Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Poissons / Anarhichas lupus / Loup atlantique

LAROCQUE, R., J-D. DUTIL, S. PROULX, M. THORNE, P.-M. SCALLON-CHOUINARD, M.-H. GENDRON, J. PLOURDE, T. SCHMITT, 2010. Contribution à la description de l'habitat des loups de mer (Anarhichas spp.) près de la péninsule gaspésienne par vidéo remorquée et relevés acoustiques multifaisceaux. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2902, 51 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Ce rapport présente les résultats d’initiatives visant à étudier l’habitat potentiel et la distribution du loup (Anarhichas spp.) dans le golfe du Saint-Laurent et en particulier près de la péninsule gaspésienne. Les caractéristiques de l’habitat furent examinées à des échelles spatiales différentes : par relevés vidéo, par levés acoustiques multifaisceaux et par un examen des données historiques de capture. La bathymétrie à haute résolution et la rétrodiffusion couplées à l’information provenant de la vidéo ont permis de décrire en détail des environnements connus pour être fréquentés par les loups. Des caractéristiques présumées favorables aux loups ont été notées sur les deux secteurs principaux, y compris des abris sous roche et des sillons d’origine glaciaire. L’information produite est présentée sous la forme d’un document interactif sur DVD-ROM annexé au rapport. La complémentarité de ces méthodes ainsi que les implications pour la gestion d’autres espèces en péril sont discutées.

DUTIL, J. -D., S. PROULX, S. HURTUBISE, J. GAUTHIER, 2010. Recent findingl on the life history and catches of wolffish (Anarhichas sp.) in research surveys and in the Sentinel Fisheries and Observer Program for the Estuary and Gulf of St-Lawrence Nouvelles données sur la biologie et les captures de loups (Anarhichas sp.)dans les relevés de recherche, et dans les Pêches sentinelles et le Programme des observateurs pour l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Science Advisory Report, 2010/126, 81 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les trois espèces de loups présentes sur la côte est du Canada sont considées en péril. Deux espèces ont le statut d’espèces menacées (Anarhichas denticulatus, Anarhichas minor) alors que la troisième (Anarhichas lupus) a un statut préoccupant. Depuis 2000 et 2001 lorsque leur statut a été évalué pour la première fois, le ministère des Pêches et des Océans a pris des mesures pour favoriser leur rétablissement. Du côté recherche et monitorage, cela s’est traduit par un effort pour obtenir plus de données et des données de meilleure qualité, de même qu’un appui accru à la recherche sur la biologie, la distribution et les habitats propices aux trois espèces. Ce rapport passe en revue les résultats de recherches récentes ayant porté sur les loups dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent et ayant porté sur ces sujets: les assemblages d’espèces de poissons auxquels les loups sont associés, l’utilisation d’abris par les loups tachetés au stade juvénile, des relevés par plongée et par caméra remorquée, le métabolisme, la croissance et la reproduction, de même que la production de guides d’identification et une évaluation de la fiabilité des identifications lors des relevés de recherche. Les données de capture et d’effort ont été agrégées par cellule de 100 km2. La probabilité de capture d’un loup d’une espèce donnée dans un trait et dans une cellule (son occurrence relative) a été évaluée comme étant le rapport entre le nombre de traits où une espèce est présente et le nombre total de traits. Cette approche a permis de cartographier la capture et l’effort de plusieurs séries temporelles à partir des données de divers programmes et ce pour l’ensemble du Golfe (relevés de recherche et Pêches Sentinelles par chalut selon un patron aléatoire stratifié) ou dans des secteurs spécifiques du Golfe. La méthode permet le calcul des aires de fréquentation tout en se prêtant bien à associer ces aires aux caractéristiques de l’habitat. Les données ne montrent aucune tendance temporelle significative. Les loups représentent une faible biomasse dans le Golfe comparé à d’autres espèces démersales, le loup à tête large étant considéré comme très rare. La côte ouest de Terre-Neuve est un haut lieu de la distribution du loup tacheté et du loup atlantique dans le Golfe.

OUELLET, J.-F., DUTIL, J.-D., T. HURLBUT, 2010. Wolffish (Anarhichas sp.) landings in the estuary and Gulf of St. Lawrence(1960-2009)recorded in commercial fisheries statistics Débarquements de loups (Anarhichas sp.) dans l’estuaire et le golfe du Saint–Laurent (1960-2009) selon les statistiques de pêche commerciale. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2010/125, 38 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les statistiques de pêche commerciale de loups (Anarhichas denticulatus, Anarhichas minor et Anarhichas lupus) ont été compilées à partir des fichiers de l’Organisation des Pêches de l’Atlantique Nord-Ouest (OPANO) et des fichiers ZIFF (Zonal Interchange File Format) pour les divisions 4RST de l’OPANO. Dans ces statistiques, on ne distingue pas les espèces, du moins dans la période de 1960 à 2004, ce qui ne permet pas une analyse des statistiques par espèce. À partir de 2005, seul le loup atlantique (A. lupus) pouvait être débarqué. Selon les statistiques de l’OPANO, les débarquements de loup ont été en moyenne de 216 tonnes métriques par année entre 1960 et 1998, alors que selon les fichiers ZIFF ils ont été de 100 tonnes métriques par année entre 1985 et 2009 dans les divisions 4RST. Ces débarquements ont surtout été le fruit d’activités de pêche à la morue (Gadus morhua) ou à trois espèces de poisson plat. Selon les fichiers ZIFF, les loups débarqués ont été capturés principalement dans 4R (80.7% des poids débarqués), peu dans 4S (13.1%) ou dans 4T (6.1%). Les sous-divisions 4Rb, 4Rc et 4Rd ont été des hauts lieux avec en moyenne des débarquements de 2,112 kg par année par 1,000 km2pour les trois espèces et les trois sousdivisions combinés.De 1960 à 1998 (statistiques de l’OPANO), les palangres et dans une moindre mesure les chaluts ont été responsables de la majorité des captures. Plus récemment (selon les fichiers ZIFF, 1985 à 2009), les palangres et les filets maillants ont été responsables des deux tiers des mentions de captures dans les rapports de débarquement, mais les palangres à elles seules ont été responsables de 72% des poids débarqués. On note une diminution significative des débarquements entre 1985 et 2009 dans 4RST. Cette situation prévaut également pour les palangriers là où les poids débarqués ont été les plus élevés (4Rb, 4Rc et 4Rd).

BENOÎT, H.P., T. HURLBUT, J. CHASSÉ, 2010. Assessing the factors influencing discard mortality of demersal fishes using a semi-quantitative indicator of survival potential. Fish. Res., 106: 436-447.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Understanding the factors affecting the likelihood that discarded fish will die can contribute to better management of resources by enhancing the potential for successful live release and by improving the estimation of otherwise unaccounted fishing mortality. Semi-quantitative measures of individual fish vitality or physical condition, obtained by at-sea observers aboard commercial fishing vessels, are often used as an indicator of survival potential for discarded fish. The present study and previous ones have shown that these measures relate well to eventual survival. However, observer subjectivity in fish vitality scoring can affect the precision and accuracy of inferences drawn from an analysis of the observations. Here we propose the use of a mixed-effects multinomial proportional-odds model, which is appropriate for modelling ordinal vitality data and is a useful approach for addressing observer scoring subjectivity. This model was used to analyse data collected for eleven fish taxa captured by four gear types. The effect of eight factors previously shown to affect discard survival was evaluated. The gear type used and amount of time that fish spent on deck prior to discarding most strongly and consistently affected the distribution of fish among vitality levels. Sea surface and air temperatures, and fish body size, were also important factors for a number of taxa, while other factors such as the depth fished, catch size and fishing activity duration were important only for certain taxa. A random effect in the model, used to account for observer subjectivity, was significant for most taxa and fisheries. Failure to account for this effect could affect both the precision and accuracy of inferences on the survival potential of discarded fish.©2010 Elsevier B.V.

TREMBLAY-BOURGEOIS, S., N.R. LE FRANÇOIS, R.L. ROY, T.J. BENFEY, A.K. IMSLAND, 2010. Effect of rearing density on the growth and welfare indices of juvenile Spotted Wolffish, Anarhichas minor (Olafsen). Aquacult. Res., 41: 1179-1189.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The goal of this study was to determine the optimal stocking density for rearing juvenile spotted wolffish, Anarhichas minor (Olafsen), at two different sizes and assess the welfare status in relation to density. No major growth impairment was observed, although smaller fish (50–100 g) were significantly affected by density during the 120 days of the experiment, with final mean weights of 119.6 ± 11.6, 118.0 ± 5.8 and 88.7 ± 0.6 g for initial rearing densities of 10, 20 and 40 kg m-2 respectively. No effect of rearing density was seen for larger fish (100–160 g) during the 90 days of the experiment, with final mean weights of 160.2 ± 5.9, 159.7 ± 3.7 and 163.7 ± 11.5 g at fixed rearing densities of 20, 30 and 40 kg m-2 respectively. Our results suggest that the optimal rearing density of juvenile spotted wolffish is below 40 kg m-2 for smaller size fish (˜50–100 g) and probably ≥40 kg m-2 for the larger fish (100–160 g). Furthermore, it appears that the range of rearing density used did not have a significant effect on a selection of stress indicators (Na+ and K+ concentration, haematocrit, hepatosomatic index, total amount of plasma proteins and liver and muscle water content) and immunity response (plasma lysozyme activity) of juvenile spotted wolffish, making it a very tolerant species to crowding.©2009 Blackwell Publishing Ltd.

LACHANCE, A.-A., J.-D. DUTIL, R. LAROCQUE, G. DAIGLE, 2010. Shelter use and behaviour of juvenile Spotted Wolffish (Anarhichas minor) in an experimental context. Environ. Biol. Fishes, 88: 207-215.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Laboratory experiments were conducted to assess shelter use and behaviour of juvenile Spotted Wolfish, Anarhichas minor, using time-lapse video. Information about the behaviour of Spotted Wolffish and its habitat utilization is sparse due to the great depth at which this species lives. Four experiments were conducted using one or two fish per tank, with and without a shelter. The positions and movements of fish in the tanks and interactions between fish were monitored over 24-h periods. In experiments in which no shelter was available, Spotted Wolffsih spent very little time exploring the water column. They did not show fidelity to a particular area on the bottom of the tank and exhibited few signs of aggressiveness to each other. When a shelter was made available, fish spent most of their time in the shelter or close to the shelter. The presence of a single shelter did not enhance aggressive behaviours in fish kept in pairs. When day and night observations were compared, no clear diel pattern emerged. The Canadian recovery plan for Spotted Wolffish calls for research aimed at describing their use of demersal habitats. The present study suggests that shelter availability might be an important feature of the habitat requirements of juvenile Spotted Wolffish.©2010 Springer

LEMIEUX, H., J.-C. TARDIF, J.-D. DUTIL, P.U. BLIER, 2010. Thermal sensitivity of cardiac mitochondrial metabolism in an ectothermic species from a cold environment, Atlantic Wolffish (Anarhichas lupus). J. Exp. Mar. Biol. Ecol., 384: 113-118.

[Résumé disponible seulement en anglais]
To produce energy, mitochondria use oxidative phosphorylation, a multistep process involving several integrated reactions influenced by temperature. In order to identify which step in the process was most sensitive to temperature in a cold-temperate ectothermic species, we measured the thermal sensitivity of mitochondrial oxidative phosphorylation, as well as the thermal sensitivity of each individual step in this process, in mitochondria isolated from the heart of Atlantic wolffish (Anarhichas lupus). The thermal sensitivity of oxidative phosphorylation (coupled, ADP-stimulated), measured in the presence of pyruvate and malate as substrates, and those of Complexes II and IV activities were the same over the whole range of assay temperatures (5 to 35 °C). In contrast, the thermal sensitivity of Complexes I and III, ATPase, pyruvate dehydrogenase and citrate synthase could not be correlated with the thermal sensitivity of oxidative phosphorylation. The first step in the process of oxidative phosphorylation to be negatively affected by increased temperature was shown to be Complex III, followed by the Complex I. This occurred at temperatures above the tolerance limit and well above the range of temperatures occupied by the species. Our results identify specific steps within the electron transport system as potential control point limiting the capacity of Atlantic wolffish cardiac mitochondrial metabolism in response to changes in temperature.©2009 Elsevier B.V.

LAROCQUE, R., M.-H. GENDRON, J.-D. DUTIL, 2008. A survey of wolffish (Anarhichas spp.) and wolffish habitat in Les Méchins, Quebec. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2786, 35 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Le loup atlantique (Anarhichas lupus) et le loup tacheté (A. minor) sont respectivement inscrites comme espèces préoccupante et menacée selon la Loi sur les Espèces en Péril (LEP). Les objectifs de ce travail étaient d’acquérir des connaissances sur une population côtière de loups de l’estuaire du Saint-Laurent dans l’est du Québec, d’évaluer des méthodes d’étude de ces espèces et la faisabilité d’ensemencer des poissons puis d’en faire le suivi in situ. Il a été démontré que la distribution verticale de A. lupus est limitée par la température, les loups évitant la couche de surface sujette au courant de Gaspé. Le nombre de loups sur les récifs profonds est demeuré sensiblement constant sur deux ans avec plusieurs poissons occupant les mêmes abris pour de longues durées. La survie hivernale suivant une expérience d’ensemencement a été confirmée par des observations en plongée et la migration est suggérée pour expliquer le taux de succès relativement faible de cet effort. Des couples de loups et des masses d’œufs ont été observés et ceci a mené à une évaluation du rôle des récifs côtiers dans le cycle de vie de Anarhichas spp. Une méthode de mesure non intrusive des loups a été utilisée et est décrite. L'utilisation de relevés multifaisceaux à haute résolution comme outils pour les plongeurs et pour les travaux reliés à l’habitat est aussi discutée.

LAROCQUE, R., 2005. Menaçants, mais menacés : les loups atlantiques. En Profondeur, 5(1): 18-19.

LE FRANÇOIS, N.R., J.-D. DUTIL, P. BLIER, K. LORD, D. CHABOT, 2001. Tolerance and growth of juvenile common wolffish (Anarhichas lupus) under low salinity and hypoxic conditions: preliminary results. AAC Spec. Publ., 4: 57-59 .

La tolérance du loup atlantique juvénile à la salinité et à l'hypoxie a été étudiée à une température constante de l'eau (10 °C). Vingt sujets (d'un poids moyen de 0,11g) ont été transférés directement dans un système à circulation fermée contenantl de l'eau d'une salinité de 0 (eau douce), 7, 14, 21, 28 et 35 ppm, afin d'évaluer leur tolérance à la salinité. Aucun poisson n’a survécu plus de 6 heures dans l'eau douce; par contre, le taux de mortalité a été négligeable (0-0,05 %) dans tous les autres groupes. Un deuxième test de provocation utilisant des sujets de 0,408 g a été réalisé pendant 72 h, à une salinité de 0 à 7 ppm et de 28 ppm. Le taux cumulatif de mortalité, qui était de 100 %dans l'eau douce, a diminué à 33 %à 6 ppm après 72 h, et aucune mortalité n'a été observée entre 7et 28 ppm. Un essai de croissance de 20 jours a été réalisé en utilisant les sujets ayant survécu au premier test de provocation (7, 14, 21, 28 et 35 ppm); cet essai n'a révélé aucun effet néfaste sur la croissance à des salinités aussi faibles que 7 ppm. La teneur en protéines et la longueur totale ont été beaucoup plus élevées à des salinités plus faibles. Les effets d'une faible tension en oxygène sur la survie des juvéniles d'âge 1+ (poids moyen -40 g) ont aussi été examinés (CL50 après 6 heures; valeurs de saturation en oxygène: 16, 22, 28, 34, 40 et 100 %). Aucun poisson n'a survécu à une saturation de 16 %, mais aucune mortalité n'a été observée à un taux de saturation supérieur à 22 %. Les études se poursuivent sur les effets d'une faible tension en oxygène sur la croissance.©2001 L'Association Aquacole du Canada