Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Plantes - Algues brunes / Laminaria longicruris / Laminaire à long stipe

GENDRON, L., E. TAMIGNEAUX, C. LEROUX, M.-J LEBLANC, 2010. Ajustements du calendrier de culture de la laminaire à long stipe (Saccharina longicruris) en Gaspésie (Québec) pour éviter la colonisation des frondes par le bryozoaire Membranipora membranacea et augmenter le nombre de récolte annuelles. Rapp. can. ind. sci. halieut. aquat., 284, 54 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les essais de culture de l’algue Saccharina longicruris dans la baie des Chaleurs ont jusqu’ici visé un seul cycle de production annuel, d’avril à novembre. Durant ces essais, les laminaires ont subi une importante dégradation suite à la colonisation des frondes par le bryozoaire Membranipora membranacea. La présente étude visait donc à vérifier s’il est possible de réduire les pertes dues au bryozoaire, en décalant le cycle de production de façon à éviter la culture durant les mois d’été (juillet et août). Par la même occasion, l’étude visait aussi à voir s’il était possible d’obtenir des rendements potentiellement intéressants avec trois cycles de production de quatre mois par an (cycles d’automne, d’hiver et de printemps). Les résultats indiquent que les cycles courts ne permettent pas de fournir un volume de récolte suffisant. Cependant, la mise à l’eau de plantules à la fin de l’automne et leur récolte en juillet de l’année suivante (cycle de production de 8-10 mois) pourrait constituer une bonne stratégie de culture de S. longicruris, avec des rendements de l’ordre de 3,3 kg par mètre de corde de filière, constitués d’algues de grande taille (fronde = 1m), de belle apparence et exemptes de bryozoaires.

GENDRON, L., É. TAMIGNEAUX, 2008. Expériences de culture de l’algue brune Saccharina longicruris en 2007 : essais en bassin et en mer au large de Paspébiac et de Grande-Rivière (Québec). Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2820, 58 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les expériences de culture de l’algue brune Saccharina longicruris se sont poursuivies en 2007 pour une deuxième année consécutive. Les travaux réalisés en 2007 ont été planifiés pour tenir compte des recommandations formulées au terme des essais de 2006. Les objectifs étaient 1) de vérifier si au moment de la période de culture en bassin, la croissance des plantules était plus rapide à faible densité; 2) de modifier le calendrier de culture en mer pour éviter la colonisation des frondes par le bryozoaire envahissant Membranipora membranacea; 3) de vérifier si l’apparition du bryozoaire était récurrente à Paspébiac; 4) d’étudier l’effet de la profondeur de culture sur les rendements à Paspébiac et 5) d’installer une culture de laminaires à Grande-Rivière afin de comparer les rendements avec ceux de Paspébiac et de voir si le bryozoaire envahissant affectait les algues autant qu’à Paspébiac. Les travaux réalisés en 2007 ont permis de démontrer qu’une réduction de la densité des plantules au moment de la culture en bassin avait un effet positif significatif sur leur taille. Après une période de trois mois, la taille des algues cultivées à faible densité (3 et 10 fois moins que la densité du groupe contrôle) étaient significativement plus élevée (jusqu’à deux fois). Le fait d’atteindre des tailles plus grandes plus rapidement pourrait permettre un transfert en mer plus rapide et réduire le temps et les coûts de la phase de culture en bassin. En 2007, le transfert en mer des algues a été effectué quelques semaines plus tôt qu’en 2006. Les résultats laissent entrevoir qu’une culture en mer débutée en avril et terminée en août permettrait d’obtenir des rendements intéressants. Il est cependant nécessaire de poursuivre l’exploration de différentes fenêtres temporelles de culture qui seraient ajustées de façon à mieux bénéficier d’une période de croissance accélérée au printemps tout en évitant la colonisation et la destruction des algues par le bryozoaire au cours de l’été. Tout comme en 2006, le bryozoaire a de nouveau causé des dégâts aux algues à Paspébiac. Les algues sur le site de Grande-Rivière ont également été affectées. Le bryozoaire colonise les algues autant en surface qu’en profondeur (11 mètres). Par contre, les algues situées en profondeur sont moins soumises au brassage turbulent par les vagues que celles en surface et l’impact négatif des bryozoaires sur la survie des plants se fait sentir un peu plus tardivement. Les observations préliminaires sur l’effet de la profondeur montrent qu’il serait avantageux d’installer les filières de culture en dessous de cinq mètres de profondeur. En plus d’avoir de bons taux de croissance et des rendements élevés, cette stratégie permettrait de réduire l’érosion, les bris et le détachement des frondes dus à la turbulence en surface et de réduire également les risques que les algues soient soumises à des conditions de température et de salinité défavorables qui sont plus susceptibles d’être rencontrés dans les eaux de surface. Les deux sites de culture étudiés ont des caractéristiques environnementales relativement semblables et sont propices à la culture de S. longicruris sur filière. La réduction des sels azotés au cours de l’été amène cependant une réduction temporaire de la croissance.

GENDRON, L., P. GAUTHIER, G. SAVARD, 2007. Expériences préliminaires de culture de l’algue brune Laminaria longicruris en laboratoire et en mer au large de Paspébiac (Québec) en 2006. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2731, 53 p .

Cliquer pour voir tout le texte