Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Simon SENNEVILLE

SAUCIER, F.J., S. SENNEVILLE, S. PRINSENBERG, F. ROY, G. SMITH, P. GACHON, D. CAYA, R. LAPRISE, 2004. Modelling the sea ice-ocean seasonal cycle in Hudson Bay, Foxe Basin and Hudson Strait, Canada. Climate Dynamics, 23 (3-4), Pages 303-326.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The seasonal cycle of water masses and sea ice in the Hudson Bay marine system is examined using a three-dimensional coastal ice-ocean model, with 10 km horizontal resolution and realistic tidal, atmospheric, hydrologic and oceanic forcing. The model includes a level 2.5 turbulent kinetic energy equation, multi-category elastic-viscous-plastic sea-ice rheology, and two layer sea ice with a single snow layer. Results from a two-year long model simulation between August 1996 and July 1998 are analyzed and compared with various observations. The results demonstrate a consistent seasonal cycle in atmosphere-ocean exchanges and the formation and circulation of water masses and sea ice. The model reproduces the summer and winter surface mixed layers, the general cyclonic circulation including the strong coastal current in eastern Hudson Bay, and the inflow of oceanic waters into Hudson Bay. The maximum sea-ice growth rates are found in western Foxe Basin, and in a relatively large and persistent polynya in northwestern Hudson Bay. Sea-ice advection and ridging are more important than local thermodynamic growth in the regions of maximum sea-ice cover concentration and thickness that are found in eastern Foxe Basin and southern Hudson Bay. The estimate of freshwater transport to the Labrador Sea confirms a broad maximum during wintertime that is associated with the previous summers freshwater moving through Hudson Strait from southern Hudson Bay. Tidally driven mixing is shown to have a strong effect on the modeled ice-ocean circulation.©2004 Springer- Verlag

SENNEVILLE, S., F.J. SAUCIER, P. GACHON, R. LAPRISE, D. CAYA, 2002. Development of a Coupled Ice-Ocean Model of Hudson Bay. World Meteorological Organization, Research activities in atmospheric and oceanic modelling, TD 1105, Rep. 32: 23-24.

WEISE, A.M., M. LEVASSEUR, F.J. SAUCIER, S. SENNEVILLE, E. BONNEAU, S. ROY, G. SAUVÉ, S. MICHAUD, J. FAUCHOT, 2002. The link between precipitation, river runoff, and blooms of the toxic dinoflagellate Alexandrium tamarense in the St. Lawrence. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 59: 464-473 .

Les floraisons du dinoflagellé toxique Alexandrium tamarense, responsable de l'intoxication paralysante par les mollusques, sont des événements annuels récurrents dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent, Québec, Canada. L'analyse des données d'abondances de A. tamarense entre 1989 et 1998 à Sept-Îles, un site présumé d'initiation des floraisons dans le nord-ouest du golfe du Saint-Laurent, montre que l'initiation, la durée et l'ampleur des floraisons toxiques de A. tamarense varient d'une année à l'autre. Les données hydrologiques et météorologiques indiquent que les précipitations, le débit de la rivière Moisie et le vent sont étroitement liés au patron annuel de floraison. Les 10 années de résultats démontrent que dans ce système : (i) un débit élevé de la rivière Moisie dû à une importante crue printanière ou à de fortes précipitations durant l'été et l'automne peut déclencher des floraisons de A. tamarense, (ii) un débit élevé de la rivière Moisie combiné à une période de vents faibles (< 4 m times s-1) favorise le développement continu des floraisons et (iii) des vents > 8 m times s-1 dispersent et mettent fin aux floraisons. La salinité, qui reflète l'état général de la colonne d'eau en termes d'apport d'eau douce et de stabilité, démontre une forte corrélation négative avec la probabilité d'observer des cellules de A. tamarense à cette saison. Ce paramètre pourrait donc être utilisé comme outil pour prédire la présence de A. tamarense dans ce système.