Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Mollusques - Bivalves / Mya arenaria / Mye, Clauque, Bec de jars

GRÉGOIRE, F., S. DUBÉ, 2011. Compte rendu de la réunion du Processus consultatif scientifique de la région du Québec portant sur l’évaluation des stocks de mye commune des eaux côtières du Québec, 25 janvier 2011, Institut Maurice-Lamontagne, Mont-Joli, Qc ; Proceedings of the Quebec Region Science Advisory Process on the Assessment of the Quebec’s inshore waters softshell clam, January 25, 2011, Maurice Lamontagne Institute, Mont-Joli, Qc. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Série des comptes rendus; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Proceedings Series, 2011/001, 12 p.

Cliquer pour voir tout le texte

BRULOTTE, S., 2011. Évaluation des stocks de mye commune des eaux côtières du Québec ; Assessment of softshell clam stocks of Québec's coastal waters. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document , 2011/044, 63 p.

Cliquer pour voir tout le texte

L’état des stocks de mye commune (Mya arenaria) des eaux côtières du Québec est déterminé principalement à partir d’indicateurs de la pêche commerciale. Ce document présente les méthodologies et les données qui ont été présentées lors de la revue par les pairs ayant eu lieu en janvier 2011. La mye commune est présente un peu partout le long du littoral de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent et de la baie des Chaleurs. L’exploitation de la mye se fait presque exclusivement à l’aide d’outils manuels. Les régions maritimes québécoises sont divisées en trois grandes unités de gestion, soit la Côte-Nord, la Gaspésie – Bas-Saint-Laurent et les Îles-de-la-Madeleine. Depuis quelques décennies, la pêche commerciale se pratique essentiellement en Haute-Côte-Nord. Il n’y a pas eu de cueillette commerciale en provenance de la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent depuis 2006. Aux Îles-de-la- Madeleine, les débarquements commerciaux sont en deçà de 1 t depuis 2005. Les débarquements de la Haute-Côte-Nord ont atteint 1 173 t en 2000 et sont à la baisse depuis. L’effort de pêche est passé de 11 585 vendeurs-jours en 2002 à 1 942 vendeursjours en 2009. L’effort était encore plus faible en 2010 en raison de la fermeture de deux usines de transformation de la mye en Haute-Côte-Nord. Les prises par unité d’effort ont généralement été faibles entre 2006 et 2008 par rapport à ce qu’elles étaient de 2002 à 2005. Les structures de taille des myes débarquées sont variables d’un secteur à l’autre. De 2008 à 2010, la taille médiane a varié entre 52 et 78 mm sur les principaux secteurs exploités avec des proportions de myes de taille sous-légale dans les débarquements entre 1 et 21 %.

BRULOTTE, S., 2011. Assessment of Softshell Clam stocks in Quebec's coastal waters in 2010. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Science Advisory Report, 2011/022, 17 p.

Cliquer pour voir tout le texte

BRULOTTE, S., 2011. Évaluation des stocks de mye commune des eaux côtières du Québec en 2010. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Avis scientifique, 2011/022, 18 P.

Cliquer pour voir tout le texte

BARKER, F.K., J.J. BELL, S.M. BOGDANOWICZ, S.L. BONATTO, F. CEZILLY, S.M. COLLINS, C. DUBREUIL, M.J. DUFORT, C. ERAUD, R. FUSEYA, E.A. HEAP, N. JACOBSEN, M. MADDERS, R. MCEWING, A.P. MICHEL, F. MOUGEOT, R.S. OGDEN, L.C. ORANTES, A.S. OTHMAN, E. PARENT, P. PULIDO-SANTACRUZ, R. RIOUX-PARÉ, M.F. ROBERTS, R. ROSAZLINA, T. SAKAMOTO, P.S. DE-LEON, J.-M. SÉVIGNY, P. ST-ONGE, J. TERRAUBE, R.E. TINGAY, R. TREMBLAY, S. WATANABE, S., R.A. WATTIER, 2011. Permanent genetic resources added to molecular ecology resources database 1 June 2011-31 July 2011. Molecular Ecology Resources, 11(6): 1124-1126.

[Résumé disponible seulement en anglais]
This article documents the addition of 112 microsatellite marker loci and 24 pairs of single nucleotide polymorphism (SNP) sequencing primers to the Molecular Ecology Resources Database. Loci were developed for the following species: Agelaius phoeniceus, Austrolittorina cincta, Circus cyaneus, Circus macrourus, Circus pygargus, Cryptocoryne(/i> x purpurea Ridl. Nothovar. Purpurea, Mya arenaria, Patagioenas squamosa, Prochilodus mariae, Scylla serrata and Scytalopus speluncae. These loci were cross-tested on the following species: Cryptocoryne x purpurea nothovar. Purpurea, Cryptocoryne affinis, Cryptocoryne ciliata, Cryptocoryne cordata var. cordata, Cryptocoryne elliptica, Cryptocoryne griffithii, Cryptocoryne minima, Cryptocoryne nurii and Cryptocoryne schulzei. This article also documents the addition of 24 sequencing primer pairs and 24 allele-specific primers or probes for Aphis glycines.©2011 Blackwell Publishing Ltd

BOURASSA, L., S. BRULOTTE, 2009. Compte rendu de l'atelier sur les indicateurs de l'état des stocks de mye (Mya arenaria), 26 octobre 2004, Institut Maurice-Lamontagne, Mont-Joli, Qc ; Proceedings of the workshop on indicators of stock status of soft-shell clam (Mya arenaria). MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Série des comptes rendus ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Proceedings Series, 2009/057, 14 p.

Cliquer pour voir tout le texte

BÉRUBÉ, I. (éd.), C. CYR (éd.), LAMBERT, J., 2008. Évaluations des stocks de mye des eaux côtières du Québec en 2007, 20 novembre 2007, Institut Maurice-Lamontagne ; Stock Assessments on Softshell clam in Quebec coastal waters in 2007, November 20, 2007, Maurice Lamontagne Institute. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Série des comptes rendus ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Proceedings Series, 2008/001, 15 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Ce document renferme le compte rendu de la réunion tenue sur l’évaluation des stocks de la mye commune dans les eaux côtières du Québec dans le cadre du processus régional d’évaluation des stocks de la région du Québec suite à la saison de pêche 2007. Cette revue s’est déroulée le 20 novembre 2007 à l’Institut Maurice-Lamontagne, à Mont-Joli. Lors de cette rencontre, l’assemblée a revu l’état des stocks de la mye exploités commercialement et de façon récréative dans les eaux côtières du Québec ainsi que certains paramètres environnementaux qui prévalaient lors du déroulement des dernières saisons de pêche. Ce compte rendu contient donc l’essentiel des présentations et des discussions tenues et fait état des principales recommandations et conclusions émises au moment de la revue.

GIGUÈRE, M., S. BRULOTTE, M. BOUDREAU, M.-F. DRÉAN, 2008. Évaluation de huit gisements de mye commune (Mya arenaria) de la rive nord de l’estuaire du Saint-Laurent de 2002 à 2008. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2821, 101 p.

Cliquer pour voir tout le texte

De 2002 à 2008, des travaux ont été réalisés sur le littoral de la Haute-Côte-Nord, entre Tadoussac et Pointe-aux-Outardes, afin de décrire l’état de huit populations de mye commune (Mya arenaria). Les gisements étudiés ont été, d’ouest en est, Baie du Moulin à Baude, Baie des Petites Bergeronnes, Pointe à Émile, Baie des Chevaux, Cran à Gagnon, Anse Noire, Réserve Betsiamites Sud et Pointe-aux-Outardes. Tous ces gisements étaient situés à l’embouchure de rivières ou de ruisseaux. Les grilles d’échantillonnage, de type systématique, ont été ajustées en tenant compte de la dimension et de la forme des sites inventoriés. Le haut de chaque grille se superposait à la limite supérieure de l’étage intertidal et sa base avec le niveau correspondant au zéro des cartes marines. De 20 à 173 stations formaient la grille des différents sites étudiés. Un appareil aspirant, exploitant l’effet Venturi, a été utilisé pour récolter les organismes lorsque les sédiments étaient malléables et que la couche d’eau était supérieure à 10 cm. Dans les situations contraires, une pelle a été utilisée. Les organismes et les sédiments ont été recueillis sur une superficie de 0,25 m2 et sur une épaisseur maximale de 0,30 m. Les résultats présentés traitent de l’altimétrie, des sédiments, de la couverture végétale, des espèces benthiques présentes et dominantes ainsi que des quelques caractéristiques biologiques des populations de mye. Les sédiments dominants étaient la vase sableuse à Pointe à Émile, Baie des Chevaux, Cran à Gagnon et Anse Noire, le sable à Réserve Betsiamites Sud, le sable et le sable graveleux à Baie du Moulin à Baude et le sable graveleux à Baie des Petites Bergeronnes et Pointe-aux-Outardes. La zostère marine (Zostera marina) était généralement absente ou peu abondante sur l’ensemble des sites inventoriés. Macoma balthica était, avec la mye, l’espèce la plus fréquemment rencontrée, suivi des polychètes, de Mytilus edulis et de Mesodesma arctatum. Les densités moyennes les plus élevées, de 183 et 175 myes/m2, ont été observées respectivement à Pointe à Émile et Baie des Chevaux. Les plus faibles densités moyennes, moins de 51 myes/m2, ont été observées à Baie des Petites Bergeronnes, Pointe-aux-Outardes et Baie du Moulin à Baude. Les densités maximales ont varié de 136 myes/m2 (Baie du Moulin à Baude) à 2 204 myes/m2 (Réserve Betsiamites Sud). Les densités moyennes des myes de taille légale les plus élevées (10 à 27 myes/m2) ont été vues à Baie du Moulin à Baude, Réserve Betsiamites Sud, Pointe-aux-Outardes, Baie des Petites Bergeronnes et Cran à Gagnon. Sur les autres gisements, les valeurs ont varié de 1,6 à 9,1 myes/m2. La taille maximale des myes recueillies était plus grande à Réserve Betsiamites Sud (107 mm) et Pointe-aux-Outardes (102 mm) et plus petite à Pointe à Émile (55 mm) et Anse Noire (60 mm). Les résultats obtenus montrent que les myes de taille légale étaient généralement plus abondantes sur les battures de sable et de sable graveleux que sur les battures ayant des sédiments de type vase sableuse. Les plus grandes tailles seraient atteintes dans les habitats de sable et de sable vaseux, toutefois l’atteinte d’une grande taille ne semble pas impossible dans la vase sableuse comme à Baie des Chevaux et à Cran à Gagnon. La comparaison de nos résultats avec d’autres datant d’environ 40 ans montre que l’état de certains gisements a régressé, probablement en réaction à l’exploitation, parfois intensive, de ces populations.

GIGUÈRE, M., S. BRULOTTE, F. HARTOG, 2007. Évaluation de quelques gisements de mye commune (Mya arenaria) de la rive sud de l'estuaire du Saint-Laurent en 2005 et 2006. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2738, 107 p.

Cliquer pour voir tout le texte

En 2005 et 2006, un peu plus de 19 km2 de batture ont été inventoriés sur la rive sud de l'estuaire du Saint-Laurent, entre Kamouraska et Capucins. Quatorze sites ont été échantillonnés en 2005 et trois d'entre eux, soit Pointe des Riou, Rimouski et Capucins, ont été revisités en 2006. Les résultats des relevés montrent que la superficie de ces gisements varie de 0,1 à 4,5 km2. Le gisement de Rimouski est le plus grand et Kamouraska suit avec 1,8 km2. Les gisements Îlets D'Amours (0,1 km2), Anse aux Coques (0,1 km2), Baie Hâtée (0,2 km2) et Capucins (0,2 km2) n'occupent, pour leur part, que des surfaces restreintes. Les travaux réalisés à l'anse des Méchins (Petits-Méchins) n'ont pas permis de localiser un gisement de mye à cet endroit. La superficie des gisements à l'étude diffère souvent de celle présentée dans la littérature. Une partie des écarts observés pourrait s'expliquer par des différences méthodologiques ou des changements environnementaux et de l'habitat. La majorité des gisements échantillonnés se retrouvent à l'embouchure ou à proximité de cours d'eau et sont principalement exposés aux vents du nord (N.-O., N. et N.-E.). En 2005, les myes de taille légale (≥51 mm) sont absentes des gisements de Kamouraska, Anse au Persil et Îlets D'Amours. Sur les autres gisements, les densités moyennes de myes de taille légale varient entre 3,4 individus/m2 à Batture de Tobin et 32,5 individus/m2 à Capucins. Les densités maximales observées pour cette catégorie de myes varient entre 25 et 150 individus/m2. Les résultats de 2006, à Pointe des Riou, Rimouski et Capucins diffèrent sensiblement de ceux de 2005. Ces différences pourraient s'expliquer par des variations d'abondance et de la structure démographique à très petite échelle à des variations saisonnière et annuelle de ces deux paramètres ainsi qu'aux méthodologies utilisées. La taille maximale des myes est inférieure à 60 mm sur les gisements situés à l'ouest de la zone d'étude, mais atteint, à l'exception de Baie du Ha! Ha! et Anse aux Coques, près de 80 mm sur ceux localisés à l'est de Batture de Tobin. Les résultats des travaux réalisés sur quelques petites parcelles expérimentales suggèrent une croissance plus rapide à Pointe des Riou, intermédiaire à Capucins et plus faible à Rimouski. La comparaison des relations allométriques de chacun de ces trois gisements, relations déterminées à partir de spécimens recueillis sur de plus grandes superficies, suggère toutefois que pour une même longueur, les myes provenant de Rimouski ont poids entier et un poids des viscères secs plus élevés qu'aux deux autres sites. Parmi tous les sites échantillonnés en 2005 et 2006, Rimouski et Capucins se distinguent, entre autres, par leur facilité d'accès, une bonne protection aux vents, une forte abondance de myes, un pourcentage élevé de la superficie colonisée et une structure démographique où toutes les classes de tailles sont bien représentées et qui incluent une proportion non négligeable d'individus dont la taille est supérieure à la taille légale de capture.

BRULOTTE, S., M. GIGUÈRE, 2007. Reproduction et taille à la maturité sexuelle de la mye commune (Mya arenaria) au Québec. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2698, 40 p.

Cliquer pour voir tout le texte

FROUIN, H., J. PELLERIN, M. FOURNIER, E. PELLETIER, P. RICHARD, N. PICHAUD, C. ROULEAU, F. GARNEROT, 2007. Physiological effects of polycyclic aromatic hydrocarbons on soft-shell clam Mya arenaria. Aquat. Toxicol., 82(2): 120-134.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The aim of this study was to investigate the effects of polycyclic aromatic hydrocarbons (PAHs) on the physiological status of the bivalve Mya arenaria. Specimens were exposed to four different sources of PAHs: aluminium smelter soot, sediment from an industrial discharge pound, charcoal fine particles and dietary PAHs assessed by feeding clams with phytoplankton freshly impregnated with dissolved PAHs. The exposure period lasted 30 days and bivalves were let to recover for an additional 20 days. At days 8, 15, 30 and 50, immune parameters (phagocytic activity and efficiency) were monitored in haemocytes. Oxidative stress measures such as catalase and lipid peroxidation were quantified in digestive gland as well as concentrations of bioaccumulated PAHs. In a second experiment, clams were exposed to [14C]-pyrene via the phytoplankton, and the tissue distribution of radiolabelled compound was studied. Glycogen levels in gonad and digestive gland were also measured and gametogenesis stages were investigated. Results showed a high bioaccumulation in clams exposed to dietary PAHs and contaminated sediments. Tissue distribution of [14C]-pyrene revealed that the radiolabelled compound persisted mainly in the gonad during 14 days. A decrease of phagocytosis was observed in contaminated male clams. The lipid peroxidation (malondialdehyde) was found to increase in the digestive gland tissues of clams exposed to dietary PAHs, smelter soot and discharge, but no differences were observed in the catalase activity. A delay in gametogenesis occurred in all exposed males and in females contaminated with coke dust and dietary PAHs. Males were more sensitive than females to PAH exposure. A dysfunction in steroid synthesis is suspected to occur due to the exposure to all sources of PAHs. © 2007 Elsevier B.V. All rights reserved.

GIGUÈRE, M., 2007. Évaluation des stocks de mye commune des eaux côtières du Québec en 2007. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Avis scientifique, 2007/051, 13 p.

Cliquer pour voir tout le texte

GIGUÈRE, M., 2007. Assessment of softshell clam stocks in Quebec's coastal waters in 2007. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Science Advisory Report, 2007/051, 13 p.

Cliquer pour voir tout le texte

BELVIN, S., R. TREMBLAY, C. CYR, B. THOMAS, 2006. Pathological health survey of bivalves from experimental and farming sites. Pages 89-93 in L.D. Hiemstra (ed.). Aquaculture Canada OM 2006 : proceedings of contributed papers : culturing quality and confidence, Halifax, Nova Scotia, November 19-22, 2006. Aquaculture Association of Canada (AAC Special Pub., 12).

[Résumé disponible seulement en anglais]
Shellfish culture is in effervescence in the Province of Quebec. Technological innovations enable the increase of production volumes and help to sustain the constantly growing demand. Some techniques like spat transfers also permit to improve the performance of culture farms. These transfers must be safety executed in order to avoid disease propagation that could strongly affect the production. Thus, a histological health survey has been conducted in 2004 and 2005 on different culture and experimental marine shellfish sites in order to establish a data base essential to accurately differentiate primary pathogens from opportunistic ones taking advantage of sub-optimal culture conditions. This data base also includes all the results of health reports realized since 1999. The targeted species were blue mussel, Mytilus edulis, softshell clams, Mya arenaria, giant scallops, Placopecten magellanicus and Iceland Scallops, Chlamys islandica. Histological examination revealed the presence of largely observed organisms such gills, digestives gland and intestine ciliates, gigenean metacercarian cysts, Rickettsia-like organisms and copepods. Pathology or pathogen observed such as Prosorhynchus squamatus and haemic neoplasia are disease concern in Atlantic Canada and require a stronger monitoring.©2007 Aquaculture Association of Canada

BRULOTTE, S., M. GIGUÈRE, S. BRILLON, F. BOURQUE, 2006. Évaluation de cinq gisements de mye commune (Mya arenaria) aux Îles-de-la-Madeleine, Québec, de 2000 à 2003. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2640, 92 p.

Cliquer pour voir tout le texte

GIGUÈRE, M., S. BRULOTTE, D. LEBLANC, 2004. Aperçu de l'exploitation de la mye commune (Mya arenaria) entre la rivière Betsiamites et Baie-Trinité, Côte-Nord, Québec. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2539, 31p.

Cliquer pour voir tout le texte

L’exploitation commerciale de la mye commune (Mya arenaria) représente un axe de développement important sur la Haute-Côte-Nord. La ressource disponible sur la Haute-Côte-Nord est toutefois limitée par la fermeture de certains gisements en raison de la présence d’algues toxiques et d’une contamination bactérienne. Les pratiques de l’industrie qui rejettent les myes brisées, en ponte et de grande taille (70 mm et plus) font en sorte qu’une partie de la ressource disponible est gaspillée. Les objectifs généraux de ce projet sont de documenter pour la Haute-Côte-Nord la problématique des myes de grande taille (longueur supérieure à 70 mm) rejetées et non commercialisées, de localiser et d’estimer la biomasse disponible de cette catégorie de myes, de mesurer l’impact des techniques de cueillette et d’évaluer la survie des spécimens rejetés. La plupart des cueilleurs de la municipalité régionale de comté (MRC) de Manicouagan consultés pratiquent ce métier depuis moins de 5 ans. Ils fréquentent le secteur coquillier de Pointe-aux-Outardes, principalement le site Grosse Pointe. La moitié des répondants sont d’avis que la taille des myes semble avoir diminué, que les myes sont moins abondantes et que les prises par unité d'effort ont diminué au cours des dernières années sur ce site. Dans la partie ouest du secteur de Pointe-aux-Outardes (pointe du Bout), les myes sont plus grosses et plus nombreuses que celles retrouvées à Grosse Pointe. Environ le quart de la récolte serait rejeté par l’industrie, soit les myes trop grosses ou brisées. Près de la moitié des répondants ont également mentionné rejeter les myes sur le gisement même et l’autre moitié sur le lieu de la vente. Une partie de ces myes est conservée pour consommation personnelle. Au cours des dernières années, la saison de pêche dans ce secteur a été de courte durée, soit de mars à mai puis d’octobre à novembre, en raison de la fermeture des gisements en été causée par la présence d’algues toxiques et de coliformes fécaux. En 2002, sur le secteur de Pointe-aux-Outardes, il y a eu 107 jours où la cueillette a été permise pour un débarquement total de 149,6 t. La structure de taille de la population de myes du secteur ouest de Pointe-aux-Outardes (pointe du Bout) compte une grande quantité d’individus de très grande taille et peu de jeunes individus. La biomasse des myes de taille égale et supérieure à 70 mm du site de la pointe du Bout est estimée à environ 681 t et tandis que celle de la Grosse Pointe est pour l’instant imprécise. Il faudrait environ 8 ans et 13 ans pour atteindre respectivement la taille de 51 mm et 70 mm. Toutefois, avant de débarquer plus d’individus de grande taille, il faudrait connaître le mécanisme de recrutement des myes, ceci en vue d’assurer la conservation et le développement durable de cette ressource.

BLASCO, D., M. LEVASSEUR, E. BONNEAU, R.. GELINAS, T.T. PACKARD, 2003. Patterns of paralytic shellfish toxicity in the St. Lawrence region in relationship with the abundance and distribution of Alexandrium tamarense. Sci. Mar. (Barc.), 67(3): 261-278.

CHEVARIE, L. B. MYRAND, F. BOURQUE, M. GIGUÈRE, L. PROVENCHER, P. ARCHAMBAULT, R. TREMBLAY, J. PARIZEAU, G. DESROSIERS, 2003. "Programme MIM":A new program to develop soft-shell clam (Mya arenaria) culture in Îles-de-la-Madeleine (Gulf of St. Lawrence). AAC Spec. Publ., 6: 49-52.

BRULOTTE, S., M. GIGUÈRE, 2003. Évaluation d'un gisement de mye commune (mya arenaria) de l'embouchure de la rivière Mingan. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2511, 58 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les travaux réalisés sur un gisement de mye commune (Mya arenaria) situé à l'embouchure de la rivière Mingan visaient à évaluer les superficies émergées et immergées, l'abondance, la biomasse commerciale, la structure démographique de la population de mye et la caractérisation du milieu (sédiments et espèces associées). Le second objectif était d'estimer la croissance et la survie des myes sur le gisement naturel et de celles mises en élevage en suspension. Les résultats de l'étude réalisée en 2001 montrent que les myes sont distribuées au sud et à l'ouest dans la zone intertidale échantillonnée. La superficie totale du gisement de myes est de 0,47 km2 et celle des agrégations à forte densité, soit plus de 20 myes de taille égale/m2, de 0,25 km2. L'abondance totale des myes est estimée à 24,8 millions d'individus sur le gisement, dont 11,4 millions (46 %) de myes de taille légale (≥  51mm). Le nombre de myes de taille légale présentes sur la portion du gisement à forte densité est d'environ 9,4 millions d'individus. La biomasse totale des myes est estimée à 366,4t de poids vif pour le gisement, soit 309,0 t de myes de taille légale et 57,4t de myes de taille sous-légale. La biomasse des myes de taille légale disponible sur la portion à forte densité est de 254,6t de poids vif. Le taux de croissance de la mye est estimé à environ 5 mm pour la période de juin à octobre 2001.

ROY, I., M. GIGUÈRE, S. BRULOTTE, M. GAGNON, 2003. Évaluation de douze gisements de mye commune (Mya arenaria) du sud de la Gaspésie. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2469, 140 p.

Cliquer pour voir tout le texte

En 2001, La Société de développement de l'industrie maricole a initié un inventaire du potentiel coquillier des secteurs suivants: le bassin de la rivière Nouvelle, Carleton (Centre, Ouest et Sud), Clapperton, Pointe Verte (Maria), Bonaventure (Est et Ouest), Port-Daniel, baie du Grand Pabos, l'estuaire de la rivière Malbaie et l'estuaire de la rivière Saint-Jean. Les principaux objectifs de ce projet étaient de répertorier à l'intérieur de chacun des secteurs les principaux gisements de mye commune (Mya arenaria), de déterminer pour chaque gisement l'abondance et la biomasse de mye, d'identifier les superficies submergées à marée basse et de décrire certains paramètres biologiques. Un premier secteur, celui de Pointe Verte a été inventorié en novembre 2001 et les 11 autres en 2002. Les 12 secteurs ont été échantillonnés de façon systématique, mais avec quelques variantes selon le type du milieu inventorié. Les quadrats ont été échantillonnés à la pelle ou avec un siphon. Le document présente une description physique des gisements inventoriés, les estimations d'abondance de mye par catégorie de taille par krigeage et selon les statistiques descriptives, les biomasses, les structures de taille et d'âge, ainsi que la présence et l'abondance de la petite macoma. Les aires décrites dans ce rapport représentent les gisements les plus considérables et les plus accessibles de mye commune.

BOUCHARD, N., É. PELLETIER, M. FOURNIER, 1999. Effects of butyltin compounds on phagocytic activity of hemocytes from three marine bivalves. Environ. Toxicol. Chem., 18(3): 519-522.

BROUSSEAU, P., J. PELLERIN, Y. MORIN, D. CYR, B. BLAKLEY, H. BOERMANS, M. FOURNIER, 1999. Flow cytometry as a tool to monitor the disturbance of phagocytosis in the clam Mya arenaria hemocytes following in vitro exposure to heavy metals. Toxicology, 142(2): 145-156.

LAMBERT, J., 1994. Mollusques bivalves (mactre de Stimpson, mye commune, couteau) dont les pêcheries sont en développement sur les côtes du Québec. Pages 93-102 in L. Savard (éd.). Rapport sur l'état des invertébrés en 1993 : crustacés et mollusques des côtes du Québec et crevette nordique de l'estuaire et du golfe du Saint-Laurent. MPO (Rapp. manus. can. sci. halieut. aquat., 2257).

LAMBERT, J., 1994. Bivalve molluscs (Stimpson's surf clam, softshell clam, razor clam) with developing fisheries on the Québec coast. Pages 82-90 in L. Savard (ed.). Status report in invertebrates 1993 : crustaceans and molluscs on the Québec coast and northern shrimp in the Estuary and Gulf of St. Lawrence. DFO (Can. Manuscr. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2257) .