Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Plantes - Diatomées / Pseudo-nitzschia delicatissima / 

COUTURE, J.Y., M. LEVASSEUR, E. BONNEAU, C. DESJARDINS, G. SAUVÉ, S.S. BATES, C. LÉGER, R. GAGNON, S. MICHAUD, 2001. Spatial and temporal variation of domoic acid in molluscs and of Pseudo-nitzschia spp. blooms in the St. Lawrence from 1998 to 2000. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2375, 24 p.

Cliquer pour voir tout le texte

La présence dans les mollusques de l'acide domoïque (toxine responsable de l'intoxication amnestique par les mollusques - IAM) est suivie dans l'estuaire et le nord du golfe du Saint-Laurent depuis 1997 par l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA). Les résultats indiquent une évolution spatiale et temporelle de la contamination par l'acide domoïque au cours des années 1998 à 2000. Des traces de cette toxine ont d'abord été détectées dans des gonades de pétoncles géants pêchés au large des Îles-de-la-Madeleine a l'été 1998. En 1999, les concentrations d'acide domoîque dans les glandes digestives de pétoncles géants du même secteur atteignaient 585 ug g-1, bien que les muscles adducteurs n'étaient pas contaminés. Pendant la même période, des teneurs de près de 25 ug g-1 de glande digestive étaient mesurées dans des pétoncles géants récoltés dans la lagune de Havre-aux-Maisons, alors que des concentrations traces étaient mesurées pour la première fois dans des myes communes récoltées sur la Basse Côte-Nord. En 2000, les glandes digestives des pétoncles géants des Îles-de-la-Madeleine demeuraient intoxiquées et des traces d'acide domoïque étaient mesurées dans des myes communes, moules bleues et couteaux de mer tout le long de la Côte-Nord du Saint-Laurent, de Tadoussac à Havre-Saint-Pierre. Conjointement aux données de l'inspection, le programme de monitorage des algues nuisibles de l'Institut Maurice-Lamontagne (Pêches et Océans Canada) a révélé la présence de deux espèces de diatomées potentiellement productrices d'acide domoïque dans le Saint-Laurent: Pseudo-nitzschia seriata et Pseudo-nitzschia delicatissima. L'examen des données a mis en évidence une coïncidence entre l'apparition de l'acide domoïque dans certains mollusques des Îles-de-la-Madeleine et de la Côte-Nord et la présence de P. seriata alors que des floraisons massives de P. delicatissima (en l'absence de P. seriata) n'occasionnent pas de toxicité. Les analyses en laboratoire réalisées sur une souche de P. seriata isolée de l'estuaire du Saint-Laurent lors d'un épisode de toxicité ont montré sa capacité à produire de l'acide domoïque alors que toutes les tentatives faites en ce sens avec P. delicatissima isolé d'autres régions de l'est du Canada se sont avérées négatives jusqu'à maintenant. Ces résultats récents indiquent que les floraisons de P. seriata dans le Saint-Laurent et les intoxications des mollusques par l'acide domoïque qui en résultent représentent un risque potentiel qui devra être considéré dans l'avenir.

COUTURE, J.Y., M. LEVASSEUR, E. BONNEAU, C. DESJARDINS, G. SAUVÉ, S.S. BATES, C. LÉGER, R. GAGNON, S. MICHAUD, 2001. Variations spatiales et temporelles des concentrations d'acide domoïque dans les mollusques et des abondances de Pseudo-nitzschia spp. dans le Saint-Laurent de 1998 à 2000. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2375, 25 p .

Cliquer pour voir tout le texte

La présence dans les mollusques de l'acide domoïque (toxine responsable de l'intoxication amnestique par les mollusques - IAM) est suivie dans l'estuaire et le nord du golfe du Saint-Laurent depuis 1997 par l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA). Les résultats indiquent une évolution spatiale et temporelle de la contamination par l'acide domoïque au cours des années 1998 à 2000. Des traces de cette toxine ont d'abord été détectées dans des gonades de pétoncles géants pêchés au large des Îles-de-la-Madeleine a l'été 1998. En 1999, les concentrations d'acide domoîque dans les glandes digestives de pétoncles géants du même secteur atteignaient 585 ug g-1, bien que les muscles adducteurs n'étaient pas contaminés. Pendant la même période, des teneurs de près de 25 ug g-1 de glande digestive étaient mesurées dans des pétoncles géants récoltés dans la lagune de Havre-aux-Maisons, alors que des concentrations traces étaient mesurées pour la première fois dans des myes communes récoltées sur la Basse Côte-Nord. En 2000, les glandes digestives des pétoncles géants des Îles-de-la-Madeleine demeuraient intoxiquées et des traces d'acide domoïque étaient mesurées dans des myes communes, moules bleues et couteaux de mer tout le long de la Côte-Nord du Saint-Laurent, de Tadoussac à Havre-Saint-Pierre. Conjointement aux données de l'inspection, le programme de monitorage des algues nuisibles de l'Institut Maurice-Lamontagne (Pêches et Océans Canada) a révélé la présence de deux espèces de diatomées potentiellement productrices d'acide domoïque dans le Saint-Laurent: Pseudo-nitzschia seriata et Pseudo-nitzschia delicatissima. L'examen des données a mis en évidence une coïncidence entre l'apparition de l'acide domoïque dans certains mollusques des Îles-de-la-Madeleine et de la Côte-Nord et la présence de P. seriata alors que des floraisons massives de P. delicatissima (en l'absence de P. seriata) n'occasionnent pas de toxicité. Les analyses en laboratoire réalisées sur une souche de P. seriata isolée de l'estuaire du Saint-Laurent lors d'un épisode de toxicité ont montré sa capacité à produire de l'acide domoïque alors que toutes les tentatives faites en ce sens avec P. delicatissima isolé d'autres régions de l'est du Canada se sont avérées négatives jusqu'à maintenant. Ces résultats récents indiquent que les floraisons de P. seriata dans le Saint-Laurent et les intoxications des mollusques par l'acide domoïque qui en résultent représentent un risque potentiel qui devra être considéré dans l'avenir.