Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Poissons / Anarhichas denticulatus / Loup à tête large, Loup gélatineux

GRÉGOIRE, F., W. BARRY, J. BARRY, C. LÉVESQUE, J.-L. BEAULIEU, M.-H. GENDRON, 2011. West coast of Newfoundland Capelin (Mallotus villosus M.) and Atlantic Herring (Clupea harengus harengus L.) larval survey, part 6 : abundance estimates and marine community analyses of the data collected in partnership with the industry (Barry Group) in July 2007. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2953, 65 p.

Cliquer pour voir tout le texte

En partenariat avec le Groupe Barry de Corner Brook, un relevé larvaire a été réalisé sur la côte ouest de Terre-Neuve en juillet 2007 afin de mesurer l’abondance et de décrire la distribution spatiale des œufs et des larves des poissons échantillonnés dont deux espèces d’importance commerciale, le capelan (Mallosus villosus) et le hareng (Clupea harengus harengus). Les œufs les plus abondants ont été ceux des groupes CYT (tanche-tautogue [Tautogolabrus adspersus] et limande à queue jaune [Limanda ferruginea]), CHW (morue [Gadus morhua], aiglefin [Melanogrammus aeglefinus] et plie grise [Glyptocephalus cynoglossus]) et H4B (merluches [Urophycis spp.], motelle à quatre barbillons [Enchelyopus cimbrius] et stromatée à fossette [Peprilus triacanthus]). Parmi les larves récoltées, les espèces les plus abondantes ont été la tanche-tautogue, la plie (Pleuronectidae) et le maquereau bleu (Scomber scombrus) suivies du capelan, de la motelle à quatre barbillons, de l’ulvaire deuxlignes (Ulvaria subbifurcata), de la morue et du hareng. Par rapport au relevé réalisé en 2005 et en omettant la baie St. George, le relevé de 2007 a été caractérisé par un moins grand nombre d’œufs et de larves de maquereau bleu et de capelan. Les œufs des groupes CYT, CHW et H4B ont aussi été moins abondants. Les seules hausses d’abondance ont été mesurées pour les œufs de turbot de sable (Scophthalmus aquosus) et les larves d’ulvaire deux-lignes, de sébaste (Sebastes spp.), de lançon (Ammodytes spp.) et de limace (Liparis spp.). Des modèles additifs généralisés (GAM) ont démontré que l’abondance des œufs et des larves de la plupart des espèces échantillonnées pouvait être décrite à l’aide d’une fonction de lissage basée sur l’interaction entre la longitude et la latitude des stations. Les abondances d’œufs de maquereau bleu et de larves de morue ont aussi été décrites par une seconde fonction basée sur la température de l’eau. Finalement, une dernière fonction basée sur l’abondance des œufs de maquereau bleu a permis de décrire l’abondance des larves de cette même espèce. À partir des mesures d’abondance de toutes les larves échantillonnées, des analyses de groupement et d’ordination ont démontré la présence d’une structure spatiale bien définie au sein de la communauté larvaire. Cette dernière était principalement caractérisée par la tanche-tautogue et la plie.

DUTIL, J. -D., S. PROULX, S. HURTUBISE, J. GAUTHIER, 2010. Recent findingl on the life history and catches of wolffish (Anarhichas sp.) in research surveys and in the Sentinel Fisheries and Observer Program for the Estuary and Gulf of St-Lawrence Nouvelles données sur la biologie et les captures de loups (Anarhichas sp.)dans les relevés de recherche, et dans les Pêches sentinelles et le Programme des observateurs pour l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Science Advisory Report, 2010/126, 81 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les trois espèces de loups présentes sur la côte est du Canada sont considées en péril. Deux espèces ont le statut d’espèces menacées (Anarhichas denticulatus, Anarhichas minor) alors que la troisième (Anarhichas lupus) a un statut préoccupant. Depuis 2000 et 2001 lorsque leur statut a été évalué pour la première fois, le ministère des Pêches et des Océans a pris des mesures pour favoriser leur rétablissement. Du côté recherche et monitorage, cela s’est traduit par un effort pour obtenir plus de données et des données de meilleure qualité, de même qu’un appui accru à la recherche sur la biologie, la distribution et les habitats propices aux trois espèces. Ce rapport passe en revue les résultats de recherches récentes ayant porté sur les loups dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent et ayant porté sur ces sujets: les assemblages d’espèces de poissons auxquels les loups sont associés, l’utilisation d’abris par les loups tachetés au stade juvénile, des relevés par plongée et par caméra remorquée, le métabolisme, la croissance et la reproduction, de même que la production de guides d’identification et une évaluation de la fiabilité des identifications lors des relevés de recherche. Les données de capture et d’effort ont été agrégées par cellule de 100 km2. La probabilité de capture d’un loup d’une espèce donnée dans un trait et dans une cellule (son occurrence relative) a été évaluée comme étant le rapport entre le nombre de traits où une espèce est présente et le nombre total de traits. Cette approche a permis de cartographier la capture et l’effort de plusieurs séries temporelles à partir des données de divers programmes et ce pour l’ensemble du Golfe (relevés de recherche et Pêches Sentinelles par chalut selon un patron aléatoire stratifié) ou dans des secteurs spécifiques du Golfe. La méthode permet le calcul des aires de fréquentation tout en se prêtant bien à associer ces aires aux caractéristiques de l’habitat. Les données ne montrent aucune tendance temporelle significative. Les loups représentent une faible biomasse dans le Golfe comparé à d’autres espèces démersales, le loup à tête large étant considéré comme très rare. La côte ouest de Terre-Neuve est un haut lieu de la distribution du loup tacheté et du loup atlantique dans le Golfe.

OUELLET, J.-F., DUTIL, J.-D., T. HURLBUT, 2010. Wolffish (Anarhichas sp.) landings in the estuary and Gulf of St. Lawrence(1960-2009)recorded in commercial fisheries statistics Débarquements de loups (Anarhichas sp.) dans l’estuaire et le golfe du Saint–Laurent (1960-2009) selon les statistiques de pêche commerciale. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2010/125, 38 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les statistiques de pêche commerciale de loups (Anarhichas denticulatus, Anarhichas minor et Anarhichas lupus) ont été compilées à partir des fichiers de l’Organisation des Pêches de l’Atlantique Nord-Ouest (OPANO) et des fichiers ZIFF (Zonal Interchange File Format) pour les divisions 4RST de l’OPANO. Dans ces statistiques, on ne distingue pas les espèces, du moins dans la période de 1960 à 2004, ce qui ne permet pas une analyse des statistiques par espèce. À partir de 2005, seul le loup atlantique (A. lupus) pouvait être débarqué. Selon les statistiques de l’OPANO, les débarquements de loup ont été en moyenne de 216 tonnes métriques par année entre 1960 et 1998, alors que selon les fichiers ZIFF ils ont été de 100 tonnes métriques par année entre 1985 et 2009 dans les divisions 4RST. Ces débarquements ont surtout été le fruit d’activités de pêche à la morue (Gadus morhua) ou à trois espèces de poisson plat. Selon les fichiers ZIFF, les loups débarqués ont été capturés principalement dans 4R (80.7% des poids débarqués), peu dans 4S (13.1%) ou dans 4T (6.1%). Les sous-divisions 4Rb, 4Rc et 4Rd ont été des hauts lieux avec en moyenne des débarquements de 2,112 kg par année par 1,000 km2pour les trois espèces et les trois sousdivisions combinés.De 1960 à 1998 (statistiques de l’OPANO), les palangres et dans une moindre mesure les chaluts ont été responsables de la majorité des captures. Plus récemment (selon les fichiers ZIFF, 1985 à 2009), les palangres et les filets maillants ont été responsables des deux tiers des mentions de captures dans les rapports de débarquement, mais les palangres à elles seules ont été responsables de 72% des poids débarqués. On note une diminution significative des débarquements entre 1985 et 2009 dans 4RST. Cette situation prévaut également pour les palangriers là où les poids débarqués ont été les plus élevés (4Rb, 4Rc et 4Rd).

LACHANCE, A.-A., J.-D. DUTIL, R. LAROCQUE, G. DAIGLE, 2010. Shelter use and behaviour of juvenile Spotted Wolffish (Anarhichas minor) in an experimental context. Environ. Biol. Fishes, 88: 207-215 .

[Résumé disponible seulement en anglais]
Laboratory experiments were conducted to assess shelter use and behaviour of juvenile Spotted Wolfish, Anarhichas minor, using time-lapse video. Information about the behaviour of Spotted Wolffish and its habitat utilization is sparse due to the great depth at which this species lives. Four experiments were conducted using one or two fish per tank, with and without a shelter. The positions and movements of fish in the tanks and interactions between fish were monitored over 24-h periods. In experiments in which no shelter was available, Spotted Wolffsih spent very little time exploring the water column. They did not show fidelity to a particular area on the bottom of the tank and exhibited few signs of aggressiveness to each other. When a shelter was made available, fish spent most of their time in the shelter or close to the shelter. The presence of a single shelter did not enhance aggressive behaviours in fish kept in pairs. When day and night observations were compared, no clear diel pattern emerged. The Canadian recovery plan for Spotted Wolffish calls for research aimed at describing their use of demersal habitats. The present study suggests that shelter availability might be an important feature of the habitat requirements of juvenile Spotted Wolffish.©2010 Springer