Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.


Logo d'Infocéans
RSS
BULLETIN D'INFORMATION DE LA RÉGION DU QUÉBEC
AVRIL - MAI 2009/VOLUME 12/NUMÉRO 2
Accueil Dépêches Nouvelles publications
  Condamnations   Cartouche   Archives
COURTE SAISON DE CHASSE AU PHOQUE
AUX ÎLES-DE-LA-MADELEINE
L'agent des pêches vérifie que le crâne du phoque est bien défoncé. MPO M. PLAMONDON L’agent des pêches Jean-Claude Richard vérifie que le crâne du phoque est bien défoncé, signe de la mort cérébrale de l’animal, avant que le chasseur ne procède à la saignée.

MPO M. PLAMONDON

Cette année, l’accessibilité des phoques autour des Îles aura d’abord permis une chasse côtière au cours de laquelle quelques centaines de madelinots ont pu pratiquer cette activité traditionnelle et, ainsi, s’approvisionner en viande. Le 23 mars, date d’ouverture de la chasse compétitive, c’est une vingtaine de bateaux qui partaient pour les glaces, en plus de plusieurs escouades de terre. Au total, les 300 à 350 participants auront capturé près de 20 000 phoques en quelques jours.

Lors de l’émission des permis de chasse au phoque, les agents des pêches du MPO ont rencontré la majorité des détenteurs de permis afin de les informer des règlements et conditions en vigueur en 2009.  Les chasseurs ont accepté de bonne grâce de participer à ces rencontres, ils ont écouté avec attention et en ont profité pour poser leurs questions aux agents des pêches.

Les premières analyses du travail de surveillance effectué pendant la chasse indiquent que la méthode d’abattage en trois étapes visant à assurer une chasse sans cruauté a été respectée par une forte majorité des chasseurs commerciaux qui travaillent « sous l’objectif des caméras ». En effet, si quelques irrégularités ont été constatées par la Direction de la conservation et de la protection et sont sous enquête présentement, le taux de conformité est généralement très élevé.

Malgré la présence de groupes opposés à la chasse au phoque, cette activité essentielle à la vie sociale et économique des Îles s’est déroulée de façon ordonnée.

Cette année encore, des chercheurs de la Grèce, de la France et de la Chine étaient présents aux Îles afin de poursuivre leurs travaux de recherche débutés l’an dernier sur les valves de cœur des phoques. Ces recherches très prometteuses devraient permettre, d’ici deux ou trois ans, de procéder à des essais cliniques chez les humains. L’apport économique qui s’en suivrait serait très important pour le marché des produits dérivés du phoque du Groenland.

Aux Îles-de-la-Madeleine, la chasse au phoque marque le début d’une saison de pêche où se succéderont, au cours des prochains mois, plusieurs autres activités de pêche importantes pour cette communauté du golfe du Saint-Laurent.


Sylvette Leblanc
Secteur Îles-de-la-Madeleine