Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Michel STARR

LAPOUSSIÈRE, A., C. MICHEL, M. STARR., M. GOSSELIN, M. POULIN, 2111. Role of free-living and particle-attached bacteria in the recycling and export of organic material in the Hudson Bay system. J. Mar. Syst., 88: 434-445.

[Résumé disponible seulement en anglais]
This study investigates, for the first time, the role of free-living and particle-attached bacteria in the sinking export and recycling of organic matter in the Hudson Bay system (i.e. Hudson Bay, Hudson Strait, and Foxe Basin), a large subarctic estuarine system. During the late summers of 2005 and 2006, the abundance, cell size, nucleic acid content, and sinking velocity of free-living and particle-attached bacteria were studied simultaneously, using a new approach that combines the settling column method with flow cytometry. Biomass, production, and respiration of both types of bacteria were estimated using published models. Our results showed that particle-attached bacteria were, on average, twice as large as and contained 1.3 times more nucleic acid than free-living bacteria. Particle-attached bacteria also sank faster than predicted by Stoke's Law, with estimated sinking velocities comparable to those of chlorophyll a biomass and protist cells. Each individual cell of the particle-attached bacterial community had high carbon demand, but their low abundances (<3% of total bacterial numbers) resulted in low total carbon demand. Therefore, the main contributors to POC recycling were found to be free-living bacteria using the non-sinking dissolved organic material, which is released from particles due to the hydrolytic activity of particle-attached bacteria.© 2010 Elsevier B.V. All rights reserved.

PLOURDE, S., G. WINKLER, P. JOLY, J.-F. ST-PIERRE, M. STARR, 2011. Long-term seasonal and interannuel variations of krill spawning in the lower St Lawrence Estuary, Canada, 1979-2009. J. Plankton Res., 33(5): 703-714.

[Résumé disponible seulement en anglais]
This study describes the long-term seasonal and interannual variations in krill spawning using abundance of krill eggs collected during an on-going long-term monitoring program at an anchor station in the lower St Lawrence Estuary from 1992 to 2009 and data collected in the same region in 1979 to 1980. The longterm seasonal semi-monthly climatology in egg abundance revealed that krill generally reproduced during two periods, i.e. in late spring (mid-May to late June) and in late summer (August to mid-September), when phytoplankton biomass in the upper 50 m was greater than 75 mg chlorophyll a m-2. The identification of krill eggs to the species level in 2007 revealed that Meganyctiphanes norvegica egg abundance was related to the biomass of phytoplankton averaged over the month prior to sampling, corresponding to the duration of one spawning cycle (two intermolt periods) known for this species. Overall krill egg abundance varied significantly between years, showing high abundance every 3–5 years with no long-term interannual trend. The annual mean egg abundance normalized for the duration of krill spawning showed the same interannual long-term pattern. Both egg abundance indices were independent of the annual phytoplankton biomass, indicating that interannual variations in krill spawning biomass would be the most likely candidate to explain interannual variability in egg abundance. We propose that such normalized annual egg abundance based on high-resolution seasonal sampling could be a useful index of interannual variations in krill spawning biomass which is otherwise difficult to sample.©2011 Oxford University Press

FERLAND, J., M. GOSSELIN, M. STARR, 2011. Environmental control of summer primary production in the Hudson Bay system : the role of stratification. J. Mar. Syst., 88: 385-400.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The influence of environmental factors on size-fractionated phytoplankton production and biomass (chlorophyll a) and community composition was examined in the Hudson Bay system (Hudson Bay, Hudson Strait, and Foxe Basin; HBS) during August 2004 and September 2005 and 2006. Significant variability in the vertical structure of the water column and melt season length was observed between years and between regions of the HBS. Even though there was no year-to-year variability in the phytoplankton production and biomass, we observed significant differences in the phytoplankton size structure and taxonomic composition between mid and late summer. For all years, phytoplankton production and biomass were lower in Hudson Bay (51–1217 mg C m-2 d-1; 11–57 mg chl a m-2) than in Hudson Strait (675–2740 mg C m-2 d-1; 28–97 mg chl a m-2). Negative correlation between primary production and stratification strength of the upper water column suggested nutrient limited primary production in Hudson Bay and the south shore of Hudson Strait. Stratification and nitrate concentration also explained the variability in the physiological state (i.e., production:biomass ratio) and size structure of phytoplankton communities between mid and late summer. Daily estimated summer primary production averaged 0.32 g C m-2 in Hudson Bay and 1.34 g C m-2 in Hudson Strait. Phytoplankton production in the HBS was largely dominated by ultraphytoplankton. On average, only ca. 30 % of total production was potentially exported from the euphotic zone. The dominance of flagellate-dominated community may explain the low export of matter and energy toward deeper waters and likely toward the upper trophic levels.©2011 Elsevier B.V.

SIBERT, V., B. ZAKARDJIAN, M. GOSSELIN, M. STARR, S. SENNEVILLE, Y. LECLAINCHE, 2011. 3D bio-physical model of the sympagic and planktonic productions in the Hudson Bay system. J. Mar. Syst., 88(3) 434-445.

[Résumé disponible seulement en anglais]
We present a first attempt of simulating the sympagic and planktonic production cycles in the Hudson Bay marine system (HBS) driven by ice cover duration and local hydrodynamics with the help of a 3D coupled biological-physical model. The simulation shows a marked spatial variability of ice and planktonic production and associated carbon fluxes, suggesting the co-existence of several sub-systems in the HBS. Among these, the "low ice-high mixing" Hudson Strait sub-system is characterized by high (low) planktonic (ice algae) production, with annual primary production reaching up to 150 g C m-2 y-1. In contrast, the "high ice-low mixing" conditions over Hudson Bay induce an annual primary production of ca. 10-40 g C m-2 y-1 with a strong and early ice algal bloom. New production generally prevails over the simulated system except along the coastal freshwater-influenced southeastern Hudson Bay and shallow Foxe Basin. In most of the HBS,summer conditions are characterized by the prominence of deep chlorophyll and biomass maxima (down to 60 m depth in the Hudson Bay) located near the nutricline. Finally, the residence time of the particulate organic matter and further export to the benthos appear driven by coupled advective and bathymetric effects.©2011 Elsevier B.V. All rights reserved. © 2011 Elsevier B.V. All rights reserved.

MUCCI, A., M. STARR, D. GILBERT, B. SUNDBY, 2011. Acidification of Lower St. Lawrence estuary bottom waters. Atmos.-Ocean, 49(3): 206-218.

L’accumulation de CO2 métabolique acidifie l’eau de mer au-delà de ce qui est généré par l’ajout de CO2 anthropique. L’impact de la respiration sur la spéciation des espèces carbonatées en solution et du pH est plus marqué dans les bassins hypoxiques et anoxiques où le CO2 métabolique atteint de fortes concentrations. Dans l’estuaire maritime du Saint-Laurent (EMSL), des eaux profondes sévèrement hypoxiques se sont développées depuis les derniers 80 ans. Nous avons reconstitué l’évolution du pH des eaux de fond à l’aide de mesures historiques et récentes ainsi que des principes de base qui décrivent la relation stoéchiométrique entre la consommation d’oxygène et la production de CO2 métabolique issu de la dégradation microbienne de la matière organique. Selon la valeur de la pression partielle en CO2 qui reproduit le plus précisément les concentrations de carbone inorganique dissous préformées dans les eaux profondes, nous avons estimé l’âge moyen de ces eaux à 16 ± 3 ans. Le pH des eaux profondes s’est abaissé de 0.2 à 0.3 depuis 75 ans, ce qui est de 4 à 6 fois plus important que ce qui est attribuable au transfert du CO2 anthropique. La décroissance du pH est accompagnée par une diminution du degré de saturation par rapport à la calcite et l’aragonite. En 2007, les eaux profondes de l’EMSL demeurent légèrement sursaturées par rapport à la calcite (Oc ≈ 1.06 ± 0.04) mais sont sévèrement sous-saturées par rapport à l’aragonite (Oa ≈ 0.67 ± 0.03).© 2011 Taylor & Francis

MEI, S.-P., F.J. SAUCIER, V. LE FOUEST, B. ZAKARDJIAN, S. SENNEVILLE, H. XIE, M. STARR, 2010. Modeling the timing of spring phytoplankton bloom and biological production of the Gulf of St. Lawrence (Canada) : effects of colored dissolved organic matter and temperature. Cont. Shelf Res., 30(19): 2027-2042.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The effects of colored dissolved organicmatter (CDOM) from freshwater runoff and seasonal cycle of temperature on the dynamic of phytoplankton and zooplankton biomass and production in the Gulf of St. Lawrence (GSL) are studied using a 3-D coupled physical-plankton ecosystem model.Three simulations are conducted: (1) the reference simulation based on Le Fouest et al. (2005), in which light attenuation by CDOM is not considered and maximum growth rate (μmax) of phytoplankton and zooplankton are not temperature-dependent (REF simulation); (2) light attenuation by CDOM is added to REF simulation (CDOM simulation); and (3) in addition to CDOM, the μmax of phytoplankton and zooplankton are regulated by temperature (CDOM+TEMP simulation). CDOM simulation shows that CDOM substantially reduces phytoplankton biomass and production in the Lower St. Lawrence Estuary (LSLE), but slightly reduces overall primary production in the GSL. In the LSLE, the spring phytoplankton bloom is delayed from mid-March to mid-April, resulted from light attenuation by CDOM.The CDOM+TEMP simulation shows that the spring phytoplankton bloom in the LSLE is further delayed to July, which is more consistent with observations. Annual primary production is reduced by 33 % in CDOM+TEMP simulation from REF and CDOM simulations. Zooplankton production is the same in all three simulations, and export of organic matter to depth is reduced in CDOM+TEMP simulation, suggesting that temperature controlled growth of phytoplankton and zooplankton enhances the coupling between primary production and zooplankton production under the seasonal temperature cycle of the GSL.©2010 Elsevier Ltd.

MUNDY, C.J., M. GOSSELIN, M. STARR, C. MICHEL, 2010. Riverine export and the effects of circulation on dissolved organic carbon in the Hudson Bay system, Canada. Limnol. Oceanogr., 55(1): 315-323.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The distribution of dissolved organic carbon (DOC) in Hudson Bay (HB), Foxe Basin (FB), and Hudson Strait (HS) was examined during 01–14 August 2003. The HB system displayed relatively high DOC concentrations with medians of 109, 90, and 100 μmol L-1 for measurements made in HB, FB, and HS, respectively. Waters were significantly modified as they circulated through the HB system. An influence of marine-derived DOC was inferred for waters entering the system from northern HS and FB. The presence of a cold-water layer and elevated DOC concentrations observed in HB along the western coast and at depth was explained through either brine rejection and export of surface DOC to depth during sea ice formation or the decomposition of a settling algal bloom. As waters circulated in HB, an input of terrigenous DOC was the dominant modifying factor. In particular, DOC-laden rivers in southern HB increased the DOC concentration and then displayed a conservative behavior as water exited the bay along the southern coast of HS. Additionally, the late stages of ice melt observed during this study showed a significant dilution effect on surface DOC concentrations within eastern HB. Input and export of riverine DOC in the HB system was estimated at ˜ 5.5 Tg C yr-1, which is approximately 23 % of the annual DOC input from rivers draining directly into the central Arctic Ocean and therefore represents an important contribution of terrigenous carbon to northern seas.©2010 American Society of Limnology and Oceanography, Inc.

KUMIKO, A.-S., A. CLARKE, K. FALKNER, J. HAMILTON, E. PETER JONES, C. LEE, B. PETRIE, S. PRINSENBERG, M. STARR, P. YEATS, 2010. Calcium carbonate saturation states in the waters of the Canadian Arctic Archipelago and the Labrador Sea. J. Geophys. Res. (C Oceans), 115. art. no. C11021, 18 p.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Ocean acidification is predicted to occur first in polar oceans. We investigated the saturation state of waters with respect to calcite (Ocal) and aragonite (Oarg) in six sections along an Arctic outflow pathway through the Canadian Arctic Archipelago (CAA) and into the northwestern Atlantic using dissolved inorganic carbon and total alkalinity measurements from 2003 to 2005. The study area, a key region connecting the Arctic and the North Atlantic, includes Smith Sound, Barrow Strait, Baffin Bay, Davis Strait, Hudson Strait, and the Labrador Sea. The average Oarg in the Arctic outflow was 1.18 ± 0.17 in Barrow Strait and 1.31 ± 0.14 in Smith Sound, with areas where Oarg < 1. The Arctic outflow through the CAA has a high content of Pacific waters, which have a low saturation state. These waters can be traced along the western Baffin Bay to Davis Strait. South of Davis Strait, this outflow is modified by mixing with slope and offshore waters of Atlantic origin and with the outflow from Hudson Strait. Despite the mixing, low saturation state water can still be identified on the southern Labrador Shelf. The aragonite saturation horizon is found at ˜ 150 m in Barrow Strait; at 200 m in Baffin Bay, Davis Strait, and Hudson Strait; and at 2300 m in the Labrador Sea. This study provides baseline data of the saturation states for the waters of the CAA and the northwest Atlantic. It also illustrates the downstream evolution of low saturation state Arctic outflow in the northwest Atlantic.©2010 American Geophysical Union.

DUFOUR, R., H. BENOIT, M. CASTONGUAY, J. CHASSÉ, L. DEVINE, P. GALBRAITH, M. HARVEY, P. LAROUCHE, S. LESSARD, B. PETRIE, L. SAVARD, C. SAVENKOFF, L. ST-AMAND, M. STARR, 2010. Ecosystem status and trends report: Estuary and Gulf of St. Lawrence ecozone. Rapport sur l’état et les tendances des écosystèmes : écozone de l’estuaire et du golfe du Saint Laurent. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche; 2010/030, 193 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Le présent document a été produit dans la foulée du programme national sur l'état et les tendances des écosystèmes et traite de l'écozone de l'estuaire et du golfe Saint-Laurent. Il s'articule autour de l'état et des tendances de plusieurs espèces marines ainsi que de certaines variables physico-chimiques importantes de l'écosystème. Le rapport national sur l'état et les tendances des écosystèmes servira à établir les priorités pour un programme national sur la biodiversité et intègrera de l'information écosystémique de portée nationale et provinciale. Il traitera de nombreuses écozones terrestres et marines d'envergure.

SIBERT, V., B. ZAKARDJIAN, F. SAUCIER, M. GOSSELIN, M. STARR, S.SENNEVILLE, 2010. Spatial and temporal variability of ice algal production in a 3D ice-ocean model of the Hudson Bay, Hudson Strait and Foxe Basin system. Polar Res., 23(3): 247-254.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Primary production, the basic component of the food web and a sink for dissolved inorganic carbon, is a major unknown in Arctic seas, particularly ice algal production, for which detailed and comprehensive studies are often limited in space and time. We present here a simple ice alga model and its coupling with a regional 3D ice–ocean model of the Hudson Bay system (HBS),including Hudson Strait and Foxe Basin, as a first attempt to estimate ice algal production and its potential contribution to the pelagic ecosystem on a regional scale. The ice algal growth rate is forced by sub-ice light and nutrient availability, whereas grazing and ice melt control biomass loss from the underside of the ice. The simulation shows the primary role of sea-ice dynamics on the distribution and production of ice algae with a high spatio-temporal variability in response to the great variability of ice conditions in different parts of the HBS. In addition to favourable light and nutrient conditions, there must be a sufficient time lag between the onset of sufficient light and ice melt to ensure significant ice algal production. This suggests that, in the context of enhanced warming in Arctic and sub-Arctic regions, earlier melt could be more damaging for ice algal production than later freezing. The model also includes a particulate organic matter (POM) variable, fed by ice melting losses to the water column, and shows a large redistribution of the POM produced by the ice ecosystem on a regional scale. Organic matter (POM) variable, fed by ice melting losses to the water column, and shows a large redistribution of the POM produced by the ice ecosystem on a regional scale.©2010 Polar Research.

DUFOUR, R., H. BENOIT, M. CASTONGUAY, J. CHASSÉ, L. DEVINE, P. GALBRAITH, M. HARVEY, P. LAROUCHE, S. LESSARD, B. PETRIE, L. SAVARD, C. SAVENKOFF, L. ST-AMAND, M. STARR, 2010. Rapport sur l'état et les tendances des écosystèmes marins canadiens en 2010. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Avis scientifique, 2010/030(révisé), 43 p.

Cliquer pour voir tout le texte

DUFOUR, R., H. BENOIT, M. CASTONGUAY, J. CHASSÉ, L. DEVINE, P. GALBRAITH, M. HARVEY, P. LAROUCHE, S. LESSARD, B. PETRIE, L. SAVARD, C. SAVENKOFF, L. ST-AMAND, M. STARR, 2010. 2010 Canadian marine ecosystem status and trends report. Advis. Sec. Sci. Advis. Rep. 2010/030(Revised), 38 p.

Cliquer pour voir tout le texte

POULIN, M., N. LUNDHOLM, L. BÉRARD-THERRIAULT, M. STARR, R. GAGNON, 2010. Morphological and phylogenetic comparisons of Neodenticula seminae (bacillariophyta) populations between the subarctic Pacific and the Gulf of St. Lawrence. Eur. J. Phycol., 45(2): 127-142.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Neodenticula seminae is a very important member of modern diatom assemblages in the Bering Sea and at middle to high latitudes of the North Pacific. In the North Atlantic, this species was considered extinct until it was recorded in high abundance in the 2001 spring phytoplankton bloom of the Gulf of St. Lawrence, Eastern Canada. Here, we discuss some of the most distinctive features of its morphology, including variation in some characters between the subarctic Pacific and the Gulf of St. Lawrence specimens. Most importantly, we observed that the deck and basal ridges, and the solid-walled costae (formerly known as primary pseudosepta) characteristic of N. seminae were present in the subarctic Pacific material, but were absent or vestigial in the Gulf of St. Lawrence material and in cultures from both regions. This morphological variation was most likely due to differences in physico–chemical water properties between the subarctic Pacific and the Gulf of St. Lawrence. Phylogenetic analyses of the internal transcribed spacer regions of the nuclear ribosomal DNA showed that the strains of N. Seminae collected in the Gulf of St. Lawrence and the subarctic Pacific clustered in two sister clades, but differed from each other only slightly more than the variation among the subarctic Pacific strains. These results confirmed the reappearance of N. Seminae in the NW Atlantic after an absence of ˜0.8 Ma. In addition, the phylogenetic analyses based on the large subunit of the nuclear ribosomal DNA positioned N. seminae firmly within the Bacillariaceae (i.e. diatoms with a fibulate raphe system) and proved a close relationship to species of Fragilariopsis.©2010 British Phycological Society

PLOURDE, S., P. JOLY, L. ST-AMAND, M. STARR, 2009. La station de monitorage de Rimouski : plus de 400 visites et 18 ans de monitorage et de recherche. AZMP Bull. PMZA, 8: 51-55.

Cliquer pour voir tout le texte

[Résumé disponible seulement en anglais]
Initiated in 1991 in support of specific research projects, sampling at the Rimouski station located in the lower St. Lawrence estuary has continued for 18 years with more than 400 sampling sorties. The limited sampling protocol followed during the first years revealed the usefulness of such a monitoring project in describing seasonal and interannual patterns in plankton dynamics in the region. These results led to the long duration of the sampling at this station and eventually to its inclusion in the Atlantic Zone Monitoring Program (AZMP) starting in 2005. In addition to its contribution to the monitoring program, the sampling at the Rimouski station has supported several research activities related to key and emergent topics in biogeochemical oceanography. The maintenance of such a long-term time series has only been possible with the contribution of numerous people through the years.

LAVOIE, D., M. STARR, B. ZAKARDJIAN, P. LAROUCHE, 2007. Identification of ecologically and biologically significant areas (EBSA) in the Estuary and Gulf of St. Lawrence: primary production ; Identification de zones d’importance écologique et biologique (ZIEB) pour l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent: production primaire. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2007/079, 33 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Ce rapport présente l’analyse d’une importante banque de données de chlorophylle a, d’azote et de production primaire récoltées en mer depuis le début des années 70, de même que les résultat d’un modèle 3D couplé physiquebiologie, dans le but d’identifier des zones d’importance écologique et biologique (ZIEB) pour la production primaire dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent. Une production primaire et des concentrations de Chl a élevées sont observables successivement dans chaque région du golfe et de l’estuaire du Saint-Laurent. Chaque région est donc importante à un certain moment de l’année en ce qui concerne la production primaire. Toutefois, en considérant les données sur une base annuelle et en se basant sur les critères d’unicité et de concentration tels que définis dans le Rapport sur l’état des écosystèmes 2004/006 du SCCS, seulement quelques régions peuvent être identifiées comme ZIEB. Il s’agit de l’estuaire maritime, du courant de Gaspé, et du nord-ouest du golfe.

REID, P.C., D.G. JOHNS, M. EDWARDS, M. STARR, M. POULIN, P. SNOEIJS, 2007. A biological consequence of reducing Arctic ice cover : arrival of the Pacific diatom Neodenticula seminae in the North Atlantic for the first time in 800000 years. Global Change Biol., 13(9): 1910-1921.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The Continuous Plankton Recorder survey has monitored plankton in the Northwest Atlantic at monthly intervals since 1962, with an interegnum between 1978 and 1990. In May 1999, large numbers of the Pacific diatom Neodenticula seminae were found in Continuous Plankton Recorder (CPR) samples in the Labrador Sea as the first record in the North Atlantic for more than 800000 years. The event coincided with modifications in Arctic hydrography and circulation, increased flows of Pacific water into the Northwest Atlantic and in the previous year the exceptional occurrence of extensive ice-free water to the North of Canada. These observations indicate that N. seminae was carried in a pulse of Pacific water in 1998/early 1999 via the Canadian Arctic Archipelago and/or Fram Strait. The species occurred previously in the North Atlantic during the Pleistocene from ˜1.2 to ˜0.8 Ma as recorded in deep sea sediment cores. The reappearance of N. seminae in the North Atlantic is an indicator of the scale and speed of changes that are taking place in the Arctic and North Atlantic oceans as a consequence of regional climate warming. Because of the unusual nature of the event it appears that a threshold has been passed, marking a change in the circulation between the North Pacific and North Atlantic Oceans via the Arctic. Trans-Arctic migrations from the Pacific into the Atlantic are likely to occur increasingly over the next 100 years as Arctic ice continues to melt affecting Atlantic biodiversity and the biological pump with consequent feedbacks to the carbon cycle.©2007 Blackwell Publishing Ltd.

HARVEY, M., M. STARR, J.-C. THERRIAULT, F. SAUCIER, M. GOSSELIN, 2006. MERICA-nord program: monitoring and research in the Hudson Bay complex. AZMP Bull. PMZA, 5: 27-32.

Cliquer pour voir tout le texte

Le complexe de la baie d’Hudson (comprenant la baie d’Hudson, le détroit d’Hudson ainsi que le bassin de Foxe) représente probablement le plus grand estuaire nordique du monde. Cet estuaire est une composante importante du courant du Labrador qui exerce une influence prédominante sur le climat de la partie est de l’Amérique du Nord. La dynamique de circulation des masses d’eau dans cette région nordique est fortement influencée par les écoulements d’eau douce provenant notamment des bassins de drainage de la baie d’Hudson et de l’arctique. Cette région abrite près de la moitié des populations Inuits du Nunavut et du Nunavik, et est caractérisée par une forte biodiversité reflétant l’influence significative des eaux arctiques et subarctiques de l’Atlantique Nord. Cet écosystème nordique a été identifié comme un « point chaud » pour la conservation de la biodiversité marine, mais aussi comme l’une des régions les plus sensibles aux changements et à la variabilité climatique. Afin de pouvoir détecter, comprendre, suivre et prédire les changements environnementaux dans cette région nordique, les scientifiques du MPO, région du Québec, ont initié en 2003 un programme de monitorage appelé MERICA-nord (pour études des MERs Intérieures du CAnada). Ce programme de monitorage complémente celui effectué dans la mer intérieure du golfe du Saint-Laurent (MERICA-sud). Dans sa conception, sa réalisation et son échantillonnage de base, ce programme de monitorage s’inspire du Programme de Monitorage de la Zone Atlantique. Il accommode en plus plusieurs programmes de recherche associés qui sont effectués par des partenaires tant à l’interne qu’à l’externe du MPO, comme par exemple le secteur universitaire. MERICA-nord est supporté par le Centre national d’excellence pour la recherche aquatique dans l’Arctique (N-CAARE en anglais). Un élément clé du programme est l’intégration des besoins des scientifiques avec l’expertise et la capacité de support logistique de la Garde côtière canadienne; ce programme a en effet profité jusqu’à maintenant de temps de navire offert par la Garde côtière canadienne sur une base d’opportunité. MERICA-nord permet finalement au MPO d’assumer ses obligations nationales et internationales de base en ce qui concerne l’étude des milieux marins nordiques, afin de répondre aux enjeux sociaux et globaux émergents que soulèvent l’impact de l’activité humaine (ex., les développements hydroélectriques) ou encore des changements climatiques. Dans ce contexte, l’environnement du complexe de la baie d’Hudson est encore bien peu connu.

PEPIN, P., B. PETRIE, J.-C. THERRIAULT, S. NARAYANAN, G. HARRISON, J. CHASSÉ, E. COLBOURNE, D. GILBERT, D. GREGORY, M. HARVEY, G. MAILLET, M. MITCHEL, M. STARR, 2005. The Atlantic Zone Monitoring Program (AZMP) : review of 1998-2003. Can. Tech. Rep. Hydrogr. Ocean Sci., 242, 87 p.

Ce rapport présente les résultats de l'auto-évaluation du Programme de Monitorage de la Zone Atlantique (PMZA) basée sur les échéances précisées dans la proposition originale et sur une séries sujets identifiés durant la Cinquième Réunion Générale du Programme de Monitorage de la Zone Atlantique et appuyer par les Directeurs des Sciences Atlantique. Ce rapport est divisé en 12 sections qui présentent un aperçu des accomplissements du programme, du progrès, ainsi que l'identification des soucis concernant le maintient des activités courantes du programme et des futures développements. Ce rapport se termine avec quatre sections qui démontrent certains des bénéfices acquis par la compréhension et de la prévision des systèmes marins qui ont été obtenus au cous des activités de monitorage à long terme.

HARVEY, M., M. STARR, 2005. 2003 state of the ocean: chemical and biological oceanographic conditions in the Estuary and Gulf of St. Lawrence. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Science Advisory Report, 2005/053, 20 p.

Cliquer pour voir tout le texte

HARVEY, M., M. STARR, 2005. État de l'océan en 2003: les conditions chimiques et biologiques dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Avis scientifique, 2005/053, 20 p.

Cliquer pour voir tout le texte

LE FOUEST, V., B. ZAKARDJIAN, F.J. SAUCIER, M. STARR, 2005. Seasonal versus synoptic variability in planktonic production in a high-latitude marginal sea: the Gulf of St. Lawrence (Canada). J. Geophys. Res. (C Oceans), 110, art. no C09012, 21 p.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The Gulf of St. Lawrence (Canada) is a subarctic marginal sea characterized by highly variable hydrodynamic conditions that generate a spatial heterogeneity in the marine production. A better understanding of physical-biological linkages is needed to improve our ability to evaluate the effects of climate variability and change on the gulf's planktonic production. We develop a three-dimensional (3-D) eddy permitting resolution physical-biological coupled model of plankton dynamics in the Gulf of St. Lawrence. The planktonic ecosystem model accounts for the competition between simplified herbivorous and microbial food webs that characterize bloom and post-bloom conditions, respectively, as generally observed in temperate and subarctic coastal waters. It is driven by a fully prognostic 3-D sea ice-ocean model with realistic tidal, atmospheric, and hydrological forcing. The simulation shows a consistent seasonal primary production cycle, and highlights the importance of local sea ice dynamics for the timing of the vernal bloom and the strong influence of the mesoscale circulation on planktonic production patterns at subregional scales.©2005 The American Geophysical Union

STARR, M., L. ST-AMAND, L. DEVINE, L. BÉRARD-THERRIAULT, P.S. GALBRAITH, 2004. State of phytoplankton in the Estuary and Gulf of St. Lawrence during 2003 ; État du phytoplancton dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent en 2003. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2004/123, 35 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Ce document présente une synthèse des variations saisonnières et interannuelles des concentrations de chlorophylle a, de nitrates et de silicates ainsi que de l’abondance des principales espèces de phytoplancton à trois stations fixes (Rimouski, gyre d’Anticosti et courant de Gaspé), de même qu’aux stations situées le long de six sections qui traversent l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent. Les auteurs ont analysés les conditions qui ont prévalue en 2003, mais ont aussi comparé ces données à celles obtenues au cours de la période s’échelonnant de 1992 à 2002. En 2003, la principale prolifération de phytoplancton observée à la station de Rimouski, dans l’estuaire maritime du Saint-Laurent, s'est produite en mai, c’est-à-dire un mois plus tôt que la moyenne. À l’exception de 2002, ceci continue une tendance qui a débuté en 1998. Les auteurs pensent que cette variation dans la synchronisation du cycle de production primaire a été occasionnée par des apports printaniers en eau douce en dessus de la normale dans le bassin du Saint-Laurent. La biomasse moyenne estivale de phytoplancton en 2003 à la station Rimouski a été également plus élevée comparativement à 1992-1994, 1996, 1998, et à 2000-2002, mais inférieure à celle de 1995, 1997 et, à 1999 en particulier. Les taux de production primaire mesurés au printemps et à l’été à cette station ont été eux aussi beaucoup plus élevés en 2003 comparativement aux trois dernières années, mais inférieurs à ceux de 1999. Aux stations de la Gyre d’Anticosti et du courant de Gaspé, les concentrations en nitrates et en silicates ont été élevées à la fin de l’hiver et faibles à la fin de l’été en raison d’une utilisation accrue par le phytoplancton. Pour ces deux stations, la réduction des éléments nutritifs dans la couche de surface au cours de la période estivale a été plus prononcée en 2003 par rapport à la période 2000-2002. Ainsi, d’après l’évolution des teneurs en sels nutritifs, la production de phytoplancton dans le nord-ouest du golfe du Saint-Laurent pourrait avoir été plus élevée en 2003 comparés aux trois années précédentes. Ceci est conforme aux données obtenues à la station Rimouski dans l'estuaire maritime du Saint-Laurent. De même, les concentrations en sels nutritifs à la fin de l’hiver 2003 ont été également plus élevées dans le sud et le nord-est du golfe du Saint-Laurent par rapport aux deux années précédentes, tandis qu’elles n’ont pas été significativement différentes au cours de l’été. Ceci suggère une fois de plus que la floraison printanière de phytoplancton dans ces régions ait été également plus intense en 2003 comparativement aux années récentes. Pour une troisième année consécutive, l'analyse de la composition de la communauté phytoplanctonique au cours de 2003 a permis de noter la présence de la diatomée Neodenticula seminae dans plusieurs secteurs du Golfe du Saint-Laurent, avec des concentrations pouvant atteindre jusqu’à 197 x 10(2) cellules par litre. Il est tout à fait exceptionnel que cette espèce soit retrouvée dans le golfe du Saint-Laurent car elle est généralement présente dans les eaux du Pacifiques Nord. Jusqu’à présent, cette espèce n’avait été signalée dans l’Atlantique que dans des sédiments datant du Quaternaire, il y a de cela 0.84 à 1.26 million d’années. Il est suggéré que cette espèce du Pacifique ait été introduite de façon naturelle dans le golfe du Saint-Laurent (en traversant l’Arctique et en descendant le courant du Labrador, pour ensuite emprunter le détroit de Belle-Isle) plutôt que par les eaux de ballast. L'invasion de N. seminae sur la côte atlantique est conforme aux observations récentes suggérant un plus grand apport des eaux du Pacifiques dans l'Océan Atlantique.

SAUCIER, F.-J., M. STARR, M. HARVEY, J.-C. THERRIAULT, 2003. Expédition Mérica 2003. Suivi et étude du climat et de la productivité de la baie d’Hudson. Naturaliste Can., 128(1): 108-110.

HARVEY, M., M. STARR, 2003. État de l'océan en 2002 : les conditions océanographiques chimiques et biologiques dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent. Rapport sur l'état des écosystèmes, 2003/007, 14 p.

Cliquer pour voir tout le texte

HARVEY, M., M. STARR, 2003. 2002 state of the ocean : chemical and biological oceanographic conditions in the Estuary and Gulf of St. Lawrence. Science, Ecosystem Status Report, 2003/007, 13 p.

Cliquer pour voir tout le texte

OUELLET, P., F. GRÉGOIRE, M. HARVEY, E. HEAD, B. MORIN, G. ROBERT, L. SAVARD, S. SMITH, M. STARR, D. SWAIN, 2003. Exceptional environmental conditions in 1999 in eastern Canadian waters and the possible consequences for some fish and invertebrate stocks. AZMP Bull. PMZA, 3: 21-27.

Cliquer pour voir tout le texte

Plusieurs indicateurs des conditions atmosphériques indiquent que des températures de l’air anormalement élevées en 1999 ont entraîné une réduction de la glace de mer en hiver et au printemps sur les plateaux continentaux de Terre-Neuve, du Labrador et de la Nouvelle-Écosse et une augmentation des températures de l’eau de surface sur l’ensemble de la zone Atlantique. Également, d’autres indices indiquent que le cycle de production biologique (la floraison du phytoplancton) a été initié plus tôt en 1999 dans la plupart des régions de la zone. Ces conditions océanographiques exceptionnelles auraient eu des conséquences positives sur la production (ex. recrutement, croissance) de nombreux stocks de poissons et d’invertébrés dans l’Est du Canada.

LE FOUEST, V., M. CHIFFLET, M. STARR, B. ZAKARDJIAN, F. SAUCIER, 2003. Toward Prediction of the Ecosystem: 3D Simulations of the Coupled Biological Production and Hydrodynamics in the Estuary and Gulf of St. Lawrence. AZMP Bull. PMZA, 3: 37-41.

Cliquer pour voir tout le texte

Les variations spatio-temporelles dans la dynamique du plancton sont une caractéristique importante des écosystèmes marins et elles ontété liées aux variations dans le recrutement des espèces exploitables. Nous présentons ici les premiers essais d’utilisation d’un modèle tridimentionnel couplé physique-biologique pour simuler la variabilité observée dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent à l’aide des données générées par le Programme de Monitorage de la Zone Atlantique (PMZA). Ces résultats préliminaires indiquent que le modèle peut reproduire les cycles spatio-temporels moyens dans la production primaire, incluant les cycles diurnes, les effets des marées, des vents, du cycle saisonnier dans la circulation et la transformation des masses d’eau et des glaces de mer, et finalement des mélanges turbulents associés à ces cycles. Les données du PMZA constituent une ressource irremplaçable pour le développement et l’amélioration des modèles biologiques et pour augmenter notre capacité à prédire les impacts des changements et des variations climatiques sur les écosystèmes marins.

STARR, M., L. ST-AMAND, L. DEVINE, L. BÉRARD-THERRIAULT, 2003. State of phytoplankton in the Estuary and Gulf of St. Lawrence during 2002 ; État du phytoplancton dans l'estuaire et le golfe du St-Laurent en 2002. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2003/103, 29 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Ce document présente une synthèse des données sur les variations saisonnières et interannuelles des concentrations de chlorophylle a, de nitrates et de silicates ainsi que de l'abondance des principales espèces de phytoplancton à trois stations fixes (Rimouski, gyre d'Anticosti et courant de Gaspé) et sur six transects qui traversent l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent. Les auteurs se sont concentrés sur les conditions qui prévalaient en 2002, mais ont aussi comparé ces données à celles obtenues de 1992 à 2001. En 2002, à la station Rimouski, dans le bas estuaire du Saint-Laurent, la principale prolifération de phytoplancton a débuté à la fin de juin, ce qui s'approche de la date moyenne historique. La situation était très différente de 1998 à 2001, lorsque la prolifération printanière a débuté de six à huit semaines plus tôt que la normale (du début à la fin de mai). À la station Rimouski, la biomasse moyenne du phytoplancton au printemps et à l'été 2002 était légèrement supérieure à celles observées de 1992 à 1994, en 1998 et en 2000 et 2001, mais de beaucoup inférieure à celles observées en 1995, en 1997 et en 1999. Dans la gyre d'Anticosti et surtout dans le courant de Gaspé, l'appauvrissement printanier des éléments nutritifs dans la couche de surface (0-50 m) s'est produit plus tard en 2002 que de 1996 à 2001, ce qui porte à croire que la croissance du phytoplancton a débuté plus tard en 2002 que les années précédentes dans la partie nord-ouest du golfe du Saint- Laurent. L'appauvrissement printanier-estival de la couche de surface en éléments nutritifs était également un peu plus marqué en 2002 qu'en 2000 et en 2001, mais beaucoup moins qu'en 1999. Ainsi, l'évolution des concentrations d'éléments nutritifs indique que la production de phytoplancton dans le nord-ouest du golfe du Saint-Laurent pourrait avoir été plus forte en 2002 que lors des deux années précédentes, mais beaucoup plus faible qu'en 1999, ce qui est compatible avec les données de la station Rimouski dans le bas estuaire du Saint-Laurent. Pour une deuxième année consécutive, l'analyse de la composition de la communauté en 2002 a montré que la diatomée Neodenticula seminae était présente en grand nombre (concentrations atteignant 1 x 106cellules par litre) dans la plupart des régions du golfe du Saint-Laurent. Il s'agit d'un phénomène inhabituel puisque cette espèce occupe normalement le Pacifique Nord. Dans l'océan Atlantique, cet espèce n'a été observée que dans des sédiments quaternaires de moyenne à haute latitude datés de 0,84 à 1,2 million d'années. Il est proposé que cette espèce du Pacifique soit apparue de façon naturelle dans le golfe (en passant par l'océan Arctique, le courant du Labrador et le détroit de Belle Isle) plutôt qu'à la suite de son transport dans des eaux de ballast. Le retour de N. seminaeprès de la côte atlantique est compatible avec des observations récentes qui indiquent une pénétration accrue d'eaux du Pacifique dans l'Atlantique et un plus grand apport d'eau douce dans les eaux de l'Atlantique Nord. En 2002, les concentrations de chlorophylle dans le sud du golfe du Saint-Laurent à la fin du printemps et au début de l'automne étaient plus élevées que les trois années précédentes. Par contre, dans l'est du golfe, les concentrations de chlorophylle et de nitrates dans la couche de surface à la fin du printemps et au début de l'automne 2002 ne différaient pas de façon marquée de celles observées aux mêmes périodes de 1999 à 2001.

HARVEY, M., M. STARR, 2002. État de l'océan en 2001 : les conditions chimiques et biologiques dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent. Rapport sur l'état des stocks, G4-03, 14 p.

Cliquer pour voir tout le texte

HARVEY, M., M. STARR, 2002. 2001 State of the ocean : chemical and biological oceanographic conditions in the Estuary and Gulf of St. Lawrence. Science, Stock Status Report, G4-03, 12 p.

Cliquer pour voir tout le texte

IRIGOLEN, X., R.P. HARRIS, H.M. VERHEYE, P. JOLY, J. RUNGE, M. STARR, D. POND, D. CAMPBELL, R. SHREEVE, P. WARD, A.N. SMITH, H.G. DAM, W. PETERSON, V. TIRELLI, M. KOSKI, T. SMITH, D. HARBOUR, R. DAVIDSON, 2002. Copepod hatching success in marine ecosystems with high diatom concentrations. Nature, 419: 387-389.

STARR, M., L. ST-AMAND, L. BÉRARD-THERRIAULT, 2002. State of phytoplankton in the Estuary and Gulf of St. Lawrence during 2001 ; État de phytoplancton dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent en 2001. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2002/067, 23 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Nous rapportons les variations saisonnières et interannuelles dans les concentrations de la chlorophylle a, les nitrates, et les silicates aussi bien qu’au niveau de la composition spécifique du phytoplancton dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent. L’information présentée provient de données mesurées à trois stations fixes et de six sections situées dans les diverses régions du golfe et de l’estuaire du Saint-Laurent. Nous examinons plus particulièrement les conditions présentes en 2001 tout en les comparant aux observations pour la période de 1992-2000. En 2001, l’initiation de la floraison printanière de phytoplancton à la station Rimouski dans l'estuaire maritime du Saint-Laurent s’est produite au début mai, soit 6-8 semaines plus tôt que la normale. Cette floraison printanière précoce poursuit la tendance initiée depuis 1998. Nous croyons que ce changement majeur dans le cycle du phytoplancton est dû aux débits d’eaux douces printaniers dans le Saint-Laurent qui ont été bien au-dessous de la normale depuis 1998. Pour une deuxième année consécutive, la biomasse phytoplanctonique moyenne à la station Rimouski au cours du printemps et de l’été 2001 était beaucoup inférieure à celles observées au cours de la période 1995-1999 (excepté en 1998), mais néanmoins comparable à celles de la période 1992-1994. En particulier, la biomasse phytoplanctonique au mois de juillet 2001 était beaucoup inférieure à celles précédemment observées. Nous croyons que ceci a été occasionné par une période de mélange plus intense dans l'estuaire maritime du Saint-Laurent au cours du mois juillet 2001. Dans la gyre d'Anticosti et le courant de Gaspé, la réduction des éléments nutritifs dans la couche de surface au cours de la période printemps-été-automne 2001 était beaucoup moins prononcée comparée à la période 1996-1999 (excepté 1998). De plus dans le courant de Gaspé, les niveaux de chlorophylle en surface étaient généralement plus bas en 2001 comparés aux deux années précédentes. D'autre part, les niveaux de chlorophylle estivale dans la gyre d'Anticosti étaient plus élevés en 2001 comparés à ceux observés en 1997-2000. Les observations satellitaires en 2001 au niveau des concentrations en chlorophylle de surface indiquent que la floraison phytoplanctonique s'est produite à la fin d’avril pour la plupart des régions du golfe du Saint-Laurent. Ces observations diffèrent de celles acquises antérieurement qui démontrent une plus grande variabilité spatiale dans la période de la floraison phytoplanctonique. L'analyse de la composition spécifique du phytoplancton a démontré que la floraison phytoplanctonique de 2001 a été dominée par la diatomée Neodenticula seminae dans la plupart des régions du Golfe. C'est la première occurrence de cette espèce dans le golfe du Saint-Laurent; cette espèce étant généralement retrouvée dans les eaux du Pacifique nord. Cet événement peu commun est consistant avec les observations récentes indiquant une plus grande intrusion des eaux du Pacifique nord dans l'océan Atlantique (par l'intermédiaire du détroit de Béring) et d'une intrusion importante des eaux du Labrador dans le golfe du Saint-Laurent en 2001.Au printemps 2001, les niveaux de chlorophylle étaient extrêmement bas pour la plupart des secteurs du golfe du Saint-Laurent. Les niveaux les plus élevés ont été observés dans les eaux riches de l'estuaire du Saint-Laurent et du courant de Gaspé. Dans le nord-est et le sud du Golfe, les niveaux de chlorophylle et de nitrate dans la couche de surface n'étaient pas notamment différents au printemps 2001 que ceux observées au cours des deux dernières années.

STARR, M., M. HARVEY, P.S. GALBRAITH, D. GILBERT, D. CHABOT, J.-C. THERRIAULT, 2002. Recent intrusion of Labrador Shelf waters into the Gulf of St. Lawrence and its influence on the plankton community and higher trophic levels. ICES C.M., 2002/N:16, 10 p.

Cliquer pour voir tout le texte

STARR, M., M. HARVEY, 2002. L'état du plancton dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent en 2001. Nouvelles de l'IML, 13(8): 3-7.

Cliquer pour voir tout le texte

THERRIAULT, J.-C., P.S. GALBRAITH, M. STARR, M. HARVEY, 2002. Intrusions of Labrador shelf waters into the Gulf of St. Lawrence and their potential influence on the plankton. AZMP Bull. PMZA, 2: 12-15.

Cliquer pour voir tout le texte

Des données hydrographiques obtenues dans le golfe du Saint-Laurent (GSL) depuis 1996 suggèrent que les années 2001 et 2002 sont caractérisées par des intrusions particulièrement importantes d'eaux denses et froides provenant des côtes du Labrador. Ces intrusions ont significativement contribué aux températures estivales particulièrement basses de la couche intermédiaire froide (CIF) dans le GSL, en dépit de conditions hivernales relativement chaudes. Plusieurs changements dans la communauté planctonique peuvent être associés à ces intrusions d'eaux froides dans le Golfe. Le plus remarquable en 2001 est sans doute la première apparition en grande abondance de la diatomée Neodenticula seminae dans presque toutes les régions du Golfe. Ceci est très inhabituel parce que cette diatomée est normalement retrouvée dans le Pacifique Nord, et non pas dans le nord Atlantique. En raison de sa présence simultanée sur la côte du Labrador et dans le Golfe, il est fort probable que cette espèce du Pacifique ait été introduite dans le Golfe via le détroit de Belle-Isle par des processus d'advection à travers l'Arctique, en empruntant le courant du Labrador. Une autre observation qui supporte l'hypothèse d'une importante intrusion d'eaux froides dans le Golfe en 2001 est l'augmentation significative de l'abondance de l'amphipode arctique Themisto libellula. En effet, leur nombre qui passe de 0.17 ind.m-2 en septembre 2000 à 10 ind.m-2 en septembre 2001, ne peut être facilement expliqué que par cette intrusion. Ces introductions régulières d'espèces planctoniques arctiques dans le GSL ont probablement un impact significatif sur les niveaux supérieurs de la chaîne trophique tel que suggéré par la relation significative observée entre l'abondance annuelle moyenne de T. libellula et sa présence relative dans la diète de la morue entre 1996 et 2001.

B. PETRIE, J.-C. THERRIAULT, G. HARRISON, V. SOUKHOVTSEV, P. PEPIN, M. HARVEY, M. STARR, P. LAROUCHE, S. SAMEOTO, 2001. The Atlantic Zone Monitoring Program;Le programme de monitorage de la zone atlantique. AZMP Bull. PMZA, 1: 1-12.

Cliquer pour voir tout le texte

HARVEY, M., M. STARR, M. LEVASSEUR, 2001. L'état du plancton dans l'estuaire maritime et le golfe du Saint-Laurent en 1999. Naturaliste can., 125(1): 68-70.

TIAN, R.C., A. F. VÉZINA, M. STARR, F. SAUCIER, 2001. Seasonal dynamics of coastal ecosystems and export production at high latitudes : a modeling study. Limnol. Oceanogr., 46(8): 1845-1859.

STARR, M., M. HARVEY, 2000. State of phytoplankton and zooplankton in the Estuary and northwestern Gulf of St. Lawrence during 1999. Science, Stock Status Report, C4-18, 8 p.

Cliquer pour voir tout le texte

STARR, M., M. HARVEY, 2000. État du phytoplancton et du zooplancton dans l'estuaire et le nord-ouest du golfe du Saint-Laurent en 1999. Rapport sur l'état des stocks, C4-18, 9 p.

Cliquer pour voir tout le texte

STARR, M., J.A. RUNGE, J.-C. THERRIAULT, 1999. Effects of diatom diets on the reproduction of the planktonic copepod Canalus finmarchicus. Sarsia, 84: 379-389.

COMEAU, M., M. STARR, G.Y. CONAN, G. ROBICHAUD, J.-C. THERRIAULT, 1999. Fecundity and duration of egg incubation for multiparous female snow crabs (Chionoecetes opilio) in the fjord of Bonne Bay, Newfoundland. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 56: 1088-1095.

Des femelles multipares du crabe des neiges (Chionoecetes opilio) ont été capturées à l'aide de casiers et un chalut Nephrops dans le fjord de Bonne Bay, Terre-Neuve, entre avril 1988 et septembre 1992 afin d'étudier la fécondité et le développement embryonnaire. Une relation a été trouvée entre la couleur de la masse d'oeuf et le développement embryonnaire. La fécondité est positivement corrélée avec la largeur de la carapace. Une femelle d'une taille de 67 mm largeur de la carapace peut produire 54 000 oeufs. La mortalité des oeufs au cours de l'incubation pourrait atteindre 21 %; étant plus élevée pour les femelles de grande taille. Basé sur les distributions bimodales des stages de développement embryonnaire observés dans l'étude, le cycle reproducteur des femelles est approximativement de deux ans et les femelles ne libèrent probablement que deux portées au cours de leur vie. L'éclosion des oeufs a lieu surtout en mai et juin.

COMEAU, M., G.Y. CONAN, F. MAYNOU, G. ROBICHAUD, J.-C. THERRIAULT, M. STARR, 1998. Growth, spatial distribution, and abundance of benthic stages of the snow crab (Chionoecetes opilio) in Bonne Bay, Newfoundland, Canada. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 55: 262-279.

La croissance et la distribution spatiale des crabes des neiges (Chionoecetes opilio) des stades post-larvaires dans un stock relativement peu exploité à Bonne Bay, Terre-Neuve (golfe du Saint-Laurent), ont été étudiées en utilisant les distributions de taille provenant d'échantillons pris par chalutage et dragage entre 1988 et 1993. Les premiers stades benthiques (instars I à V) ont mué deux fois par an, puis les femelles ont mué une fois par an jusqu'à ce qu'elles atteignent la mue terminale à maturité (instar X ou XI), tandis que les mâles ont mué une fois par an jusqu'au stage juvénile (instar VIII). Les mâles juvéniles peuvent par la suite muer pour atteindre une taille juvénile supérieure, sauter une mue ou atteindre la mue terminale à la différentiation morphométrique de leurs pinces. L'abondance relative des juvéniles par rapport aux autres stades régirait ce choix. La durée de vie maximale des femelles et des mâles serait de 13 et 19 ans, respectivement. Les mâles atteignent la taille commerciale de 95 mm de longueur de carapace à l'instar XII, 9 ans ou plus après leur passage aux stades benthiques. L'abondance relative des différents stades suggère que les petits crabes immatures (instar V) auraient migré d'un substrat rocheux en eaux peu profondes, à un substrat vaseux en eaux profondes. La distribution spatiale en agrégat du crabe des neiges semble être déterminée par le type de substrat et par des facteurs intra-spécifiques plutôt que par la profondeur. Des mouvements saisonniers vers les eaux peu profondes, déterminés par les variations saisonnières de température et les facteurs de densité-dépendance lors du cycle de reproduction et de croissance, ont aussi été observés pour les crabes de grande taille.

COMEAU, M., G. ROBICHAUD, M. STARR, J.-C. THERRIAULT, G.Y. CONAN, 1998. Mating of snow crab Chionoecetes opilio (O. Fabricius, 1788) (Decapoda, Majidae) in the fjord of Bonne Bay, Newfoundland. Crustaceana, 71: 925-941.

BAN, S., C. BURNS, J. CASTEL, Y. CHAUDRON, E. CHRISTOU, R. ESCRIBANO, S.F. UMANI, S. GASPARINI, F.G. RUIZ, M. HOFFMEYER, A. IANORA, H.-K. KANG, M. LAABIR, A. LACOSTE, A. MIRALTO, S. POULET, X. NING, V. RODRIGUEZ, J. RUNGE, J. SHI, M. STARR, S.-I. UYE, 1997. The paradoxe of diatom-copepod interactions. Mar. Ecol. Prog. Ser., 157: 287-293.

STARR, M., J.A. RUNGE, J.-C. THERRIAULT, 1996. Harmful effects of certain diatoms on the reproductive success of copepods. Pages 128-134 in R.W. Penney (ed.). Proceedings of the Fifth Canadian Workshop on Harmful Marine Algae. Dept. of Fisheries and Oceans (Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2138).

CONAN, G.Y., M. STARR, M. COMEAU, J.-C. THERRIAULT, F.X. MAYNOU, I. HERNANDEZ, G. ROBICHAUD, 1996. Life history strategies, recruitment fluctuations, and management of the Bonne Bay Fjord Atlantic snow crab (Chionoecetes opilio). Pages 59-97 in High latitude crabs : biology, management and economics. Alaska Sea Grant College Program (Alaska Sea Grant report; 96-02).

STARR, M., J.-C. THERRIAULT, G.Y. CONAN, M. COMEAU, G. ROBICHAUD, 1994. Is match/mismatch the universal ill fated mechanism de-regulating stock/recruitment models? Snow crab (Chionoecetes opilio) prove that some species may precisely sense optimal plankton production for a timely release of their larvae. ICES C.M., 1994/R:12, 20 p.

STARR, M., J.-C. THERRIAULT, G.Y. CONAN, M. COMEAU, G. ROBICHAUD, 1994. Larval release in a sub-euphotic zone invertebrate triggered by sinking phytoplankton particles. J. Plankton Res., 16: 1137-1147.

STARR, M., J.H. HIMMELMAN, J.-C. THERRIAULT, 1993. Environmental control of green sea urchin, Strongylocentrotus droebachiensis, spawning in the St. Lawrence Estuary. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 50: 894-901.

STARR, M., J.H. HIMMELMAN, J.-C. THERRIAULT, 1992. Isolation and properties of a substance from the diatom Phaeodactylum tricornutum which induces spawning in the sea urchin Strongylocentrotus droebachiensis. Mar. Ecol. Prog. Ser., 79: 275-287.

STARR, M., J.H. HIMMELMAN, J.-C. THERRIAULT, 1991. Coupling of nauplii release in the barnacles with phytoplankton blooms : a parallel strategy to that of spawning in urchins and mussels. J. Plankton Res., 13: 561-571 .