Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.


Logo d'Infocéans
RSS
BULLETIN D'INFORMATION DE LA RÉGION DU QUÉBEC
FÉVRIER - MARS 2010/VOLUME 13/NUMÉRO 1
Accueil Dépêches Nouvelles publications
  Condamnations   Cartouche   Archives
PÊCHES COMMERCIALES SAISON 2009
BILAN PRÉLIMINAIRE

En 2009, les données préliminaires de la saison de pêche commerciale au Québec font état d’un total de débarquements de 58 450 t pour une valeur de 118,3 M$. Il importe de mentionner que la valeur des débarquements ne tient pas compte, à ce moment-ci, des récépissés d’achat supplémentaires* et des ristournes consenties en fin d’année par certains acheteurs. Ces données seront compilées au cours des prochains mois.

La crevette, le crabe des neiges et le homard demeurent les principales espèces débarquées avec 69 % du volume et 84 % de la valeur. Les captures de poissons de fond arrivent au quatrième rang avec 9 % du volume et 8 % de la valeur des débarquements en 2009.

 

Ventilation des débarquements par espèce

Volume (58 450 t) Valeur (118,3 M$)

 

Les débarquements ont été réalisés dans une proportion de 65 % en Gaspésie, 23 % sur la Côte-Nord et 12 % aux Îles-de-la-Madeleine. En valeur, les débarquements ont totalisé 58,9 M$ en Gaspésie (50 % du total), 31,9 M$ aux Îles-de-la-Madeleine (27 %) et 27,2 M$ sur la Côte-Nord (23 %).

 

Ventilation des débarquements par secteur maritime

Volume (58 450 t) Valeur (118,3 M$)

 

La crevette et le crabe des neiges sont les principales espèces débarquées en Gaspésie. Le homard est la principale espèce débarquée aux Îles-de-la-Madeleine, alors que le crabe des neiges est l’espèce qui domine les captures sur la Côte-Nord.

Mentionnons que l’année 2009 a été marquée par une baisse importante des prix au débarquement du crabe des neiges (- 22 %), du homard (- 21 %) et de la crevette
(- 8 %), ce qui explique la baisse importante de la valeur des débarquements.

*Les récépissés d’achat supplémentaires (RAS) couvrent tous les débarquements qui n’ont pas été signalés sur les récépissés d’achat généraux. Cette information provient d’estimations tirées de quatre sources différentes : ventes directes au public, consommation personnelle (pêcheur, famille et pêche sportive), poissons transformés par les pêcheurs et poissons utilisés comme boette.


Martial Ménard
Politiques et économique