATION DE LA RÉGION DU QUÉBEC
AOÛT - SEPTEMBRE 2010/VOLUME 13/NUMÉRO 4
Accueil Dépêches Nouvelles publications
  Condamnations   Cartouche   Archives
DÉCLIN DE L’ANGUILLE
LA TRANSMISSION MATERNELLE DE CONTAMINANTS EST-ELLE EN CAUSE?
Anguille d'Amérique Anguille d'Amérique

NWRI  Chad Boiko

L’anguille d’Amérique se reproduit dans la mer des Sargasses près des Bermudes. Les jeunes anguilles font ensuite une migration transocéanique pour atteindre les eaux douces où elles grandissent pendant plusieurs décennies avant de retourner vers la mer des Sargasses, où elles meurent après la fraie. Dans le milieu des années 1980, le nombre de jeunes anguilles revenant vers le lac Ontario a considérablement chuté, sans qu’on sache ce qui causait ce phénomène. Ce déclin a mené à l’interdiction de pêcher l’anguille dans le lac Ontario et le Saint-Laurent, et à la désignation de l’anguille comme espèce préoccupante par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.

Sa grande longévité, une fraie unique et son régime alimentaire prédisposent l’anguille à accumuler des polluants persistants. Par exemple, de très faibles concentrations de dioxines peuvent entraîner des problèmes cardiovasculaires et la mort des larves de poissons. Ces composés ont contribué à l’échec de reproduction des touladis du lac Ontario dans les années 1970. Pourraient-ils être responsables du déclin des anguilles?

Les anguilles femelles transfèrent-elles suffisamment de contaminants à leur progéniture pour causer leur mort avant leur retour dans le Saint-Laurent? Cette hypothèse est examinée par une équipe de chercheurs de l’Université Queen’s, de Pêches et Océans Canada, d’Environnement Canada, de l’Université de Waterloo et de l’Université du Québec à Rimouski. Comme l’anguille d’Amérique ne se reproduit pas en captivité, les scientifiques de l’Institut Maurice-Lamontagne utiliseront des embryons d’une espèce marine modèle, le choquemort. Les contaminants seront extraits des tissus d’anguilles capturées dans différents lacs et rivières en 2008, et dans le lac Ontario de 1980 à 2008. Ils seront ensuite injectés dans les œufs de choquemorts afin de simuler la transmission maternelle et de suivre leurs effets sur le comportement, la croissance et la survie des larves.

Microinjection d'un contaminant dans un oeuf de choquemort.
Microinjection d'un contaminant dans un oeuf de choquemort.

MPO/UQAR  C. Rigaud

Ce projet permettra d’évaluer le rôle des contaminants dans le déclin de l’anguille et de voir si certains lacs ou rivières sont plus propices que d’autres à sa réintroduction. Afin d’assurer le rétablissement de la population d’anguille du Saint-Laurent, précieuse tant au point de vue patrimonial que sur les plans écologique et économique, il faut veiller à ce que la qualité de son habitat lui offre les meilleures chances de se reproduire.


Catherine Couillard
Sciences