Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Mammifères marins - Baleines / Phocoena phocoena / Marsouin commun, Cochon de mer

LESAGE, V., J. KEAYS, S. TURGEON, S. HURTUBISE, 2006. Bycatch of harbour porpoises (Phocoena phocoena) in the gillnet fishery of the Estuary and Gulf of St. Lawrence, 2000-2002. J. Cetacean Res. Manage., 8(1): 67-78.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The incidental catch of harbour porpoises (Phocoena phocoena) in the gillnet fishery of the Estuary and Gulf of St. Lawrence, Canada, was examined using: (1) questionnaires mailed to fishermen inquiring about bycatches in 2000 and 2001 (n=2,277 or 44 % of the fishermen with valid licenses); and (2) using data from an at-sea observer programme and sentinel fishery programme in 2001 and 2002. The questionnaire survey had a low response rate (22 %) and provided bycatch estimates of 2,215 (95 % CI 1,151-3,662) and 2,394 (95 % CI 1,440-3,348) porpoises in 2000 and 2001, respectively. The low number of hauls monitored by at-sea observers prevented the estimation of bycatch levels for several zones and the study area as a whole, and provided only imprecise estimates for all other zones. The results from questionnaires indicated a 24-63 % reduction in harbour porpoise bycatches since the late 1980s, whereas the at-sea observer programme provided bycatch levels for 2001 and 2002 that were unreliable and underestimated, approaching one quarter of those documented in the late 1980s. Although both indices indicated a decrease in bycatches since the late 1980s, the magnitude of this change remains uncertain given the weaknesses associated with the two approaches. Considering the maximum population rate of increase (Rmax) for harbour porpoises as 4 % and the lower and upper 95 % confidence limits (1,440-3,348) of our most reliable estimate of bycatches (i.e. the 2001 questionnaire survey results), the harbour porpoise population in the Gulf of St. Lawrence would need to be at least 36,000-83,700 individuals for current incidental catches to be sustainable. If the rate of increase is less than maximal, e.g. 0.5Rmax or 2 %, then 72,000-167,400 harbour porpoises would be needed to attain sustainability. Kingsley and Reeves (1998) estimated that an average 36,000 to 125,000 porpoises occupied the Gulf of St. Lawrence during the summers of 1995 and 1996. Although the trajectory of the population since it was last surveyed in 1996 is uncertain, these findings suggest that bycatch levels might remain a cause for concern for the harbour porpoise population in the Gulf of St. Lawrence. The results from the comparison between the sentinel fishery and the commercial fishery subjected and not subjected to at-sea observations suggest that fine-scale temporal and spatial changes in fishing activities may greatly affect harbour porpoise bycatch levels. ©2006 International Whaling Commission

LESAGE, V., J. KEAYS, S. TURGEON, S. HURTUBISE, 2004. Incidental catches of harbour porpoises (Phocoena phocoena) in the gillnet fishery of the Estuary and Gulf of St. Lawrence in 2000-2002. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2552, 37p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les mortalités accidentelles de marsouins communs associées aux pêcheries au filet maillant de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent ont été évaluées à l’aide de questionnaires distribués aux pêcheurs en 2000 et 2001, et à l’aide des programmes d’Observateurs en mer et de Pêcheries Sentinelles en 2001 et 2002. Des 2277 pêcheurs qui ont reçu un questionnaire, 215 (9 %) ont répondu, desquels 165 ont rapporté avoir pêché activement en 2000 ou 2001. De ceux-ci, 24 (23 %) et 45 (27 %) pêcheurs ont rapporté avoir pris un total de 181 et 291 marsouins en 2000 et 2001, respectivement. Les plus imposantes prises sont survenues en juillet et août dans les zones 4R, Miscou et Côte-Nord. Ces prises se sont traduites en des taux moyen de prises accidentelles de 1.25 (ET = 5.0) et 1.76 (ET = 4.7) marsouins par répondant en 2000 et 2001, respectivement. L’extrapolation de ces taux de prises accidentelles à la flotte entière de pêcheurs au filet maillant a résulté en une estimation globale de 2180 (95 % IC 1012-3802) et 2478 (95 % IC 1591-3464) marsouins pour l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent en 2000 et 2001, respectivement. En 2001 et 2002, un total de 4 et 6 marsouins ont été rapportés avoir été pris lors du monitorage de 786 et 882 traits de filets maillants fixes par les Observateurs en mer. Les activités des Observateurs en mer se sont déroulées en association étroite avec celles des pêcheries commerciales à la morue franche et au turbot. Toutefois, le faible nombre de traits qui ont été monitorés par les Observateurs en mer a prévenu le calcul d’une estimation des prises accidentelles pour plusieurs zones et globalement pour l’aire d’étude, et a résulté en des estimations imprécises pour les autres zones. Les Pêcheries Sentinelles a résulté en 86 et 77 prises accidentelles en 2001 et 2002, respectivement. Selon les années, les prises accidentelles de marsouins communs associées à la pêche ont culminées à la fin août ou au début septembre, malgré une intensité maximale d’activité de cette pêcherie à une période plus précoce de la fin juillet à la fin août en 2001 et 2002, respectivement. Le nombre de prises accidentelles par trait rapporté par les Pêcheries Sentinelles était plus élevé que celui rapporté par le programme des Observateurs en mer et ce, malgré une activité des Pêcheries Sentinelles étendue sur une période plus longue, où les espèces visées par les pêcheries ont pu être moins abondantes. Des différences significatives ont été observées dans la manière de pêcher entre les pêcheries commerciales, les pêcheries commerciales faisant l’objet d’Observations en mer, et les Pêcheries Sentinelles. Plus spécifiquement, Les Pêcheries Sentinelles ont mouillé des filets de longueur similaire mais de vide de maille plus faible, à des profondeurs plus grandes, pour des périodes plus prolongées, et pour une quantité de poisson débarqué plus faible que les pêcheries commerciales sujettes à de l’Observation en mer. De plus, la superposition des sites de pêches dans le secteur de Miscou (NAFO 4Tn) indique qu’au moins en août et début septembre 2001, non seulement n’y avait-il aucun chevauchement des sites de pêche entre les Pêcheries Sentinelles et les pêcheries commerciales, mais il n’y avait non plus aucun chevauchement entre les pêcheries commerciales sujettes à l’observation et celles non sujettes à l’observation en mer. Les pêcheries commerciales et Sentinelles épousaient généralement l’isoligne de 60 m, alors que les pêcheries commerciales sujettes à l’observation en mer se déroulaient en eaux moins profondes, à l’intérieur du banc de Miscou. En 2002, les périodes d’activité des observateurs en mer et des pêcheries Sentinelles dans la zone 4Tn ne se sont pas chevauchées dans le temps, mais se sont chevauchées dans l’espace.

LESAGE, V., J. KEAYS, S. TURGEON, S. HURTUBISE, 2003. Incidental mortality of harbour porpoises in the gillnet fishery of the Estuary and Gulf of St Lawrence in 2000-2002 ; Prises accidentelles de marsouins communs associées aux pêcheries au filet maillant de l'estuaire du golfe et du Saint-Laurent en 2000-2002. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2003/069, 34 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les mortalités accidentelles de marsouins communs associées aux pêcheries au filet maillant de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent ont été évaluées à l’aide de questionnaires distribués aux pêcheurs en 2000 et 2001, et à l’aide des programmes d’Observateurs en mer et de Pêcheries Sentinelles en 2001 et 2002. Des 2277 pêcheurs qui ont reçu un questionnaire, 215 (9 %) ont répondu, desquels 165 ont rapporté avoir pêché activement en 2000 ou 2001. De ceux-ci, 24 (23 %) et 45 (27 %) pêcheurs ont rapporté avoir pris un total de 181 et 291 marsouins en 2000 et 2001, respectivement. Les plus imposantes prises sont survenues en juillet et août dans les zones 4R, Miscou et Côte-Nord. Ces prises se sont traduites en des taux moyen de prises accidentelles de 1.25 (ET = 5.0) et 1.76 (ET = 4.7) marsouins par répondant en 2000 et 2001, respectivement. L’extrapolation de ces taux de prises accidentelles à la flotte entière de pêcheurs au filet maillant a résulté en une estimation globale de 2180 (95 % IC 1012-3802) et 2478 (95 % IC 1591-3464) marsouins pour l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent en 2000 et 2001, respectivement. En 2001 et 2002, un total de 4 et 6 marsouins ont été rapportés avoir été pris lors du monitorage de 786 et 882 traits de filets maillants fixes par les Observateurs en mer. Les activités des Observateurs en mer se sont déroulées en association étroite avec celles des pêcheries commerciales à la morue franche et au turbot. Toutefois, le faible nombre de traits qui ont été monitorés par les Observateurs en mer a prévenu le calcul d’une estimation des prises accidentelles pour plusieurs zones et globalement pour l’aire d’étude, et a résulté en des estimations imprécises pour les autres zones. Les Pêcheries Sentinelles a résulté en 86 et 77 prises accidentelles en 2001 et 2002, respectivement. Selon les années, les prises accidentelles de marsouins communs associées à la pêche ont culminées à la fin août ou au début septembre, malgré une intensité maximale d’activité de cette pêcherie à une période plus précoce de la fin juillet à la fin août en 2001 et 2002, respectivement. Le nombre de prises accidentelles par trait rapporté par les Pêcheries Sentinelles était plus élevé que celui rapporté par le programme des Observateurs en mer et ce, malgré une activité des Pêcheries Sentinelles étendue sur une période plus longue, où les espèces visées par les pêcheries ont pu être moins abondantes. Des différences significatives ont été observées dans la manière de pêcher entre les pêcheries commerciales, les pêcheries commerciales faisant l’objet d’Observations en mer, et les Pêcheries Sentinelles. Plus spécifiquement, Les Pêcheries Sentinelles ont mouillé des filets de longueur similaire mais de vide de maille plus faible, à des profondeurs plus grandes, pour des périodes plus prolongées, et pour une quantité de poisson débarqué plus faible que les pêcheries commerciales sujettes à de l’Observation en mer. De plus, la superposition des sites de pêches dans le secteur de Miscou (NAFO 4Tn) indique qu’au moins en août et début septembre 2001, non seulement n’y avait-il aucun chevauchement des sites de pêche entre les Pêcheries Sentinelles et les pêcheries commerciales, mais il n’y avait non plus aucun chevauchement entre les pêcheries commerciales sujettes à l’observation et celles non sujettes à l’observation en mer. Les pêcheries commerciales et Sentinelles épousaient généralement l’isoligne de 60 m, alors que les pêcheries commerciales sujettes à l’observation en mer se déroulaient en eaux moins profondes, à l’intérieur du banc de Miscou. En 2002, les périodes d’activité des observateurs en mer et des pêcheries Sentinelles dans la zone 4Tn ne se sont pas chevauchées dans le temps, mais se sont chevauchées dans l’espace.

FAULKNER, J., L.N. MEASURES, F.G. WHORISKEY, 1998. Stenurus minor (Metastrongyloidea : Pseudaliidae) infections of the cranial sinuses of the harbour porpoise, Phocoena phocoena. Can. J. Zool., 76: 1209-1216.

Soixante-dix-huit Marsouins communs, Phocoena phocoena (33 femelles, 45 mâles), ont été capturés accidentellement au cours d'opérations de pêche à la morue (juin-septembre) dans le golfe du Saint-Laurent. Les crânes des animaux ont été examinés dans le but de repérer les nématodes dans les sinus. Des Stenurus minor (Kühn, 1829) Baylis et Daubney, 1925 ont été trouvés dans les sinus de tous les adultes (> 1 an, N=66, intensité moyenne=2362, gamme=87-8920), mais ils étaient absents chez tous les jeunes de l'année (moins d'un an, N=12). Seuls des vers du cinquième stade ont été repérés et ils étaient répartis également entre les côtés gauche (intensité moyenne=1158) et droit (intensité moyenne=1213) du crâne. Les vers étaient cependant près de deux fois plus nombreux dans les sinus frontaux que dans les sinus des oreilles. L'intensité moyenne était à peu près la même chez tous les marsouins infectés. L'abondance des parasites n'avait pas d'effet apparent sur la condition des marsouins (évaluée d'après le pourcentage de gras sur la carcasse). La présence de S. minor dans les sinus n'a pas causé de lésions macroscopiques. Nous avons constaté une relation inverse entre l'intensité des infections et la longueur des vers, ce qui semble indiquer un effet de densité. La longueur moyenne des vers était de 17,8 ± 0,2 mm chez les marsouins légèrement  infectés et de 16,1 ± 0,2 mm chez les animaux fortement infectés©1998 Conseil national de recherches Canada

WESTGATE, A.J., D.C.G. MUIR, D.E. GASKIN, M.C.S. KINGSLEY, 1997. Concentrations and accumulation patterns of organochlorine contaminants in the blubber of harbour porpoises, Phocoena, from the coast of Newfoundland, the Gulf of St. Lawrence and the Bay of Fundy/Gulf of Maine. Environ. Pollut., 95: 105-119.

FONTAINE, P.-M., C. BARRETTE, M.O. HAMMILL, M.C.S. KINGSLEY, 1994. Incidental catches of harbour porpoises (Phocoena phocoena) in the Gulf of St. Lawrence and the St. Lawrence River Estuary, Québec, Canada. Pages 159-163 in W.F. Perrin, G.P. Donovan & J. Barlow (ed.). Gillnets and cetaceans. International Whaling Commission, Cambridge (Report of the International Whaling Commission, Special issue, 15).

FONTAINE, P.-M., M.O. HAMMILL, C. BARRETTE, M.C. KINGSLEY, 1994. Summer diet of the harbour porpoise (Phocoena phocoena) in the estuary and the northern Gulf of St. Lawrence. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 51: 172-178 .