Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Isabelle ST-PIERRE

LEBEUF, M., I. ST-PIERRE, Y. CLERMONT, C. GOBEIL, 1999. Concentrations de biphényles polychlorés (BPC) et de pesticides organochlorés chez trois espèces de poissons de fond de l'estuaire et du golfe du Saint-Laurent et du fjord du Saguenay. Rapp. stat. can. sci. halieut. aquat., 1059, 108 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les concentrations de biphényles polychlorés (BPC) et de pesticides organochlorés ont été déterminées dans le muscle et le foie de la morue franche (Gadus morhua), la plie canadienne (Hippoglossoides platessoides) et le flétan noir (Reinhardtius hippoglossoides) de l'estuaire et du golfe du Saint-Laurent et du fjord du Saguenay. Plus de 35 composés organochlorés dont une vingtaine de congénères de BPC ont été dosés dans 56 échantillons. Au total, plus de 1 900 mesures de contaminants sont colligées dans ce rapport. La plupart des BPC et des pesticides organochlorés étudiés ont pu être détectées dans le muscle et le foie de tous les poissons analysés. Chez toutes les espèces, les concentrations sont systématiquement plus élevées dans le foie que dans le muscle. Selon les normes canadiennes pour assurer la protection de la santé humaine, les teneurs en BPC et en DDT et ses métabolites dans les tissus de poissons ne devraient pas excéder respectivement 2 000 et 5 000 ng/g (poids humide). Les teneurs en BPC et pesticides organochlorés, tant dans le muscle que dans le foie, et ce, aussi bien chez la morue franche, la plie canadienne que le flétan noir, sont sous ces normes. Dans les pires cas, les niveaux de concentrations dans le foie sont plus faibles d'au moins 2 fois la norme établie pour les BPC et d'au moins 10 fois celle pour le DDT et ses métabolites. Dans le muscle, elles sont dans les pires cas respectivement 10 et 100 fois plus faibles que ces normes.

LEVASSEUR, M., T. GAMACHE, I. ST-PIERRE, S. MICHAUD, 1995. Does the cost of NO3- reduction affect the production of harmful compounds by Alexandrium excavatum?. Pages 463-468 Harmful Marine Algal Blooms : proceedings of the Sixth International Conference on Toxic Marine Phytoplankton, October 1993, Nantes, France. Lavoisier, Paris and Intercept Ltd, Andover, England.

LAYCOCK, M.V., S.W. AYER, M. BILODEAU, J.-P. GAGNÉ, S. HSIAO, J.F. JELLETT, A. LAWRENCE, M. LEDOUX, P. MASSELIN, D. McLACHLAN, S. MICHAUD, S.K. MOHAPATRA, K. SOHET, I. ST-PIERRE, K. THOMAS, B.M. TWAROG, 1992. Detection and quantification of toxic algae and toxins. Pages 81-90 in J.-C. Therriault & M. Levasseur (ed.). Proceedings of the Third Canadian Workshop on Harmful Marine Algae, Maurice-Lamontagne lnstitute, Mont-Joli, Québec, 12-14 May, 1992 .

Cliquer pour voir tout le texte