Expérience-type

Larves de crevette nordique (Pandalus borealis) dans le gradient de température.

Le développement, la préparation et les tests sur différents prototypes se sont déroulés entre 2002 et 2003, suivis, au printemps de 2004, d'une série d’observations sur le comportement des stades de développement de la crevette nordique réalisées avec succès. Deux colonnes ont été utilisées : une première colonne avec une structure thermique en trois couches et une autre semblable où la température de l’eau était homogène (6 °C) sur toute la hauteur. Cette dernière sert de témoin auquel est comparée la réponse des larves face au gradient de température de la première colonne.

Position d'une larve de crevette de stade IV dans la colonne d'eau

Pour se déplacer lentement ou maintenir une position verticale stable dans la colonne, les larves se maintiennent plus ou moins à la verticale avec le tête (céphalothorax) pointant vers le bas et balayent l’eau de mouvements plus ou moins rapides des périopodes (pattes du thorax).

Parfois, des déplacements plus rapides, vers le haut ou latéralement, sont obtenus par une flexion rapide de l'abdomen.

En tout, six stades de développement ont été étudiés de la mi-mai au début de juillet 2004. Les premiers résultats montrent des différences intéressantes entre les stades et aussi en fonction de la présence ou non d’un gradient de température dans la colonne d’eau.

Résumé des expériences menées sur les différents stades larvaires de la crevette nordique au printemps 2004. Chaque symbole représente la position médiane de 5 larves après une période d'observation de 30 minutes. Trois essais étaient réalisés pour chaque stade de développement dans chacune des colonnes. Les lignes en continu représentent la tendance moyenne pour les stades successifs dans chacune des colonnes. La zone ombrée représente la position du gradient de température dans la colonne avec thermocline et CIF.

 

 

Comparaison des positions des larves dans les deux colonnes d'eau

En noirEn noir
Observations dans la colonne avec thermocline et CIF.

En rougeEn rouge
Observations dans la colonne témoin (température uniforme à 6 °C.

Résumé des expériences menées sur les différents stades larvaires de la crevette nordique au printemps 2004. Chaque symbole représente la position médiane de 5 larves après une période d'observation de 30 minutes. Trois essais étaient réalisés pour chaque stade de développement dans chacune des colonnes. Les lignes en continu représentent la tendance moyenne pour les stades successifs dans chacune des colonnes. La zone ombrée représente la position du gradient de température dans la colonne avec thermocline et CIF.


Il semble que les jeunes stades préfèrent se maintenir dans la partie supérieure de la colonne, au-dessus de la CIF. En l’absence d’une thermocline ou d’une couche d’eau froide, dès le stade III les larves semblent se diriger vers le fond de la colonne, laissant croire que dans des conditions naturelles similaires ce stade occuperait des eaux plus profondes par rapport aux premiers stades. En présence d’une CIF par contre, les larves semblent prolonger leur séjour dans la colonne d’eau ou plus près de la couche de surface jusqu’au stade V. Tous les individus de stade VI se retrouvent sur le fond quelque soit la forme du profil de température. Ces résultats sont comparables à la distribution de larves de mêmes stades de développement observée dans le nord-ouest du golfe du Saint-Laurent en 2002 et 2003 (Ouellet et Allard, 2005), et permettront de compléter les connaissances acquises sur les conditions de développement des jeunes stades de crevette.

Ce montage expérimental offre donc d’intéressantes possibilités de recherche futures telles des études portant sur d’autres espèces, sur le comportement des larves en présence de proies ou sur les migrations verticales en présences d’un cycle d’éclairement (jour, nuit).