Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.


Logo d'Infocéans
RSS
BULLETIN D'INFORMATION DE LA RÉGION DU QUÉBEC
JUIN - JUILLET 2010/VOLUME 13/NUMÉRO 3
Accueil Dépêches Nouvelles publications
  Condamnations   Cartouche   Archives
Biodiversité
La Collection d'organismes marins
de l'Institut maurice-lamontagne
Roberta Miller dans la salle de collection Roberta Miller dans la
salle de collection

MPO  F. Servant

L'Institut Maurice-Lamontagne (IML) cache un trésor très bien gardé qui s'enrichit d'année en année des trouvailles de son personnel scientifique et même des pêcheurs. La salle de collection de l'IML est un véritable musée d'organismes marins récoltés avec patience et conservés pour la postérité.

Cette collection pourrait être comparée à des archives permanentes de spécimens qui servent de références taxonomiques et biogéographiques à la communauté scientifique. Elle est le reflet de la grande biodiversité marine présente dans le Saint-Laurent marin, dans le nord du Québec (y compris la baie d'Hudson et la baie James) et même dans l'Arctique canadien.

La collection a été constituée vers la fin des années 1980; elle comportait alors des spécimens provenant de trois collections distinctes qui ont été transférées à l'IML :

  • 2 100 spécimens récoltés entre 1929 et 1980 par des scientifiques du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec;
  • 2 600 spécimens, recueillis entre 1947 et 1989, provenant de la Station de biologie arctique de Sainte-Anne-de-Bellevue;
  • 884 spécimens qui se trouvaient à l'ancien Centre de recherche en écologie des pêches (CREP).

La collection ne cesse de s'enrichir depuis, grâce aux membres du personnel scientifique de l'IML, les plus importants contributeurs depuis 1986; ils ont apporté plus de 3 800 spécimens recueillis un peu partout dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent.

La plupart des spécimens sont préservés entiers dans l'alcool (éthanol) alors que d'autres, comme des mollusques, crabes et étoiles de mer, sont séchés et conservés intacts. La salle de collection contient présentement 11 633 spécimens catalogués et de nouveaux sont ajoutés régulièrement. La plupart sont identifiés à l'espèce ou au niveau taxonomique supérieur.

La biodiversité de la collection

Les crustacés représentent le groupe d'organismes le plus diversifié de la collection, avec 769 espèces différentes dont des crabes, des crevettes, des amphipodes, des euphausides, des copépodes, et plusieurs autres. Suivent les mollusques, avec 417 espèces comprenant principalement des bivalves, des gastéropodes, des calmars et des pieuvres. Les vers marins de la superfamille des annélides sont aussi bien représentés, avec 400 espèces. Viennent ensuite les poissons marins : on trouve 355 espèces dans la collection.

Caristius groenlandicus trouvé en Gaspésie en 2006
Caristius groenlandicus trouvé en Gaspésie en 2006

MPO  R. Miller
Gorgonocephalus arcticus trouvé au large de l’IML en 1988
Gorgonocephalus arcticus trouvé au large de l’IML en 1988

MPO-UQAR

Nombre de spécimens identifiés par phylum (superfamille)
Annelida (vers marins) 2 015
Arthropoda (crustacés) 3 182
Brachipoda 48
Chætognatha 26
Chordata (poissons) 1 804
Cnidaria (anémones, méduses) 342
Ctenophora 5
Echinodermata (étoiles de mer) 694
Echiura 2
Ectoprocta (bryozoaires) 143
Hemichordata 1
Mollusca (bivalves, gastéropodes) 2 651
Aschelminthes (vers ronds) 68
Nematomorpha 1
Phoronida 1
Platyhelminthes (vers plats) 46
Pogonophora 2
Porifera (éponges) 24
Priapula (priapules) 11
Protozoa (protozoaires) 21
Rhynchocoela (némertiens) 40
Sipuncula 42

La collection peut être consultée et des spécimens peuvent même être prêtés à l'occasion. Pour faire une demande à cet égard, adressez-vous à Roberta Miller à l'IML, qui en assure la conservation et la gestion.


Roberta Miller
Sciences