Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Crustacés - Euphausiacés / Thysanoessa raschii / 

PLOURDE, S., G. WINKLER, P. JOLY, J.-F. ST-PIERRE, M. STARR, 2011. Long-term seasonal and interannuel variations of krill spawning in the lower St Lawrence Estuary, Canada, 1979-2009. J. Plankton Res., 33(5): 703-714.

[Résumé disponible seulement en anglais]
This study describes the long-term seasonal and interannual variations in krill spawning using abundance of krill eggs collected during an on-going long-term monitoring program at an anchor station in the lower St Lawrence Estuary from 1992 to 2009 and data collected in the same region in 1979 to 1980. The longterm seasonal semi-monthly climatology in egg abundance revealed that krill generally reproduced during two periods, i.e. in late spring (mid-May to late June) and in late summer (August to mid-September), when phytoplankton biomass in the upper 50 m was greater than 75 mg chlorophyll a m-2. The identification of krill eggs to the species level in 2007 revealed that Meganyctiphanes norvegica egg abundance was related to the biomass of phytoplankton averaged over the month prior to sampling, corresponding to the duration of one spawning cycle (two intermolt periods) known for this species. Overall krill egg abundance varied significantly between years, showing high abundance every 3–5 years with no long-term interannual trend. The annual mean egg abundance normalized for the duration of krill spawning showed the same interannual long-term pattern. Both egg abundance indices were independent of the annual phytoplankton biomass, indicating that interannual variations in krill spawning biomass would be the most likely candidate to explain interannual variability in egg abundance. We propose that such normalized annual egg abundance based on high-resolution seasonal sampling could be a useful index of interannual variations in krill spawning biomass which is otherwise difficult to sample.©2011 Oxford University Press

SIMARD, Y, M. SOURISSEAU, 2009. Diel changes in acoustic and catch estimates of krill biomass. ICES J. Mar. Sci., 66: 1318-1325.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Krill-biomass estimates can be compromised by diel variabilities in acoustic backscatter and the catch efficiencies of various nets. This paper describes an effort to quantify these variabilities at fine temporal and spatial scales during a three-day experiment at a fixed location, using high-resolution, stratified Bioness samples and echo-integration, and assuming a fixed distribution of krill orientations. Night-time catches in the krill scattering layer (SL) were 15 times the acoustic estimates. The situation was reversed during daytime, when the acoustic estimates in the SL were 5 times larger than the catches. This collectively resulted in a ± 10–dB gradual diel cycle in the difference of vertically integrated biomass from both sampling methods. Use of a strobe light on the Bioness reduced avoidance of the net by krill and significantly increased (×10) daytime catches in the SL, but had no significant effect on night-time catches. The difference in volume-backscattering strength at 120 and 38 kHz (?Sv120 - 38) in the densest parts of the SL agreed with predictions using a target-strength (TS) model and an assumed normal distribution of tilt (mean ø = 11°; s.d. = 4°). The ?Sv120 - 38 was smaller for lower densities and during night-time. It appears that the ø and, therefore, TS distributions of krill significantly change during their diel vertical migrations. At twilight and at night, when they are feeding and swimming vertically, they exhibit lower mean TS and ?Sv120 - 38 and react less to strong strobe-light pulses, in contrast to daytime. Diel patterns in TS and net avoidance should be taken into account in krill-biomass assessments that use round the clock acoustic-survey data and multi-frequency TS models for target classification. ©2009 ICES Journal of Marine Science.

HARVEY, M., L. DEVINE, 2009. Oceanographic conditions in the Estuary and the Gulf of St. Lawrence during 2008 : zooplankton ; Conditions océanographiques dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent en 2008 : zooplancton. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2009/083, 60 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Ce document donne un aperçu de la variabilité temporelle de la biomasse de zooplancton, l'abondance et la composition des espèces en 2008 à quatre stations fixes et sept sections du PMZA ainsi qu'un aperçu de la variabilité interannuelle de la composition spécifique, l'abondance et la biomasse du macrozooplancton dans l’estuaire maritime et le nord-ouest du golfe du Saint-Laurent de 1994 à 2008. Par rapport aux années précédentes (1999–2007) l’état du zooplancton aux quatre stations fixes de la région en 2008 est considéré inférieur (biomasse) et supérieure (abondance totale de zooplancton autre que copépode, abondance totale de copépodes, abondance de Calanus finmarchicus, abondance de Pseudocalanus spp.) à la normale dans la AG et GC; inférieure à la normale (biomasse de zooplancton), normale (abondance totale de zooplancton autre que copépode, abondance totale de copépodes, abondance de Pseudocalanus spp.) et supérieure à la normale (abondance de C. finmarchicus) dans la RS; et normale (biomasse de zooplancton, abondance de C. finmarchicus, abondance de Pseudocalanus spp.) et supérieure à la normale (abondance totale de zooplancton autre que copépode, abondance totale de copépodes) dans la SV. Également, des changements dans la structure de la communauté de zooplancton ont été observés en 2008. En plus d’un changement au niveau de l’ordre d’abondance des espèces dominantes à chacune des stations, de nouvelles espèces sont apparues pour la première fois parmi les 10 espèces dominantes («top 10») : appendiculaires et Temora spp. Dans la AG, Temora spp., cladodère et larves de bivalve dans le GC, Paraeuchaeta norvegica et Calanus glacialis à la SV et larves de polychète dans la RS. Les indices de biomasse de Calanus hyperboreus et du mesozooplancton observés le long des sept sections du Québec au printemps et à l’automne 2008 ont été évalués comme normal ou inférieure à la normale, excepté dans l’estuaire maritime (TESL) où la biomasse de C. Hyperboreus a été évaluée supérieure à la normale. En ce qui concerne les neuf indices d’abondance, la plupart ont été évalués à la normale ou supérieur à la normale au printemps 2008 excepté dans certains cas qui ont été évalués inférieure à la normale comme les nauplii de copépodes le long des sections TESL et TIDM, l’abondance du mésozooplancton (excluant les copépodes) dans le centre et le nord-est du golfe (TCEN, TBB) et les larves de krill dans le détroit de Cabot (TDC). Cependant, la situation a été différente pendant l’automne 2008 : quelques indices ont également été évalués à la normale ou supérieur à la normale (l’ensemble des copépodes, les nauplii de copépode, les petits copépodes, le zooplancton carnivore, le mésozooplancton [excluant les copépodes] et les larves de krill) et d’autres à la normale ou inférieure à la normale (les larges copépodes, C. finmarchicus CIV–CV, le meroplancton). En 2008, quelques changements dans la structure de la communauté de zooplancton ont aussi été observés le long des sept sections. En plus d’un changement au niveau de l’ordre d’abondance, de nouvelles espèces sont apparues pour la première fois dans le «top 10» : Eurytemora spp. et C. glacialis le long de la section TESL; Temora spp. et les œufs de copepode dans le nord-ouest du GSL (TSI); les œufs de copépodes dans le sud-ouest de l’île d’Anticosti (TASO); P. Norvegica et C. glacialis dans le centre du GSL (TCEN); C. glacialis dans le nord-est et le sud du GSL (TBB, TIDM); et Ostracoda dans le détroit de Cabot (TDC). La biomasse de mésozooplancton observée en novembre 2008 dans l’estuaire maritime et le nord-ouest du GSL était 1.8 et 1.4 fois plus élevée qu’en 2006 et 2007 et correspond à la seconde valeur la plus élevée observée au cours des 15 dernières années dans ces deux régions. Par ailleurs, la biomasse moyenne de macrozooplancton a diminué de 15.4 g/m2 (poids humide) en 2005, à 5.9 en 2006, à 8.6 en 2007 et 6.2 en 2008. Les valeurs observées en 2006, 2007 et 2008 correspondent aux plus faibles valeurs observées au cours des 15 dernières années dans les deux régions. Un fait marquant des années 2006, 2007 et 2008 est la forte diminution de l’abondance de l’espèce Thysanoessa raschii qui était 5.3 fois moins abondante en 2006–2008 qu’au cours des 15 années précédentes. Finalement, les années 2006, 2007 et 2008 correspondent aux plus faibles abondances moyennes de l’amphipode pélagique Themisto libellula des 15 dernières années excepté en 2000.

SOURISSEAU, M., Y. SIMARD, F.J. SAUCIER, 2009. Corrigendum : krill diel vertical migration fine dynamics, nocturnal overturns, and their roles for aggregation in stratified flows. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 66: 509.

HARVEY, M., P. GALBRAITH, 2009. Macrozooplankton diel migration in the Estuary and Gulf of St. Lawrence : links to abiotic factors. AZMP Bull. PMZA, 8: 28-35.

Cliquer pour voir tout le texte

HARVEY, M., P.S. GALBRAITH, A. DESCROIX, 2009. Vertical distribution and diel migration of macrozooplankton in the St. Lawrence marine system (Canada) in relation with the cold intermediate layer thermal properties. Prog. Oceanogr., 80(1-2): 1-21.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Vertical distribution of various species and stages of macrozooplankton (euphausiacea, chaetognatha, cnidaria, mysidacea, amphipoda) were determined for different times of the day and related to the physical environment. Stratified sampling with the BIONESS was carried out during seven cruises in spring and fall 1998, 2000, and 2001, and fall 1999, in two different habitats in the St. Lawrence marine system: the lower St. Lawrence Estuary and the NW Gulf of St. Lawrence. Our results indicate that the various macrozooplankton species were distributed throughout the whole water column including the surface layer, the cold intermediate layer (CIL), and the deep layer at different times of day and night in both areas during all periods. Moreover, three types of migrational patterns were observed within this zooplanktonic community: (1) nocturnal ascent by the whole population, (2) segregation into two groups; one which performed nocturnal accent and another which remained in the deep, and (3) no detectable migration. We also observed that the diel vertical migration (DVM) amplitude in most of the macrozooplankton species varied as a function of physical factors, in particular the spatio-temporal variations of the CIL thermal properties, including the upper and the lower limits of the CIL and the depth of the CIL core temperature. Finally, the different DVM patterns coupled with estuarine circulation patterns and bottom topography could place animals in different flow regimes by night and by day and contribute to their retention (aggregation) and/or dispersion in different areas, time of the day, and seasons. Crown Copyright ©2008 Published by Elsevier Ltd.

SOURISSEAU, M., Y. SIMARD, F. J. SAUCIER, 2008. Krill diel vertical migration fine dynamics, nocturnal overturns, and their roles for aggregation in stratified flows. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 65: 574-587.

Un ensemble d’observations à haute résolution de la dynamique à court terme des migrations verticales nycthémérales (MVN) du krill dans l’estuaire du Saint-Laurent est présenté. Il incorpore des mesures de transfert de masse sur la verticale à partir d’échosondages multifréquences couplés à l’échantillonnage des strates au filet à nappe et le suivi des mouvements verticaux individuels par des mesures de pigments stomacaux sur une période de 72 h. Des séries temporelles des patrons circadiens des vitesses verticales de migrations déterminées à l’aide d’un ADCP (« acoustic Doppler current profiler »; profileur de courant acoustique à effet Doppler) complètent les mésures sur une période allant jusqu’à 3 mois. L’ensemble du krill migre toujours rapidement et en synchronie jusqu’en surface lors du coucher du soleil. Peu de temps après l’ascension, du krill nourri commence à nager vers le bas, ce qui se poursuit avec une intensité notable jusqu’au milieu de la nuit. Il forme alors une couche acoustique de rétrodiffusion à sa profondeur diurne, ce qui engendre une distribution verticale nocturne bimodale, souvent accompagnée de densités acoustiques notables aux profondeurs intermédiaires, particulièrement au milieu de la nuit. Une réorganisation dans la partie supérieure de la colonne d’eau survient ensuite, vraisemblablement pour une dernière période d’alimentation avant l’aube. A l’aube, la masse de krill s’alimentant toujours dans la partie supérieure de la colonne d’eau nage en synchronie vers sa profondeur diurne. Ce comportement vertical nocturne asynchrone, conforme à l’hypothèse de faim-satiété de la MVN, s’est répété entre les mois d’août et d’octobre à deux années différentes, la synchronisation de la MVN dépendant de la durée du jour.©2008 NRC Canada

HARVEY, M., L. DEVINE, 2008. Oceanographic conditions in the Estuary and the Gulf of St. Lawrence during 2007 : zooplankton ; Conditions océanographiques dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent en 2007 : zooplancton. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2008/037, 39 p.

Cliquer pour voir tout le texte

L'abondance, la composition en espèces et la biomasse de zooplancton dans la région du Québec du MPO (l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent, GSL) en 2007 sont présentées en comparaison avec les conditions des huit années précédentes (1999-2006) dans la gyre d’Anticosti (AG), le courant de Gaspé (GC) et la vallée de Shediac (SV) et aux deux années précédentes (2005-2006) à la station Rimouski (RS). De plus, le rapport présente une revue de la variabilité interannuelle de la biomasse de mésozooplancton et de l'abondance, la composition en espèces et la biomasse de macrozooplancton pour l'estuaire maritime et le nord-ouest du golfe du Saint-Laurent tel qu'évalué chaque année àl'automne entre 1994 et 2007. Par rapport aux années précédentes (1999-2006) l'état du zooplancton aux quatre stations fixes de la région en 2007 est considéré normal (abondance totale de zooplancton, abondance totale de copépodes) et inférieur à la normale (biomasse, abondance de C. finmarchicus) dans la AG; normale (biomasse, abondance totale de zooplancton, abondance totale de copépodes) et supérieure à la normale (biomasse, abondance de C. finmarchicus) dans le GC; et normale (abondance de C. finmarchicus), inférieure à la normale (biomasse), et supérieure à la normale (abondance totale de zooplancton, abondance totale de copépodes) dans la SV. En ce qui concerne la RS en 2007, l'abondance de C. finmarchicus a été 2.6 fois plus élevée qu'au cours des deux années précédentes (2005-2006). Également, des changements dans la structure de la communauté de zooplancton ont été observés dans la AG, le GC, la SV et la RS en 2007. En plus d’un changement au niveau de l'ordre d’abondance des espèces dominantes àchacune des stations, de nouvelles espèces sont apparues pour la première fois parmis les 10 espèces dominantes («top 10»): appendiculaires et Oncaea spp. Dans la AG, échinodermes et larves de bivalve dans le GC, euphausiids (œufs, nauplii, juvéniles) et Calanus glacialis à la RS et échinodermes et larves de polychète dans la SV. Finalement, la biomasse du zooplancton observée au printemps 2007 le long des sept sections a été évaluée comme supérieure à la normale dans l'estuaire maritime (TESL), le nord-ouest (TSI), le détroit de Cabot (TDC) et dans le sud du golfe (TIDM); normale au sud-ouest de l'île d’Anticosti (TASO), et inférieur à la normale dans le centre (TCEN) le nord-est du golfe (TBB) du golfe. En ce qui concerne l'abondance de zooplancton, les anomalies ont toutes été au-dessus de la normale pour l'ensemble des sections à l'exception de TSI, TDC et TIDM où l'abondance de zooplancton a été évaluée comme normale. Pendant l'automne, les anomalies de la biomasse et l'abondance totale de zooplancton ont été évaluées comme normale le long de l'ensemble des régions à l'exception de TESL, TSI et TASO où les deux indices ont été au-dessus de la normale, et TCEN où la biomasse a été évaluée comme inférieur à la normale. En 2007, quelques changements dans la structure de la communauté de zooplancton ont aussi été observés le long des sept sections. En plus d’un changement au niveau de l'ordre d’abondance de nouvelles espèces sont apparues pour la première fois dans le «top 10»: appendiculaires, larves d’échinoderme et Ostracodes dans l'estuaire maritime et le nord-ouest du golfe, C glacialis dans le nord-est du golfe, ptéropodes, et Oncaea spp. dans le sud du golfe, et ptéropodes et Metridia spp. dans le détroit de Cabot. La biomasse de mésozooplancton observée en novembre 2007 dans l'estuaire maritime et le nord-ouest du GSL était 1.4 fois plus élevée qu'en 2006 et correspond à la quatrième valeur la plus élevée observée au cours des 14 dernières années dans ces deux régions. Par ailleurs, la biomasse moyenne de macrozooplancton a diminué de 15.4 g/m² (poids humide) en 2005 à 5.9 et 8.6 g/m² en 2006 respectivement. Les valeurs observées en 2006 et 2007 correspondent aux plus faibles valeurs observées au cours des 14 dernières années dans les deux régions. Un fait marquant des années 2006-2007 est la plus faible biomasse d’euphausiacés (krill) en raison d’une forte diminution de l'abondance de l'espèce Thysanoessa raschii qui était 5.3 fois moins abondante en 2006-2007 qu'au cours des 14 dernières années dans les deux régions. Finalement, l'année 2007 correspond aux plus faibles abondances moyennes de l'amphipode pélagique Themisto libellula des 14 dernières années.

DESCROIX, A., M. HARVEY, S. ROY, P.S. GALBRAITH, 2005. Macrozooplankton community patterns driven by water circulation in the St. Lawrence marine system, Canada. Mar. Ecol. Prog. Ser., 302: 103-119 .

[Résumé disponible seulement en anglais]
Six cruises were carried out in the lower St. Lawrence Estuary (LSLE) and the NW Gulf of St. Lawrence (NW GSL) in spring and fall 1998, 2000, and 2001 to study the species composition, abundance, and distribution of macrozooplankton in relation to the physical environment. Our results confirm that the LSLE and the NW GSL represent 2 different physical environments. These differences are likely due to different circulation patterns observed between the 2 regions: the estuarine circulation in the LSLE and a quasi-permanent cyclonic gyre in the NW GSL. The dominant species found in both environments (LSLE and NW GSL) is the mysid Boreomysis arctica, but we observed no significant regional and interannual variations in its abundance. In contrast, 2 distinct groups characterized the LSLE and the NW GSL when we examined the other macrozooplankton groups. Two euphausiid species, Meganyctiphanes norvegica and Thysanoessa raschii, dominated in the LSLE. Their abundances were 6 and 15 times higher in the LSLE than in the NW GSL, respectively. On the other hand, the NW GSL was dominated by chaetognaths, hyperiid amphipods, and siphonophores. These groups were twice as abundant in the NW GSL as in the LSLE. Such interregional variations were attributed to different circulation patterns and different trophic systems. Furthermore, important interannual variations in the abundance of the major macrozooplankton species were also observed between 1998 and 2001 in the LSLE and the NW GSL. In the NW GSL, the arctic and boreo-arctic species were more abundant in 1998 than in 2000 and 2001. In contrast, their abundance was lowest in 1998, and highest in 2000 and 2001 in the LSLE. We hypothesize that stronger inflow of Labrador Shelf waters in the GSL via the Strait of Belle Isle may increase the advection of macrozooplankton into the LSLE.©2005 Inter-Research