Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.


Logo d'Infocéans
RSS
BULLETIN D'INFORMATION DE LA RÉGION DU QUÉBEC
FÉVRIER - MARS 2010/VOLUME 13/NUMÉRO 1
Accueil Dépêches Nouvelles publications
  Condamnations   Cartouche   Archives
Un sébaste ratoureux
MPO  R. Larocque

Le sébaste du golfe du Saint-Laurent comprend deux espèces voisines, soit le sébaste atlantique (Sebastes mentella) et le sébaste d’Acadie (Sebastes fasciatus). Le sébaste atlantique prédomine en eaux plus profondes et sa distribution est plus au nord que celle du sébaste d’Acadie. Le sébaste représentait historiquement, avec la morue, l’espèce de poisson de fond la plus abondante du golfe. Il s’est effondré au début des années 1990 à la suite d’une pêche intensive, ce qui a conduit Pêches et Océans Canada (MPO) à imposer un moratoire sur la pêche au sébaste du golfe en 1995, un moratoire toujours en vigueur aujourd’hui.

Depuis le moratoire, le MPO suit de près les fluctuations de cette population réduite grâce au relevé au chalut de fond conduit chaque été à bord d’un chalutier de recherche. Pendant plusieurs années, le sébaste ne donnait aucun signe de reprise. Mais en 2005, surprise : le relevé a détecté un fort recrutement de petits sébastes nés en 2003. Ces petits sébastes ont évidemment rempli d’espoir les biologistes et l’industrie de la pêche au sébaste. Ce vent d’optimisme fut malheureusement de courte durée, car en 2008 et 2009, l’abondance de ces petits sébastes a diminué radicalement : ils seraient disparus du golfe avant d’avoir atteint la taille minimum requise pour la pêche commerciale. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que le sébaste joue un tel tour aux biologistes. En effet, les sébastes nés en 1988 semblaient aussi très abondants, mais ils sont disparus du golfe après quelques années avant d’avoir atteint la taille requise pour la pêche. Que s’est-il passé?

La première hypothèse qui vient à l’esprit est que ces petits sébastes soient morts. Bien qu’on ne puisse rejeter entièrement cette hypothèse, ce n’est pas l’explication que la plupart des scientifiques privilégient, car différents indices laissent croire que ces petits poissons auraient plutôt quitté le golfe. En fait, des analyses génétiques indiquent qu’ils ne seraient pas nés dans le golfe. Il est donc possible qu’ils soient retournés là où ils sont nés après avoir grandi dans le golfe quelques années. De fait, il semble que l’espèce typique du golfe qui supportait la pêche avant le moratoire serait le sébaste atlantique, alors que les deux forts évènements de recrutement de 1988 et de 2003 seraient le fait du sébaste d’Acadie, qui se sentirait moins chez lui dans le golfe que dans l’Atlantique.

La biologie du sébaste recèle encore bien des mystères. Les travaux et analyses des chercheurs de l’Institut Maurice-Lamontagne permettront peut-être d’éclaircir certains d’entre eux.


Martin Castonguay
Sciences