Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Jean-François ST-PIERRE

BROWMAN, H.I., J. YEN, D.M. FIELDS, J.-F. ST-PIERRE, A.B. SKIFTESVIK, 2011. Fine-scale observations of the predatory behaviour of the carnivorous copepod Paraeuchaeta norvegica and the escape responses of their ichthyoplankton prey, Atlantic Cod (Gadus morhua). Mar. Biol., 158(12): 2653-2660.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Paraeuchaeta norvegica (8.5 mm total length) and yolk-sac stage Atlantic cod larvae (4 mm total length) (Gadus morhua) larvae were observed in aquaria (3 l of water) using silhouette video photography. This allowed direct observations (and quantitative measurement) of predator–prey interactions between these two species in 3-dimensions. Tail beats, used by cod larvae to propel themselves through the viscous fluid environment, also generate signals detectable by mechanoreceptive copepod predators. When the prey is close enough for detection and successful capture (approximately half a body-length), the copepod launches an extremely rapid high Reynolds number attack, grabbing the larva around its midsection. While capture itself takes place in milliseconds, minutes are required to subdue and completely ingest a cod larva. The behavioural observations are used to estimate the hydrodynamic signal strength of the cod larva’s tail beats and the copepod’s perceptive field for larval fish prey. Cod larvae are more sensitive to fluid velocity than P. norvegica and also appear capable of distinguishing between the signal generated by a swimming and an attacking copepod. However, the copepod can lunge at much faster velocities than a yolk-sac cod larva can escape, leading to the larva’s capture. These observations can serve as input to the predator–prey component of ecosystem models intended to assess the impact of P. norvegica on cod larvae.©2011 Springer

PLOURDE, S., G. WINKLER, P. JOLY, J.-F. ST-PIERRE, M. STARR, 2011. Long-term seasonal and interannuel variations of krill spawning in the lower St Lawrence Estuary, Canada, 1979-2009. J. Plankton Res., 33(5): 703-714.

[Résumé disponible seulement en anglais]
This study describes the long-term seasonal and interannual variations in krill spawning using abundance of krill eggs collected during an on-going long-term monitoring program at an anchor station in the lower St Lawrence Estuary from 1992 to 2009 and data collected in the same region in 1979 to 1980. The longterm seasonal semi-monthly climatology in egg abundance revealed that krill generally reproduced during two periods, i.e. in late spring (mid-May to late June) and in late summer (August to mid-September), when phytoplankton biomass in the upper 50 m was greater than 75 mg chlorophyll a m-2. The identification of krill eggs to the species level in 2007 revealed that Meganyctiphanes norvegica egg abundance was related to the biomass of phytoplankton averaged over the month prior to sampling, corresponding to the duration of one spawning cycle (two intermolt periods) known for this species. Overall krill egg abundance varied significantly between years, showing high abundance every 3–5 years with no long-term interannual trend. The annual mean egg abundance normalized for the duration of krill spawning showed the same interannual long-term pattern. Both egg abundance indices were independent of the annual phytoplankton biomass, indicating that interannual variations in krill spawning biomass would be the most likely candidate to explain interannual variability in egg abundance. We propose that such normalized annual egg abundance based on high-resolution seasonal sampling could be a useful index of interannual variations in krill spawning biomass which is otherwise difficult to sample.©2011 Oxford University Press

DUNBRACK, R., L.A. GIGUE, J.-F. ST-PIERRE, 2009. A comparison of gut evacuation models for larval mackerel (Scomber scombrus) using serial photography. J. Fish. Biol., 74(4): 906-920.

[Résumé disponible seulement en anglais]
A novel technique is described, using serial photography of the gut contents of transparent living larval fishes, to generate individual gut evacuation time series. This technique was applied to Atlantic mackerel Scomber scombrus larvae to compare three widely used models of gut evacuation: linear, exponential and square-root. Regression r2 for the exponential model exceeded those for the linear and square root models in 20 of 21 time series, strongly supporting the exponential model. At the initial gut fullness for each time series, total gut evacuation rates calculated with the exponential model averaged 2·2 and 1·3 times greater than those calculated with the linear and square-root models, respectively, and would produce correspondingly higher estimates of feeding rates for field-collected larvae with similar levels of gut fullness. The results highlight the importance of choosing the appropriate evacuation model in feeding studies, particularly those intended to examine short-term changes in larval fish feeding rates, a contributing factor to the highly variable yearly recruitment of many marine fish species.©2009 The Fisheries Society of the British Isles

HARVEY, M., J.-F. ST-PIERRE, L. DEVINE, A. GAGNÉ, Y. GAGNON, M.F. BEAULIEU, 2005. Oceanographic conditions in the Estuary and the Gulf of St. Lawrence during 2004 : zooplankton ; Conditions océanographiques dans l’estuaire et le golfe du St-Laurent en 2004 : zooplancton. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2005/043, 22 p.

Cliquer pour voir tout le texte

L’information présentée dans ce rapport décrit l’état du zooplancton dans le Saint-Laurent en 2004. Ces résultats proviennent de l’analyse des données de deux stations fixes situées dans la gyre d’Anticosti (GA) et le courant de Gaspé (CG) et de sept sections réparties dans l’ensemble de l’estuaire maritime (EM) et du golfe du Saint-Laurent (GSL). Des informations additionnelles provenant d’une grille de 48 stations échantillonnées depuis 1994 dans l’estuaire maritime et le golfe du Saint-Laurent sont aussi présentées. Nous mettons l’accent sur les conditions en 2004, que nous comparons ensuite aux observations recueillies depuis 1999 dans le cadre du programme de la zone Atlantique (PMZA) et aux observations sur le macrozooplancton recueillies de 1994 à 2004. L’année 2004 a été particulière en ce qui concerne la fréquence d’échantillonnage des 2 stations fixes de la région du Québec qui n’ont été échantillonnées qu’à 4 reprises au cours de l’année soit: en février, mars, juin et novembre 2004. Malgré cette faible fréquence d’échantillonnage, nous avons observé que le patron de variation saisonnière de la biomasse de zooplancton est demeuré le même que celui observé au cours des 5 dernières années. De plus, les biomasses de zooplancton observés en février, mars, juin et novembre 2004 étaient comparables aux biomasses de zooplancton mesurées précédemment aux mêmes dates, excepté en juin et novembre dans la gyre d’Anticosti, où les biomasses étaient 2 fois plus faibles que la normale. Les copépodes continuent à dominer numériquement la communauté de zooplancton pendant toute l’année aux deux stations fixes. Cependant, l’analyse de l’abondance des différents stades de développement de Calanus finmarchicus suggère que la production de cette espèce aurait été plus faible en 2004 qu’au cours des années précédentes, aux deux stations fixes. Finalement, la biomasse et l’abondance du zooplancton observée au printemps et à l’automne 2004 le long des six sections correspondaient aux observations faites en 2003, 2002, 2001 et 2000 dans l’ensemble des régions. La biomasse de mésozooplancton observée en novembre 2004 dans l’estuaire maritime et le nord-ouest du GSL était 1.3 fois plus faible qu’en 2003 et correspond à la seconde plus faible valeur observé au cours des 10 dernières années dans ces deux régions. Par ailleurs, la biomasse moyenne de macrozooplancton était 1.2 fois plus élevé qu’en 2003. Le résultat le plus marquant que nous avons obtenu a été que l’année 2004 correspond à la plus faible biomasse d’euphausiacés (krill) observé au cours des 10 dernières années et que pour la première fois depuis 1994, la biomasse moyenne de l’amphipode pélagique Themisto libellula était plus élevé que celle des euphausiacés (krill). Finalement, nous avons observé une importante augmentation de l’abondance moyenne des chaetognathes Sagitta elegans ainsi que du zooplancton gélatineux (Aglantha digitale, Obelia sp. Et Boreo sp.); l’abondance moyenne de ces 2 groupes d’organismes était respectivement 8.5 et 10.5 fois plus élevées en 2004 qu’au cours des 10 dernières années

HARVEY, M., J.-F. ST-PIERRE, L. DEVINE, A. GAGNÉ, Y. GAGNON, M.F. BEAULIEU, 2004. Oceanographic conditions in the Estuary and the Gulf of St. Lawrence during 2003: zooplankton ; Conditions océanographiques dans l’estuaire et le golfe Saint-Laurent en 2003: zooplancton. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2004/061, 31 p.

Cliquer pour voir tout le texte

L’information présentée dans ce rapport décrit l’état du zooplancton dans le Saint-Laurent en 2003. Ces résultats proviennent de l’analyse des données de deux stations fixes situées dans la gyre d’Anticosti et le courant de Gaspé et de six sections répartis dans l’ensemble de l’estuaire maritime (EM) et du golfe du Saint-Laurent (GSL). Des informations additionnelles provenant d’une grille de 48 stations échantillonnées depuis 1994 dans l’estuaire maritime et le golfe du Saint-Laurent sont aussi présentées. Nous mettons l’accent sur les conditions en 2003, que nous comparons ensuite aux observations recueillies en 1999, 2000, 2001 et 2002 dans le cadre du programme de la zone Atlantique (PMZA) et aux observations sur le macrozooplancton recueillies de 1994 à 2003. La biomasse et l’abondance de zooplancton observées dans la gyre d’Anticosti (GA) et le courant de Gaspé (CG) en 2003 étaient plus élevées qu’en 1999, 2000, 2001 et 2002 aux mêmes stations. L’abondance relative des copépodes par rapport au reste du mésozooplancton (larvacé, ostracode, mérozooplancton, etc.) a augmenté de 70 à 95 % entre 1999 et 2003 dans le CG et de 70 à 85 % entre 1999 et 2001 dans la GA. Contrairement aux années précédentes (1999 à 2002), nous n’avons observé aucun larvacé aux deux stations fixes (CG et GA) au cours de l’année 2003. L’espèce de copépode Calanus finmarchicus s’est reproduite à deux reprises au cours de l’été et de l’automne 2003 aux deux stations fixes. La première période de reproduction s’est produite en juin-juillet et la seconde en septembre-octobre. Cette situation est semblable à celle observée en 2000, 2001 et 2002. De plus, 2003 représente l’année de la plus forte abondance de cette espèce dans le CG et la GA par rapport aux années précédentes (1999 à 2002). Finalement, la biomasse et l’abondance du zooplancton observée au printemps et à l’automne 2003 le long des six sections correspondaient aux observations faites en 2002, 2001 et 2000 dans l’ensemble des régions. La biomasse de mésozooplancton a légèrement augmenté dans l’EM et le nord-ouest du GSL en 2003 par comparaison avec 2002 alors que la biomasse de macrozooplancton n’a pas varié de façon significative. Des changements importants dans l’abondance moyenne de certaines espèces de macrozooplancton ont cependant été observés. Nous avons observé une importante augmentation de l’abondance moyenne de l’amphipode pélagique Themisto libellula et du mysidacé Boreomysis arctica ainsi qu’une diminution de l’abondance du chaetognath Sagitta elegans ainsi que du zooplancton gélatineux (Aglantha digitale, Obelia sp. et Boreo sp.). En 2003, l’abondance moyenne de l’amphipode pélagique Themisto libellula a augmenté de façon importante par rapport à 2002 et la relation positive significative entre la proportion d’eau du plateau du Labrador qui pénètre dans le GSL pendant l’hiver et l’abondance de T. libellula dans l’estuaire maritime et le nord-ouest du golfe du Saint-Laurent mesuré depuis 1994 est demeurée hautement significative en 2003. Selon cette relation, cette espèce pourrait être considérée comme une espèce indicatrice de l’intrusion massive dans le golfe du Saint-Laurent d’eaux froides provenant du plateau du Labrador via le détroit de Belle Isle (Harvey et al 2003).

GALBRAITH, P., H.I. BROWMAN, R.G. RACCA, A.B. SKIFTESVIK, J.-F. SAINT-PIERRE, 2004. Effect of turbulence on the energetics of foraging in Atlantic cod Gadus morhua larvae. Mar. Ecol. Prog. Ser., 281: 241-257.

Ce manuscrit remet en question l'ampleur de l'effet de la turbulence pour l'alimentation des larves de morue, grandement surestimé dans la littérature. Un modèle de gain énergétique est utilisé dans lequel les larves ont un champ de perception réaliste, en forme de pointe de tarte, ainsi que des formes géométriques sphérique et hémisphérique communément utilisées dans la littérature. La turbulence est ajoutée par une para métrisation très simplifiée. Les résultats démontrent que les grands effets de la turbulence perçus lors de l'utilisation des champs de perception sphérique et hémisphérique sont grandement réduits lorsqu'une géométrie réaliste est utilisée. Ceci est causé simplement parce qu'une simple réorientation de la larve l'entraîne à percevoir un nouveau volume d'eau lorsque la géométrie en pointe de tarte est utilisée, contrairement à une géométrie hémisphérique pour laquelle la turbulence bénéficie donc beaucoup plus.

HARVEY, M., J.-F. ST-PIERRE, A. GAGNÉ, M.F. BEAULIEU, Y. GAGNON, 2003. Oceanographic conditions in the Estuary and the Gulf of St. Lawrence during 2002 : zooplankton ; Conditions océanographiques dans l’estuaire et le golfe du St-Laurent en 2002 : zooplancton. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2003/077, 23 p.

Cliquer pour voir tout le texte

L'information présentée dans ce rapport décrit l'état du zooplancton dans le Saint-Laurent en 2002. Ces résultats proviennent de l'analyse des données de deux stations fixes situées dans la gyre d'Anticosti et le courant de Gaspé et de six sections réparties dans l'ensemble de l'estuaire maritime et du golfe du Saint-Laurent. Des informations additionnelles provenant d'une grille de 48 stations échantillonnées depuis 1994 dans l'estuaire maritime et le golfe du Saint-Laurent sont aussi présentées. Nous mettons l'accent sur les conditions en 2002, que nous comparons ensuite aux observations recueillies en 1999, 2000 et 2001 dans le cadre du programme de monitorage de la zone Atlantique (PMZA) et aux observations sur le macrozooplancton recueillies de 1994 à 2002. Dans la gyre d'Anticosti et le courrant de Gaspé, l'abondance moyenne et la biomasse de zooplancton observée en 2002 correspondent aux niveaux observés en 1 999, 2000 et 2001 à l'exception de la biomasse dans le courant de Gaspé qui était 1.5 fois plus élevée qu'au cours des années précédentes. Les copépodes (œufs, juvéniles et adultes) étaient clairement les organismes dominants, constituant plus de 80 % de la communauté de zooplancton à toutes les dates d'échantillonnage dans la gyre d'Anticosti et le courant de Gaspé. Aux deux stations, l'espèce de copépode Calanus finmarchicus s'est reproduit à deux reprises pendant l'été 2002. La première période de reproduction s'est produite en juin-juillet et la seconde en septembre-octobre. Cette situation est semblable à celle observée en 2001 et 2000. De façon générale, les biomasses de zooplancton observées au printemps et à l'automne 2002 aux différentes stations de l'estuaire maritime et du golfe du Saint-Laurent étaient comparables à celles observées en 2000 et 2001 dans les mêmes régions. Cependant, les abondances de zooplancton observées en 2002 étaient plus élevées qu'en 2001, mais comparables à celles observées en 2000. Les résultats obtenus aux stations situées le long des six sections du PMZA montrent qu'au printemps et à l'automne 2002 les biomasses de zooplancton étaient semblables à celles observées en 2001 et 2000 aux même stations. Par contre, l'abondance de zooplancton était plus élevée qu'en 2001 mais comparable à 2000. Dans l'estuaire maritime et le Nord-Ouest du golfe, la biomasse de mésozooplancton a légèrement augmenté en 2002 en comparaison avec 2001 alors que la biomasse de macrozooplancton n'a pas varié de façon significative. Des changements importants dans l'abondance moyenne de certaines espèces de macrozooplancton ont cependant été observées. Nous avons observé une diminution significative de l'abondance moyenne du mysidacé Boreomysis arctica et une augmentation significative de l'abondance du chaetognath Sagitta elegans, de certaines espèces gélatineuses (Aglantha digitale, Obelia sp. Et Boreo sp.) ainsi que de l'amphipode pélagique Themisto abyssorum.

BROWMAN, H.I., J.-F. ST-PIERRE, A.B. SKIFTESVIK, R.G. RACCA, 2003. Behaviour of Atlantic cod (Gadus morhua) larvae : an attempt to link maternal condition with larval quality. Pages 72-95 in H.I. Browman, J.-F. St-Pierre, A.B. Skiftesvik & R.G. Racca. Behaviour of Atlantic cod (Gadus morhua) larvae: an attempt to link maternal condition with larval quality. The Big Fish Bang..

SKIFTESVIK, A.B., H.I. BROWMAN, J.-F. ST-PIERRE, 2003. Life in green water : the effect of microalgae on the behaviour of Atlantic cod (Gadus morhua) larvae. Pages 97-103 in A.B. Skiftesvik & H.I. Browman (éd.). The Big Fish Bang.

BROWMAN, H.I., J.-F. ST-PIERRE, P. KUHN, 2003. Dose and dose-rate dependency in the mortality response of Calanus finmarchicus embryos exposed to ultraviolet radiation. Mar. Ecol. Prog. Ser., 247: 297-302.

BROWMAN, H.I., R.D. VETTER, C.A. RODRIGUEZ, J.J. CULLEN, R.F. DAVIS, E. LYNN, J.-F. ST-PIERRE, 2003. Ultraviolet (280-400 nm)-induced DNA damage in the eggs and larvae of Calanus finmarchicus G. (Copepoda) and Atlantic Cod (Gadus morhua). Photochem. Photobiol., 77(4): 397-404.

HARVEY, M., J.-F. ST-PIERRE, P. JOLY, G. MORRIER, 2002. Oceanographic conditions in the Estuary and the Gulf of St. Lawrence during 2001 : zooplankton ; Conditions océanographiques dans l'estuaire et le golfe du St-Laurent en 2001 : zooplancton. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2002/046, 30 p.

Cliquer pour voir tout le texte

L'information présentée dans ce rapport décrit l’état du zooplancton dans le Saint-Laurent en 2001. Ces résultats proviennent de l'analyse des données de deux stations fixes situées dans la Gyre d'Anticosti et le courant de Gaspé et de six transects répartis dans l'ensemble de l’estuaire maritime et du golfe du Saint-Laurent. Des informations additionnelles provenant d’une grille de 48 stations échantillonnées depuis 1994 dans l’estuaire maritime et le golfe du Saint-Laurent sont aussi présentées. Nous mettons l'accent sur les conditions en 2001, que nous comparons ensuite aux observations recueillies en 1999 et 2000 dans le cadre du programme de la zone Atlantique (PMZA) et aux observations sur le macrozooplancton recueillies de 1994 à 2001.

RODRIGUEZ, C.A., H.I. BROWMAN, J.A. RUNGE, J.-F. ST-PIERRE, 2000. Impact of solar ultraviolet radiation on hatching of a marine copedod, Calanus finmarchicus. Mar. Ecol. Prog. Ser., 193: 85-93.

RODRIGUEZ, C.A., H.I. BROWMAN, J.-F. ST-PIERRE, 2000. High survival of neustonic zoea I larvae of American lobster Homarus americanus following short-term exposure to ultraviolet (280 to 400 nm). Mar. Ecol. Prog. Ser., 193: 305-309.

HARVEY, M., J.A. RUNGE, J.-F. ST-PIERRE, P. JOLY, 2000. Oceanographic conditions in the Estuary and the Gulf of St. Lawrence in 1999 : zooplankton. DFO, Canadian Stock Assessment Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2000/117, 19 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Le présent rapport inclut les éléments suivants : 1) un survol de la variabilité spatiale de la biomasse de mésozooplancton et de krill dans le bas de l’estuaire du fleuve Saint-Laurent et le nord-ouest du golfe du Saint-Laurent (GSL) mesurée en septembre de chaque année de 1994 à 1999 et 2) les résultats de l’étude de la variabilité temporelle de la biomasse, de l’abondance et de la composition taxinomique du zooplancton à deux stations fixes du Programme de monitorage de la zone atlantique (PMZA : gyre d'Anticosti et courant de Gaspé) en 1999. Dans le bas de l’estuaire du Saint-Laurent et le nord-ouest du GSL, la biomasse de mésozooplancton et de krill n’était pas uniformément distribuée, montrant une très forte variabilité d’une année à l’autre. La biomasse humide moyenne estimative de mésozooplancton variait de 106,5 à 209,2 t km (-2) de 1994 à 1999, la valeur la plus élevée et la plus faible ayant été observée en 1994 et 1996, respectivement. De 1994 à 1999, la biomasse moyenne totale estimative globale de mésozooplancton dans l’ensemble du bas de l’estuaire du Saint-Laurent et du nord-ouest du GSL se chiffrait à 1,6 10 (6) ±  0,3 10 (6) t. De même, la biomasse moyenne estimative de krill variait de 7,2 à 38,1 t km (-2) de 1994 à 1999, la valeur la plus élevée et la plus faible ayant été observée en 1994 et 1996, respectivement. La biomasse moyenne totale estimative de krill dans l’ensemble du bas de l’estuaire du Saint-Laurent et du nord-ouest du GSL se chiffrait à 1,7 10 (5) ±  0,9 10(5) t. La variabilité temporelle de la biomasse, de l’abondance et de la composition taxinomique du zooplancton aux deux stations fixes PMZA (gyre d'Anticosti et courant de Gaspé) a révélé que les copépodes prédominaient clairement à toutes les dates d’échantillonnage en 1999, constituant plus de 80 % de la communauté zooplanctonique aux deux stations. Les petits copépodes (Oithona similis, Oncea borealis) étaient les plus abondants à toutes les dates d’échantillonnage aux deux stations, sauf dans le courant de Gaspé en juillet et août, lorsque de grosses espèces (Calanus finmarchicus, C. glacialis, Metridia longa) étaient plus abondantes. La biomasse totale de zooplancton était nettement plus élevée dans le gyre d'Anticosti que dans le courant de Gaspé pendant toutes les saisons en 1999, sauf en mai, lorsque la biomasse était égale aux deux stations. L’abondance intégrée des copépodes montre le même modèle de variation selon la saison aux deux stations, l’abondance maximale d’oeufs de copépodes se manifestant au printemps et l’abondance maximale de copépodes adultes et de stades copépodites (CI-CV), à la fin de l’automne. L’abondance totale intégrée de copépodes adultes et de stades copépodites (CI-CV) ne variait pas de façon significative d’une station à l’autre pendant toutes les saisons. En dernier lieu, tous les indices proposés décrivant l’état de la communauté zooplanctonique à chaque station en 1999 variaient selon la saison, tandis que leurs valeurs annuelles moyennes variaient selon la station. Il est toutefois trop tôt pour établir s’ils seront utiles pour décrire la variabilité interannuelle de la communauté zooplanctonique ou déceler tout changement dans les conditions du milieu.

BROWMAN, H.I., C.A.RODRIGUEZ, F. BÉLAND, J.J. CULLEN, R.F. DAVIS, J.H.M. KOUWENBERG, P.S. KUHN, B. McARTHUR, J.A. RUNGE, J.-F. ST-PIERRE, R.D. VETTER, 2000. Impact of ultraviolet radiation on marine crustacean zooplancton and ichthyoplankton : a synthesis of results from the estuary and Gulf of St. Lawrence, Canada. Mar. Ecol. Prog. Ser., 199: 293-311.

KOUWENBERG, J.H.M., H.I. BROWMAN, J.A. RUNGE, J.J. CULLEN, R.F. DAVIS, J.-F. ST-PIERRE, 1999. Biological weighting of ultraviolet (280-400 nm) induced mortality in marine zooplankton and fish. II, Calanus finmarchicus (Copepoda) eggs. Mar. Biol., 134: 285-293.

KOUWENBERG, J.H.M., H.I. BROWMAN, J.J. CULLEN, R.F. DAVIS, J.-F. ST-PIERRE, J.A. RUNGE, 1999. Biological weighting of ultraviolet (280-400 nm) induced mortality in marine zooplankton and fish. I, Atlantic cod (Gadus morhua) eggs. Mar. Biol., 134: 269-284.

KUHN, P., H.I. BROWMAN, B. McARTHUR, J.-F. ST-PIERRE, 1999. Penetration of ultraviolet radiation in the waters of the Estuary and Gulf of St. Lawrence. Limnol. Oceanogr., 44: 710-716.

BÉLAND, F., H.I. BROWMAN, C.A. RODRIGUEZ, J.-F. ST-PIERRE, 1999. Effect of solar ultraviolet radiation (280-400 nm) on the eggs and larvae of Atlantic cod (Gadus morhua). Can. J. Fish. Aquat. Sci., 56: 1058-1067.

Dans le golfe du Saint-Laurent (Canada), le rayonnement solaire ultraviolet B (UV-B, 280-320 nm) pénètre une partie importante de la couche de mélange estivale. Les organismes présents dans cette partie, comme les oeufs de morue franche (Gadus morhua), se trouvent exposés aux UV-B. Dans des essais extérieurs d'exposition, des oeufs de morue franche ont été incubés en étant exposés ou non aux UV-B et (ou) aux UV-A (320-400 nm). Nous avons testé deux hypothèses : H1, les UV-B entraînent une mortalité chez les oeufs de morue franche, et H2, les UV-A accentuent ou atténuent l'éventuel effet létal des UV-B sur les oeufs. L'hypothèse H1 a été corroborée : on a observé une mortalité significative des oeufs exposés aux UV-B à la surface et à une profondeur de 50 cm. L'hypothèse H2 a été rejetée : les UV-A n'avaient pas d'effet. Ces expériences montrent que les oeufs de morue franche présents dans le premier mètre de la colonne d'eau (qui ne constituent probablement qu'un faible pourcentage de la population totale d'oeufs) sont sensibles aux UV-B. Cependant, les UV-B ne sont qu'un des nombreux facteurs environnementaux responsables des très forts taux de mortalité habituellement observés chez les premiers stades planctoniques des poissons marins.

ST-PIERRE, J.-F., J. RUNGE, P. JOLY, Y. DE LAFONTAINE, 1996. Données physiques, chimiques et biologiques sur le plancton du nord du golfe du Saint-Laurent. Partie 1 : juin 1989. Rapp. stat. can. sci. halieut. aquat., 986, 99 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Ce rapport présente les données récoltées lors d'un projet visant à caractériser les interactions trophiques dans l'écosystème pélagique du centre-nord du golfe du Saint-Laurent. Les méthodes d'échantillonnage et techniques d'analyse utilisées sont documentées pour les données recueillies lors de deux missions menées simultanément en juin 1989. La physicochimie (température, salinité, fluorescence, pénétration de la lumière et concentrations des nutriments, de l'azote et du carbone particulaire), la concentration en chlorophylle a par classe de taille des cellules et la production secondaire sont présentés. Nous incluons également la structure de taille, la distribution, l'abondance et la diète des larves de sébaste (Sebastes fasciatus et mentella), ainsi que la composition, la distribution et l'abondance du phytoplancton, microzooplancton et mésozooplancton. Le copépode Calanus finmarchicus, omniprésent dans le golfe, était particulièrement ciblé de par ses interactions trophiques avec le microplancton et les larves de sébaste qui dominent l'ichtyoplancton à cet endroit

ST-PIERRE, J.-F., Y. De LAFONTAINE, 1995. Fecundity and reproduction characteristics of beaked redfish (Sebastes fasciatus and S. mentella) in the Gulf of St. Lawrence. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2059, 32 p.

Cliquer pour voir tout le texte

L'étude doit permettre de quantifier les indices des activités d'exploitation forestière sur l'environnement et d'évaluer dans quelle mesure ces incidences peuvent être atténuées par le maintien de rideaux d'arbres de diverges largeurs le long des berges des cours d'eau. Le présent rapport initial présente des renseignements généraux sur cette étude. Il esquisse une description du site étudie, détermine les rôles et objectifs des participants, énonce le plan général de l'étude et présente certains détails sur ses diverses composantes et sur les méthodes qui seront appliquées.

OUELLET, P., J.-P. ALLARD, J.-F. ST-PIERRE, 1994. Distribution des larves d'invertébrés décapodes (Pandalidae, Majidae) et des oeufs et larves de poissons dans le nord du golfe du Saint-Laurent en mai et juin de 1985 à 1987 et 1991-1992. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2019, 60 p.

Cliquer pour voir tout le texte

De 1985 à 1987, et en 1991 et 1992, sept missions d'échantillonnage ont été menées dans le nord du golfe du Saint-Laurent entre la fin avril et le début juillet. L'ensemble des missions a permis d'obtenir de l'information sur la composition en espèces et sur la distribution des larves d'invertébrés décapodes et des œufs et larves de poissons. Un total de 28 espèces réparties en 13 familles (2 familles de décapodes et 11 familles de poissons) a été recensé pour l'ensemble des missions. Les larves de crevettes Pandalus spp. et les larves de crabes (Chionoecetes opilio et/ou Hyas spp.) sont les premières à être présentes en abondance dans le nord du Golfe. De plus, les larves d'invertébrés décapodes étaient toujours plus abondantes que les larves de poissons. Les larves de lançons (Ammodytes spp.) et de sébastes (Sebastes spp.) dominaient parmi les larves de poissons. Au mois de mai dans le nord du Golfe, les œufs de poissons étaient surtout représentés par les œufs de morue (Gadus morhua) ou de plie grise (Glyptocephalus cynoglossus). L'analyse de la distribution des œufs de morue entre 1985 et 1987 montre qu'il y avait des pontes simultanées dans tous les secteurs dès le début du mois de mai, probablement par des unités reproductrices indépendantes de la population de morue du nord du golfe du Saint-Laurent.

ST-PIERRE, J.-F., Y. De LAFONTAINE, 1991. Bibliography of the biological oceanography for the Gulf of St. Lawrence. Pages 335-359 in J.-C. Therriault (ed.). The Gulf of St. Lawrence : small ocean or big estuary ? Dept. of Fisheries and Oceans (Can. Spec. Publ. Fish. Aquat. Sci., 113).

GIGUÈRE, L.A., J.-F. ST-PIERRE, B. BERNIER, A. VÉZINA, J.-G. RONDEAU, 1989. Can we estimate the true weight of zooplankton samples after chemical preservation?. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 46: 522-527.

GIGUÈRE, L.A., B. CÔTÉ, J.-F. ST-PIERRE, 1988. Metabolic rates scale isometrically in larval fishes. Mar. Ecol. Prog. Ser., 50: 13-19 .

[Résumé disponible seulement en anglais]
We estimated the rate of oxygen consumption of larval Atlantic mackerel Scomber scombrus at 3 temperatures (13, 16, 19 °C while controlling rigorously for methodological biases. Routine metabolic rates (µl O 2h-1ind.-1) increase with body weight (W, in mg) and temperature (T, in °C) as : RMR=2.168•W1.000•e0.058•T(r2=0.96). Thus metabolic rates scale isometrically with respect to body weight in larval Atlantic mackerel. This finding is at variance with results obtained for juvenile and adult fishes which follow an allometric relationship (W0.8).©1988 Inter-Research