Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Mammifères marins - Baleines / Monodon monoceros / Narval

NIELSEN, O., R.E.A. STEWART, L. MEASURES, P. DUIGNAN, C. HOUSE, 2000. A morbillivirus antibody survey of Atlantic walrus, narwhal and beluga in Canada. J. Wildl. Dis., 36(3): 508-517.

MARTIN, A.R., M.C.S. KINGSLEY, M.A. RAMSAY, 1994. Diving behaviour of narwhals (Monodon monoceros) on their summer grounds. Can. J. Zool., 72: 118-125.

Trois femelles adultes de la population de narvals qui passe l'été dans les eaux protégées du nord de l'Île de Baffin, Canada, ont été munies d'un système d'émetteur-radio UHF relié à un réseau satellite. Ces systèmes assuraient l'enregistrement et la transmission de données sur les plongées et la vitesse de nage et permettaient de repérer les animaux étudiés pour les périodes pouvant aller jusqu'à 19 jours. La majorité des plongées étaient restreintes aux 40 mètres supérieurs et inférieurs de la colonne d'eau. Les plongées peu profondes étaient caractérisées par des descentes et des remontées plutôt lentes (<0,5 m.s-1), des submersions de courte durée et des changements fréquents de la direction verticale. Les plongées en profondeur amenaient les animaux jusqu'au fond de l'eau ou tout près, à des profondeurs atteignant 257 m, et elles étaient plus rapides (1–2 m.s-1) et de plus longue durée (jusqu'à 15,1 min.). Les plongées au milieu de la colonne d'eau avaient des caractéristiques intermédiaires entre les deux extrêmes. Les plongées en profondeur avaient un profil "carré" caractéristique et assuraient à l'animal 7 min à la profondeur choisie, représentant 57 % du temps sous l'eau. Aucune plongée ne s'est avérée plus longue que la limite estimée de la duré d'une plongée aérobic chez cette espèce. L'activité en profondeur, constituée de mouvements de nage rapide et de plusieurs changements de la direction verticale, semblait reliée à la recherche de nourriture et correspondait bien à un régime alimentaire composé d'un grand nombre de petites proies. Dans l'ensemble, une proportion relativement peu importante du temps a été consacrée à l'activité présumée de recherche de nourriture, ce qui indique l'une ou l'autre de deux choses : ou l'alimentation est une moindre priorité à ce moment de l'année, ou alors les besoins nutritifs de l'animal peuvent être comblés facilement par la nourriture disponible à ce moment.©1994 Conseil national de recherches Canada

KINGSLEY, M.C.S., H.J. CLEATOR, M.A. RAMSAY, 1994. Summer distribution and movements of narwhals (Monodon monoceros) in Eclipse Sound and adjacent waters, North Baffin Island, N.W.T. Medd. Groenl. Bioscience, 39: 163-174.

BREAR, K., J.D. CURREY, M.C.S. KINGSLEY, M. RAMSAY, 1993. The mechanical design of the tusk of the narwhal (Monodon monoceros : Cetacea). J. Zool., 230: 411-423.

SMITH, T.G., B. SJARE, 1990. Predation of belugas and narwhals by polar bears in the nearshore areas of the Canadian High Arctic. Arctic, 43: 99-102.

KINGSLEY, M., 1990. The narwhal. Dept. of Fisheries and Oceans (Underwater World, 61), 8 p.

KINGSLEY, M.C.S., 1990. Polar bear attack on a juvenile narwhal. Fauna Norv. Ser., A11: 57-58.

KINGSLEY, M., 1990. Le narval. Ministère des pêches et des océans (Le monde sous-marin, 61), 8 p.

KINGSLEY, M., 1989. Population dynamics of the narwhal Monodon monoceros : an initial assessment (Odontoceti : Monodontidae). J. Zool., 219: 201-208.

HAY, K.A., A.W. MANSFIELD, 1989. Narwhal Monodon monoceros Linnaeus, 1758. Pages 145-176 in S.H. Ridgway & R. Harrison (ed.). Handbook of marine mammals. Volume 4, River dolphins and the larger toothed whales. Academic Press, London .