Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Mammifères marins - Baleines / Delphinapterus leucas / Béluga, Bélouga, Dauphin blanc

DONIOL-VALCROZE, T., M.O. HAMMILL, VÉRONIQUE LESAGE, 2011. Information on abundance and harvest of eastern Hudson Bay beluga (Delphinapterus leucas) ; Information sur l’abondance et les prélèvements de bélugas de l’est de la Baie d’Hudson (Delphinapterus leucas). DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2010/121, 31 p.

Cliquer pour voir tout le texte

La chasse aux bélugas à des fins de subsistance par les communautés du Nunavik vise un mélange de deux populations: le stock de l'ouest de la baie d'Hudson (OBH) et celui de l'est de la baie d'Hudson (EBH). En 2010, les prises ont été constituées de 45 bélugas tués près de Sanikiluaq (îles Belcher), de 16 dans l'est de la baie d'Hudson, de 15 dans la baie d'Ungava, de 146 dans le détroit d'Hudson au printemps et de 58 à l'automne. Depuis 2009, il est présumé, sur la base des analyses génétiques, que tous les animaux tués dans l’est de la baie d'Hudson, 10 % des animaux tués au printemps et en été dans le détroit d’Hudson, et 20 % des animaux tués dans la baie d’Ungava et en automne dans le détroit d’Hudson sont des bélugas de l’EBH. Il est également présumé que 12 % des bélugas tués par les chasseurs de Sanikiluaq appartiennent au stock de l'EBH. Selon ces proportions, la chasse de 2010 équivaut à 51 bélugas de l'EBH. Un modèle de population intégrant les statistiques de chasse les plus à jour a été ajusté à l'aide de méthodes d'inférence bayésiennes aux estimations d'abondance obtenues à partir des relevés aériens, et a permis d’évaluer la population de 1985 à 4 118 individus avec un intervalle de crédibilité (IC) de 95 % de 2200–8765. La population aurait atteint son plus bas niveau en 2001 avec un effectif de 2 977 individus (IC 95 % 1970–4674). La population de 2010 a été estimée à 3034 individus (IC 95 % 1390–6181). Aux niveaux de capture actuels, la population semble être restée stable au cours des dernières années. D'après la modélisation, la proportion de bélugas abattus mais perdus est estimée à 56 % (IC 95 % 22–144 %) et le taux d'accroissement à 2,7 % par an (IC 95 % -3,1–8,5 %). Un prélèvement de 50 individus de l'EBH dans le futur aurait un risque de 50 % d'entraîner une diminution de la population. Une diminution du prélèvement à 10 individus de l'EBH réduirait la probabilité de déclin à 25 %. Inversement, la prise de 100 individus de l'EBH aurait 75 % de chances d'entraîner un déclin. Aucun scénario de chasse ne permettrait de réduire la probabilité de déclin à 5 % car même en l'absence totale de prélèvement de bélugas de l'EBH, la population aurait quand même 18% de chances de décliner. Cependant, le nombre d’individus qui peuvent être capturés sans provoquer une diminution de la population de bélugas de l’EBH dépend de la répartition des prises entre l’est de la baie d’Hudson, la baie d’Ungava et le détroit d’Hudson de même que des proportions chassées au cours du printemps, de l’été, et de l’automne. L'examen des échantillons prélevés sur les bélugas chassés dans le détroit d'Hudson, combinant l'âge des animaux et leur population d'origine déterminée à partir d'analyses génétiques, démontrent que la structure d'âge des bélugas provenant de l'EBH est fortement biaisée en faveur des animaux plus jeunes et contient peu d'individus plus âgés. Ces résultats pourraient indiquer une prise disproportionnée des jeunes bélugas de l'EBH, une pression de chasse trop intense sur le stock de l'EBH, ou les deux.

BOXALL, P.C., W.L. ADAMOWICZ, M. OLAR, G.E. WEST, G. CANTIN, 2011. Analysis of the economic benefits associated with the recovery of threatened marine mammal species in the Canadian St. Lawrence Estuary. Mar. Policy, 36: 189-197.

[Résumé disponible seulement en anglais]
This paper examines Canadians’ willingness to pay to recover the populations of three marine mammal species found in the St Lawrence Estuary. The valuation approach utilized a stated preference tool that is somewhat a hybrid between contingent valuation and a choice experiment with multiple species recovery program options and choices framed as referenda. Program options involved the use of a marine protected area and restrictions on whale watching and shipping industries. The estimated willingness to pay (WTP) for different levels of marine mammal recovery ranged from $77 to $229 per year per household and varied according to the species affected and the recovery program effort. A series of tests revealed that people would be willing to pay more for programs that contribute to greater increases in marine mammal populations, but the additional value of programs that improve a species status beyond the ‘‘at risk’’ threshold is relatively small.©2011 Elsevier Ltd.

RAACH, M., M. LEBEUF, E. PELLETIER, 2011. PBDEs and PCBs in the liver of the St Lawrence Estuary beluga (Delphinapterus leucas) : a comparison of levels and temporal trends with the blubber. J. Environ. Monit., 13(3): 649-656.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Due to their lipophilic properties, persistent organic pollutants (POPs) are commonly assessed using the blubber of marine mammals. However, these chemicals are also accumulating in other tissues including the liver. Some pollutants, namely perfluorinated alkyl acids, are found predominately in the liver and blood of marine mammals, and thus monitored in those tissues. This raises the question whether any tissue would represent an identical trend of POPs in the SLE beluga. The current study reports the first temporal trends of PBDEs and PCBs in the liver of 65 SLE belugas. Neither ?7PBDEs nor major individual PBDE-homolog group concentrations showed significant trends between 1993 and 2007.Also, ?32PCBs did not change over years, although, tetra-, penta- and hepta-PCB decreased by 7.1, 6.8 and 8.5 %, respectively, in males, whereas tetra-, penta- and octa-PCBs declined by 11, 12 and 12.9 %, respectively, in females. In order to compare the distribution of POPs between liver and blubber, a lipid normalised concentration ratio R (blubber/liver) for PBDEs and PCBs was calculated for each individual beluga.For all PBDEand several PCBhomolog groups, mean R values were not statistically different from unity indicating that the partitioning of these POPs is governed by the tissue lipid-content. Temporal trends of R ratios of PBDEs and PCBs were also examined. There were generally no significant temporal trends except for PBDEs inmales where R increased in average by 12.7±2.9 % yearly.The stratification of the blubber into ametabolically active (inner) and less active layers (outer blubber) may result in a slower response time of the blubber (full depth) than the liver to the recent change of contamination in the environment and explain the time trend differences between both tissues. This study suggests that the liver is more representative of recent exposure to lipophilic contaminants.©2011 The Royal Society of Chemistry

CHION, C., P. LAMONTAGNE, S. TURGEON, L. PARROTT, J.-A. LANDRY, D.J. MARCEAU, C.C.A. MARTINS, R. MICHAUD, N. MÉNARD, G. CANTIN, S. DIONNE, 2011. Eliciting cognitive processes underlying patterns of human-wildlife interactions for agent-based modelling. Ecol. Model., 222(14): 2213--2226.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Integrating humans in our perception of ecosystems is of critical importance to adequately protect natural resources. This poses the challenge of understanding human decision making in the context of decisions potentially threatening nature’s integrity. We developed a spatially explicit agent-based model that simulates commercial whale-watching vessel movements based on a representation of the captains’ decision making process when observing marine mammals in and around the Saguenay–St. Lawrence Marine Park in Québec, Canada. We focus here on the human part of the global model, the submodel of whale movements having been developed and validated independently (Lamontagne, 2009). The objective of this study is to select and validate a model of whale-watching captains’ decision making using the patternoriented modelling approach (POM): three models of cognitive heuristics (satisficing, tallying and Take The Best) along with a null model (random choice) were tested. These concurrent decision making models were built upon knowledge extracted from data collected during field investigations, including interviews with whale-watching captains and park wardens, onboard and shore-based observations, and analyses of a multi-year dataset of sampled whale-watching excursions. Model selection is performed by statistically comparing simulated and real patterns of boat trajectories (excursion length), spatial hotspots (kernel home range 50 %), and excursion content (species observed, time allocated to different activities). The selection process revealed that the Take The Best heuristic was the best performing model. We used the distribution of the number of whale-watching boats in the vicinity (2000 m) of each vessel as a secondary pattern to validate the ability of each decision making model to reproduce real observations. Given the prevalence of the species attribute in the choice of which whale to observe, the Take The Best heuristic’s ability to deal with non-compensatory information partly explains its overall best performance. Moreover, implementation of communication abilities between modelled captains led to the emergence of persistent observation sites in the park, which is a well-known collective spatiotemporal characteristic of the whale-watching industry; thus validating the fundamental assumption that cooperation is an important mechanism behind the pattern of whale-watching boat dynamics. The relatively good performance of the satisficing and tallying heuristics supports both field evidence and literature on bounded rationality in that humans likely use collections of heuristics (adaptive toolbox) to solve decision problems in different contexts. The POM strategy appears suitable to build up an informative ABM regarding the management of human activities in a natural environment so that further developments will be assessed following the same approach.©2011 Elsevier B.V.

TURGEON, J., P. DUCHESNE, G.J. COLBECK, L.D. POSTMA, M.O. HAMMILL, 2011. Spatiotemporal segregation among summer stocks of beluga (Delphinapterus leucas) despite nuclear gene flow : implication for the endangered belugas in eastern Hudson Bay (Canada). Conserv. Genet., X: XX-XX (Article in Press).

[Résumé disponible seulement en anglais]
Migratory connectivity between areas frequented by wide-ranging animals provides crucial information for conservation and management. In and around Hudson Bay (Canada), three stocks of beluga whales (Delphinapterus leucas) are associated with distinct summering areas. We analyzed genetic variation at mtDNA and 13 microsatellite loci among individuals (N>1400) harvested by 23 Inuit communities to identify mating units and assess temporal and spatial differences in the way stocks use common migratory pathways. Strong structure at mtDNA and a lack of convincing evidence for nuclear genetic differentiation indicate that both males and females adopt distinct migratory routes towards summering grounds while probably interbreeding on wintering grounds. Spatiotemporal variation in stock composition indicates that subsistence hunting targets all three stocks. While representing ca. 5 % of belugas in Hudson Bay, the endangered Eastern Hudson Bay stock accounts for 17 % of the overall subsistence harvest by Inuit communities of northern Nunavik (Quebec), and ca. 30 % of the spring harvest along northeastern Hudson Bay. Despite interbreeding, cultural conservatism of maternally transmitted migration routes seems to prevent the re-establishment of stocks in previously frequented estuaries. This phenomenon supports the current use of demographic population models based on stock composition for developing behavior-based management strategies.©2011 Springer Science+Business Media B.V.

GERVAISE, C., A. BARAZZUTTI, S. BUSSON, Y. SIMARD, N. ROY, 2010. Automatic detection of bioacoustics impulses based on kurtosis under weak signal to noise ratio. Applied acoustics, 71(11): 1020-1026.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Passive acoustic monitoring (PAM) of marine mammal vocalizations has been efficiently used in a wide set of applications ranging from marine wildlife surveys to risk mitigation of military sonar emissions. The primary use of PAM is for detecting bioemissions, a good proportion of which are impulse sounds or clicks. A click detection algorithm based on kurtosis estimation is proposed as a general automatic click detector. The detector works under the assumption that click trains are embedded in stochastic but Gaussian noise. Under this assumption, kurtosis is used as a statistical test for detection. The algorithm explores acoustic sequences with the optimal frequency bandwidth for focusing on impulse sounds. The detector is successfully applied to field observations, and operates under weak signal to noise ratios and in presence of stochastic background noise. The algorithm adapts to varying click center frequency. Kurtosis appears as a promising approach to detect click trains, alone or in combination with other clicks detector, and to isolate individual clicks.©2010 Elsevier Ltd

FROUIN, H., M. LEBEUF, M. HAMMILL, M. FOURNIER, 2010. Phagocytosis in pup and adult Harbour, Grey and Harp Seals. Vet. Immunol. Immunopathol., 134(3-4): 160-168.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Knowledge on pinniped immunology is still in its infancy. For instance, age-related and developmental aspects of the immune system in pinnipeds need to be better described. The present study examined the phagocytic activity and efficiency of harbour, grey and harp seal leukocytes. In the first part of the study, peripheral blood was collected from captive female harbour seals of various ages. Data showed an age-related decrease in phagocytosis in female harbour seals from sub-adult to adulthood. In the second part of the study, changes in phagocytosis were quantified during lactation in wild newborn harbour, grey and harp seals and in their mothers (harp and grey seals). In newborns of the same age, leukocytes of harbour and harp seals phagocytosed less than those of grey seal pups. The phagocytic activity and efficiency increased significantly from early to mid-lactation in newborn harbour seals, and from early to late lactation in newborn grey seals, which could suggest that the transfer of phagocytosis-promoting factor(s) in colostrum is an important feature of temporary protection for pups. In contrast, no changes in phagocytic activity and efficiency were observed in lactating females of the two seal species, harp and grey, examined. At late lactation, phagocytic activity in both grey and harp seal pups and phagocytic efficiency in grey seal pups were significantly higher than in their mothers. These results could reflect either the capacity of phagocytes of the newborn harp and grey seals to respond to pathogens. Results from this study suggest that the phagocytosis of the seal species examined is not fully developed at birth as it generally increases in pups during lactation. Thereafter, the phagocytic activity of seals appears to decrease throughout adulthood.©2009 Elsevier B.V.

SIMARD, Y., N. ROY, S. GIARD, C. GERVAISE, M. CONVERSANO, N. MÉNARD, 2010. Estimating whale density from their whistling activity : example with St. Lawrence beluga. Applied acoustics, 71: 1081-1086.

[Résumé disponible seulement en anglais]
A passive acoustic method is developed to estimate whale density from their calling activity in a monitored area. The algorithm is applied to a loquacious species, the white whale (Delphinapterus leucas), in Saguenay fjord mouth near Tadoussac, Canada, which is severely affected by shipping noise. Beluga calls were recorded from cabled coastal hydrophones deployed in the basin while the animal density was estimated visually from systematic observations from a fixed-point on the shore. Beluga calling activity was estimated from an algorithm extracting the call events in time–frequency space, while simultaneously tracking the masking intensity resulting from local shipping noise. The activity index was summarized in 15- and 30-min bins using four different metrics. For bins containing more than 40 % of valid data, the metrics were compared to the corresponding visual observations. The estimated mean acoustic detection range generally exceeded the fjord width, and extended to the whole 3-km long monitored area under low-noise conditions. The significant linear relations of the visual estimates with the calling activity metrics allowed assessing expected number of visually detected belugas in the basin from a weighted regression model, with a mean standard error of 7.1. %. Crown copyright ©2010 Elsevier Ltd.

APPELBEE, A.J., R.C.A. THOMPSON, L.M. MEASURES, M.E. OLSON, 2010. Giardia and Cryptosporidium in Harp and Hooded Seals from the Gulf of St. Lawrence, Canada. Vet. Parasitol., 173(1-2): 19-23.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Giardia and Cryptosporidium are protozoan parasites known to cause enteric disease in terrestrial wildlife species (mammals, reptiles and birds). Few surveys for Giardia and Cryptosporidium in marine wildlife species, such as pinnipeds, have been reported. The objective of this study was to determine the prevalence and genotype of Giardia and Cryptosporidium in two species of pinnipeds, Harp Seal (Phoca groenlandica) and Hooded Seal (Cystophora cristata), from the Gulf of St. Lawrence, Canada. Faecal samples were collected from pup and adult seals and examined for the presence of cysts of Giardia and oocysts of Cryptosporidium using microscopy and immunofluorescent staining. Tissues from the small intestine of adult seals were also collected and examined for infections using the polymerase chain reaction (PCR) technique. Giardia cysts were found in the faeces of 42 %(16/38) of adult Harp Seals, but in none of the harp seal pups (0/20). Although Giardia cysts were not detected in faeces of adult hooded seals (0/10) using microscopy, 80 % tested positive for Giardia using PCR of intestinal tissue indicative of a true replicating infection. Both harp and hooded seals harboured infections with the zoonotic strain, Giardiaduodenalis Assemblage A, as determined using a nested-PCR technique to amplify a small subunit ribosomal (SSU-rRNA) gene of Giardia. Cryptosporidium was not detected by microscopy, nor using the PCR technique on intestinal tissues from any of the 68 seals examined.©2010 Elsevier B.V.

BAILLEUL, F., V. LESAGE, M.O. HAMMILL, 2010. Spherical First Passage Time : A tool to investigate area-restricted search in three-dimensional movements. Ecol. Model., 221(13-14): 1665-1673.

[Résumé disponible seulement en anglais]
A better understanding of animal movements is of crucial importance for investigating numerous ecological issues. Developments in bio-logging technologies largely contributed to the observation and recording of animal displacements. Recently, several devices were developed to track animals in a three-dimensional space. However, given the larger number of variables, these advances generated new analytical problems and currently, few methods exist to analyse 3-D movements. In this study,wepresent a new technique, the Spherical First Passage Time (SFPT), to determine the scale of search behaviour in a volume. Building on the development of the First Passage Time (FPT) approach, SFPT measures the time required to cross a sphere along a 3-D path.Weused simulations as they provide an opportunity to better understand processes involved in a system. Moreover, they offer the advantage of considerably increasing sample size in cases where empiric data remain scarce. However, in order to be more realistic, simulations were constrained within the physiological and behavioural features inherent to a diving animal, in this case beluga whales. First, we modelled three-dimensional movements as a correlated random walk for which the vertical and horizontal dimensions were considered simultaneously. One restricted search event was included in each simulation. Spatial scales obtained with the SFPT approach were compared to those obtained from the classical FPT analysis over the corresponding horizontal path. Results indicate a significant difference between the two approaches, suggesting that, in most cases, an approach in 2-D misrepresents spatial scale of search behaviour occurring in 3-D. Although we tested the SFPT with the example of a diving marine mammal, we argue that this method is applicable for all animals moving in a three-dimensional space.© 2010 Elsevier B.V.

SIMARD, Y., R. LEPAGE, C. GERVAISE, 2010. Anthropogenic sound exposure of marine mammals from seaways : estimates for Lower St. Lawrence Seaway, eastern Canada. Applied acoustics, 71: 1093-1098.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The impact of shipping noise on marine life and quality of marine mammal habitats in oceans and coastal environments has become a major concern worldwide. Background noise can also limits detection of marine mammal sounds in passive acoustic monitoring (PAM) systems. Characterisation of this noise over long time periods and estimates of the exposure of the different marine mammal groups are still very fragmentary and limited to only a few locations. This paper presents such observations for a part of a busy seaway of North America, the St. Lawrence Seaway, which cuts through the Gulf of St. Lawrence and crosses several cetaceans and pinnipeds feeding areas. Noise was continuously recorded for a 5-month period in summer 2005 by an AURAL autonomous hydrophone deployed close to the bottom in the 300-m deep seaway. The maximum received noise level in the 20 Hz–0.9 kHz band reached 136 dB re 1 μParms. The median level of 112 dB re 1 μParms was exceeded 50 % of the time due to transiting merchant ships. Median spectral level tracks the reference curve for heavy traffic in oceans and 50 % of the noise is within a ±6 dB envelope around it. Strong spectral lines were common at low frequencies and in the 400–800 Hz band. M-weighting functions applied for the three groups of cetaceans and pinnipeds indicate wideband median levels varying from 106 to 112 dB-M re 1 μParms surrounded by a ±5 dB two-quartile interval. Higher values are expected for animals frequenting the sound channel at intermediate depths. As expected, the highest M-weighting levels correspond to low-frequency specialists and pinnipeds. Criteria for assessing the behavioural and physiological impacts of long term exposure of marine mammals to such shipping noise levels need to be worked out. Crown copyright ©2010 Elsevier Ltd.

Roy, N., Y. SIMARD, C. GERVAISE, 2010. 3D tracking of foraging belugas from their clicks : experiment from a coastal hydrophone array. Applied acoustics, 71: 1050-1056.

[Résumé disponible seulement en anglais]
A simple passive acoustic monitoring (PAM) setup was used to localize and track beluga whales underwater in three dimensions (3D) in a fjord. In June 2009, beluga clicks were recorded from a cabled hydrophone array in a regularly frequented habitat in Eastern Canada. Beluga click energy was concentrated in the 30–50 kHz frequency band. The click trains detected on several hydrophones were localized from their time difference of arrivals. Cluster analysis linked localizations into tracks based on criteria of spatial and temporal proximity. At close ranges from the array, the localized click-train series allowed three-dimensional tracking of a beluga during its dive. Clicks within a train spanned a large range of durations, inter-click intervals, source levels and bandwidths. Buzzes sometimes terminated the trains. Repeated click packets were frequent. All click characteristics are consistent with oblique observations from the beam axis, and ordered variation of the source pattern during a train, likely resulting from a scan of angles from the beam axis, was observed before click trains indicated focusing of the echolocation clicks in one direction. The click-train series is interpreted as echolocation chasing for preys during a foraging dive. Results show that a simple PAM system can be configured to passively and effectively 3D track wild belugas and small odontocetes in their regularly frequented habitat.©2010 Elsevier Ltd.

LESAGE, V., 2009. Advice relevant to the identification of critical habitat for St. Lawrence Beluga (Delphinapterus leucas). DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Science Advisory Report, 2009/070, 8 p.

Cliquer pour voir tout le texte

HAMMILL, M., M.C.S. KINGSLEY, V. LESAGE, J.-F. GOSSELIN, 2009. Abundance of eastern Hudson Bay belugas;Évaluation de l’abondance des belugas de l’est de la Baie d’Hudson. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2009/009, 22 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Au cours d’évaluations précédentes, un modèle de population intégrant des données fondées sur la densité ainsi que des données sur les captures totales a été adapté aux estimations de l’abondance des bélugas obtenues à partir de relevés aériens. Dans cette évaluation, un modèle exponentiel simple intégrant les données sur les captures a également été adapté aux estimations des relevés aériens de l’abondance en utilisant des méthodes bayésiennes. Dans les premières évaluations, les deux approches ont produit des résultats semblables. Selon l’ancien modèle, la population est estimée à 3 900 individus en 1985, comparativement à une population estimée à 4 100 individus selon le nouveau modèle. En 2008, la population estimée avait diminué pour atteindre 3 200 et 3 000 individus en utilisant respectivement l’ancien modèle et le nouveau. Il est recommandé d’utiliser le modèle adapté à l’aide des méthodes bayésiennes lors de futures évaluations, parce que la population actuelle est beaucoup plus petite par rapport aux niveaux d’origine de la population, de sorte que les effets des facteurs fondés sur la densité devraient être limités et que l’approche bayésienne offre une approche plus rigoureuse pour réduire l’incertitude concernant la dynamique de cette population et qu’est fondée sur la distribution postérieure complète à variables multiples des estimations de paramètres. Traditionnellement, les bélugas de l’est de la baie d’Hudson représentaient respectivement 12 %, 21 % et 13 % des captures dans les îles Belcher, le détroit d’Hudson et la baie d’Ungava. Des analyses plus récentes donnent à penser que la proportion de bélugas de l’est de la baie d’Hudson lors de la capture du printemps dans le détroit d’Hudson est moindre que la proportion de bélugas capturés à l’automne. Dans l’ensemble, la proportion dans l’échantillon de bélugas de l’est de la baie d’Hudson a diminué de 9 %. Aucun changement n’a été apporté aux hypothèses des modèles parce que la distribution saisonnière des échantillons recueillis aux fins d’analyses de l’ADN n’a pas eu d’incidence sur la distribution saisonnière de la récolte.

LEWIS, A.E., M.O. HAMMILL, M. POWER, D.W. DOIDGE, V. LESAGE, 2009. Movement and aggregation of eastern Hudson Bay beluga whales (Delphinapterus leucas) : a comparison of patterns found through satellite telemetry and Nunavik traditional ecological knowledge. Arctic, 62(1): 13-24.

Les connaissances écologiques traditionnelles (CÉT) consistent en l'ensemble des connaissances, de l'expérience et des valeurs des communautés de subsistance, tandis que la science occidentale s'appuie sur la mise à l'épreuve d'hypothèses dans le but d'obtenir de l'information sur les processus naturels. Bien que ces deux démarches permettent d'obtenir d'importants renseignements sur l'écologie, peu d'études ont établi une comparaison directe entre ces deux démarches. Nous avons comparé des données sur les mouvements et le rassemblement des bélugas, données obtenues à partir de CÉT prélevées au moyen d'entrevues (n=3253) ainsi qu'à partir de résultats de télémétrie par satellite sur 30 baleines marquées dans l'est de la baie d'Hudson, au Canada, à l'aide de systèmes d'information géographique (SIG) qui ont permis le formatage commun des ensembles de données. Pendant l'été, les centres de rassemblement en estuaire étaient évidents dans les deux ensembles de données. L'utilisation intensive des zones au large en ce qui a trait aux données de télémétrie, où 76 % des localisations se situaient à plus de 15 km du continent québécois, n'était pas évidente dans le cas des données des CÉT, où seulement 17 % des résultats indiquaient des localisations au large. L'indice de similarité de Morisita indiquait que la répartition des données obtenues par CÉT et par télémétrie variait d'une saison à l'autre, la similarité la plus grande ayant été atteinte l'hiver (0,74). Les données de localisation et de mouvement découlant de l'étude de télémétrie étaient limitées par la petite taille de l'échantillon et les courtes durées de déploiement des étiquettes, tandis que les données provenant des CÉT étaient biaisées par l'espace à couvrir et les habitudes de déplacement sur la côte. Bien que les deux ensembles de données puissent fournir de l'information complémentaire, tous deux possèdent des faiblesses qu'il y a lieu de reconnaître lorsque ces données sont adaptées à des fins de gestion des ressources.©2009 The Arctic Institute of North America

COUILLARD, C.M., B. LAPLATTE, É. PELLETIER, 2009. A fish bioassay to evaluate the toxicity associated with the ingestion of benzo[a]pyrene-contaminated benthic prey. Environ. Toxicol. Chem., 28(4): 772-781.

[Résumé disponible seulement en anglais]
A bioassay was developed to assess the toxic effects of ingested prey contaminated by polycyclic aromatic hydrocarbons (PAHs) using the teleost Fundulus heteroclitus as a predator and the polychaete Nereis virens as a benthic vector. Ten groups of nine male adult Fundulus were exposed for 21 d to 10 different diets of Nereis contaminated with benzo[a]pyrene (BaP) by spiking dead Nereis with BaP (spiked Nereis [SN] diets, 0–26 μg of BaP per gram dry wt) or by exposing living Nereis to a diet, to sediments, or to both contaminated with BaP (exposed Nereis [EN] diets, 0–16 μg/g dry wt). Another group was exposed to commercial fish food, used as reference diet. Condition and prevalence of histopathological changes were not affected. Exposure to the SN diets containing at least 3.5 μg of BaP per gram dry weight caused an induction of ethoxyresorufin-O-deethylase activity in the intestine but not in the liver. In contrast, fish exposed to the highest doses (≥13.4 μg of BaP per gram dry wt) had increased cellular proliferation rate in the liver but not in the intestine. Quantifiable levels of free BaP tetrol–like metabolites were detected in the bile of fish exposed to diets containing more than 6.8 μg/g dry weight of BaP, and exhibited a dose–response relationship in fish exposed to SN diets. For a similar dose of BaP, EN and SN diets had similar effects. Thus, the BaP metabolic products that could have been produced in Nereis apparently did not contribute to the biomarkers responses. This bioassay can be applied to a variety of prey contaminated naturally or experimentally with PAHs. The present study supports the use of intestinal biomarkers, in addition to hepatic biomarkers, in environmental monitoring to assess the impact of dietary exposure to PAHs.©2009 SETAC

HAMMILL, M., V. LESAGE, J.-F. GOSSELIN, 2009. Évaluation du stock de bélugas du nord du Québec (Nunavik) (Delphinapterus leucas). MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Avis scientifique, 2009/016, 13 p.

Cliquer pour voir tout le texte

LEBEUF, M., 2009. La contamination du béluga de l'estuaire du Saint-Laurent par les polluants organiques persistants : en revue;Contamination of the St. Lawrence Beluga by persistent organic pollutants : a review. Rev. Sci. Eau;J. Water Sci., 22(2): 199-233.

Le béluga de l'estuaire du Saint-Laurent (ESL) est une espèce menacée de disparition. L'une des causes contribuant à la précarité de cette population serait liée à son exposition à des composés chimiques toxiques. Cet article de revue collige l'information publiée dans la littérature scientifique sur la contamination des bélugas de l'estuaire du Saint-Laurent par les polluants organiques persistants (POP). Il discute des paramètres et processus qui influencent les concentrations et des tendances temporelles de la contamination observées chez cette population. Enfin, cet article évalue les forces et les limites d'un suivi de la contamination chez le béluga du SL en tant qu'espèce sentinelle de la contamination de son habitat. Entre 1980 et 2007, plus de 20 articles scientifiques ont rapporté la présence de divers POP chez le béluga de l'ESL. Les biphényles polychlorés (BPC) ainsi que le dichlorodiphényltrichloroéthane (DDT) et ses produits de transformation ont été les composés les plus fréquemment rapportés dans les tissus du béluga de l'ESL. La très grande majorité des analyses de contaminants organiques persistants a été réalisée sur des tissus provenant de carcasses de bélugas échouées sur les rives de l'estuaire du Saint-Laurent. Pour les POP dont l'usage est réglementé au Canada, incluant les BPC et le DDT, la contamination du béluga de l'ESL est soit décroissante ou stagnante. Cependant, pour certains composés émergents, notamment les polybromodiphényles éthers, les concentrations doublent à tous les 2-3 ans dans le gras du béluga de l'ESL. Les concentrations et des tendances temporelles de la contamination observées chez cette population sont cependant influencées par plusieurs facteurs dont le sexe et l'âge des animaux ainsi que la période durant laquelle ils ont été exposés aux POP. La qualité et la représentativité des tissus analysés ainsi que certains changements dans les méthodes d'analyses chimiques peuvent affecter les concentrations de POP mesurées chez le béluga. Le programme des carcasses & bélugas de l'ESL constitue un outil précieux pour caractériser la contamination des bélugas par les POP et en évaluer les tendances temporelles. Le béluga de l'ESL ne peut être considéré comme un bon indicateur de la décontamination des POP qui prévalent dans son habitat mais il doit être considéré comme une espèce sentinelle de la présence de POP bioaccumulables en émergence dans son habitat.©2009 RSE inc.

COUILLARD, C.M., 2009. Utilisation des poissons pour évaluer les effets biologiques des contaminants dans l'estuaire du Saint-Laurent et le fjord du Saguenay;Use of fish to assess biological effects of contaminants in the St. Lawrence Estuary and Saguenay Fjord. Rev. Sci. Eau;J. Water Sci., 22(2): 291-314.

Les organismes aquatiques de l'estuaire du Saint-Laurent (ESL) et du fjord du Saguenay (FS) sont exposés à des mélanges complexes de composés toxiques pouvant avoir lin impact sur les populations, seuls ou en interaction avec d'autres facteurs environnementaux. Lobjectif de cet article est de résumer l'information sur les effets biologiques des contaminants dans l'ESL et le FS obtenue à l'aide de poissons sentinelles. Trois études de cas démontrent la complémentarité de l'information obtenue avec différentes espèces. Les études sur l'anguille d'Amérique (Anguilla rostrata) montrent comment des poissons migrateurs peuvent être un vecteur important de contamination pour les prédateurs de haut niveau trophique de l'ESL. Des lésions prénéoplasiques au foie chez les anguilles en migration, probablement liées à une exposition aux hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) sur leurs aires de croissance, sont un exemple d'effet à long terme de contaminants qui ne persistent pas dans les tissus des poissons. La présence d'adduits à l'ADN a été démontrée chez les poulamons atlantiques (Microgadus tomcod) résidents dans l'ESL et permet de comparer les niveaux d'exposition aux HAP génotoxiques entre l'ESL et d'autres estuaires de la côte Atlantique. Les études sur le poulamon ont aussi révélé une interaction entre leur période de jeûne hivernal et les produits organiques persistants (POP) menant à une augmentation transitoire des concentrations de POP dans le foie et à une dysfonction hépatique. Des échantillonnages sur le terrain, couplés à des expositions en cages in situ et à des expériences en laboratoire, ont permis de mettre évidence chez des plies canadiennes (Hipoglossoides platessoides) exposées à des sédiments contaminés de la baie des Anglais, des altérations immunitaires causant une augmentation de la susceptibilité aux maladies infectieuses. Les futures études devraient poursuivre le développement de biomarqueurs pour différents groupes de contaminants et les utiliser chez des espèces de poissons clés, à des stades sensibles de leur cycle de vie, en combinant différentes approches expérimentales multistresseurs à des études de surveillance sur le terrain.©2009 RSE inc.

GOSSELIN, J.-F., V. LESAGE, M. HAMMILL, 2009. Index estimates of abundance for beluga in eastern Hudson Bay, James Bay and Ungava Bay in Summer 2008 ; Indices de l'abondance des bélugas dans l'est de la baie d'Hudson, la baie James et la baie d'Ungava à l'été 2008. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2009/006, 25 p.

Cliquer pour voir tout le texte

La gestion des bélugas chassés au Nunavik repose sur l'estimation de l'abondance des stocks y passant l'été, soit les stocks de la baie d'Ungava et de l'est de la baie d'Hudson qui sont tous deux en danger de disparition. Des relevés systématiques aérien d'échantillonnage en ligne pour estimer l'abondance des bélugas furent complétés dans la baie James, l'est de la baie d'Hudson et la baie d'Ungava du 20 juillet au 28 août 2008. Les vols suivaient des lignes d'orientation est-ouest avec un espacement de 18.5 km dans toutes les strates sauf dans la partie centrale de l'est de la baie d'Hudson, zone de couverture intense où l'espacement était réduit de moitié, i.e. 9.3 km, et où la strate fut survolée deux fois. Un total de 279 groupes de bélugas furent détectés entre les distances perpendiculaires au trajet de l'avion de 120 m à 2880 m. Le modèle "hazard-rate" (AIC = 4145.3), avec un plus bas critère d'information d'Akaike (AIC) que le modèle demi-normale ("halfnormal", AIC = 4156.9), ajusté sur la distribution des distances perpendiculaires non-regroupées a fourni une demi-largeur de bande de détection efficace de 839 m (cv = 0.08). Les indices d'abondance n'ont pas été corrigés pour le biais de disponibilité pour les animaux en plongée ni pour le biais de détection des observateurs. Un total de 214 groupes avec une taille moyenne de 3.99 (cv = 0.31) furent détectés sur 4 279 km de lignes dans la baie James produisant ainsi un indice d'abondance de 9292 (cv = 0.64). Un seul animal détecté sur 1246 km de survol dans la zone de faible couverture de l'est de la baie d'Hudson a produit à un indice d'abondance de 13 (cv = 1.02). Un groupe de 3 animaux détecté sur 82 km a produit un indice d'abondance de 15 (cv = 1.03) dans le Lac Guillaume-Delisle (Richmond Gulf). Il y a eu 2.8 fois plus de bélugas détectés lors du premier relevé que lors du second relevé de la zone de couverture intense de l'est de la baie d'Hudson, avec respectivement 107 groupes de taille moyenne de 2.97 (cv = 0.13) et 45 groupes de taille moyenne de 2.49 (cv = 0.30) pour le premier et le second relevé. Les indices d'abondance respectifs de 1797 (cv = 0.27) et de 657 (cv = 0.38) pour le premier et second relevé correspondent à un indice moyen pondéré pour l'effort de 1237 (cv = 0.46). Aucune baleine fut observée dans les estuaires de la rivière Nastapoka et de la Petite-Rivière-à-la-baleine pendant les relevés côtiers. L'addition des indices d'abondance de la zone de faible couverture et du Lac Guillaume-Delisle à la moyenne pondérée des deux relevés de la zone de couverture intense ont produit un indice d'abondance de 1265 (cv = 0.45) pour l'ensemble de l'est de la baie d'Hudson. Aucun béluga ne fut détecté dans la baie d'Ungava malgré 4334 km de lignes survolées au large des côtes, les relevés côtiers et le survol des estuaires des rivières Mucalic, False, George et Koksoak. Aucun béluga ne fut détecté pendant le relevé côtier du détroit d'Hudson de Quaqtaq à Inukjuak réalisé le 27 et 28 août. Ceci est le cinquième relevé visuel systématique de la baie James et de l'est de la baie d'Hudson. Les variations dans les indices d'abondance de surface entre les années et entre les relevés de la zone de couverture intense dans l'est de la baie d'Hudson en 2008 illustrent les défis liés à l'estimation d'abondance de petites populations avec des distributions regroupées.

LESAGE, V., D. BAILLARGEON, S. TURGEON, D.W. DOIDGE, 2009. Harvest statistics for beluga in Nunavik, 2005-2008 ; Statistiques de chasse au béluga au Nunavik, 2005-2008. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2009/007, 25 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les communautés du Nunavik ont traditionnellement chassé le béluga dans l’est de la Baie d’Hudson, le Détroit d’Hudson et la Baie d’Ungava dans le nord du Québec. Les statistiques de chasse ont été colligées depuis maintenant 35 ans. Les informations récoltées entre 1974 et 2004 ont été résumées dans deux rapports précédents (Lesage et al. 2001, Lesage & Doidge 2005). Le présent rapport procure une mise à jour de ces informations pour la période 2005–2008. Le niveau de chasse a progressivement décliné d'une moyenne de 450 bélugas/an avant l'introduction des quotas en 1986, à une moyenne de 258 bélugas/an durant 1986–2000, 175 bélugas/an en 2001–2004, et 161 bélugas/an en 2005–2008. Le respect des mesures de gestion s’est amélioré après 2002, tel que l'indique une transmission accrue d’information via les rapports hebdomadaires, une meilleure participation au programme d’échantillonnage, et une réduction globale des prises dans toutes les régions du Nunavik. Malgré ces améliorations, les quotas ont été surpassés presque chaque année et dans chaque région. Le détroit d’Hudson était historiquement et demeure le lieu des plus grandes prises durant 2005–2008, représentant 69–92 % des bélugas tués par les communautés du Nunavik. Un changement notable pour la période 2005–2008 par rapport aux années précédentes a été le nombre élevé de communautés chassant dans le détroit d’Hudson et l'apparition de chasse dans des aires non traditionnelles. Bien que les individus blancs aient été prépondérants dans la chasse, avec 59 % de l’ensemble des prises, les bélugas gris, incluant les individus gris foncés, représentaient 41%nbsp;% des bélugas tués en 2005–2008. La composition de la chasse indique aussi que les femelles ont été tuées aussi souvent, sinon plus souvent que les mâles. Ceci était particulièrement vrai pour les bélugas gris, chez qui les femelles ont été tuées au moins deux fois plus souvent que les mâles. Les bélugas plus âgés étaient relativement rares dans les prises durant 1993–2008 comparé aux chasses menées durant les années 1980s, ce qui a mené à des distributions dont la médiane d'âge était de 19 à 20 ans selon les périodes, comparé à 26 ans durant les années 1980s. Les bélugas tués dans le détroit d'Hudson durant les années 1990s et 2000s étaient légèrement plus âgés que ceux tués dans l'est de la baie d'Hudson.

HAMMILL, M., V. LESAGE, 2009. Seasonal movements and abundance of beluga in northern Quebec (Nunavik) based on weekly sightings information ; Renseignements sur les déplacements saisonniers et l’abondance du béluga dans le nord du Québec (Nunavik) d’après les observations hebdomadaire. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2009/010, 18 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Le ministère des Pêches et des Océans assure la tenue d’un système de déclaration des prélèvements dans les 14 villages situés dans le nord du Québec (Nunavik). Les données sur le nombre d’individus déclarés « abattus », « abattus et perdus » et « observés » sont enregistrées sur une base hebdomadaire. On a examiné les rapports sur le nombre de bélugas observés par les chasseurs pour déterminer s’ils peuvent être utilisés pour étudier les habitudes de déplacement saisonnier et pour déterminer si des tendances inhabituelles ont été observées ces dernières années. Dans la baie d’Ungava, on observe plus d’individus au printemps que pendant le reste de l’année mais, dans l’ensemble, le nombre d’individus observés est bas. On note des observations de bélugas tout au long de l’été, et celles-ci se poursuivent à l’automne. Le plus grand nombre d’individus déclarés a été observé dans le détroit d’Hudson. On a rapporté la présence de bélugas dans cette zone en mai ; par la suite, le nombre d’observations a augmenté rapidement en juin, puis a diminué avec peu ou aucun individu observé à la fin de juillet, en août et en septembre. Les rapports indiquent une augmentation du nombre de bélugas dans la zone du détroit d’Hudson à partir d’octobre. Dans la baie d’Hudson, peu d’individus ont été observés au printemps, mais les rapports indiquent que le nombre de bélugas observés a augmenté au début de l’été, atteignant un pic de la mi-juillet jusqu’au début d’août. On a noté une augmentation des observations à la mi-octobre, en particulier dans la partie nord-est de la baie d’Hudson. On observe une variabilité interannuelle considérable dans le nombre d’individus qui ont été observés, sans qu’il n’y ait toutefois de tendance nette. Dans le détroit d’Hudson, il semble y avoir eu un changement dans le pic des observations automnales, celui-ci passant d’octobre à novembre.

TURGEON, J., P. DUCHESNE, L.D. POSTMA, M. HAMMILL, 2009. Spatiotemporal distribution of beluga stocks (Delphinapterus leucas) in and around Hudson Bay : genetic mixture analysis based on mtDNA haplotypes ; Répartition spatiotemporelle des stocks de bélugas (Delphinapterus leucas) à l'intérieur et autour de la baie d'Hudson : analyse du métissage génétique fondée sur les haplotypes d'ADNmt. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2009/011, 18 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les stocks de bélugas ont été déterminés sur la base de leur répartition estivale dans différentes zones. Les collectivités du Nunavik du Nord pêchent les stocks de l'ouest de la baie d'Hudson, du sud-est de le l'île de Baffin et de l'est de la baie d'Hudson (aujourd'hui menacés). La pêche du stock menacée de la baie d'Ungava se poursuit également en dépit des très faibles estimations de recensement de cette population. Une analyse du métissage génétique y a été menée avec 37 haplotypes mitochondriaux répartis chez 1432 bélugas capturés dans le complexe géographique baie d'Hudson - détroit d'Hudson - île Baffin entre 1984 et 2004. La différenciation génétique a validé la définition traditionnelle des stocks de bélugas dans la région. L'estimation probabiliste de la contribution du stock aux échantillons mixtes varie selon les régions et les saisons. Bien que les contributions de l'ouest de la baie d'Hudson et du sudest de l'île Baffin se soient propagées au détroit d'Hudson et à la baie d'Ungava, elles décroissent généralement à l'écart des zones d'estivage. Le stock de l'est de la baie d'Hudson a contribué à environ 11 % de l'ensemble des échantillons mixtes. L'est de la baie d'Hudson était mieux représenté au printemps et à l'automne, suivi de la côte nord-est de la baie d'Hudson ainsi que de la baie d'Ungava, respectivement. La série d'haplotypes est plutôt inhabituelle et varie fortement à Sanikiluaq, et la composition enregistrée au printemps laisse à penser qu'une population distincte pourrait se trouver dans la région. Cette hypothèse est par ailleurs corroborée par d'autres études.

HAMMILL, M., V. LESAGE, J.-F. GOSSELIN, 2009. Évaluation du stock de béluga du nord du Québec (Nunavik) (Delphinapterus leucas). MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Avis scientifique, 2009/076, 8 p.

Cliquer pour voir tout le texte

HAMMILL, M., V. LESAGE, J.-F. GOSSELIN, 2009. Stock assessment of Northern Quebec (Nunavik) Beluga (Delphinapterus leucas). DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Science Advisory Report, 2009/076, 7 p.

Cliquer pour voir tout le texte

HAMMILL, M., V. LESAGE, J.-F. GOSSELIN, 2009. Stock assessment of northern Quebec (Nunavik) beluga (Delphinapterus leucas). DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Science Advisory Report, 2009/016, 13 p.

Cliquer pour voir tout le texte

HAMMILL, M.O., M.C.S. KINGSLEY, 2009. Harvest advice for Eastern Hudson Bay belugas ; Avis sur le prélèvement de bélugas de l'est de la baie d'Hudson. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2009/089, 17 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Le nombre d’animaux à l’est de la baie d’Hudson (EBH) est demeuré bas lors de la capture d’été dans le détroit d’Hudson. Pour réaliser cette évaluation, il a été présumé que tous les animaux tués dans l’EBH, que 10 % des animaux tués au printemps et en été dans le détroit d’Hudson, et que 20 % des animaux tués en automne dans le détroit d’Hudson et la baie d’Ungava étaient des bélugas de l’EBH. Un modèle de population intégrant des données fondées sur les prélèvements et adapté aux estimations de l’abondance obtenues à partir des relevés aériens en utilisant des méthodes bayésiennes a permis d’évaluer la population de 1985 à 4 200 individus (erreur-type = 1 500; intervalle de crédibilité de 95 % = 2 200-7 700). La modélisation a permis d’estimer que la population avait diminué pour atteindre 3 300 individus en 2009 (erreur-type = 1 325; intervalle de crédibilité de 95 % = 1 600-6 500). Néanmoins, aux niveaux de captures actuels, la population a probablement été stable ou a augmenté légèrement au cours des dernières années. La modélisation a estimé le nombre de bêtes abattues et perdues à 63 % (erreur-type = 31). Les analyses ont indiqué qu’un prélèvement de 15 individus de l’EBH en 2010 représenterait un niveau de risque moyen (de 0,3 à 0,35) que la population décline, dépendamment du nombre total de captures déclarées pour 2009. Le risque le plus bas serait associé à un nombre de prises déclarées en 2009 de 38 animaux de l’EBH, tandis qu’on obtiendrait un niveau de risque légèrement plus élevé si tout le TPA (Total des Prises Autorisées) de 2009 était pris. L’enlèvement de 55 individus se traduirait par une probabilité plus importante de provoquer une diminution de la population de l’ordre de 0,5 à 0,55 en 2010, toujours selon le nombre total de captures de 2009. Le nombre total d’individus qui peuvent être capturés sans provoquer une diminution de la population de bélugas de l’EBH dépendra de la répartition des prises entre l’est de la baie d’Hudson, la baie d’Ungava et le détroit d’Hudson au cours du printemps, de l’été, et de l’automne.

MOSNIER, A., V. LESAGE, J.-F. GOSSELIN, S. LEMIEUX LEFEBVRE, M.O. HAMMILL, T. DONIOL-VALCROZE, 2009. Information relevant to the documentation of habitat use by St. Lawrence Beluga (Delphinapterus leucas), and quantification of habitat quality ; Information pertinente à la documentation de l'utilisation de l'habitat par le béluga du St-Laurent (Delphinapterus leucas) et à la quantification de la qualité de l'habitat. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2009/098, 39 p.

Cliquer pour voir tout le texte

La taille de la population et l’aire de répartition actuelle du béluga du St Laurent ne représentent qu’une fraction de celles établies historiquement. Le coeur de leur aire de répartition est centré sur la rivière Saguenay, et est désormais compris entre Battures-aux-Loups-Marins et Rivière- Portneuf / Rimouski dans l'estuaire, et Baie Ste-Marguerite dans la rivière Saguenay. Les aires de concentration hors de cette zone varient saisonnièrement, tout comme durant les années 1930, mais sont désormais restreintes à une zone comprise entre les Battures-aux-Loups- Marins et Sept-îles / Cloridorme (alors qu’elle s’étendait de l’ouest de Québec à Natashquan durant les années 1930), avec que de rares observations dans la Baie des Chaleurs. L’étendue de l’aire de répartition du béluga du Saint-Laurent est faible si on la compare aux autres populations de béluga, et elle l’est encore plus en été. Le calendrier et l’étendue des mouvements saisonniers des bélugas sont vraisemblablement dictés par au moins trois éléments clés : la glace, le risque de prédation, et la disponibilité de nourriture. Cependant, on ne sait pas grand-chose de la répartition des bélugas en dehors de la saison estivale. Les connaissances actuelles suggèrent une ségrégation spatiale basée sur le sexe et la classe d'âge des individus qui semble typique chez cette espèce durant l'été. L'estuaire moyen, où les femelles accompagnées de veaux et de juvéniles se concentrent, est probablement un habitat important pour le soin des jeunes et la mise bas. Les raisons de cette ségrégation sexuelle et les caractéristiques de l'habitat qui sont essentielles à la survie des femelles, des veaux et des juvéniles dans ce secteur ne sont pas clairement définies. De plus, les individus de cette espèce tendent à se regrouper dans l'embouchure de certaines rivières en été, ce qui suggère qu'elles constituent une part essentielle de l'habitat du béluga. Les fonctions de ces aires demeurent cependant incertaines. Au sein de leur aire de répartition saisonnière, il existe plusieurs aires plus petites où les bélugas sont présents sur une base régulière ou dans lesquelles ils passent une proportion relativement importante de leur temps. Plusieurs d’entre elles ont été identifiées pour la période estivale. Cependant, la compréhension actuelle des fonctions et des éléments clés de ces habitats, de leur utilisation ou des mouvements des bélugas des uns aux autres, ne permet pas d’estimer leur importance relative pour la survie de la population. Considérant la faible étendue de la répartition actuelle par rapport aux valeurs historiques, il est fort probable qu’une dégradation des caractéristiques clés des habitats ou une réduction de la disponibilité des habitats clés aurait des effets négatifs sur cette population, et particulièrement si celle-ci devait s'accroître. Dans ce contexte, la conservation des caractéristiques clés et de l'accès aux aires utilisées à présent ou dans le passé par une grande proportion de cette population est présumée importante pour le rétablissement de la population et son expansion future. Cependant, certaines caractéristiques de l'espèce reliées à la longévité, l'organisation sociale et les comportements acquis influencent probablement l'utilisation saisonnière des habitats, et pourraient freiner la recolonisation des aires historiques.

SIMARD, Y., 2009. Le parc marin du Saguenay-Saint-Laurent : un habitat exceptionnel pour les baleines. Naturaliste can., 133(3): 57-61.

LESAGE, V., 2009. Avis sur la désignation de l'habitat essentiel des bélugas du Saint-Laurent (Delphinapterus leucas). MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Avis scientifique, 2009/070, 9 p.

Cliquer pour voir tout le texte

MEASURES, L., 2008. Les causes de mortalité du béluga du Saint-Laurent. Naturaliste can., 132(2): 75-79.

La population de bélugas de l'estuaire du Saint-Laurent (ESL) est estimée à quelque 1 100 individus, ce qui représente, au mieux, moins de 15  % de ce qu'elle pouvait être à la fin du XIX· siècle. La cause principale de ce déclin est attribuable à la chasse, laquelle n'a pris fin qu'en 1979. Les dénombrements réguliers et étalonnés des 20 dernières années n'indiquent toutefois aucun accroissement significatif des effectifs malgré la cessation de la récolte. Entre 1983 et 2005, 337 carcasses de béluga ont été trouvées. Les maladies infectieuses (38  % ) combinées aux cancers (15  % ) représentent plus de 50  % des cas de mortalité déterminés. L'âge moyen des bélugas trouvés morts dans l'ESL est de 34 ans même si ceux-ci peuvent vivre plus de 80 ans. En outre, les bélugas étudiés avaient accumulé une charge importante de contaminants chimiques dans leurs tissus. Cependant, on n'a pas démontré une relation de cause a effet entre les contaminants chimiques et les cancers et autres maladies dont les bélugas sont victimes. Plusieurs hypothèses sont proposées pour expliquer les difficultés qu'éprouve cette population au statut menacé pour se rétablir. La population de bélugas de l'ESL est unique en ce que les maladies y jouent un rôle important.©2008 La Société Provancher d'histoire naturelle du Canada

SAVARIA, J.-Y., G. CANTIN, L. BOSSÉ, R. BAILEY, L. PROVENCHER, F. PROUST, 2008. Proceedings from a scientific workshop on marine mammals, their habitats and food resources, held in Mont-Joli (Quebec) from April 3 to 7, 2000, within the context of the St. Lawrence Estuary Marine Protected Area project. Can. Manuscr. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2647, 124 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Ce rapport manuscrit fait suite à un atelier scientifique tenu à l'Institut Maurice-Lamontagne en avril 2000, portant sur les mammifères marins fréquentant l'estuaire du Saint-Laurent. Le but de cet atelier était de vérifier la pertinence scientifique de l'établissement d'une zone de protection marine (ZPM) dans l'estuaire du Saint-Laurent visant la protection des mammifères marins, de leurs habitats et de leurs ressources alimentaires. Les problèmes actuels et potentiels pour les mammifères marins, découlant essentiellement des activités humaines se déroulant dans le secteur, ont été débattus par les participants, ce qui leur a permis d'établir un ordre de priorité de ces différents problèmes ainsi que d'évaluer la pertinence des limites proposées de la ZPM. Le dérangement, la contamination et le manque de connaissances ont été ciblés comme étant les problèmes les plus importants. Enfin, les participants ont jugé qu’en raison de l'ampleur des problèmes auxquels font face les mammifères marins, l'établissement de la ZPM est justifié, voire essentiel à la protection de ces animaux et de leurs habitats.

MEASURES, L., 2007. Proceedings of the Workshop on the St. Lawrence Estuary Beluga : review of carcass program, November 14-17, 2005, Mont-Joli ; Compte rendu de l'atelier sur le béluga de l'estuaire du Saint-Laurent : revue du programme des carcasses, 14 au 17 novembre 2005, Mont-Joli. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Proceedings Series ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Série des compte rendus, 2007/005, 88 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Le béluga (Delphinapterus leucas) est un odontocète (baleine à dents) de taille moyenne des eaux arctiques et subarctiques. Des sept populations de bélugas au Canada, la population de l’estuaire du Saint-Laurent (ESL) est celle qui se trouve le plus au sud. Le béluga de l’ESL vit dans un habitat estuarien faisant partie d’une voie navigable internationale, à savoir la voie maritime du Saint-Laurent, où le trafic maritime est quotidien et où divers contaminants sont introduits, notamment des effluents industriels, des résidus chimiques et biologiques provenant du ruissellement des terres agricoles, des eaux usées des villes et des navires et des eaux de ballast. Cette population est protégée de la chasse depuis 1979. Elle compte actuellement environ 1 000 animaux. En 1983, elle a été désignée comme étant en voie de disparition par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et a été inscrite en 2004 dans une catégorie de moindre risque, à savoir menacée; elle est protégée à ce titre par la Loi sur les espèces en péril (LEP). Des préoccupations ont été soulevées quant au rôle des contaminants chimiques qui causent certaines modifications pathologiques pouvant empêcher le rétablissement de cette population. Au cours des deux dernières décennies, diverses mesures visant à améliorer la qualité de l’habitat et à protéger davantage cette population ont été prises par des organismes gouvernementaux et non gouvernementaux. Cependant, la population de béluga de l’ESL n’a toujours pas montré de signes importants de rétablissement. On n’en comprend toujours pas les raisons. Les bélugas sont des prédateurs longévifs de niveau trophique supérieur et sont exposés à divers contaminants anthropiques et naturels. Le béluga de l’ESL est très visible et charismatique et fait figure d’emblème au Québec, au Canada et dans le monde. Le ministère des Pêches et des Océans du Canada (MPO) a la responsabilité légale de conserver et de protéger cette population ainsi que d’en favoriser le rétablissement par l’élaboration et la mise en oeuvre d’un programme de rétablissement de l’espèce et d’un plan d’action tels que stipulés dans la LEP. Depuis 1982, le MPO, Parcs Canada et d’autres organismes (Institut national d’écotoxicologie du Saint-Laurent [INESL], Industries Filmar, Faculté de médicine vétérinaire [FMV] de l’Université de Montréal, Fonds mondial pour la nature [WWF]) appuient un programme permettant le suivi des mortalités au sein de la population de béluga de l’ESL ainsi que la nécropsie et l’échantillonnage des carcasses échouées. L’objectif de ce programme des carcasses de bélugas est de déterminer la cause de décès des animaux échoués au moyen de méthodes pathologiques et diagnostiques vétérinaires qui sont adaptées et normalisées. On a souvent employé les résultats publiés dans la littérature comme fondement scientifique sur lequel repose la mise en oeuvre de mesures de conservation et dans la prise de décisions par les gestionnaires des ressources et des habitats, y compris la création du parc marin du Saguenay-Saint-Laurent et le projet de la zone de protection marine (ZPM) Estuaire du Saint-Laurent, tous les deux étant conçus, en partie, pour protéger le béluga de l’ESL et son habitat. Le programme des carcasses de bélugas de l’ESL comporte trois volets : suivi, échantillonnage et nécropsie (examen post-mortem). Après 22 années complètes (1983-2004), le MPO et Parcs Canada ont considéré qu’une évaluation critique de ce programme méritait d’être réalisée et ont organisé un atelier auquel prendraient part divers scientifiques ou les gestionnaires du MPO et de Parcs Canada qui sont associés au programme ou, encore, qui emploient ses résultats pour la gestion de la conservation. Des spécialistes externes ont été invités à fournir des évaluations critiques du programme. L’atelier comptait quatre thèmes, à savoir les causes de mortalité et les maladies, les contaminants et les effets toxiques, la biologie et la démographie ainsi que la conservation. Les participants ont également été invités à fournir une évaluation des conséquences des quatre options présentées pour le programme des carcasses (élimination, réduction, maintien du statu quo ou modification) selon leur champ particulier de recherche ou d’intérêt. Le béluga de l’ESL est devenu un symbole mondial de la sensibilisation à l’environnement et à la protection. Les connaissances acquises dans le cadre du programme des carcasses ont contribué aux efforts de conservation visant à préserver et à protéger cette population de béluga. Le volet sur le suivi a permis de documenter les cas de mortalité. Le volet sur l’échantillonnage a permis de documenter l’exposition à certains contaminants toxiques. Les volets sur les nécropsies et l’échantillonnage ont permis de documenter des lésions, des anomalies comme le cancer, des infections opportunistes et des biomarqueurs comme les adduits de l’ADN dont la présence laisse sous-entendre des effets toxiques, une possible perturbation endocrinienne et une immunosuppression attribuables à des contaminants qui peuvent, à l’échelon de la population, avoir une incidence sur la croissance, la survie, le recrutement et la reproduction ainsi qu’accroître le taux de mortalité. À cet égard, le programme des carcasses s’est révélé important dans la détermination des menaces potentielles pesant sur le rétablissement de la population. L’étiologie ou la cause de certaines lésions ainsi que le rôle des contaminants toxiques et des agents pathogènes, ou des deux, demeurent encore inconnus. Les limites du programme des carcasses incluent : le petit nombre de carcasses trouvées, dont les biais sont inconnus, comme la sous-représentation des jeunes bélugas dans la base de données sur les échouements; les problèmes liés à la détermination de l’âge des animaux, particulièrement pour les vieux individus; l’état de décomposition avancée de certaines carcasses et d’autres facteurs qui donnent lieu à un pourcentage important de causes de décès inconnues. Au rang des limites du programme, mentionnons aussi le faible nombre d’échantillons de tissus d’assez bonne qualité pour permettre de vérifier des hypothèses relatives au rôle des agents pathogènes ou des concentrations de contaminants et de leurs effets toxiques ou, encore, de détecter des tendances annuelles; la mauvaise gestion de la base de données; enfin, l’absence d’intégration des données sur les contaminants avec des données sur les affections ou les biomarqueurs, intégration dont on a besoin pour démontrer tout lien causal entre certaines lésions et la présence de certains contaminants toxiques. L’intégration de ces données, y compris des données d’autres recherches (relevés aériens, études sur le régime alimentaire, etc.) permettrait d’augmenter grandement la puissance des analyses et nous aiderait à comprendre les raisons du non-rétablissement de cette population. Parmi les problèmes qui sont sources de confusion figurent : la longévité du béluga et le déclin de certains contaminants toxiques ainsi que la découverte de nouveaux contaminants toxiques dans le milieu marin et dans les tissus du béluga. Les discussions en ateliers ont permis la formulation de quatre recommandations clés concernant le programme des carcasses. Recommandation 1 - On doit maintenir le programme des carcasses de bélugas de l’ESL, une étude de cas reconnue à l’échelle mondiale, afin de suivre l’état et le rétablissement (détecter l’amélioration ou la détérioration) de cette population. Ce programme fournit des données importantes sur les échouements (volet sur le suivi), les affections et la cause de décès (volet sur la nécropsie) de même que des échantillons de tissus dont on a besoin pour approfondir les évaluations portant, par exemple, sur l’âge au décès, les agents pathogènes, le génotypage, les contaminants, les états physiologiques et reproducteurs ainsi que le régime alimentaire (volet sur l’échantillonnage). Dans le cas des animaux longévifs, il faut recueillir des données sur une longue période pour détecter les changements dans les charges de contaminants et les effets toxiques et pour évaluer les réactions aux efforts de gestion visant à favoriser le rétablissement de cette population. Il est maintenant nécessaire que la base de données sur la nécropsie soit mise à jour, validée, mieux organisée et rendue accessible à certains chercheurs. Avec cette grande série chronologique de données, on doit débuter l’intégration des données actuelles qui reliera l’information concernant divers aspects de la recherche sur le béluga de l’ESL, notamment le suivi, la nécropsie, l’échantillonnage, les analyses des contaminants, les données génétiques, les relevés aériens, l’identification photographique, l’étiquetage, etc. On pourrait proposer et évaluer des hypothèses à l’aide des données actuelles, et ces hypothèses serviront de plateforme de ressources utiles sur laquelle on peut concevoir des projets spéciaux financés par des fonds spéciaux. Recommandation 2 - Il y aurait lieu de créer un consortium et d’intégrer toute l’information disponible. Un consortium regroupant des chercheurs participants qui étudient le béluga de l’ESL, avec le MPO à titre d’organisme responsable, serait une manière efficace de gérer et de partager l’information, d’améliorer la collaboration, de déterminer les besoins en matière de recherche et de faciliter le financement de projets spéciaux. Les objectifs du consortium devraient inclure les points suivants : 1) établir et documenter les protocoles de tous les volets du programme des carcasses; 2) améliorer le partage des données et favoriser les travaux réalisés en collaboration, et portant sur le béluga de l’ESL; 3) formuler des avis sur l’orientation à donner aux recherches, les priorités et les mesures d’atténuation en vue de protéger la population et de faciliter le rétablissement; 4) effectuer l’inventaire des banques de tissus et des bases de données archivées, les mettre à jour, les gérer et coordonner leur utilisation; 5) explorer les sources possibles de financement afin de mener des projets de recherche spéciaux; 6) aider à l’élaboration d’un plan d’urgence pour détecter un échouement inhabituel, une mortalité inhabituelle ou une menace immédiate pour la population et y réagir en temps opportun; 7) tenir un inventaire de toutes les publications liées au programme et communiquer les résultats à d’autres scientifiques, à des gestionnaires et au public. Il faudrait obtenir des fonds pour faciliter l’organisation et coordonner les activités du consortium. Recommandation 3 - Les volets de base du programme des carcasses de bélugas de l’ESL (suivi, nécropsie, échantillonnage) doivent se poursuivre et bénéficier d’un financement adéquat puisqu’ils sont nécessaires à l’obtention des données essentielles à la gestion, au rétablissement et à la conservation de cette population. Cependant, ce programme de « base » ne bénéficie pas à l’heure actuelle d’un financement adéquat. Le financement interne (du MPO et de Parcs Canada) s’est révélé jusqu’ici insuffisant. Presque tous les volets du programme de « base » ont été partiellement financés par des fonds externe (provenant de l’extérieur du programme des carcasses, de bénévoles, etc.) et leur avenir demeure imprévisible, faute d’un engagement financier à long terme. Recommandation 4 - On doit établir des projets de recherche spéciaux financés par des fonds spéciaux à l’extérieur du programme de « base », c.-à-d. des subventions du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG), du Fonds pour la formation de chercheurs et l’aide à la recherche (FCAR) et d’organismes non gouvernementaux. Les projets spéciaux financés par des fonds externes spéciaux bénéficieront du programme de « base » et l’enrichiront. Ils permettront de répondre à des questions précises soulevées par les résultats du programme de « base » de même qu’à des besoins de gestion particuliers. Le programme de « base » a recueilli suffisamment de données jusqu’ici pour permettre la formulation d’un certain nombre d’hypothèses vérifiables qui peuvent être examinées en tant que projets spéciaux appuyés ou non par le MPO (selon le mandat et les priorités). Certains exemples de projets spéciaux ont été proposés. La réussite de la conservation de l’écosystème du Saint-Laurent et du rétablissement de sa population endémique et emblématique de béluga repose sur des données scientifiques solides. Selon des preuves actuelles, la population ne diminue pas, mais ne semble pas non plus s’accroître. Étant donné qu’elle est protégée de la chasse, il faut relever et quantifier les facteurs qui peuvent limiter le rétablissement. Des données utiles obtenues du programme des carcasses peuvent aider à déterminer ces facteurs, mais elles doivent être intégrées à celles d’autres recherches portant sur cette population, et une collaboration étroite entre les chercheurs et les gestionnaires intéressés doit être facilitée et accrue. La réussite de la protection et du rétablissement de la population de béluga de l’ESL figure parmi les résultats stratégiques clés du MPO - le maintien d’écosystèmes aquatiques sains et productifs - pour tous les Canadiens.

HAMILL, M., 2007. Potential impacts of an increased harvest of beluga whales in the Nottingham and Salisbury Islands areas. Science response (Canadian Science Advisory Secretariat), 2007/017, 10 p.

Cliquer pour voir tout le texte

ROSS, P.S., G.A. STERN, M. LEBEUF, 2007. Trouble at the top of the food chain : environmental contaminants and health risks in marine mammals : a white paper on search priorities for Fisheries and Oceans Canada. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2734, 30 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les mammiferes marins comprennent plusieurs especes qui exercent une grande fascination sur les humains mais sont vulnerables aux effets sanitaires nocifs associes Ai' exposition aux contaminants de l' environnement, notamment ceux qui sont classes parmi les contaminants persistants, bioaccumulatifs et toxiques (abreges « PBT »; ils incluent divers contaminants organiques et meta1liques). La vulnerabilite des mammiferes marins peut etre attribuee a leur duree de vie souvent longue pendant laquelle ils accumulent des contaminants persistants, a la grande frequence avec laqueUe ils se trouvent au sommet des r6seaux alimentaires aquatiques, ce qui entraine la bioamplification des PBY et leur incapacite a 6liminer facilement un grand nombre de ces contaminants. En outre, plusieurs autres classes de contaminants, notamment certains pesticides, metaux et hydrocarbures, peuvent presenter un risque sanitaire pour les mammiferes marins qui ne se trouvent pas au sommet de la hierarchie alimentaire (comme les baleines grises qui filtrent les sediments) ou un risque pour leurs proies. On peut dire que les mammiferes marins constituent les «trappes biologiques)} supremes des milliers de produits chimiques rejetes dans les oceans du Canada. Comprendre comment differents contaminants chimiques penetrent dans les reseaux alimentaires des mammiferes marins et quels impacts ils ont sur la sante de ces derniers au de leurs proies constituent deux besoins fondamentaux de connaissances chez les scientifiques, les conservationnistes, les gestionnaires et les responsables de la reglementation. Peches et Oceans Canada (MPO) joue un role crucial dans la gerance des plus de 40 especes de mammiferes marins frequentant les eaux canadiennes, que ce soit du point de vue de l'ecotourisme, de l'exploitation des res sources (par les Premieres nations et autres parties), leur role de predateurs de niveau trophique superieur ou leur valeur intrinseque pour la population canadienne. Les contaminants de l'environnement sont mentionnes comme autant de menaces a la conservation des belugas de l'estuaire du Saint-Laurent, une espece menacee en vertu de la Loi sur les especes en peril (LEP) et les orques residents et nomades « menaces» et « en voie de disparition )} de Colombie-Britannique. La recherche toxicologique sur les mammi:feres marins realisee par les scientifiques du MPO fournit un etat de l'environnement« integre » aux gestioIUlaires, des renseignements sur les facteurs touchant la sante (mortalite, reproduction, d6veloppement) des populations de mammiferes marins menacees ou en voie de disparition ainsi qu'un organe unique de communication de l'infCtrmation au grand public et aux groupes d'intervenants. La recherche sur les contaminants chez les mammi:feres marins a fourni des conseils aux equipes LEP de retablissement du MPO, aux programmes Oceans (QuaIite du milieu marin [QMM] et Gestion integree [GI]) ainsi Qu'aux projets Habitat; elle a egalement 6t6 utilisee . En vue d'am6liorer la mise en reuvre de programmes de conservation ou d'att6nuation des impacts par d' autres ministeres gouvernementaux (Environnement Canada, Sante Canada, Affaires indiennes et du Nord Canada), des initiatives et organismes transfrontaliers (United States Environmental Protection Agency, National Marine Fisheries Service, Convention de Stockholm) et des organisations non gouvernementales. Les besoins prioritaires du MPO en matiere de recherche comprennent Ie developpement et l'application de biomarqueurs de contaminants ('effets sanitaires'), la recherche sur les voies de penetration afin de comprendre pourquoi les mammifères marins sont atteints d'une contamination aussi élevée et l'évaluation des effets éventuels des variations climatiques sur l'exposition, une approche écosystémique qui documente l'incidence, en matière de conservation, des substances chimiques toxiques, l'évaluation de nouveaux risques relatifs aux contaminants pour les mammifères marins et des évaluations de l'exposition dans des milieux vulnérables comme l'Arctique.

Gervaise, C., S. VALLEZ, C. IOANA, Y. STEPHAN, Y. SIMARD, 2007. Passive acoustic tomography : new concepts and applications using marine mammals. J. Mar. Biol. Assoc. U.K., 87: 5-10.

[Résumé disponible seulement en anglais]
This paper presents the new concept of passive acoustic tomography which allows ocean data collection with a passive acoustic remote sensing process. The originality lies in using acoustic sources of opportunity such as surface noise, radiated ship noise and marine mammal calls. Such use of passive tomography is a promising way to reduce acoustic emissions in oceans. A review is first presented, including the description of new concepts of covert active, assisted passive and autonomous tomography, followed by applications on real world data. Under the assumptions of multipath propagation and measurements performed by a sparse network of hydrophones, a time–frequency processor is proposed to simultaneously estimate the source location and the impulse response of the propagation channel for marine mammal calls used as opportunistic sources (multipath structure, time delay and attenuation are estimated). Promising results are obtained on real data coming from the Laurentian channel where wideband beluga calls (1 to 3 kHz) are measured by a sparse network of 6 bottom hydrophones.©2007 Marine Biological Association of the United Kingdom

HAMMILL, M., 2007. Impacts potentiels de prélèvements accrus de bélugas dans les secteurs des îles Nottingham et Salisbury. Réponse des sciences (Secrétariat canadien de consultation scientifique), 2007/017, 11 p.

Cliquer pour voir tout le texte

HAMMILL, M.O., L.N. MEASURES, J.-F. GOSSELIN, V. LESAGE, 2007. Lack of recovery in St. Lawrence Estuary beluga ; Absence de rétablissement du béluga de l'estuaire du Saint-Laurent. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2007/026, 19 p.

Cliquer pour voir tout le texte

La taille initiale de la population et les changements d'abondance des bélugas du Saint-Laurent ont été estimés pour la période de 1866 à 2006. La surchasse a entraîné un déclin de l'abondance d'une population initiale de 7 800 (erreur-type=600) en 1866 à environ 1000 animaux en 1985. Malgré 30 années de protection contre la chasse, le béluga du Saint-Laurent ne montre aucun signe de rétablissement avec un indice d'abondance corrigé pour la plongée de 1100 (erreur-type=300, IC 95 % = 500-1 800 arrondi à la centaine) animaux. Un programme de suivi des carcasses et de nécropsies rapporte en moyenne 15 carcasses par année, ce qui représente vraisemblablement qu'une faible fraction du nombre total des mortalités de cette population. La structure d'âge des individus adultes suggère que les taux de mortalité des adultes (6,5 % par année) sont similaires à ce qui est attendu dans une population saine de l'Arctique (7,0 % par année)(Burns and Seaman 1985). Les estimations des taux de reproduction sont incertains et les juvéniles sont sous-représentés dans les rapports d'échouages. Parmi les animaux pour lesquels la cause de mortalité a été identifiée, 38 % étaient liées à des infections de parasites et de bactéries, 15 % liées au cancer, 7 % à des difficultés pendant la mise bas, 5 % à un trauma, et 7 % à d'autres facteurs. Le manque d'information sur la diète limite la modélisation des interactions trophiques et les besoins en habitat. L'émigration ne semble pas être un problème important, mais la perte de seulement un ou deux individus annuellement a des effets cumulatifs à long terme qui ne sont pas positifs pour la population.

GOSSELIN, J.-F., M.O. HAMMILL, V. LESAGE, 2007. Comparison of photographic and visual abundance indices of belugas in the St. Lawrence Estuary in 2003 and 2005 ; Comparaison des indices d'abondance photographique et visuels des bélugas de l'estuaire du Saint-Laurent en 2003 et 2005. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2007/025, 27 p.

Cliquer pour voir tout le texte

L'abondance des bélugas dans l'estuaire du Saint-Laurent et la rivière Saguenay a été estimée par des relevés aériens photographique et visuels de la mi-août au début septembre en 2003 et 2005.Les transects ont couvert une région de 5377 km2 de l'estuaire qui correspond à la principale concentration d'animaux en été. Un total de 311 bélugas ont été comptés sur 1108 photographies captées le 2 septembre 2003. Ce compte a été augmenté à 312 animaux en considérant que 0.2 % de la région photographiée était masquée par la réflexion solaire. Ce compte a été multiplié par un facteur d'expansion de 2.021, pour tenir compte de la couverture photographique de 49.5 % de l'estuaire. Deux animaux observés dans la rivière Saguenay ont été additionnés à l'estimation finale produisant un indice d'abondance en surface de 632 (erreur-type = 116) bélugas pour le relevé photographique de 2003. Les relevés systématiques visuels par échantillonnage en ligne ont été complétés en suivant une ligne sur deux du plan de relevé photographique afin de couvrir toute la région en une journée. Cinq relevés visuels ont été complétés à une altitude de 305 m en 2003 et 14 relevés additionnels ont été complétés en 2005, en alternant entre les altitudes de 305 m et 457 m. Les analyses de distance ont été faites sur la distribution tronquée des distances perpendiculaires à la ligne de transect pour tenir compte des zones de plus faible détectabilité des animaux sous (re. troncature à droite) et loin (re. troncature à gauche) de l'avion. La distribution des distances perpendiculaires a été tronquée à gauche à 99 m et tronquée à droite à 1569 m en 2003. Les troncatures à droite et à gauche étaient respectivement à 155 m et 2172 m pour l'altitude de 305 m et à 213 m et 2355 m pour l'altitude de 457 m en 2005. L'indice combiné d'abondance de 934 (erreur-type = 105) bélugas des relevés visuels par échantillonnage en ligne en 2003 était de 48 % plus élevé que l'indice du relevé photographique. En 2005, l'indice combiné d'abondance de 675 (erreur-type = 101) pour l'altitude inférieur (305 m) n'était pas significativement différent (F = 1.79, p = 0.21) de l'indice combiné de 531 (erreur-type = 62) pour l'altitude supérieur (457 m). L'altitude n'a pas eu d'effet significatif sur la demi-largeur de bande efficace, sur la taille estimée de groupe, ni sur la fréquence des détections. Les bélugas étaient plus fréquents et généralement plus abondants dans la rivière Saguenay en 2005 qu'en 2003. Des animaux ont été détectés dans le fjord lors de 13 des 14 relevés complétés avec une moyenne de 39 individus en 2005, comparativement à des détections lors de 3 des 6 relevés avec une moyenne de 6 individus en 2003. Bien que les indices d'abondance des méthodes visuelle et photographique ne soient pas significativement différents, des comparaisons supplémentaires devraient être complétées afin de garantir la calibration de ces deux méthodes.

MEASURES, L., 2007. Compte rendu de l'atelier sur le béluga de l'estuaire du Saint-Laurent : revue du programme des carcasses, 14 au 17 novembre 2005, Mont-Joli ; Proceedings of the workshop on the St. Lawrence estuary beluga : review of carcass program, November 14-17, 2005, Mont-Joli. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Série des comptes rendus ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Proceedings Series, 2007/005, 88 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Le béluga (Delphinapterus leucas) est un odontocète (baleine à dents) de taille moyenne des eaux arctiques et subarctiques. Des sept populations de bélugas au Canada, la population de l’estuaire du Saint-Laurent (ESL) est celle qui se trouve le plus au sud. Le béluga de l’ESL vit dans un habitat estuarien faisant partie d’une voie navigable internationale, à savoir la voie maritime du Saint-Laurent, où le trafic maritime est quotidien et où divers contaminants sont introduits, notamment des effluents industriels, des résidus chimiques et biologiques provenant du ruissellement des terres agricoles, des eaux usées des villes et des navires et des eaux de ballast. Cette population est protégée de la chasse depuis 1979. Elle compte actuellement environ 1 000 animaux. En 1983, elle a été désignée comme étant en voie de disparition par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) et a été inscrite en 2004 dans une catégorie de moindre risque, à savoir menacée; elle est protégée à ce titre par la Loi sur les espèces en péril (LEP). Des préoccupations ont été soulevées quant au rôle des contaminants chimiques qui causent certaines modifications pathologiques pouvant empêcher le rétablissement de cette population. Au cours des deux dernières décennies, diverses mesures visant à améliorer la qualité de l’habitat et à protéger davantage cette population ont été prises par des organismes gouvernementaux et non gouvernementaux. Cependant, la population de béluga de l’ESL n’a toujours pas montré de signes importants de rétablissement. On n’en comprend toujours pas les raisons. Les bélugas sont des prédateurs longévifs de niveau trophique supérieur et sont exposés à divers contaminants anthropiques et naturels. Le béluga de l’ESL est très visible et charismatique et fait figure d’emblème au Québec, au Canada et dans le monde. Le ministère des Pêches et des Océans du Canada (MPO) a la responsabilité légale de conserver et de protéger cette population ainsi que d’en favoriser le rétablissement par l’élaboration et la mise en oeuvre d’un programme de rétablissement de l’espèce et d’un plan d’action tels que stipulés dans la LEP. Depuis 1982, le MPO, Parcs Canada et d’autres organismes (Institut national d’écotoxicologie du Saint-Laurent [INESL], Industries Filmar, Faculté de médicine vétérinaire [FMV] de l’Université de Montréal, Fonds mondial pour la nature [WWF]) appuient un programme permettant le suivi des mortalités au sein de la population de béluga de l’ESL ainsi que la nécropsie et l’échantillonnage des carcasses échouées. L’objectif de ce programme des carcasses de bélugas est de déterminer la cause de décès des animaux échoués au moyen de méthodes pathologiques et diagnostiques vétérinaires qui sont adaptées et normalisées. On a souvent employé les résultats publiés dans la littérature comme fondement scientifique sur lequel repose la mise en oeuvre de mesures de conservation et dans la prise de décisions par les gestionnaires des ressources et des habitats, y compris la création du parc marin du Saguenay-Saint-Laurent et le projet de la zone de protection marine (ZPM) Estuaire du Saint-Laurent, tous les deux étant conçus, en partie, pour protéger le béluga de l’ESL et son habitat. Le programme des carcasses de bélugas de l’ESL comporte trois volets : suivi, échantillonnage et nécropsie (examen post-mortem). Après 22 années complètes (1983-2004), le MPO et Parcs Canada ont considéré qu’une évaluation critique de ce programme méritait d’être réalisée et ont organisé un atelier auquel prendraient part divers scientifiques ou les gestionnaires du MPO et de Parcs Canada qui sont associés au programme ou, encore, qui emploient ses résultats pour la gestion de la conservation. Des spécialistes externes ont été invités à fournir des évaluations critiques du programme. L’atelier comptait quatre thèmes, à savoir les causes de mortalité et les maladies, les contaminants et les effets toxiques, la biologie et la démographie ainsi que la conservation. Les participants ont également été invités à fournir une évaluation des conséquences des quatre options présentées pour le programme des carcasses (élimination, réduction, maintien du statu quo ou modification) selon leur champ particulier de recherche ou d’intérêt. Le béluga de l’ESL est devenu un symbole mondial de la sensibilisation à l’environnement et à la protection. Les connaissances acquises dans le cadre du programme des carcasses ont contribué aux efforts de conservation visant à préserver et à protéger cette population de béluga. Le volet sur le suivi a permis de documenter les cas de mortalité. Le volet sur l’échantillonnage a permis de documenter l’exposition à certains contaminants toxiques. Les volets sur les nécropsies et l’échantillonnage ont permis de documenter des lésions, des anomalies comme le cancer, des infections opportunistes et des biomarqueurs comme les adduits de l’ADN dont la présence laisse sous-entendre des effets toxiques, une possible perturbation endocrinienne et une immunosuppression attribuables à des contaminants qui peuvent, à l’échelon de la population, avoir une incidence sur la croissance, la survie, le recrutement et la reproduction ainsi qu’accroître le taux de mortalité. À cet égard, le programme des carcasses s’est révélé important dans la détermination des menaces potentielles pesant sur le rétablissement de la population. L’étiologie ou la cause de certaines lésions ainsi que le rôle des contaminants toxiques et des agents pathogènes, ou des deux, demeurent encore inconnus. Les limites du programme des carcasses incluent : le petit nombre de carcasses trouvées, dont les biais sont inconnus, comme la sous-représentation des jeunes bélugas dans la base de données sur les échouements; les problèmes liés à la détermination de l’âge des animaux, particulièrement pour les vieux individus; l’état de décomposition avancée de certaines carcasses et d’autres facteurs qui donnent lieu à un pourcentage important de causes de décès inconnues. Au rang des limites du programme, mentionnons aussi le faible nombre d’échantillons de tissus d’assez bonne qualité pour permettre de vérifier des hypothèses relatives au rôle des agents pathogènes ou des concentrations de contaminants et de leurs effets toxiques ou, encore, de détecter des tendances annuelles; la mauvaise gestion de la base de données; enfin, l’absence d’intégration des données sur les contaminants avec des données sur les affections ou les biomarqueurs, intégration dont on a besoin pour démontrer tout lien causal entre certaines lésions et la présence de certains contaminants toxiques. L’intégration de ces données, y compris des données d’autres recherches (relevés aériens, études sur le régime alimentaire, etc.) permettrait d’augmenter grandement la puissance des analyses et nous aiderait à comprendre les raisons du non-rétablissement de cette population. Parmi les problèmes qui sont sources de confusion figurent : la longévité du béluga et le déclin de certains contaminants toxiques ainsi que la découverte de nouveaux contaminants toxiques dans le milieu marin et dans les tissus du béluga. Les discussions en ateliers ont permis la formulation de quatre recommandations clés concernant le programme des carcasses. Recommandation 1 - On doit maintenir le programme des carcasses de bélugas de l’ESL, une étude de cas reconnue à l’échelle mondiale, afin de suivre l’état et le rétablissement (détecter l’amélioration ou la détérioration) de cette population. Ce programme fournit des données importantes sur les échouements (volet sur le suivi), les affections et la cause de décès (volet sur la nécropsie) de même que des échantillons de tissus dont on a besoin pour approfondir les évaluations portant, par exemple, sur l’âge au décès, les agents pathogènes, le génotypage, les contaminants, les états physiologiques et reproducteurs ainsi que le régime alimentaire (volet sur l’échantillonnage). Dans le cas des animaux longévifs, il faut recueillir des données sur une longue période pour détecter les changements dans les charges de contaminants et les effets toxiques et pour évaluer les réactions aux efforts de gestion visant à favoriser le rétablissement de cette population. Il est maintenant nécessaire que la base de données sur la nécropsie soit mise à jour, validée, mieux organisée et rendue accessible à certains chercheurs. Avec cette grande série chronologique de données, on doit débuter l’intégration des données actuelles qui reliera l’information concernant divers aspects de la recherche sur le béluga de l’ESL, notamment le suivi, la nécropsie, l’échantillonnage, les analyses des contaminants, les données génétiques, les relevés aériens, l’identification photographique, l’étiquetage, etc. On pourrait proposer et évaluer des hypothèses à l’aide des données actuelles, et ces hypothèses serviront de plateforme de ressources utiles sur laquelle on peut concevoir des projets spéciaux financés par des fonds spéciaux. Recommandation 2 - Il y aurait lieu de créer un consortium et d’intégrer toute l’information disponible. Un consortium regroupant des chercheurs participants qui étudient le béluga de l’ESL, avec le MPO à titre d’organisme responsable, serait une manière efficace de gérer et de partager l’information, d’améliorer la collaboration, de déterminer les besoins en matière de recherche et de faciliter le financement de projets spéciaux. Les objectifs du consortium devraient inclure les points suivants : 1) établir et documenter les protocoles de tous les volets du programme des carcasses; 2) améliorer le partage des données et favoriser les travaux réalisés en collaboration, et portant sur le béluga de l’ESL; 3) formuler des avis sur l’orientation à donner aux recherches, les priorités et les mesures d’atténuation en vue de protéger la population et de faciliter le rétablissement; 4) effectuer l’inventaire des banques de tissus et des bases de données archivées, les mettre à jour, les gérer et coordonner leur utilisation; 5) explorer les sources possibles de financement afin de mener des projets de recherche spéciaux; 6) aider à l’élaboration d’un plan d’urgence pour détecter un échouement inhabituel, une mortalité inhabituelle ou une menace immédiate pour la population et y réagir en temps opportun; 7) tenir un inventaire de toutes les publications liées au programme et communiquer les résultats à d’autres scientifiques, à des gestionnaires et au public. Il faudrait obtenir des fonds pour faciliter l’organisation et coordonner les activités du consortium. Recommandation 3 - Les volets de base du programme des carcasses de bélugas de l’ESL (suivi, nécropsie, échantillonnage) doivent se poursuivre et bénéficier d’un financement adéquat puisqu’ils sont nécessaires à l’obtention des données essentielles à la gestion, au rétablissement et à la conservation de cette population. Cependant, ce programme de « base » ne bénéficie pas à l’heure actuelle d’un financement adéquat. Le financement interne (du MPO et de Parcs Canada) s’est révélé jusqu’ici insuffisant. Presque tous les volets du programme de « base » ont été partiellement financés par des fonds externe (provenant de l’extérieur du programme des carcasses, de bénévoles, etc.) et leur avenir demeure imprévisible, faute d’un engagement financier à long terme. Recommandation 4 - On doit établir des projets de recherche spéciaux financés par des fonds spéciaux à l’extérieur du programme de « base », c.-à-d. des subventions du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG), du Fonds pour la formation de chercheurs et l’aide à la recherche (FCAR) et d’organismes non gouvernementaux. Les projets spéciaux financés par des fonds externes spéciaux bénéficieront du programme de « base » et l’enrichiront. Ils permettront de répondre à des questions précises soulevées par les résultats du programme de « base » de même qu’à des besoins de gestion particuliers. Le programme de « base » a recueilli suffisamment de données jusqu’ici pour permettre la formulation d’un certain nombre d’hypothèses vérifiables qui peuvent être examinées en tant que projets spéciaux appuyés ou non par le MPO (selon le mandat et les priorités). Certains exemples de projets spéciaux ont été proposés. La réussite de la conservation de l’écosystème du Saint-Laurent et du rétablissement de sa population endémique et emblématique de béluga repose sur des données scientifiques solides. Selon des preuves actuelles, la population ne diminue pas, mais ne semble pas non plus s’accroître. Étant donné qu’elle est protégée de la chasse, il faut relever et quantifier les facteurs qui peuvent limiter le rétablissement. Des données utiles obtenues du programme des carcasses peuvent aider à déterminer ces facteurs, mais elles doivent être intégrées à celles d’autres recherches portant sur cette population, et une collaboration étroite entre les chercheurs et les gestionnaires intéressés doit être facilitée et accrue. La réussite de la protection et du rétablissement de la population de béluga de l’ESL figure parmi les résultats stratégiques clés du MPO - le maintien d’écosystèmes aquatiques sains et productifs - pour tous les Canadiens.

LEBEUF, M., M. NOËL, S. TROTTIER, L. MEASURES, 2007. Temporal trends (1987–2002) of persistent, bioaccumulative and toxic (PBT) chemicals in beluga whales (Delphinapterus leucas) from the St. Lawrence Estuary, Canada. Sci. Total Environ., 383(1-3): 216-231.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Temporal trends of persistent, bioaccumulative and toxic (PBT) chemicals were examined in beluga whales (Delphinapterus leucas) from the St. Lawrence Estuary (SLE), Canada. Blubber samples of 86 adult belugas were collected from animals stranded on the shore of the SLE between 1987 and 2002 and analyzed for several regulated PBTs, including polychlorinated biphenyls (PCBs), p,p''dichlorodiphenyltrichloroethane (DDT) and its metabolites, chlordane (CHL) and related compounds, hexachlorocyclohexane (HCH) isomers, hexachlorobenzene (HCB) and Mirex. In addition, time trends of tris(4-chlorophenyl) methane (TCPMe) and tris(4-chlorophenyl)methanol (TCPMOH), two compounds that may origin from DDT formulations, were also examined. Concentrations of most of the PBTs examined had exponentially decreased by at least a factor of two (half-life time (t1/2)<15 years) in beluga between 1987 and 2002 while no increasing trends were observed for any of the PBTs measured. The decreasing trends of PBT concentrations in SLE beluga may be due to a decline in contamination of its diet following North American and international regulations on the use and production of these compounds or by a change in its diet itself or by a combination of both. Some PBTs did not exhibit any significant trends in beluga possibly because the most intense elimination phase subsequent to legislative regulations occurred prior to the 1987-2002 time period. Other chemicals, such γ-HCH, did not significantly decrease likely because they are still currently used in some restricted applications. Conversely, α-HCH showed a significant decreasing trend indicating that ∑HCHs is not representative of all HCHs. Both TCPMe and TCPMOH exhibited no trends in beluga during the time period examined. The metabolic capacity of SLE beluga has apparently accelerated the depletion of at least one PBT, namely CB-28/31. A significant relationship between the half-life of PBTs in beluga and log Kow was observed for most of the chemicals examined. Several factors are expected to have influenced the temporal changes of PBT concentrations in beluga which limit the usefulness of this species as a bioindicator of changes in PBT contamination in the SLE ecosystem. ©2007 Elsevier B.V.

BÉDARD, C., Y. SIMARD, 2006. Automated detection of white whale (Delphinapterus leucas) vocalizations in St. Lawrence Estuary and occurrence pattern. Can. Acoust. Acoust. Can., 34(3): 84-85.

LAWSON, J., M. HAMMILL, G. STENSON, 2006. Characteristics for recovery : beluga whale ; Caractéristiques pour le rétablissement : béluga. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2006/075, 16 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Pour les espèces inscrites, la Loi sur les espèces en péril (LEP) requiert que les autorités compétentes établissent des objectifs précis afin d’en rétablir l’abondance et la distribution. D’autre part, Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) n’a pas déterminé de critères spécifiques qui permettraient de redéfinir à la baisse le statut d’une espèce, voire même de la retirer de la liste, mais les critères établis pour la désignation seront probablement important lors du processus de reclassification de ces espèces. Dans ce rapport, nous présentons un cadre qui repositionne les "critères de rétablissement" dans une structure plus générale de gestion, basée sur l'Approche de Précaution. Voici les caractéristiques sur lesquelles nous nous sommes basées dans notre tentative d’identifier les "critères de rétablissement" d’une espèce sur la liste: 1. Les caractéristiques devraient être génériques, afin de pouvoir s’appliquer à plusieurs espèces. 2. Les caractéristiques devraient être établies selon des paramètres du cycle biologique. 3. Parce que les données sont souvent limitées, les critères de rétablissement ne doivent se baser que sur une ou peu de mesures (de préférence une abondance absolue ou un indice quelconque d’abondance) qui peuvent être obtenues relativement facilement. 4. Les caractéristiques doivent être robustes à l'incertitude liée à nos paramètres de mesure, paramètres dont on pourrait examiner les effets des variations à partir de modèles de simulation. Nous avons appliqué notre cadre de rétablissement à quatre populations de béluga (Est de la Baie d’Hudson, Détroit de Cumberland, Estuaire du St-Laurent et Baie d’Ungava) qui ont été désignées en voie de disparition ou menacée par le COSEPAC. Étant donné l’imprécision des connaissances concernant la taille de la population d’origine, nous devons établir un point de référence au-dessus duquel nous pourrions considérer avoir obtenu un rétablissement de la population. Des estimés historiques de population, calculés à partir des données de capture, donnent une taille de la population d’origine. En avril 2005, lors d’une réunion sur le béluga, des scientifiques se sont entendus pour dire que si la population d’une espèce identifiée dépassait le niveau de 70% du maximum de l'estimation historique de la taille de la population, alors l’objectif de recouvrement serait considéré comme atteint. Ces scientifiques ont également examiné d'autres indices et leur liens aux catégories suivantes: le rôle écologique, la taille de la population historique, le pourcentage de la population historique, le pourcentage de l’aire de distribution de la population historique, si la classification est compatible avec les connaissances écologiques traditionnelles, le nombre d’animaux matures, les taux de reproduction et de croissance, la structure de la population, et le sex-ratio. En plus de la question de la taille de la population nécessaire pour que celle-ci soit considérée comme "étant rétablie" - et ainsi être éligible pour être reclassée à la baisse ou retirée de la liste, - il faut tenir compte de considérations importantes comme le temps nécessaire avant d’atteindre ce seuil de rétablissement (lors de faibles abondances, les risques augmentent en fonction de la durée d’exposition à des conditions hostiles), et déterminer les ressources nécessaires au ministère des Pêches et des Océans (MPO) afin de pouvoir détecter ce niveau de changement de la population.

LESAGE, V., D.W. DOIDGE, 2005. Harvest statistics for beluga whales in Nunavik, 1974–2004 ; Statistiques des captures du béluga au Nunavik, 1974-2004. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2005/012, 24 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les communautés du Nunavik ont traditionnellement chassé le béluga dans l'est de la Baie d'Hudson, le Détroit d'Hudson et la Baie d'Ungava dans le nord du Québec. Les statistiques de chasse ont été colligées depuis maintenant 30 ans. Un premier rapport résumant et qualifiant les informations récoltées depuis 1974 a été produit en 2001 (Lesage et al. 2001). Le présent rapport vise à mettre à jour ces informations pour la période 2001-2004. Un déclin général de la chasse a été observé entre les périodes précédant et suivant l'introduction de quotas en 1986 après quoi, les variations interannuelles des totaux de chasse étaient aussi moins importantes. Les prises au cours des trois dernières années (2002-2004) ont été relativement similaires, soit 168 à 216 belugas par an, mais elles ont atteint un maximum de 395 belugas en 2001, leur plus haut niveau depuis 1980. Le respect des mesures de gestion s'est amélioré en 2001-2004, particulièrement en 2002-2004, tel qu'indiqué par une transmission accrue d'information à travers les rapports hebdomadaires, une meilleure participation au programme d'échantillonnage, et une réduction globale des prises dans toutes les régions du Nunavik. Malgré ces améliorations, les quotas régionaux ont été surpassés presque chaque année et dans chaque région. Le détroit d'Hudson était historiquement et demeure le lieu des plus grandes prises durant 2001-2004, avec 60-84 % des quotas et 58-84 % des prises par les communautés du Nunavik. Un changement notable pour la période 2001-2004 par rapport aux années précédentes a été l'augmentation du nombre de communautés à chasser dans le détroit d'Hudson. Bien que les individus blancs dominaient la chasse, avec 58 % de l'ensemble des prises, les bélugas gris, incluant les individus gris foncés, représentaient 42 % des prises en 2001-2004. La composition de la chasse indique aussi que les femelles ont été tuées aussi souvent, sinon plus souvent que les mâles, autant en considérant les genres indépendamment des couleurs qu'en considérant les bélugas blancs et gris séparément. Les prises durant 1993-2004 comprenaient également une plus grande proportion de jeunes bélugas que celles des années 1980s, résultant en un âge médian de 9.5 ans, comparativement à 13.0 ans durant les années 1980s. Cette tendance à chasser des bélugas plus jeunes subsiste également en examinant séparément les prises de l'est de la Baie d'Hudson (âge médian = 8.5 ans) et du détroit d'Hudson (âge médian = 9.5 ans).

LEBEUF, M., M. NOËL, S. TROTTIER, L. MEASURES, 2005. Temporal trends (1987 - 2002) of regulated POPs in beluga whales from the St. Lawrence Estuary, Canada. Organohalogen compounds, 67: 1233-1235.

GOSSELIN, J.-F., 2005. Abundance indices of belugas in James Bay and eastern Hudson Bay in summer 2004 ; Indices d'abondance des bélugas dans la baie James et l'est de la baie d'Hudson à l'été 2004. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2005/011, 24 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les bélugas chassés au Nunavik (Nouveau-Québec) proviennent de différents stocks estivaux, incluant les stocks de la baie d'Ungava et de l'est de la baie d'Hudson qui sont en voie de disparition. Des relevés aériens systématiques par échantillonnage en ligne ont été complétés dans la baie James et l'est de la baie d'Hudson du 7 août au 1er septembre 2004. Entre les limites de distance perpendiculaire de 100 à 1400 m de la ligne de transect, 250 et 104 groupes de bélugas ont été détectés sur 5288 km et 7987 km de lignes survolés respectivement dans la baie James et l'est de la baie d'Hudson. Le modèle "hazard-rate" fut utilisé pour estimer des largeurs de bandes efficacement échantillonnées de 817 m (CV = 8.9 %) dans la baie James et 622 m (CV = 11.2 %) dans l'est de la baie d'Hudson. La moyenne pondérée de la taille de groupe attendue au maximum de détection à partir des observations avec des mesures de distances perpendiculaires et la moyenne des groupes sans mesure perpendiculaire, a été utilisé pour obtenir la taille de groupe attendue de 1.8 (CV = 18.0 %) dans la Baie James. Une taille de groupe moyenne de 2.1 (CV = 12.0 %) a été utilisée pour estimer la densité et l'abondance dans l'est de la Baie d'Hudson. Cinq bélugas détectés dans la rivière Moose ont été additionnés à l'estimation du nombre d'animaux à la surface lors du survol systématique pour obtenir un indice d'abondance de 3998 (95 % CI: 2379 - 6721) dans la Baie James. Cinq bélugas dans l'estuaire de la Nastapoka que nous considérons avoir manqués durant le relevé systématique, ont été ajoutés pour produire un indice d'abondance de 2045 (95 % CI: 1052 - 3982) dans l'est de la Baie d'Hudson. L'indice d'abondance de 2004 dans l'est de la Baie d'Hudson est 44 % plus élevé qu'en 2001, correspondant à un taux de croissance annuel de 12 %, ce qui est beaucoup plus élevé que normalement accepté pour les populations de bélugas. La variation des estimés provenant des relevés est une illustration des difficultés associées à l'estimation de l'abondance de petites populations à distribution contagieuse. Il est également possible que d'autres facteurs comme les conditions environnementales (étendue de la glace et les conditions de Beaufort) puissent avoir influencé le nombre de bélugas dans la baie d'Hudson, et que les changements dans le protocole de relevé (réduction de l'altitude, délais, équipes d'observateurs différentes) puissent aussi avoir entraîné des variations de l'efficacité de l'échantillonnage entre les années. Combinés à l'évidence du mouvement des baleines entre les régions, l'estimation de la population du relevé de 2004 et sa large incertitude doivent être traitées avec précaution pour des fins de gestion

HAMMILL, M.O., V. LESAGE, J.-F. GOSSELIN, 2005. Abundance of Eastern Hudson Bay belugas ; Évaluation de l’abondance des bélugas de l’est de la Baie d’Hudson. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2005/010, 19 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Un modèle de population a été utilisé afin de suivre l’évolution de la population de bélugas de l’est de la Baie d’Hudson depuis 1985. Le modèle incorporant les informations concernant la chasse a été lié aux données d’inventaires aériens en ajustant la taille de la population initiale et les estimations du nombre d’animaux qui ont été blessés mais non récupérés. Le nombre de bélugas de l’est de la Baie d’Hudson aurait décliné d’approximativement 4,200 (SE=300) individus en 1985 à 3,100 (SE=800) en 2004. Pour qu’une telle tendance soit obtenue, on estime à 1.67 le nombre de belugas qui ont été perdus pour chaque animal déclaré tué. Globalement, les niveaux de chasse ont diminué dans le contexte des plans de gestion en place. Le taux de déclin de la population a probablement également ralenti. Afin de stopper le déclin, le niveau de chasse déclaré doit être réduit à 61 animaux (taux de remplacement)

HAMMILL, M., 2005. Recovery potential assessment of Cumberland Sound, Ungava Bay, eastern Hudson Bay and St. Lawrence beluga populations (Delphinapterus leucas). DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Science Advisory Report, 2005/036, 14 p.

Cliquer pour voir tout le texte

HAMMILL, M., 2005. Évaluation du potentiel de rétablissement des populations de bélugas de la baie Cumberland, de la baie d’Ungava, de l’est de la baie d’Hudson et du Saint-Laurent (Delphinapterus leucas).. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Avis scientifique, 2005/036, 14 p.

Cliquer pour voir tout le texte

HAMMILL, M., V. LESAGE, 2005. Stock assessment of Northern Quebec (Nunavik) Beluga (Delphinapterus leucas). DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Science Advisory Report, 2005/020, 11 p.

Cliquer pour voir tout le texte

HAMMILL, M., V. LESAGE, 2005. Évaluation du stock de béluga du nord du Québec (Nunavik) (Delphinapterus leucas). MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Avis scientifique, 2005/020, 12 p.

Cliquer pour voir tout le texte

LEBEUF, M., B. GOUTEUX, L. MEASURES, S. TROTTIER, 2004. Levels and temporal trends (1988-1999) of polybrominated diphenyl ethers in beluga whales (Delphinapterus leucas) from the St. Lawrence estuary, Canada. Environ. Sci. Technol., 38: 2971-2977.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Polybrominated diphenyl ethers (PBDEs) were determined in blubber samples of 54 stranded adult beluga whales (Delphinapterus leucas) collected between 1988 and 1999 in the St. Lawrence Estuary (SLE), Quebec, Canada. Summed concentrations of 10 PBDE congeners (£PBDEs) measured in beluga samples varied between 20 and almost 1000 ng/g wet weight. According to the PBDE concentrations in marine mammals reported in the scientific literature, SLE belugas appear to be relatively lightly contaminated. Only a few predominant congeners (namely, PBDE-47, -99, and -100) represent on average more than 75 % of £PBDEs in SLE belugas. The accumulation of £PBDEs in both male and female belugas showed significant exponential increase throughout the 1988-1999 time period. The time necessary for beluga to double their blubber concentration of the most prevalent PBDE congeners was no longer than 3 years. The PBDE temporal changes reported in this study are generally faster but in agreement with the trend observed in other organisms collected in Canada, such as lake trout (Salvelinus namaycush) from the Great Lakes, ringed seal (Phoca hispida), and beluga whale from the Canadian Arctic. Some changes in the pattern of PBDEs in belugas were also observed during the time period investigated. The recent and important increase of PBDE levels in SLE belugas could explain the unexpected lack of statistical difference in PBDE contamination between males and females. This suggests that to date PBDEs tend to be accumulated by both male and female belugas, masking the elimination of PBDEs by females through post-natal transfer to their offspring. This study confirms that the growing use of PBDEs as flame retardants has resulted in rising contamination of Canadian aquatic environments. Additional studies are needed to assess the toxicological implications of the PBDE tissue levels found in SLE belugas.©2004 American Chemical Society

McKINNEY, M.A., A. ARUKWE, S. DE GUISE, P. BÉLAND, D. MARTINEAU, A. DALLAIRE, S. LAIR, M. LEBEUF, R.J. LETCHER, 2004. Characterization and profiling of hepatic cytochromes P450 and phase II xenobiotic-metabolizing enzymes in beluga whales (Delphinapterus leucas) from the St. Lawrence River Estuary and the Canadian Arctic. Aquat. Toxicol., 69: 35-49.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Cytochromes P450 (CYP, phase I) and conjugating (phase II) enzymes can be induced by and influence the toxicokinetics (metabolism) and toxicity of xenobiotic contaminants in exposed organisms. Beluga whale (Delphinapterus leucas) from the endangered St. Lawrence (SL) River Estuary population exhibit deleterious health effects and various severe pathologies that have been associated with contaminant exposure. In contrast, such effects (e.g. reproductive and immunological impairment) are generally less frequent in less exposed populations in the Canadian Arctic (CA). In the present study, opportunistic sampling resulted in the collection immediately after death of liver tissue from a single female neonate SL beluga (SL6) and male and female CA beluga (n=10) from the Arviat region of western Hudson Bay, in addition to sampling of stranded carcasses of male and female SL beluga (n=5) at least 12 h postmortem. We immunologically characterized cross-reactive proteins of hepatic microsomal CYP1A, CYP2B, CYP3A, CYP2E, epoxide hydrolase (EH) and uridine diphosphoglucuronosyl transferase (UDPGT) isozymes. Cross-reactive proteins were found in all SL and CA beluga using anti-rat CYP1A1, anti-rainbow trout CYP3A, anti-human CYP2E1, anti-rabbit EH and anti-human UDPGT1A1 polyclonal antibodies (Abs), whereas faintly cross-reactive CYP2B proteins were only found in SL6 and the CA samples using an anti-rabbit CYP2B1 Ab. In corresponding catalytic activity assessments, only SL6 and all CA beluga microsomal samples exhibited CYP1A-mediated 7-ethoxyresorufin O-deethylase (EROD) activity (51-260 pmol/mg/min), CYP3A-mediated activity (113-899 pmol/mg/min) based on the formation of 6β-hydroxytestosterone using a testosterone hydroxylase assay, and UDPGT activity (830-4956 pmol/mg/min) based on 1-naphthylglucuronide formation. The marginal cross-reactivity with the anti-CYP2B1 Ab and lack of catalytically measurable hydroxytestosterone isomers associated with CYP2B-type activity in all the SL and CA animals is suggestive of low CYP2B-type enzyme expression in beluga. The absence of measurable total P450 enzyme levels and catalytic activities in samples from the stranded SL belugas suggested catalytically inactive enzymes as a consequence of tissue degradation related due to the time delay of sample collection after death. However, all SL and CA animals demonstrated similar, immunologically cross-reactive phase I and II hepatic enzyme profiles, which is suggestive of the importance of metabolism in the toxicokinetics and fate of xenobiotics in animals from both populations.©2004 Elsevier B.V. All rights reserved

HAMMILL, M.O., V. LESAGE, J.-F. GOSSELIN, H. BOURDAGES, B. DE MARCH, M.C.S. KINGSLEY, 2004. Evidence for a Decline in Northern Quebec (Nunavik) Belugas. Arctic, 57(2): 183-195.

Des relevés aériens systématiques de bélugas (Delphinapterus leucas) par échantillonnage en ligne ont été effectués dans la baie James, l’est de la baie d’Hudson et la baie d’Ungava du 14 août au 3 septembre 2001. On a estimé respectivement à 7901 (erreur-type = 1744) et 1155 (erreur-type = 507) le nombre de bélugas présents en surface au large des côtes de la baie James et de la baie d’Hudson. Trente-neuf individus de plus ont été observés dans les estuaires pendant le relevé côtier, produisant ainsi un indice de 1194 (erreur-type = 507) dans l’est de la baie d’Hudson. Aucun béluga n’a été vu dans la baie d’Ungava. Les observations des relevés systématiques de 1993 et de 2001 ont été analysées selon deux méthodes d’échantillonnage, en ligne et en bande, afin de permettre une comparaison avec le relevé en bande de 1985. Un modèle d’analyse des populations, intégrant les données de prélèvements et ajusté aux résultats du relevé aérien, indique que le nombre de bélugas dans la baie d’Hudson a presque diminué de moitié en raison du taux élevé des prélèvements de subsistance. Ces derniers doivent être réduits de façon importante pour que cette population puisse se rétablir.©2004 The Arctic Institute of North America

GOUTEUX, B., M. LEBEUF, D.C.G. MUIR, J.-P. GAGNÉ, 2003. Levels and temporal trends of toxaphene congeners in beluga whales (Delphinapterus leucas) from the St. Lawrence Estuary, Canada. Environ. Sci. Technol., 37(20): 4603-4609.

RICHARD, P., M. POWER, M. HAMMILL, W. DOIDGE, 2003. Eastern Hudson Bay beluga precautionary approach case study: risk analysis models for co-management ; Étude de cas de l'approche de précaution sur les bélugas de l'est de la Baie d'Hudson : modèle d'analyse de risque pour la congestion. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2003/086, 13 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Cette étude de cas avait pour but de créer des outils de modélisation utiles au développement d'une approche prudente pour la population de l'Est de la baie d'Hudson, outils qui doivent être également utiles étant donné le contexte de cogestion. Nous avons créé un modèle stochastique structuré par stages qui permet de projeter la taille de population dans le futur en tenant compte de l'incertitude de la taille initiale de la population et de sa dynamique de population, et selon les choix initiaux de gestion, choix qui comprennent l'ampleur de la mortalité due à la chasse et le ratio des sexes ou des âges (stages) des animaux. L'incertitude de la taille de la population initiale est le paramètre qui détermine le plus l'incertitude de la taille projetée de la population dans l'avenir. Des projections ont été effectuées sur une période de trente ans. Le risque était évalué en fonction de la probabilité de déclin de la population durant cette période. Les résultats de modélisation montrent que le risque de déclin est élevé lorsque la mortalité par la chasse dépasse quelques dizaines d'animaux par année mais qu'une chasse composée principalement de mâles a un risque plus faible. Lorsque la population est à un niveau faible, les effets de densité de population ne semblent pas avoir d'importance sur la probabilité de risque.

HOUDE, M., L.N. MEASURES, J. HUOT, 2003. Lungworm (Pharurus pallasii : Metastrongyloidea: Pseudaliidae) infection in the endangered St. Lawrence beluga whale Delphinapterus leucas). Can. J. Zool., 81: 543-551.

Au cours de notre étude, 88 % des bélugas adultes (âge ;≥ 7 ans; n = 32) et 72 % des juvéniles (1 ≥ âge < 7 ans; n = 11) étaient infectés par le nématode des sinus crâniens, Pharurus pallasii. Aucun fœtus ni jeune de l’année (âge ≤1 an; n = 9) n’était infecté. L’intensité moyenne des infections chez les adultes était de 419 (étendue 2-2042) et de 179 chez les juvéniles (étendue 1-500). Il n’y avait pas de différence significative entre l’intensité moyenne des infections des mâles et celle des infections des femelles, ni entre celle des infections des bélugas juvéniles et celle des infections des bélugas adultes. L’absence d’infection chez les jeunes de l’année laisse croire que la transmission n’est pas transplacentaire ni transmammaire et que les infections sont acquises lorsque les jeunes bélugas commencent à manger des proies infectées. Les P. pallasii étaient 3 fois plus nombreux dans les sinus péribullaires que dans les sinus frontaux, mais répartis également des deux côtés. Les mâles et les femelles de P. pallasii étaient significativement plus longs dans les sinus très infectés que dans les sinus légèrement infectés. La fécondité des femelles gravides n’était pas affectée par l’intensité des infections. Aucune lésion macroscopique n’a été observée en association avec P. pallasii, ni dans les carcasses fraîches, ni dans les carcasses congelées. Le faible nombre des P. pallasii adultes dans les poumons fait croire que les sinus crâniens constituent leur site d’infection favori. Aucune relation n’a été établie entre l’intensité des infections et la condition physique des bélugas©2003 Conseil national de recherches Canada

HOUDE, M., L. MEASURES, J. HUOT, 2003. Experimental transmission of Pharurus pallasii (Nematoda : Metastrongyloidea), lungworm of the cranial sinuses of the beluga (Delphinapterus leucas), to fish. Can. J. Zool., 81: 364-370.

La transmission des vers pulmonaires (Metastrongyloidea : Pseudaliidae) en milieu marin a été très peu étudiée. Notre étude expérimentale est la première à porter sur un pseudaliidé, Pharurus pallasii, un parasite des sinus crâniens du béluga (Delphinapterus leucas). Une variété d’organismes marins (poissons, crustacés et mollusques) ont été exposés en laboratoire aux larves de premier stade provenant des utérus de femelles P. pallasii gravides prélévées sur un béluga mort depuis peu. Aucun développement du premier stade larvaire n’a été observé chez les invertébrés. La première mue de P. pallasii a été observée dans la paroi intestinale de plies canadiennes (Hippoglossoides platessoides) et de chaboisseaux arctiques (Myoxocephalus scorpioides), respectivement 45 et 78 jours après l’exposition. Le troisième stade larvaire, infectieux pour l’hôte final, n’a pas été observé au cours des 14 mois de l’expérience. Aucune réaction cellulaire inflammatoire ou encapsulation des larves n’a été observée dans les coupes histologiques de l’intestin d’une plie canadienne 268 jours après l’exposition. La survie et le développement des larves de P. pallasii jusqu’au deuxième stade laissent croire que le poisson est probablement un hôte intermédiaire adéquat dans le cycle vital de P. pallasii. Le rôle des invertébrés dans le transport des larves (hôte paraténique) au cours du cycle vital de P. pallasii ne doit pas être écarté. La morphologie des deux premiers stades larvaires est décrite pour la première fois©2003 Conseil national de recherches Canada

GOUTEUX, B., M. LEBEUF, J.-P. GAGNÉ, 2003. Toxaphene in beluga whales (Delphinapterus leucas) from the St.Lawrence, Canada : levels and trends. Organohalogen Compounds, 62: 249-252.

HAMMILL, M., V. LESAGE, M. KINGSLEY, 2003. Correspondance. Cancer in Beluga from the St. Lawrence Estuary. Environ. Health Perspect., 111: A77-A78.

Cliquer pour voir tout le texte

TITTLEMIER, S., J. BORREL, J. DUFFE, P.J. DUIGNAN, P. FAIR, A. HALL, P. HOEKSTRA, K.M. KOVACS, M.M. KRAHN, M. LEBEUF, C. LYDERSEN, D. MUIR, T. O'HARA, M. OLSSON, J. PRANSCHKE, P. ROSS, U. SIEBERT, G. STERN, S. TANABE, R. NORSTROM, 2002. Global Distribution of Halogenated Dimethyl Bipyrroles in Marine Mammal Blubber.. Arch. Environ. Contam. Toxicol., 43: 244-255.

GOSSELIN, J.-F., L. MEASURES, 2002. Beluga whale population of the estuary. St. Lawrence Vision 2000 (Monitoring the state of the St. Laurence River, 15) 6 p..

Cliquer pour voir tout le texte

BOURDAGES, H., V. LESAGE, M.O. HAMMILL, B. DE MARCH, 2002. Impact of harvesting on population trends of beluga in eastern Hudson Bay ; Impact de la chasse sur la tendance de la population de bélugas de l'est de la Baie d'Hudson. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2002/036, 46 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les Inuits du Nunavik pratiquent traditionnellement une chasse au béluga le long des côtes de l’est de la baie d’Hudson, du Détroit d’Hudson et de la baie d’Ungava. Des quotas et autres mesures de gestion existent depuis 1986 et sont révisées périodiquement. Le plan actuel de gestion et les recommandations concernant les niveaux de chasse au Nunavik ont été établis en avril 2001 à la lumière des meilleures données disponibles, soit les estimations de taille de population de 1985 et 1993 et les statistiques de chasses de 1974 à 2000. Divers scénarios de chasse passée et future sont présentés dans cette étude, en incorporant de nouvelles informations relatives à l’abondance des bélugas dans la baie James, l’est de la Baie d’Hudson, et la baie d’Ungava, la composition génétique de la chasse, et les statistiques de chasse de 2001. L’ensemble des statistiques de chasse indique que les communautés du Nunavik excèdent chaque année leur quota de chasse. Un modèle simple utilisant des estimations de taille de population, les statistiques de chasse et des taux de croissance, ainsi qu’un modèle plus complexe incorporant des variables additionnelles concernant certains paramètres biologiques spécifiques au stade de vie ont été utilisés pour examiner l’impact de la chasse sur la croissance de la population de béluga de l’est de la baie d’Hudson. Les deux modèles présentent des résultats similaires. Ils indiquent tous deux un déclin de la population de l’est de la baie d’Hudson depuis 1985, une population en 2001 de l’ordre de 2045 individus (2090 vs 2001), et une tendance à sous-rapporter les prises de la chasse avant 1995 par des facteurs de 2.23-2.22. Les effets à court et long terme d’une poursuite de la chasse sur la population de bélugas de l’est de la baie d’Hudson ont été examinés à l’aide de divers scénarios. Toutefois, la probabilité d’un déclin à court terme varie peu que le prélèvement de bélugas de l’est de la baie d’Hudson soit de 0 (48 %) ou 150 (56 %) individus, étant donnée l’incertitude actuelle entourant les estimations de la taille de la population. Néanmoins, l’examen des tendances sur une plus longue période de temps augmente la certitude d’un déclin, et révèle plus clairement l’influence du nombre de bélugas tué par année sur la tendance de la population. Si elle se poursuit, la sur-chasse telle qu’observée en 2001 (soit 125-150 bélugas de l’est de la Baie d’Hudson) résultera avec une certitude de 70-80 % en une population plus petite dans cinq ou dix ans. Une réduction du quota à 25 bélugas résulterait avec une certitude de 45 % en un stock moindre dans cinq ans, alors qu’un arrêt complet de la chasse au béluga de l’est de la baie d’Hudson mènerait avec une certitude de 35-40 % à une population dans cinq ans qui aurait cessé de décroître. Un prélèvement potentiel biologique (PPB) de 15 béluga est obtenu en utilisant une estimation minimale de la population de 1,657 et 1,423 individus pour l’est de la baie d’Hudson pour les Modèles 1 et 2, respectivement, et en assumant un taux annuel maximum de croissance de 4 %, et un facteur de rétablissement de 0.5 (pour les populations menacées non en déclin). Le PPB décroît à 9 bélugas si l’on considère que cette population menacée est en déclin (facteur de rétablissement de 0.3), et à 3 bélugas si on la considère en danger de disparition (facteur de rétablissement de 0.1). Contrairement à la population de l’est de la baie d’Hudson, le nombre de bélugas dans la baie James semble avoir augmenté depuis 1985 à 10,504 bélugas en 2001 (en assumant un taux de croissance annuel de 0.03 à 0.04). Le modèle s’ajuste le mieux aux données lorsque le taux de croissance annuel est optimisé. Pour ce scénario, la population se serait accrue à un taux annuel de 0.087 et s’estimait à 15,954 bélugas en 2001.

HAMMILL, M.O., V. LESAGE, 2002. Le béluga (Delphinapterus leucas) du Nord du Québec (Nunavik). Rapport sur l'état des stocks, E4-01, 10 p.

Cliquer pour voir tout le texte

HAMMILL, M., V. LESAGE, 2002. Northern Quebec (Nunavik) beluga (Delphinapterus leucas). Science, Stock Status Report, E4-01, 8 p.

Cliquer pour voir tout le texte

GOSSELIN, J.-F., V. LESAGE, M.O. HAMMILL, H. BOURDAGES, 2002. Abundance indices of beluga in James Bay, eastern Hudson Bay and Ungava Bay in summer 2001 ; Indices d'abondance de bélugas dans la baie James, l'est de la baie d'Hudson et la baie d'Ungava durant l'été 2001. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2002/042, 28 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Des relevés aériens systématiques par échantillonnage en ligne de bélugas, Delphinapterus leucas, ont été complétés dans la baie James, l'est de la baie d'Hudson et la baie d'Ungava du 14 août au 3 septembre 2001. Des relevés côtiers ont été complétés le 28 août dans l'est de la baie d'Hudson, le 4 septembre dans la baie d'Ungava, ainsi que le 5 septembre dans le détroit d'Hudson et le long de la côte nord-est de la baie d'Hudson. Une largeur efficace de bande fut estimée à 638 m à partir des 717 bélugas observés sur les lignes orientées d'est en ouest dans la baie James (557 bélugas) et l'est de la baie d'Hudson (160 bélugas). On estime respectivement à 7 901 (erreur-type = 1 744) et 1 155 (erreur-type = 507) le nombre de bélugas présents au large des côtes de la baie James et de la baie d'Hudson. Trente-neuf individus de plus ont été observés dans les estuaires pendant le relevé côtier produisant ainsi un indice de 1 194 (erreur-type = 507) dans l'est de la baie d'Hudson. Aucun béluga n'a été vu dans la baie d'Ungava. Trois bélugas ont été vus le long de la côte près de Salluit. Les observations des relevés systématiques de 1993 et de 2001 ont été analysées selon les deux méthodes d'échantillonnage en ligne et d'échantillonnage en bande pour permettre la comparaison avec le relevé en bande de 1985. De 1985 à 2001, le nombre de béluga passant l'été dans la baie James a quadruplé, alors que le nombre passant l'été dans l'est de la baie d'Hudson a diminué de près de moitié.

GOSSELIN, J.-F., L. MEASURES, 2002. La population de bélugas de l'estuaire. Saint-Laurent Vision 2000 (Suivi de l'état du Saint-Laurent, 15) 6 p..

Cliquer pour voir tout le texte

KINGSLEY, M.C.S., I. GAUTHIER, 2002. Visibility of St Lawrence belugas to aerial photography, estimated by direct observation. Pages 259-270 in M.P. Heide-Jorgensen & Oystein Wiig (eds). Belugas in the North Atlantic and the Russian Arctic. Tromso (NAMMCO Scientific Publications, 4).

MEASURES, L.N., M.E. OLSON, 2002. Giardiasis in Canadian phocid seals. Page 316 in B.E. Olson, M.E. Olson & P.M. Wallis (eds.). Giardia : the cosmopolitan parasite.

LEBEUF, M., S. TROTTIER, 2001. The relationship between age and levels of polybrominated diphenyl ethers in beluga whales from the St. Lawrence estuary, Canada. Organohalogen Compounds, 52: 22-25.

HOUDE, M., J. HUOT, L.N. MEASURES, 2001. Infections of the lungworm, Pharurus pallasii (Metastrongyloidea), in the endangered St. Lawrence beluga (Delphinapterus leucas). Page 18 in Proceedings of the International Association for Aquatic Animal Medicine (32).

HAMMILL, M.O., V. LESAGE, 2001. Le béluga (Delphinapterus leucas) du Nord du Québec (Nunavik). Rapport sur l'état des stocks, E4-01, 8 p.

Cliquer pour voir tout le texte

GOSSELIN, J.-F., V. LESAGE, A. ROBILLARD, 2001. Population index estimate for the beluga of the St. Lawrence River Estuary in 2000. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2001/049, 21 p.

Cliquer pour voir tout le texte

L'abondance de bélugas dans l'estuaire du Saint-Laurent fut estimée par relevé aérien le 28 août 2000. Deux avions munis d'un appareil photographique de cartographie et de films de 9"x9" ont survolé 52 transects en travers de l'estuaire entre Baie St-Paul et Rimouski, couvrant ainsi 49.3 % de l’aire d’étude. Un recensement visuel visant à dénombrer les bélugas dans la rivière Saguenay fut parallèlement complété. En incluant une correction pour la réflexion solaire, on estime que 453 (erreur type =  54) bélugas étaient à la surface dans l’estuaire, entre Kamouraska et Les Escoumins, alors que 6 bélugas ont été vus dans la rivière Saguenay, en aval de Baie Ste-Marguerite. Un facteur de correction de 15 % fut ajouté au compte de l’estuaire afin de tenir compte des bélugas manqués parce qu’ils étaient sous l'eau. L'addition du compte de la rivière Saguenay et de cette estimation corrigée résulte en un indice de 527 bélugas (erreur type =  62) pour l’ensemble de l’aire d’étude. L’utilisation dans l’analyse de tendance de cet indice, et de 5 indices équivalents obtenus entre 1988 et 1997, ne révèle aucun changement significatif de l’abondance des bélugas dans l’estuaire du Saint-Laurent depuis 1988.

HAMMILL, M.O., 2001. Beluga in Northern Quebec : impact of harvesting on population trends of beluga in eastern Hudson Bay. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2001/025, 18 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Un plan de gestion d’une période de cinq ans est entré en vigueur en 1995 afin de limiter la chasse du béluga à 90 animaux pour les communautés de l'est de la Baie d'Hudson, à 100 pour les communautés du détroit d'Hudson et à 50 pour les communautés de la Baie d'Ungava en autant que la chasse se fasse à l’extérieur de la baie. Cependant, tout au long du plan, les communautés du Détroit d’Hudson et de la Baie d’Hudson ont constamment dépassé leurs quotas. La modélisation des changements de l’effectif de la population suggère que la population de l’est de la Baie d’Hudson a diminué considérablement au cours des cinq dernières années et pourrait être de l’ordre de 1,100 (écart type=500) animaux. Si le présent taux de captures se maintient, la limite inférieure de confiance de 95 % suggère que cette population pourrait disparaître dès 2003. Une réduction des captures à 20 animaux devrait permettre au troupeau de croître à un taux de 2 % par année. Cependant, il y a une importante incertitude liée aux estimés du modèle en raison des relevés de population insuffisants et des incertitudes associées aux paramètres de population des bélugas, à la composition des stocks de bélugas capturés dans le Détroit d’Hudson, à la proportion des animaux visibles à la surface lors des relevés aériens et à la sous-déclaration des prises.

LESAGE, V., D. W. DOIDGE, R. FIBICH, 2001. Harvest statistics for beluga whales in Nunavik, 1974-2000 ; Statistiques de chasse du béluga du Nunavik, 1974-2000. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2001/022, 35 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les collectivités du Nunavik pratiquent une chasse traditionnelle du béluga le long des côtes de l’est de la baie d’Hudson, du détroit d’Hudson et de la baie d’Ungava, dans le Nord du Québec. Les niveaux de captures faites par ces collectivités sont surveillés depuis vingt-six ans; le présent rapport résume ces données pour la période allant de 1974 à 2000. De 1974 à 1986, les quatre collectivités du détroit d’Hudson capturaient en moyenne 243 bélugas par année, tandis que trois collectivités de l’est de la baie d’Hudson et cinq collectivités de la baie d’Ungava en capturaient respectivement 124 et 83 par année. Au cours de cette période, les prises ont baissé dans chaque région, et pour plusieurs collectivités; ce déclin s’est produit plus tard (après 1981) dans l’est de la baie d’Hudson que dans le détroit d’Hudson et la baie d’Ungava Bay (après 1978). Les chasseurs ont fourni des renseignements sur le lieu de capture, l’âge, le sexe et la couleur des prises faites de 1993 à 2000, ainsi que quelques échantillons biologiques prélevés sur ces prises. Les collectivités de Kuujjuaraapik, d’Umiujaq et d’Inujjuaq, situées sur la côte sud-est de la baie d’Hudson, chassent le béluga durant l’été, tandis que les villages d’Akulivik et de Puvirnituq, dans le nord-est de la baie d’Hudson, le chassent en octobre. Les collectivités du détroit d’Hudson pratiquent leur chasse au printemps et à l’automne, lorsque les bélugas entrent dans le détroit et en sortent, comme les collectivités de la baie d’Ungava ont tendance à faire depuis qu’on a restreint les prises de bélugas dans la baie d’Ungava en 1986. Depuis quelques années, les chasseurs d’Akulivik et de Puvirnituq capturent une partie, sinon la plupart, de leur quota dans la région d’Ivujivik, dans le sud-ouest du détroit d’Hudson, tandis que les collectivités de la baie d’Ungava chassent le béluga tant dans la baie d’Ungava que dans la région de Quartaq, dans le sud-est du détroit d’Hudson. De 1993 à 2000, les bélugas gris représentaient de 46 à 51 % des prises, et les femelles, de 47 à 60 % des prises, selon la région. La proportion de mâles blancs capturés de 1995 à 2000 (de 23 à 30 %) s’approchait du pourcentage de la population qu’ils constituent, soit 25 %, même si les plans de gestion recommandaient que la chasse se concentre sur les mâles blancs. La comparaison de la répartition des âges des bélugas capturés au cours des années 1980 et des années 1990 indique un changement récent statistiquement significatif de la composition par âge des prises. En effet, l’âge médian des bélugas capturés par les collectivités du Nunavik de 1980 à 1987 était de 14 ans, alors que cette valeur a baissé à 9 ans pour la période allant de 1993 à 1999. Cette tendance était plus marquée pour les captures faites par les trois collectivités les plus méridionales de l’est de la baie d’Hudson et par les villages de la baie d’Ungava, l’âge médian ayant chuté à 8,0 ans et à 8,5 ans, respectivement. Le petit échantillon (n =  13) de bélugas capturés par les chasseurs de Puvirnituq en octobre dans le sud-ouest du détroit d’Hudson indique que la moitié des prises sont jeunes, ne dépassant pas 7,5 ans.

LESAGE, V., M.O. HAMMILL, K.M. KOVACS, 2001. Marine mammals and the community structure of the Estuary and Gulf of St. Lawrence, Canada: evidence from stable isotope analysis. Mar. Ecol. Prog. Ser., 210: 203-221.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The trophic relationships of both the benthic and pelagic communities in the Estuary and Gulf of St. Lawrence regions were examined, with a special focus on the trophic position (TP) and relationship(s) among harbour, grey, hooded seals and beluga whales. A multiple stable isotope and multiple tissue approach, used in conjuction with conventional dietary information, suggested that marine mammals occupied the highest trophic positions in the food webs on both communities and that they overlapped with one another to some extent tropically. Harbour seals Phoca vitulina and hooded seals Cystophora cristata occupied the highest TP, grey seals Halichoerus grypus, Gulf harp seals Phoca groenlandica, and male beluga whales Delphinapterus leucas were intermediate, and Estuary harp seals and female beluga whales were at the lowest TP. A general pattern of increasing enrichment of 13C or 15N with age was observed in marine mammals (as well as fishes), although yearlings showed a decreased enrichment compared to both younger and older age classes. Sex also influenced 15N values. Males were more 15N-enriched than females, with the difference between the sexes increasing with age, and being most pronounced in species that are sexually dimorphic with respect to body size. Geographical location also influenced isotope abundance. Estuary organisms were generally 13C-enriched relative to Gulf animals. 13C values were on average lower in short-term diet integrators (blood serum) than in longer-term diet integrators (red blood cells) of harbours seals captured in April to June in the Estuary, which suggests that they probably did not move outside the Lower Estuary during the winter. Grey seals captured in the Lower Estuary did, however, show evidence of having been in the Gulf region some weeks or months before capture.

KINGSLEY, M.C.S., 2000. Numbers and distribution of beluga whales, Delphinapterus leucas, in James Bay, eastern Hudson Bay, and Ungava Bay in Canada during the summer of 1993. Fish. Bull., 98(4): 736-747.

LEBEUF, M., K.E. BERNT, S. TROTTIER, M. NOËL, M.O. HAMMILL, L. MEASURES, 2000. Tris (4-chlorophenyl) methane and tris (4-chlorophenyl) methanol in marine mammals from the Estuary and Gulf of St. Lawrence. Environ. Pollut., 111(1): 29-43.

NIELSEN, O., R.E.A. STEWART, L. MEASURES, P. DUIGNAN, C. HOUSE, 2000. A morbillivirus antibody survey of Atlantic walrus, narwhal and beluga in Canada. J. Wildl. Dis., 36(3): 508-517.

LEBEUF M., K. BERNT, M. HAMMILL, L. MEASURES, 2000. Stratification of PCBs in the blubber of beluga whales (Delphinapterus leucas) from the St. Lawrence estuary. Organohalogen Compounds, 46: 487-490.

HICKIE, B.E., M.C.S. KINGSLEY, P.V. HODSON, D.C.G. MUIR, P. BELAND, D. MACKAY, 2000. A modelling-based perspective on the past, present, and future polychlorinated biphenyl contamination of the St. Lawrence beluga whale (Delphinapterus leucas) population. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 57 (Suppl. 1): 101-112.

Les auteurs présentent des modèles axés sur l'individu et des modèles axés sur la population qui permettent d'obtenir des évaluations quantitatives par l'accumulation des polluants organiques persistants (POP) pendant la durée de vie du béluga (Delphinapterus leucas) et qui prennent en compte tous les aspects de son cycle vital. Grâce à ces modèles, l'accumulation des polychlorobiphényles (PCB) par la population de bélugas du Saint-Laurent, qui est menacée de disparition, peut être étudiée pendant la période de 1950 à aujourd'hui, et on peut prévoir les tendances futures en se fondant sur des scénarios probables de charge de contaminants. Les auteurs examinent l'hypothèse selon laquelle des anguilles migratrices (Anguilla rostrata) sont une source importante de contamination de la population. L'histoire de l'exposition aux PCB par le régime alimentaire est reconstruite à partir des données existantes et des profils de PCB dans des carottes de sédiments datées. Les modèles décrivent bien les effets de l'âge, de la croissance, du sexe et de l'activité reproductrice sur les concentrations de PCB chez les bélugas, et les résultats montrent une bonne concordance avec les concentrations observées lorsque les anguilles constituent 3 % du régime alimentaire annuel. Les concentrations de PCB dans la population semblent avoir atteint un pic entre 1967 et 1972. Le modèle est conforme à de récentes études qui ont montré que les concentrations de PCB dans la population diminuent lentement.

MEASURES, L.N., M. OLSON, 1999. Giardiasis in Canadian phocid seals. Page 160 in Proceedings of the International Association for Aquatic Animal Medicine (30).

MIKAELIAN, I., M.-P. TREMBLAY, C. MONTPETIT, S.V. TESSARO, H.J. CHO, C. HOUSE, L. MEASURES, D. MARTINEAU, 1999. Seroprevalence of selected viral infections in a population of beluga whales (Delphinapterus leucas) in Canada. Vet. Rec., 144(2): 50-51.

LESAGE, V., C. BARRETTE, M.C.S. KINGSLEY, B. SJARE, 1999. The effect of vessel noise on the vocal behavior of belugas in the St. Lawrence River Estuary, Canada. Mar. Mamm. Sci., 15; 65-84.

McALPINE, D.F., M.C.S. KINGSLEY, P.-Y. DAOUST, 1999. A lactating record-age St. Lawrence beluga (Delphinapterus leucas). Mar. Mamm. Sci., 15: 854-859.

KINGSLEY, M.C.S., 1999. Population indices and estimates for the belugas of the St. Lawrence Estuary. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2266, 27 p.

Cliquer pour voir tout le texte

L'évaluation des populations constitue l'élément essentiel du monitoring des espèces en péril. Les bélugas de l'estuaire du Saint-Laurent ont été inventoriés par relevé aérien depuis 1973. Les résultats du dernier relevé, effectué par photographie aérienne à haute altitude le 26 août 1997, sont présentés ici, et sont comparés avec ceux des relevés antérieurs. L'aire d'étude s'étendait de l'Île-aux-Coudres à l'Île du Bic. Des transects larges de 6 000 pieds et espacés de 2 milles marins ont été photographiés à une échelle de 1:8 000 en utilisant un film couleur positif spécial pour les relevés aériens. Vingt et un pour cent de l'aire d'étude était couverte de brouillard et n'a pas pu être photographiée. Les dénombrements étaient corrigés pour les animaux en plongée avec deux facteurs différents : un standard historique de 15 % donnant un indice d'abondance de la population, et une valeur plus récente de 109 % basée sur des données de comportement pour fournir un estimé de la vraie taille de la population. La séquence des données de relevé était lisse de façon linéaire par jeu de 5 points pour fournir des moyennes mobiles, des estimés courants, et des taux de changement de la population. Lors du relevé de 1997, 284 bélugas ont été identifiés sur 88 des 832 clichés pris, et 20 autres ont été vus dans le fjord du Saguenay lors d'un relevé visuel simultané. L'estimé de l'indice standard était de 681 (ET 91), et celui de la vraie taille de la population était de 1 221 (SE 189). À partir d'un lissage linéaire des 5 survols les plus récents, l'estimé courant de l'indice standard est de 700 (ET 46) avec un taux de croissance de 21,4/an (ET 8,2); et celui de la vraie population est de 1238 (ET 119) avec un taux de croissance de 31,4/an (ET 13,1). Trente-neuf embarcations allant des kayaks jusqu'aux barges ont été dénombrées sur les photographies, mais aucune tendance à être près des bélugas ou à s'en approcher n'a été détectée.

KINGSLEY, M.C.S., 1999. Indices d'abondance et estimations de la population de bélugas de l'estuaire du Saint-Laurent. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2266, 27 p.

Cliquer pour voir tout le texte

L'évaluation des populations constitue l'élément essentiel du monitoring des espèces en péril. Les bélugas de l'estuaire du Saint-Laurent ont été inventoriés par relevé aérien depuis 1973. Les résultats du dernier relevé, effectué par photographie aérienne à haute altitude le 26 août 1997, sont présentés ici, et sont comparés avec ceux des relevés antérieurs. L'aire d'étude s'étendait de l'Île-aux-Coudres à l'Île du Bic. Des transects larges de 6 000 pieds et espacés de 2 milles marins ont été photographiés à une échelle de 1:8 000 en utilisant un film couleur positif spécial pour les relevés aériens. Vingt et un pour cent de l'aire d'étude était couverte de brouillard et n'a pas pu être photographiée. Les dénombrements étaient corrigés pour les animaux en plongée avec deux facteurs différents : un standard historique de 15 % donnant un indice d'abondance de la population, et une valeur plus récente de 109 % basée sur des données de comportement pour fournir un estimé de la vraie taille de la population. La séquence des données de relevé était lisse de façon linéaire par jeu de 5 points pour fournir des moyennes mobiles, des estimés courants, et des taux de changement de la population. Lors du relevé de 1997, 284 bélugas ont été identifiés sur 88 des 832 clichés pris, et 20 autres ont été vus dans le fjord du Saguenay lors d'un relevé visuel simultané. L'estimé de l'indice standard était de 681 (ET 91), et celui de la vraie taille de la population était de 1 221 (SE 189). À partir d'un lissage linéaire des 5 survols les plus récents, l'estimé courant de l'indice standard est de 700 (ET 46) avec un taux de croissance de 21,4/an (ET 8,2); et celui de la vraie population est de 1238 (ET 119) avec un taux de croissance de 31,4/an (ET 13,1). Trente-neuf embarcations allant des kayaks jusqu'aux barges ont été dénombrées sur les photographies, mais aucune tendance à être près des bélugas ou à s'en approcher n'a été détectée.

MEASURES, L.N., M. OLSON, 1999. Giardiasis in Pinnipeds from Eastern Canada. J. Wildl. Dis., 35(4): 779-782.

LESAGE, V., M.C.S. KINGSLEY, 1998. Updated status of the St. Lawrence River population of the beluga, Delphinapterus leucas. Can. Field-Nat., 112: 98-114.

KINGSLEY, M.C.S., 1998. Population index estimates for the St. Lawrence belugas, 1973-1995. Mar. Mamm. Sci., 14: 508-530.

COMITÉ SUR LE RÉTABLISSEMENT DU BÉLUGA DU SAINT-LAURENT (Canada), 1998. Mise en oeuvre du Plan de rétablissement du béluga du Saint-Laurent : 1996-1997. Institut Maurice-Lamontagne, Mont-Joli, Québec et Fonds mondial pour la nature - Canada, Montréal, 102 p.

ST. LAWRENCE BELUGA RECOVERY COMMITTEE (Canada), 1998. Implementation of the St. Lawrence Beluga Recovery Plan : 1996-1997. Maurice Lamontagne Institute, Mont-Joli, Québec and World Wildlife Fund Canada, Montréal, 102 p.

HARWOOD, L.A., S. INNES, P. NORTON, M.C.S. KINGSLEY, 1996. Distribution and abundance of beluga whales in the Mackenzie estuary, southeast Beaufort Sea, and west Amundsen Gulf during late July 1992. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 53: 2262-2273.

Trois avions Twin Otter, chacun ayant à son bord trois ou quatre observateurs, ont servi à la tenue d'un relevé systématique dans la partie sud-est de la mer de Beaufort (couverture de 4,5-6,3 %), de l'estuaire du Mackenzie (couverture de 15-29 %) et de la partie ouest du golfe Amundsen (couverture de 2,9 %); les opérations ont duré 55 h et se sont déroulées entre le 23 et le 25 juillet 1992. Des bélugas (Delphinapterus leucas) ont été observés partout dans l'estuaire et au large, la densité la plus élevée étant obtenue dans la baie Kigmallit, dans l'estuaire du Mackenzie (1137 béluga/km2). On estime que plus de 85 % des bélugas se trouvaient au large, où ils s'étaient répartis uniformément en faible densité (0,099-0,311 béluga/km2). Les données recueillies par les observateurs principaux (qui avaient l'expérience des dénombrements aériens) indiquent qu'il y aurait eu 15 307 bélugas visibles à la surface de l'eau (IC 95 %, 12 305-18 309). Six examinateurs ont évalué indépendamment lesquelles parmi les observations faites par des observateurs secondaires (des participants provenant des communautés de la région, qui avaient une expérience limitée de ce type de recensement aérien, mais étaient habitués à repérer les bélugas à partir d'embarcations) ne concordaient pas avec celles des observateurs principaux. Ces résultats de confirmation ont servi à ajuster les dénombrements principaux de manière à tenir compte des bélugas à la surface et manqués ou sur le point de faire surface. Ils ont porté l'indice du stock des bélugas visibles à 19 629 (IC 95 %, 15 134-24 125). Cette évaluation ne tient pas compte du nombre de bélugas qui avaient plongé en profondeur, par conséquent qui échappaient à toute détection, ou qui se trouvaient à l'extérieur de la zone d'étude.

KINGSLEY, M.C.S., 1996. Population index estimate for the belugas of the St. Lawrence in 1995. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2117, 38 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Un recensement aérien de la population de bélugas (Delphinapterus leucas) de fleuve Saint-Laurent eut lieu le 25 août 1995. Deux avions, volant à 4000 pieds d'altitude, équipés chacun d'une caméra de cartographie métrique prenaient des clichés de 9 po. x 9 po. avec une lentille de 6 po. selon une grille systématique de transects orientés nord-ouest-sud-est s'étendant de l'Île aux Coudres à l'Île du Bic. Un transect tous les 2 milles nautiques procura un recouvrement de 50 % de l'estuaire. Mille quatre-vingt-douze clichés furent pris sur film couleur positif pour survol aérien. En même temps, un seul observateur recensait visuellement le fjord du Saguenay à bord d'un autre avion. Le vent fut léger et le ciel clair sur toute l'aire de survol, permettant la prise d'images de haute qualité. Le film fut scruté sur une table lumineuse avec un microscope à faible grossissement. On repéra 377 bélugas sur 86 clichés; de ce nombre, 93 furent considérés comme des images répétées des clichés voisins, donc le compte final fut de 284. Cinquante sur 197 (25 %), de petite taille, semblaient être juvéniles. Ceci a permis un estimé de 568 (erreur type d'échantillonnage 94,0) bélugas visibles en surface. Après une correction de 15 % pour les bélugas en plongée, nous obtînmes une estimation de 653,2 (erreur type d'échantillonnage 108,1). Aucune correction pour la lumière solaire reflétée de la surface de l'eau et apparaissant sur les clichés ne fut portée au décompte. Lors du relevé visuel simultané du fjord du Saguenay, cinquante et un autres bélugas furent observés à la baie Ste-Marguerite et un autre plus en amont; ces chiffres ne furent pas corrigés pour la visibilité. L'estimé final de l'indice total de la population fut alors de 705,2. Cet estimé de l'indice de la population fut de 34 % plus élevé que celui obtenu en 1992 avec les mêmes méthodes, et de 16 % plus élevé que celui de 1990.

KINGSLEY, M.C.S., 1996. Estimation d'un indice d'abondance de la population de bélugas du Saint-Laurent en 1995. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2117, 42 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Un recensement aérien de la population de bélugas (Delphinapterus leucas) de fleuve Saint-Laurent eut lieu le 25 août 1995. Deux avions, volant à 4000 pieds d'altitude, équipés chacun d'une caméra de cartographie métrique prenaient des clichés de 9 po. x 9 po. avec une lentille de 6 po. selon une grille systématique de transects orientés nord-ouest-sud-est s'étendant de l'Île aux Coudres à l'Île du Bic. Un transect tous les 2 milles nautiques procura un recouvrement de 50 % de l'estuaire. Mille quatre-vingt-douze clichés furent pris sur film couleur positif pour survol aérien. En même temps, un seul observateur recensait visuellement le fjord du Saguenay à bord d'un autre avion. Le vent fut léger et le ciel clair sur toute l'aire de survol, permettant la prise d'images de haute qualité. Le film fut scruté sur une table lumineuse avec un microscope à faible grossissement. On repéra 377 bélugas sur 86 clichés; de ce nombre, 93 furent considérés comme des images répétées des clichés voisins, donc le compte final fut de 284. Cinquante sur 197 (25 %), de petite taille, semblaient être juvéniles. Ceci a permis un estimé de 568 (erreur type d'échantillonnage 94,0) bélugas visibles en surface. Après une correction de 15 % pour les bélugas en plongée, nous obtînmes une estimation de 653,2 (erreur type d'échantillonnage 108,1). Aucune correction pour la lumière solaire reflétée de la surface de l'eau et apparaissant sur les clichés ne fut portée au décompte. Lors du relevé visuel simultané du fjord du Saguenay, cinquante et un autres bélugas furent observés à la baie Ste-Marguerite et un autre plus en amont; ces chiffres ne furent pas corrigés pour la visibilité. L'estimé final de l'indice total de la population fut alors de 705,2. Cet estimé de l'indice de la population fut de 34 % plus élevé que celui obtenu en 1992 avec les mêmes méthodes, et de 16 % plus élevé que celui de 1990.

LESAGE, V., M.C.S. KINGSLEY, 1995. Bilan des connaissances de la population de bélugas (Delphinapterus leucas) du Saint-Laurent. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2041, 51 p.

Cliquer pour voir tout le texte

La population de bélugas du Saint-Laurent est réduite à 500-600 individus et démontre un taux de croissance faible malgré l'absence d'exploitation. La variabilité génétique faible entre les individus, et les rares observations de bélugas à l'extérieur des limites de distribution dans le golfe du Saint-Laurent laissent supposer que cette population ne subit que peu d'immigration et qu'elle est géographiquement et génétiquement isolée. Les bélugas du Saint-Laurent montrent un taux de reproduction, des taux de survie et une structure d'âge semblable à ceux d'autres populations. Il fut suggéré que les niveaux élevés de certains organochlorés chez cette population pourraient entraîner des déficiences reproductrices et immunitaires. Bien qu'il semble que le taux d'ovulation des femelles soit semblable à celui enregistré chez d'autres populations, d'autres travaux sont néanmoins nécessaires afin de vérifier cette hypothèse.

MEASURES, L.N., P. BÉLAND, D. MARTINEAU, S. DE GUISE, 1995. Helminths of an endangered population of belugas, Delphinapterus leucas, in the St. Lawrence Estuary, Canada. Can. J. Zool., 73: 1402-1409.

Les helminthes trouvés chez 38 Bélugas, Delphinapterus leucas, échoués dans l'estuaire et le golfe du St-Laurent entre 1982 et 1993 ont été identifiés. Les espèces trouvées sont Anisakis simplex, Contracaecinea sp., Pseudoterranova sp., Stenurus arctomarinus, Pharurus pallasii, Halocercus taurica (nouvelle mention d'hôte), Halocercus monoceris (nouvelle mention d'hôte), Hadwenius seymouri, Diphyllobothrium sp. Et Bolbosoma sp. (nouvelle mention d'hôte). Des 21 espèces d'helminthes décrites chez les autres populations de bélugas du monde, 7 ont été trouvées chez la population du St-Laurent. Les vers du poumon, comme Halocercus monoceris peuvent être utiles pour l'identification des populations de bélugas de l'Arctique et ils constituent peut-être aussi une cause importante de morbidité et de mortalité chez les jeunes bélugas.©1995 Conseil national de recherches Canada

ST. LAWRENCE BELUGA RECOVERY TEAM (CANADA), 1995. St. Lawrence Beluga Recovery Plan. Maurice Lamontagne Institute, Mont-Joli, Québec and World Wildlife Fund Canada, Montréal, 73 p.

MAURICE LAMONTAGNE INSTITUTE, 1995. Aerial census of the St. Lawrence beluga population. Maurice Lamontagne Institute, Mont-Joli, Québec (Fact sheet on the state of the marine environment of the St. Lawrence), 4 p.

INSTITUT MAURICE-LAMONTAGNE, 1995. Le recensement aérien des bélugas du Saint-Laurent. Institut Maurice-Lamontagne, Mont-Joli, Québec (Feuillet d'information sur l'état de l'environnement marin du Saint-Laurent), 4 p.

ÉQUIPE DE RÉTABLISSEMENT DU BÉLUGA DU SAINT-LAURENT (Canada), 1995. Plan de rétablissement du béluga du Saint-Laurent. Institut Maurice-Lamontagne, Mont-Joli, Québec et Fonds mondial pour la nature - Canada, Montréal, 73 p.

SMITH, T.G., M.O. HAMMILL, A.R. MARTIN, 1994. Herd composition and behaviour of white whales (Delphinapterus leucas) in two Canadian arctic estuaries. Pages 175-184 in E. Born, R. Dietz and R.R. Reeves (eds.). Studies of white whales (Delphinapterus leucas) and narwhals (Monodon monoceros) in Greenland and adjacent waters (Meddelelser om Gronland - Bioscience, 39).

PATENAUDE, N.J., J.S. QUINN, P. BELAND, M. KINGSLEY, B.N. WHITE, 1994. Genetic variation of the St. Lawrence beluga whale population assessed by DNA fingerprinting. Mol. Ecol., 3: 375-381.

KINGSLEY, M.C.S., 1994. Recensement, tendance et statut de la population de bélugas du Saint-Laurent en 1992. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 1938, 41 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Un recensement aérien de la population de bélugas du fleuve Saint-Laurent eut lieu le 12 septembre 1992. Deux aéronefs, chacun équipé d'un appareil photo cartographique métrique prenant des clichés de 9 po sur 9 po avec un objectif de 6 po, volèrent à 4000 pieds selon une grille de lignes systématiques orientées nord-ouest sud-est s'entendant de l'île aux Coudres à l'île du Bic. Les lignes espacées de 2 milles marins permirent un recouvrement de 50 % de l'estuaire. Le film fut analysé avec une table lumineuse et un microscope à faible grossissement. Deux cent vingt-sept bélugas furent dénombrés sur 55 clichés; 45 (20 %) de petite taille, semblaient être des juvéniles. Ceci a permis un estimé de 454 (erreur-type d'échantillonnage 61,8) bélugas visibles en surface. Après une correction de 15 % pour les bélugas en plongée, nous obtînmes une estimation de 522 (erreur-type d'échantillonnage 71,1). La correction pour les reflets solaires était de zéro pour toutes les lignes où des bélugas furent observés. Simultanément, lors du relevé aérien visuel du fjord du Saguenay, trois autres bélugas furent observés à la baie Sainte- Marguerite, donnant ainsi une estimation de 525 pour la population totale.

KINGSLEY, M.C.S., 1993. Effects of aquatic toxicity on the belugas of the St. Lawrence Estuary. Pages 186-200 in E.G. Baddaloo, S. Ramamoorthy & J.W. Moore (ed.). Proceedings of the Nineteenth Annual Aquatic Toxicity Workshop, October 4-7, 1992, Edmonton, Alberta (Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 1942).

KINGSLEY, M.C.S., 1993. Census, trend, and status of the St. Lawrence beluga population in 1992. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 1938, 17 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Un recensement aérien de la population de bélugas du fleuve Saint-Laurent eut lieu le 12 septembre 1992. Deux aéronefs, chacun équipé d'un appareil photo cartographique métrique prenant des clichés de 9 po sur 9 po avec un objectif de 6 po, volèrent a 4000 pieds selon une grille de lignes systématiques orientées nord-ouest sud-est s'entendant de l'île aux Coudres à l'île du Bic. Les lignes espacées de 2 milles marins permirent un recouvrement de 50 % de l'estuaire. Le film fut analysé avec une table lumineuse et un microscope à faible grossissement. Deux cent vingt-sept bélugas furent dénombrés sur 55 clichés; 45 (20 %) de petite taille, semblaient être des juvéniles. Ceci a permis un estimé de 454 (erreur-type d'échantillonnage 61,8) bélugas visibles en surface. Après une correction de 15 % pour les bélugas en plongée, nous obtînmes une estimation de 522 (erreur-type d'échantillonnage 71,1). La correction pour les reflets solaires était de zéro pour toutes les lignes où des bélugas furent observés. Simultanément, lors du relevé aérien visuel du fjord du Saguenay, trois autres bélugas furent observés à la baie Sainte- Marguerite, donnant ainsi une estimation de 525 pour la population totale.

MARTIN, A.R., T.G. SMITH, 1992. Deep diving in wild, free-ranging beluga whales, Delphinapterus leucas. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 49: 462-466.

SMITH, T.G., D.J. ST. AUBIN, M.O. HAMMILL, 1992. Rubbing behaviour of belugas, Delphinapterus leucas, in a high Arctic estuary. Can. J. Zool., 70: 2405-2409.

Durant cinq saisons, du milieu de juillet au milieu d'août environ, des Bélugas (Delphinapterus leucas) ont passé de 27 à 38 jours à Cunningham Inlet (74°05'N,93°45'W) où leur nombre maximum à chacune des huit saisons de l'étude variait de 762 à 1741. Durant leur séjour dans l'estuaire, les baleines frottent activement toute la surface de leur corps sur la boue, les cailloux et les surfaces acérées de calcaire près de la rive. Ces frottements sont plus fréquents au début de la période d'occupation de l'estuaire et toutes les classes d'âge s'en prévalent, à l'exception des nouveau-nés et des mères. Des restes de peau trouvés dans la région constituent la preuve que la surface épidermique est coupée et rejetée par les baleines dans les eaux peu profondes de l'estuaire. L'abrasion active de la surface épidermique, adoucie par l'exposition à l'eau douce tiède, accélère probablement la mue, qui est reliée à un cycle endocrinien saisonnier et synchronisée de façon à permettre aux animaux de combler les besoins énergétiques imposés par l'environnement.©1992 Conseil national de recherches Canada

KINGSLEY, M.C.S., 1991. Proceedings of the Symposium and Workshop on the Research Plan for the Beluga of the St. Lawrence, March 5 and 6, 1991. Can. Manuscr. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2126, 44 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Dans le cadre du programme de recherches sur le béluga du Saint-Laurent, le ministère des Pêches et des Océans (région du Québec) a organisé un symposium portant sur les connaissances acquises sur le béluga depuis 1988. À ce symposium, était greffé un atelier de travail sur le plan de recherches regroupant des chercheurs des milieurs gouvernementaux, universitaires ainsi que du secteur privé. Les chercheurs ont présenté diverses options pour orienter la recherche sur le béluga au cours des deux prochaines années.

KINGSLEY, M.C.S., 1991. Compte rendu du Symposium et de l'Atelier de travail sur le plan de recherches sur le béluga du Saint-Laurent, 5 et 6 mars 1991. Rapp. manus. can. sci. halieut. aquat., 2126, 48 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Dans le cadre du programme de recherches sur le béluga du Saint-Laurent, le ministère des Pêches et des Océans (région du Québec) a organisé un symposium portant sur les connaissances acquises sur le béluga depuis 1988. À ce symposium, était greffé un atelier de travail sur le plan de recherches regroupant des chercheurs des milieurs gouvernementaux, universitaires ainsi que du secteur privé. Les chercheurs ont présenté diverses options pour orienter la recherche sur le béluga au cours des deux prochaines années.

KINGSLEY, M.C.S., M.O. HAMMILL, 1991. Photographic census survey of the St. Lawrence beluga population, 1988 and 1990. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 1776, 19 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Des recensements aériens de la population de bélugas du fleuve St-Laurent eurent lieu le 31 août 1988 et le 12 septembre 1990. Les recensements prirent la forme de relevés par échantillonnage, utilisant une grille de transects systématique. Le taux d'échantillonnage fut de 37.5 p. 100 ou de 50 p. 100 dans l'aire la plus fréquentée, et de 12.5 p. 100 dans une aire additionnelle. Les caméras utilisées avaient une largeur de cliche de 9 po. x 9 po. L'estimé de 1988 fut de 427 bélugas avec une erreur standard de 60. Les chiffres correspondants pour le recensement de 1990 furent de 527 (erreur standard 268). Le dénombrement des veaux étroitement liés aux femelles a révélé une forte différence entre les deux années étudiées : 23 paires en 1990 par rapport à 3 en 1988.

SMITH, T.G., B. SJARE, 1990. Predation of belugas and narwhals by polar bears in the nearshore areas of the Canadian High Arctic. Arctic, 43: 99-102.

BRETON, M., T.G. SMITH, 1990. Le béluga. Ministère des pêches et des océans (Le monde sous-marin, 63), 12 p.

BRETON, M., T.G. SMITH, 1990. The beluga. Dept. of Fisheries and Oceans (Underwater world, 63), 12 p.

REEVES, R.R., E. MITCHELL, 1990. Status of white whales, Delphinapterus leucas, in Ungava Bay and eastern Hudson Bay. Can. Field-Nat., 103: 220-239.

CARON, L.M.J., T.G. SMITH, 1990. Philopatry and site tenacity of belugas, Delphinapterus leucas, hunted by the Inuit at the Nastapoka Estuary, eastern Hudson Bay. Pages 69-79 in T.G. Smith, D.J. St. Aubin & J.R. Geraci (ed.) Advances in research on the beluga whale, Delphinapterus leucas. Dept. of Fisheries and Oceans (Can. Bull. Fish. Aquat. Sci., 224).

SMITH, T.G., D.J. ST. AUBIN, J.R. GERACI (ed.), 1990. Advances in research on the beluga whale, Delphinapterus leucas. Can. Bull. Fish. Aquat. Sci., 224, 206 p.

BOULVA, J., 1990. Le béluga du Saint-Laurent : proposition pour un plan de recherche. Pages 41-45 in J. Prescott & M. Gauquelin (éd.). Pour l'avenir du béluga : compte rendu du Forum international pour l'avenir du béluga. Presses de l'Université du Québec, Sillery.

BRETON, M., 1990. Un plan d'action pour la survie des bélugas du Saint-Laurent. Pages 25-39 in J. Prescott & M. Gauquelin (éd.). Pour l'avenir du béluga : compte rendu du Forum international pour l'avenir du béluga. Presses de l'Université du Québec, Sillery, Québec.

MUIR, D.C.G., C.A. FORD, R.E.A. STEWART, T.G. SMITH, R.F. ADDISON, M.E. ZINCK, P. BÉLAND, 1990. Organochlorine contaminants in belugas, Delphinapterus leucas, from Canadian waters. Pages 165-190 in T.G. Smith, D.J. St. Aubin & J.R. Geraci (ed.). Advances in research on the beluga whale, Delphinapterus leucas. Dept. of Fisheries and Oceans (Can. Bull. Fish. Aquat. Sci., 224).

SERGEANT, D.E., W. HOEK, 1990. An update of the status of white whales (Delphinapterus leucas) in the St. Lawrence Estuary, Canada. Pages 59-74 in J. Prescott & M. Gauquelin (ed.). For the future of the beluga : proceedings of the International Forum for the Future of the Beluga. Presses de l'Université du Québec, Sillery, Québec.

SMITH, T.G., M.O. HAMMILL, 1990. A bibliography of the white whale, Delphinapterus leucas. Can. Manuscr. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2060, 47 p.

Cliquer pour voir tout le texte

[Résumé disponible seulement en anglais]
Belugas or white whales (Delphinapterus leucas) are 1 of 3 whale species specifically adapted to life in the Arctic oceans. The beluga remains the most numerous and widespread of the 3 species. In recent years belugas in the southern extremity of their range, those in the St. Lawrence River, have become a focal point for concerns about the harmful effects of industrial pollution and other anthropogenic factors on marine mammals. These concerns and the heightened research activity on the species prompted us to organize a workshop of the beluga which was held in Ste-Anne-de-Bellevue, Quebec in April 1989. This bibliography was initiated as a background paper to that meeting and supplemented with additions from the participants.

BRETON, M., 1989. Les bélugas : joyaux menacés du Saint-Laurent, symboles d'une lutte pour un environnement de qualité. L'Euskarien, 12(1): 39-40.

CARON, L.M.J., D.E. SERGEANT, 1988. Yearly variation in the frequency of passage of beluga whales (Delphinapterus leucas) at the mouth of the Saguenay River, Quebec, over the past decade. Naturaliste can., 115: 111-116.

REEVES, R.R., E. MITCHELL, 1988. Distribution and migration, exploitation, and former abundance of white whales (Delphinapterus leucas) in Baffin Bay and adjacent waters. Can. Spec. Publ. Fish. Aquat. Sci., 99, 34 p.

De récents relevés ont révélé la présence de grandes concentrations de bélugas (Delphinapterus leucas) dans certaines parties du détroit de Lancaster et au large de la côte ouest du Groenland. Les auteurs ont examiné des données historiques inédites et des ouvrages publiés afin d'évaluer l'abondance, la répartition et les migrations initiales du béluga dans la baie Baffin et les eaux avoisinantes. Les journaux de postes tirés des archives de la Compagnie de la Baie d'Hudson, les rapports sur le gibier de la Gendarmerie royale du Canada, les statistiques internationales sur la chasse à la baleine, les journaux de bord et les comptes rendus d'expéditions écossaises de chasse à la baleine ainsi que les écrits de Thomas Southwell constituent les principales sources de données. Il semble que le régime migratoire du béluga soit demeuré inchangé depuis le XIXe siècle. Après leur arrivée sur le bord de la banquise du détroit de Jones, du détroit de Lancaster de l'inlet Pond en juin, les baleines se dirigent vers l'ouest dans le détroit de Lancaster aussitôt que les conditions de la glace le permettent. À la mi-juillet, les baleines blanches sont généralement absentes de l'inlet Pond et du détroit de Lancaster sauf dans le cas de certaines baies le long du littoral sud de l'île Devon. En juillet et août, on en observe de grands troupeaux dans le détroit de Barrow, dans l'inlet Prince Regent et dans le détroit de Peel. La migration vers l'est qui a lieu en septembre s'effectue en grande partie le long du littoral sud de l'île Devon. De nombreuses baleines pénètrent dans le détroit de Jones mais on en trouve rarement dans les inlets Admiralty, Navy Board et Pond. Sur la côte nord-est de l'île Baffin, la répartition semble être fractionnée; on considère le stock de bélugas qui passe l'été dans le détroit de Lancaster comme une entité séparée de celui qui passe l'été dans la baie Cumberland. La plupart des preuves indirectes étayent l'hypothèse que la population du détroit de Lancaster hiverne surtout au large du littoral ouest du Groenland. Vers la fin du XIXe siècle, les chasseurs écossais effectuaient une pêche par abattage concentrée dans la baie Elwin et l'inlet Prince Regent. De 1874 à 1898, ils ont capturé au moins 10 985 bélugas dont 8 617 pendant la décennie de pointe allant de 1886 à 1895. Il n'y a aucune preuve que cette chasse ait entraîné l'appauvrissement à long terme de la population. Selon les auteurs, la population qui passa l'été dans l'inlet Prince Regent en 1886 comptait au moins 9 000 individus. Si l'on ajoute à ce total les prises documentées de bélugas par les chasseurs de l'ouest du Groenland pendant la même décennie, les effectifs de la population dépassent nettement 12 000 individus en 1886. Quoique les captures documentées dans le détroit de Lancaster aient été relativement faibles depuis 1898 (moins de 200 pas an), les Groenlandais ont continué à surexploiter le béluga. Récemment encore (1966-1975), plus de 9 000 bélugas ont été tués au large de l'ouest du Groenland. D'après les données disponibles sur l'abondance et la répartition passée et actuelle dans le détroit de Lancaster, il n'est pas possible de déterminer le statut de conservation dont devrait faire l'objet cette population de baleines. Toutefois, si elle hiverne surtout dans les eaux de l'ouest du Groenland et a donc fait l'objet d'une chasse intense pendant de nombreuses années, il y a raison de croire que la population actuelle regroupée est nettement plus petite qu'elle ne l'était avant l'exploitation commerciale. La recherche visant à fournir des preuves directes du déplacement entre le détroit de Lancaster (plus précisément de l'inlet Prince Regent) et l'ouest du Groenland devrait s'inscrire à l'ordre des priorités pour les gestionnaires.

SERGEANT, D.E., W. HOEK, 1988. An update of the status of white whales Delphinapterus leucas in the Saint Lawrence Estuary, Canada. Biol. Conser., 45: 287-302.

REEVES, R.R., E.D. MITCHELL, 1987. History of white whales (Delphinapterus leucas) exploitation in eastern Hudson Bay and James Bay. Can. Spec. Publ. Fish. Aquat. Sci., 95, 45 p.

REEVES, R.R., E. MITCHELL, 1987. Catch history, former abundance, and distribution of white whales in Hudson Strait and Ungava Bay. Naturaliste can., 114: 1-65.

SJARE, B.L., T.G. SMITH, 1986. The relationship between behavioral activity and underwater vocalizations of the white whale, Delphinapterus leucas. Can. J. Zool., 64: 2824-2831.

Les sons émis dans l'eau par des Bélugas (Delphinapterus leucas) ont été enregistrés de la mi-juillet à la mi-août 1983 dans le terrain d'été de la colonie à Cunningham Inlet, Territoire du Nord-Ouest (74° 05’N, 93° 45’O). Les cris ont été classifiés en huit grands types de sifflements, en quatre catégories d'appels (pulsatiles, vibratoires) comprenant des séries de claquements et trois types de sons pulsatiles, et finalement des cris aigus. Un total de 63 échantillons de 2 min ont été enregistrés afin de déterminer la relation entre les cris et les diverses activités : repos, nage dirigée, interactions sociales et état d'alerte. Les différences dans le nombre total de sifflements, de sons pulsatiles (y compris les cris aigus) et de séries de claquements émis par béluga/min ont été examinées au cours des diverses activités. Le nombre de sifflements ne varie pas en fonction des changements d'activité (x2=5,42, dl=3, p =0,143), mais le nombre de séries de claquements (x2=31,85, dl=3, p=0,0001) et le nombre total de sons pulsatiles émis (x2=7,33, dl=3, p=0,062) suivent de nettes tendances. Des analyses plus spécifiques tenant compte du type précis de sifflement, du type de son pulsatile ou de cri aigu ont révélé que le taux d'émission de l'un des types de sifflements, de deux des types de sons pulsatiles et des cris aigus est influencé par un changement d'activité. Ces résultats mettent en lumière la relation générale qui existe entre le type d'activité et le type de sons émis chez les bélugas©1986 Conseil national de recherches Canada

SMITH, T.G., G.A. SLENO, 1986. Do white whales, Delphinapterus leucas, carry surrogates in response to early loss of their young?. Can. J. Zool., 64: 1581-1582.

SERGEANT, D.E., 1986. Present status of white whales (Delphinapterus leucas) in the St. Lawrence Estuary. Naturaliste can., 113: 61-81.

SMITH, T.G., M.O. HAMMILL, 1986. Population estimates of white whales, Delphinapterus leucas, in James Bay, eastern Hudson Bay and Ungava Bay. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 43: 1982-1987.

SMITH, T.G., M. BRETON, 1986. Population estimates of the white whales in Northern Quebec. Taqralik, Febr.-March: 31-37.

SJARE, B.L., T.G. SMITH, 1986. The vocal repertoire of white whales, Delphinapterus leucas, summering in Cunningham Inlet, Northwest Territories. Can. J. Zool., 64: 407-415 .

Les signaux acoustiques sous-marins des bélugas, Delphinapterus leucas estivant dans l'estuaire de Cunningham Inlet, Territoire du Nord-Ouest, ont été étudiés de la mi-juillet à la mi-août, de 1981 à 1983. Un total de 807 signaux tonals (sifflements) ont été classés en 16 types d'après leur forme. Pour chaque sifflement, nous avons mesuré les paramètres suivants : les fréquences minimum, maximum et moyenne du sifflement de base, le contour ou la forme de la fréquence du sifflement de base, la durée et la pente des changements de fréquence durant le signal. Nous avons classifié 436 signaux à pulsations dans trois catégories majeures : les séries de clics, les sons pulsatiles et les signaux bruyants. Nous avons aussi mesuré les paramètres acoustiques suivants : le taux de répétition, l'amplitude, la fréquence moyenne et la durée des signaux. Nos résultats indiquent que le répertoire des sifflements du béluga est plus riche que ce qui a été décrit précédemment. Les fréquences moyennes des différents types ont été évaluées à 2,0-5,9 kHz et la durée moyenne, à 0,25-1,95 s. Quoique les sifflements se soient avérés les signaux les plus fréquents, les sons pulsatiles et les signaux bruyants représentent une proportion importante du répertoire. Le taux moyen de répétition des signaux à pulsations varie de 203,9 à 1289,0 pulsations/s. Nous n'avons pas obtenu de changement dans le répertoire entre les deux années d'étude©1986 Conseil national de recherches Canada