Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Bernard SAINTE-MARIE

C. GUAY, B. SAINTE-MARIE, J.-C. BRÊTHES, 2011. Strong maternal effects and extreme heterogeneity of progeny development in the caridean shrimp Sclerocrangon boreas (Crangonidae). Mar. Biol., 158(12): 2835-2845.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Sclerocrangon boreas is uncommon among marine coastal carideans in having a non-dispersing, abbreviated (2-stage) larval phase. We investigated the implications of this strategy in terms of fecundity, oVspring provisioning and brood care in S. boreas from the St. Lawrence Gulf and Estuary in 2009–2010. Fecundity scaled positively to female body size but was low due to the production of large, lipid-rich eggs. Ovspring size at all stages of development was positively related to female size. Larval traits and lipid dynamics indicate obligatory lecithotrophic development from hatching to juvenile. The larva becomes a juvenile on the mother and remains associated with her for sometime after. The co-occurrence of early egg stages among many juveniles in some clutches raises the possibility that maternal care of juveniles includes the provisioning of trophic eggs or eggs reclaimed from other females.©2011 Springer

SAINTE-MARIE, B., S. DUBÉ, 2011. Processus consultatif scientifique régional sur l’évaluation du stock de flétan atlantique du golfe du Saint-Laurent (4RST), 16 février 2011, Institut Maurice-Lamontagne ; Regional Science Advisory Process on the Assessment of the Gulf of St.Lawrence (4RST) Atlantic Halibut Stock, February 16, 2011, Maurice Lamontagne Institute. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Série des comptes rendus; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Proceedings Series, 2011/008, 19 p.

Cliquer pour voir tout le texte

SAINTE-MARIE, B., 2010. The First 30 Years of the Journal of Crustacean Biology – A Bibliometric Study. J. Crust. Biol., 30(4): 541-549.

[Résumé disponible seulement en anglais]
This review examines some of the characteristics and highlights some notable articles of the Journal of Crustacean Biology (JCB) in its first 30 years of existence. A total of 2052 articles appeared in JCB from the first issue in February 1981 to the end of 2009. The number of articles by volume increased from 50 in 1981 to 93 in 2002 and then declined to around 70. From 1981 to 2009, article size varied around a mean of 11 pages (pre-2005 format) but mean number of authors and references by article increased by a factor of 1.87 and 2.20, respectively. JCB content is predominated numerically by taxonomy and systematics (36% of all articles), but other research areas (anatomy, physiology, development, growth-reproduction, life history, behavior, ecology, conservation) were also represented from the outset. JCB's 2-year impact factor increased significantly from 1991 to 2009. Longer-term impact of JCB is evident in the fact that almost half of all JCB articles were cited in 2009 and that the mean age of those cited articles was only slightly less than the mean age of all JCB articles (12.6 vs 13.3 years). However, citations to JCB differ widely across research areas, with articles in taxonomy cited on average at less than half the rate of articles in the areas of ecology or conservation. The most cited JCB articles by combination of research area and decade of publication deal primarily with higher crustaceans (malacostracans) and are reviews or original research articles with cross-disciplinary appeal

ÉMOND, K., B. SAINTE-MARIE, L. GENDRON, 2010. Relative growth, life-history phases, and sexual maturity of American lobster (Homarus americanus). Can. J. Zool., 88: 347-358.

Les études antérieures sur la croissance relative chez les crustacés ont porté principalement sur des parties du corps qui représentent des caractères sexuels dans le but de déterminer la taille de maturité sexuelle. Nous avons examiné à nouveau la croissance relative de l’abdomen et de la pince broyeuse chez le homard américain (Homarus americanus H. Milne Edwards, 1837) dans la perspective générale du cycle vital et en utilisant une gamme étendue de tailles de homards (6–160 mm de longueur de céphalothorax (LC)). Des phases de croissance ont été mises en évidence à partir de points d’inflexion identifiés dans des diagrammes bivariés mettant en relation une mesure de partie de corps avec la LC. L’abdomen est caractérisé par trois phases de croissance chez le mâle et la femelle, alors que la pince broyeuse en comporte au moins trois chez le mâle et au moins deux chez la femelle. De plus, nous avons exploré la croissance relative du gonopode et du vas deferens chez les mâles de 35–150 mm LC. Les deux organes montrent un changement synchronisé de forte à faible allométrie positive de croissance. Les phases de croissance peuvent être associées à des événements majeurs dans le cycle vital, dont la transition d’un mode de vie cryptique à un mode de vie exposé, et le début de la maturité physiologique, fonctionnelle et morphométrique. Le début du processus de maturation morphométrique déduit à partir de la croissance relative de l’abdomen et de la pince broyeuse précède la maturité fonctionnelle chez les femelles et y succède chez les mâles.©2010 Conseil national de recherches Canada

BURMEISTER, A., B. SAINTE-MARIE, 2010. Pattern and causes of a temperature-dependent gradient of size at terminal moult in Snow Crab (Chionoecetes opilio) along West Greenland. Polar Biol., 33(6): 775-788.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Geographic variation in size of male and female snow crabs (Chionoecetes opilio) was investigated along the west coast of Greenland to test the hypothesis that size at terminal molt (=adulthood) is temperature dependent. A total of 81,490 snow crabs were collected in small-mesh traps in Disko Bay (68–69°N) and six sites near Sisimiut (66–67°N) in May and June from 2000 to 2005. Average bottom temperature over the study period ranged from -0.8 to 3.2 deg;C across the sampling sites. Mean carapace width was positively correlated with temperature in both sexes, a pattern often described as a converse Jame’s cline. We infer that temperature per se is the causative factor and discount season length, food availability or density as ultimate causes of the cline. Temperature effects on body size of crabs apparently result from a change in the number of instars before terminal molt. This interpretation is supported by size frequency analysis showing that in general crabs were larger at instar in a colder than in a warmer site. We briefly discuss the implications of our findings for population reproductive potential and the effectiveness of a fixed legal size limit in protecting some adult males from exploitation at different temperature regimes.©2010 Springer-Verlag

DUTIL, J.-D., R. LAROCQUE, S. VALOIS, E. MAYRAND, B. SAINTE-MARIE, 2009. Spatial, annual and seasonal patterns in the condition and muscle size of snow crab. Mar. Biol., 156(9): 1903-1916.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The extent of spatial (depth and locality) and temporal (season and year) variabilities in condition and relative muscle size (a direct proxy of growth) were examined in male and female adult and non-adult snow crabs Chionoecetes opilio. Condition, determined from the relative size of the digestive gland and moisture content of the muscle and digestive gland, and muscle size, determined as the ratio of merus muscle mass over merus volume, separated as diVerent processes in a principal component analysis. Snow crabs showed a wide range of condition and muscle size values. Overall, the condition was better in non-adult than in adult crabs, with adult females being in worst condition, and muscle size was larger in males than in females. Condition variability was greater for seasonal compared to annual samples, probably reXecting annual molt cycles. In contrast, the muscle size variability was greater for annual compared to seasonal samples, possibly as a result of changing crab abundance and competition intensity during recruitment pulses. Condition and muscle size increased through summer in males and immature females, although to diVerent extents depending on instar, but did not change in adult females. Both condition and muscle size were highly variable at the investigated spatial scales. Condition and muscle size had a signiWcant eVect on gonad size, once the eVect of crab size was removed, suggesting a direct link between these two parameters and reproductive capability.©2009 Springer

LACOURSIÈRE-ROUSSEL, A., B. SAINTE-MARIE, 2009. Sexual system and female spawning frequency in the sculptured shrimp Sclerocrangon boreas (decapoda : Caridea : Crangonidae). J. Crust. Biol., 29(2): 192-200.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The nature of the sexual system (protandry, gonochory) and the frequency of female spawning (semelparous, iteroparous annual, iteroparous biennial) in the crangonid Sclerocrangon boreas remain uncertain. We addressed these questions by examining population sex ratio, anatomy and histology, and gonad and oö cyte sizes. Gonochory is supported by several facts: sex ratio was balanced at the smallest shrimp sizes, no intermediate sex form was found, and there was no evidence of degeneration of male gonad at the sizes where this might have been expected to occur. A majority of larger females, if not all, had a structure linking the ovary to the base of the fifth pereiopod but the presence of this structure on small females suggests it is not a degenerate vas deferens. Iteroparity is supported by the presence of two generations of oöcytes in females, including those gravid, and female biennial spawning is supported by the small size of ovaries/oöcytes in gravid females.©2009 The Crustacean Society

TURCOTTE, C., B. SAINTE-MARIE, 2009. Biological synopsis of the Japanese Skeleton Shrimp (Caprella mutica). Can. Manuscr. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2903, 33 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Caprella mutica est un crustacé amphipode qui a été décrit pour la première fois en 1935 à partir de spécimens capturés sur les côtes sibériennes de la mer du Japon. Dans son habitat d’origine, C. mutica se retrouve principalement dans des halliers de zostères marines ou de macroalgues dans la zone infralittorale où la température varie entre –1,8 °C l’hiver et 25 °C l’été et la salinité entre 11 et 35. C. mutica a un potentiel de reproduction élevé : il y a deux générations par année, les femelles sont matures à une petite taille, sont relativement fécondes, se reproduisent plus d’une fois et le développement « direct » de la progéniture assure un bon niveau de survie. C. Mutica a été introduite en Amérique du Nord, d’abord du côté Pacifique vers le début des années 1970, puis du côté Atlantique vers la fin des années 1990, ainsi qu’en Europe vers le milieu des années 1990. Les sites d’introduction de C. mutica dans l’hémisphère nord sont aux latitudes tempérées, boréales et subarctiques comprises entre 35 et 70 °N. Le transport d’organismes pour l’aquaculture et les eaux de ballast pourraient expliquer ces introductions transocéaniques. La dispersion secondaire de l’espèce le long des côtes pourrait être assurée par la navigation commerciale et de plaisance, la dérive sur des macroalgues et des débris flottants et, à plus petite échelle spatiale, par la nage et la reptation. Dans ses eaux d’adoption de l’hémisphère nord, C. Mutica est principalement ou uniquement retrouvée sur des structures artificielles comme des filets, des cordages et des bouées utilisés en aquaculture. Une bonne tolérance environnementale, une croissance rapide et un taux de reproduction élevé, conjugués à une diète flexible, un caractère agressif et un fort commensalisme avec les activités humaines semblent faire de C. Mutica un bon envahisseur. C. mutica aurait un impact négatif sur certaines activités aquacoles mais son effet sur les écosystèmes naturels demeure inconnu.

TURCOTTE, C., B. SAINTE-MARIE, 2009. Synthèse de la biologie de la caprelle japonaise (Caprella mutica). Rapp. manus. can. sci. halieut. aquat., 2903, 35 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Caprella mutica est un crustacé amphipode qui a été décrit pour la première fois en 1935 à partir de spécimens capturés sur les côtes sibériennes de la mer du Japon. Dans son habitat d’origine, C. mutica se retrouve principalement dans des halliers de zostères marines ou de macroalgues dans la zone infralittorale où la température varie entre –1,8 °C l’hiver et 25 °C l’été et la salinité entre 11 et 35. C. mutica a un potentiel de reproduction élevé : il y a deux générations par année, les femelles sont matures à une petite taille, sont relativement fécondes, se reproduisent plus d’une fois et le développement « direct » de la progéniture assure un bon niveau de survie. C. Mutica a été introduite en Amérique du Nord, d’abord du côté Pacifique vers le début des années 1970, puis du côté Atlantique vers la fin des années 1990, ainsi qu’en Europe vers le milieu des années 1990. Les sites d’introduction de C. mutica dans l’hémisphère nord sont aux latitudes tempérées, boréales et subarctiques comprises entre 35 et 70 °N. Le transport d’organismes pour l’aquaculture et les eaux de ballast pourraient expliquer ces introductions transocéaniques. La dispersion secondaire de l’espèce le long des côtes pourrait être assurée par la navigation commerciale et de plaisance, la dérive sur des macroalgues et des débris flottants et, à plus petite échelle spatiale, par la nage et la reptation. Dans ses eaux d’adoption de l’hémisphère nord, C. Mutica est principalement ou uniquement retrouvée sur des structures artificielles comme des filets, des cordages et des bouées utilisés en aquaculture. Une bonne tolérance environnementale, une croissance rapide et un taux de reproduction élevé, conjugués à une diète flexible, un caractère agressif et un fort commensalisme avec les activités humaines semblent faire de C. Mutica un bon envahisseur. C. mutica aurait un impact négatif sur certaines activités aquacoles mais son effet sur les écosystèmes naturels demeure inconnu.

RADULOVICI, A.E., B. SAINTE-MARIE, F. DUFRESNE, 2009. DNA barcoding of marine crustaceans from the Estuary and Gulf of St Lawrence : a regional-scale approach. Mol. Ecol. Resour., 9(Suppl.1): 181-187.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Marine crustaceans are known as a group with a high level of morphological and ecological diversity but are difficult to identify by traditional approaches and usually require the help of highly trained taxonomists. A faster identification method, DNA barcoding, was found to be an effective tool for species identification in many metazoan groups including some crustaceans. Here we expand the DNA barcode database with a case study involving 80 malacostracan species from the Estuary and Gulf of St Lawrence. DNA sequences for 460 specimens grouped into clusters corresponding to known morphological species in 95 % of cases. Genetic distances between species were on average 25 times higher than within species. Intraspecific divergence was high (3.78–13.6 %) in specimens belonging to four morphological species, suggesting the occurrence of cryptic species. Moreover, we detected the presence of an invasive amphipod species in the St Lawrence Estuary. This study reconfirms the usefulness.©2009 Blackwell Publishing Ltd

BUBLITZ, R., B. SAINTE-MARIE, C. NEWCOMB-HODGETTS, N. FLETCHER, M. SMITH, J. HARDEGE, 2008. Interspecific activity of the sex pheromone of the European shore crab (Carcinus maenas). Behaviour, 145(10): 1465-1478.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The recent identification of uridine diphosphate (UDP) as the female sex-pheromone in the European shore crab Carcinus maenas demonstrated not only the link between moult and pheromone production, but also how it may have evolved from a `simple' metabolic byproduct. Consequently, it is expected to be present in other moulting crustaceans, thus raising issues involving species specificity of the female pheromone. Bioassays were conducted using synthetic pheromone (UDP, 10-3-10-4 M) to examine if it induced sexual behaviour in other crustacean species that are neither closely related nor occur in the same ecosystem. The snow crab, Chionoecetes opilio, and the yellowline arrow crab, Stenorhynchus seticornis, both belonging to a different superfamily (Majoidea) and occurring in different habitats than C. maneas (Portunoidea), displayed significant sexual behaviour towards UDP treated objects (p < 0.005). These and other examples demonstrate that the female sex-pheromone UDP is not species-specific but is present and active in some other decapod crustaceans.©2008 Brill

PUEBLA, O., J.-M. SÉVIGNY, B. SAINTE-MARIE, J.-C. BRÊTHES, A. BURMEISTER, E.G. DAWE, M. MORIYASU, 2008. Population genetic structure of the snow crab (Chionoecetes opilio) at the Northwest Atlantic scale. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 65: 425-436.

Les espèces marines ayant une phase planctonique larvaire de plusieurs mois (larves téléplaniques) peuvent potentiellement maintenir une connectivité démographique à grande échelle géographique. Cette perspective a d’importantes conséquences fondamentales et appliquées, notamment pour la compréhension des processus évolutifs et écologiques en milieu marin, la mise en place de zones de protection marine et la gestion des pêches. Nous présentons, à l’échelle du nord-ouest de l’Atlantique, une analyse spatiale de la structure génétique chez le crabe des neiges (Chionoecetes opilio, Majoidea), une espèce dont la durée de la phase larvaire planctonique varie de 3 à 5 mois. Huit marqueurs microsatellites analysés sur 847 échantillons de C. opilio provenant de 13 localités révèlent une absence de structure génétique le long de la côte ouest du Groenland et dans l’Atlantique canadien, du sud du Labrador à la Nouvelle-Écosse. Ces résultats sont concordants avec un scénario de connectivité démographique importante entre populations et ont des implications pour la gestion de cette espèce qui est l’objet de l’une des plus importantes pêcheries canadiennes et groenlandaises par sa valeur économique. Une différenciation génétique est néanmoins mise en évidence entre le Groenland et le Canada atlantique, montrant qu’une structure génétique peut se développer à l’intérieur des mers (la mer du Labrador dans ce cas) malgré la présence d’une très longue phase de dispersion larvaire.©2008 NRC Canada

CHABOT, D., B. SAINTE-MARIE, K. BRIAND, J.M. HANSON, 2008. Atlantic cod and snow crab predator-prey size relationship in the Gulf of St. Lawrence, Canada. Mar. Ecol. Prog. Ser., 363: 227-240.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Atlantic cod Gadus morhua stomach contents (n = 30 973, including 28 377 non-empty stomachs) and morphometric measurements on live snow crab Chionoecetes opilio and cod were examined to assess the predator-prey relationship between these 2 species. The most common snow crab instars found in cod stomachs were III and V (˜6 to 8 and ˜12 to 16 mm carapace width [CW], respectively) in the northern Gulf of St. Lawrence (GSL) and VI and VII (˜17 to 23 and ˜23 to 31 mm CW, respectively) in the southern GSL. A significant positive relationship was found between cod length and the largest and smallest CW of snow crab ingested by cod. Positive relationships were also found between gape width and body length in cod and between 3 measures of size (maximum span, width at rest, length at rest) and CW in snow crab. Snow crab length at rest was closely related to cod gape width, suggesting that the largest snow crab ingested by cod must be attacked from the side. There appears to be a plateau at 65.1 mm in the relationship between maximum snow crab CW and cod length, caused by the absence of large (adolescent and adult) male snow crab in cod stomachs. Other studies have found recently moulted, soft-shell snow crabs in cod stomachs, but this appears to be rare. Thus, snow crabs are susceptible to predation by cod mostly for the first 4 yr of postsettlement in the GSL. Any effect of cod predation on the snowcrab fishery would be felt 6 to 11 yr later, given growth models established for the GSL.©2008 Inter-Research

SAINTE-MARIE, B., T. GOSSELIN, T., J.-M. SÉVIGNY, N. URBANI, 2008. The snow crab mating system: opportunity for natural and unnatural selection in a changing environment. Bull. Mar. Sci., 83(1): 131-161.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The impact of fishing as a driver of sexual selection is not well understood in crustaceans. Fishing must be viewed as acting in conjunction with, or in opposition to, natural factors, which also modify the context for sexual competition, mate choice, and sexual conflict. We review knowledge of the polygynandrous mating system of the snow crab and evaluate the likely interplay between natural and fishing forces in the process of sexual selection. The snow crab has determinate growth and two female reproductive stages (primiparous and multiparous) with discrete and disjunct mating seasons. Temperature shifts the spectrum of size at maturity in both sexes and determines female reproductive tempo, thereby altering sperm supply, egg production, and operational sex ratio. Population dynamics modulates the phenotype of receptive individuals and the direction and intensity of sexual competition over time. Fishing directed only at large males may attenuate or exacerbate some aspects of sexual conflict at primiparous mating, depending on the natural context, but otherwise it consistently promotes mating of less fecund males, reduces opportunity for female mate choice, and increases the likelihood of sperm limitation. These changes have mixed but still incompletely appreciated effects on female reproductive fitness. The long-term potential for selection against large size at maturity remains uncertain. ©2008 Rosenstiel School of Marine and Atmospheric Science of the University of Miami

SAINTE-MARIE, B., 2008. Évaluation de l’oursin vert de la Côte-Nord de l'estuaire du Saint-Laurent en 2008. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Avis scientifique, 2008/048, 14 p.

Cliquer pour voir tout le texte

SAINTE-MARIE, B., 2008. Assessment of green sea urchin of the North Shore of the St. Lawrence Estuary in 2008. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Science Advisory Report, 2008/048, 13 p.

Cliquer pour voir tout le texte

FONSECA, D.B., B. SAINTE-MARIE, F. HAZEL, 2008. Longevity and change in shell condition of adult male snow crab >i>Chionoecetes opilio inferred from dactyl wear and mark–recapture data. Trans. Am. Fish. Soc., 137(4): 1029-1043.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Postmolt longevity and changes in the shell condition and body integrity of male snow crab Chionoecetes opilio after their terminal molt were assessed through a mark-recapture experiment and population censuses in a commercially unfished locality of eastern Canada. The experiment explored the value of dactyl wear as a quantitative measure and shell condition (SC; measured on a five-stage scale) as a relative index of shell age. Males were recaptured up to 6 years after release. Much of the extensive variation in observed dactyl wear was explained by time at liberty (Dt) and male size, and the extent of change in SC was positively correlated with Dt. The conservative wear-based estimate of male longevity was 7.7 years, a value 1-3 years greater than previously estimated. Dactyl wear and recapture data confirmed that SC is a relative, albeit rough, index of shell age. Shell hardness was positively correlated with male size and peaked in stage 3 about 3.5 years after the terminal molt. The number of missing pereopods increased with shell age and SC stage and overall was negatively correlated with male size. The commercial value of adult males may be highest at 1-4.5 years post-terminal molt and the reproductive value at 2-5.5 years.©2008 American Fisheries Society

CHABOT, D., A. RONDEAU, B. SAINTE-MARIE, L. SAVARD, T. SURETTE, P. ARCHAMBAULT, 2007. Distribution des invertébrés benthiques dans l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent ; Distribution of benthic invertebrates in the Estuary and Gulf of St. Lawrence. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document, 2007/018, 108 p.

Cliquer pour voir tout le texte

La présente étude avait deux objectifs. Le premier était de rassembler les données de relevés scientifiques disponibles à l’Institut Maurice-Lamontagne (IML) et au Centre des Pêches du Golfe (CPG) qui permettraient de déterminer les patrons de distribution et d’abondance relative des invertébrés benthiques de l’estuaire maritime et du golfe Saint-Laurent (EMGSL). Le second objectif était de proposer, à partir des données de distribution et d’abondance relative, des Zones d’Importance Écologique et Biologique (ZIEB) potentielles pour les invertébrés benthiques de l’EMGSL. La plupart des relevés de l’IML sont réalisés dans l’Estuaire et le nord du Golfe (nGSL), quoique certains relevés plus côtiers couvrent aussi la Gaspésie (incluant la baie des Chaleurs) et les Îles-de-la-Madeleine. Les relevés du CPG couvrent l’ensemble du sud du Golfe (sGSL), excluant les Îles-de-la-Madeleine. Le gros des données présentées dans cette étude provient de relevés annuels réalisés par les deux régions. Pour l’IML, il s’agit du relevé multidisciplinaire et du relevé des Pêches Sentinelles par engins mobiles. Le CPG a trois relevés annuels, le relevé d’automne, de crabe des neiges, et du détroit de Northumberland. Plusieurs autres relevés étaient disponibles à l’IML, certains réalisés sur plusieurs années mais à couverture géographique moins importante (relevé de crabe des neiges, de pétoncle, de mactre), d’autres réalisés moins régulièrement et à faible couverture géographique (relevés de mye, du buccin). Finalement des contenus stomacaux de morue et de flétan du Groenland ont aussi été utilisés comme échantillonneurs d’invertébrés benthiques. Malgré ce grand nombre de relevés, la zone côtière (moins de 50 m de profondeur dans l’Estuaire et le nGSL, moins de 30 m dans le sGSL) est très mal échantillonnée, exception faite du détroit de Northumberland. Les distributions de 44 taxons d’invertébrés benthiques sont présentées dans la partie principale du rapport et ont été utilisées pour définir des ZIEB : 4 grands regroupements (coraux mous, anémones, éponges, ascidies), 5 échinodermes, 6 mollusques, 1 mysidacé, 22 crevettes et 6 crabes. Les zones d’abondance maximale de chaque taxon, avec pondération inversement proportionnelle à l’étendue de leur distribution, ont servi à calculer un indice de concentration d’invertébrés benthiques pour chaque parcelle de 10 x 10 km pour laquelle il y avait des données. Cet indice a été le principal outil pour l’identification des ZIEB potentielles. Un total de 17 ZIEB pour les invertébrés benthiques sont proposées. Il faut cependant noter que ces ZIEB sont basées sur une très petite sélection (environ 0,02 %) des espèces d’invertébrés benthiques répertoriées dans la zone d’étude. L’absence de données adéquates pour la zone côtière constitue une lacune sérieuse. Nous présentons en annexe les quelques données disponibles pour 6 espèces côtières.

KRUSE, G.H, A.V. TYLER, B. SAINTE-MARIE, D. PENGILLY, 2007. A workshop on mechanisms affecting year-class strength formation in snow crabs (Chionoecetes opilio) in the eastern Bering Sea. Alaska Fish. Res. Bull., 12(2): 277-290.

[Résumé disponible seulement en anglais]
A group of specialists on subarctic crab biology and fisheries participated in a workshop to discuss stage-specific recruitment processes of snow crab Chionoecetes opilio populations. The goal was to develop from experience with North Pacific and North Atlantic stocks a comprehensive set of hypotheses on the physical and biotic factors that may contribute to the variation in year-class success of the snow crab stock in the eastern Bering Sea. Participants identified 15 life history stages and associated survival and productivity processes. Some of the processes deemed to be most critical include match of hatching larvae with adequate densities of suitable prey, advection (or retention) of larvae to nursery areas suitable for settlement, predation by Pacific cod Gadus macrocephalus and other predators, and cannibalism of newly settled juveniles by older, larger snow crab juveniles. A comprehensive set of hypotheses is intended to serve as a vehicle by which to direct future field and laboratory research programs to better understand snow crab population and fishery dynamics.©2007 Alaska Department of Fish and Game

SAINTE-MARIE, B., 2007. Sperm demand and allocation in decapod crustaceans. Pages 191-210 in J.E. Duffy & M. Thiel (ed.). Evolutionary ecology of social and sexual systems : crustaceans as model organisms.

[Résumé disponible seulement en anglais]
This chapter examines trends in male gametic strategies in relation to female sperm demand among gonochoristic decapod crustaceans. Female lifetime fecundity and number of eggs per spawn can vary much more among decapod species than in other taxa in which gametic strategies have been explored. Female anatomy and life history determine a gradient of complexity and potential duration for sperm storage, lasting from a few hours to several years. The spermathecae of some decapods have enormous capacity and filling may be antagonistic to ovary development. Sperm requirements associated with high female fecundity can be met by large sperm investments from individual males, promiscuity, and/or very effective use of sperm. As in many other taxa, male decapods may allocate sperm strategically as a function of female size (fecundity) and mated status, number of mating opportunities, and risk and intensity of sexual (sperm) competition.©2007 Oxford University Press, Inc.

GOSSELIN, T., B. SAINTE-MARIE, J.-M. SÉVIGNY, 2007. Individual identification of decapod crustaceans II : natural and genetic markers in snow crab (Chionoecetes opilio). J. Crust. Biol., 27(3) : 399-403.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Methods for the identification of individual crustaceans are needed in many types of studies. Snow crab (Chionoecetes opilio) individuals have distinctive natural patterns of tubercles and spines on the carapace. The results of a double-marking experiment using these natural markers along with genetic (microsatellite) markers confirm that natural markings are a reliable means of recognizing individuals within groups of tens to hundreds of snow crabs. These natural markings are persistent through at least two molts. They have already demonstrated their usefulness in laboratory studies of molting and mating and could be applied to a wider spectrum of investigations. A cursory examination suggests that similar carapace features could be used to identify individuals in other crustacean species as well.©2007 The Crustacean Society

MACDIARMID, A.B., B. SAINTE-MARIE, 2006. Reproduction. Pages 45-77 in B.F. Phillips (ed.). Lobsters : biology, management, aquaculture and fisheries. Blackwell Publishing.

GENDRON, L., B. SAINTE-MARIE, 2006. Growth of juvenile lobster Homarus americanus off the Magdalen Islands (Quebec, Canada) and projection of instar and age at commercial size. Mar. Ecol. Prog. Ser., 326: 221-233.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Juvenile American lobster Homarus americanus were quantitatively surveyed in the southeast Baie de Plaisance, Magdalen Islands, from 1995 to 2004. Lobster were collected by SCUBA, in summer and/or early fall after the annual settlement period. Growth for up to 3 yr following settlement was assessed by modal analysis of carapace length (CL)-frequency distributions and was confirmed for the first year by in situ rearing of Stage IV lobster collected from the plankton. In every sampling year, some modes (attributed to instars) were apparent in CL-frequency distributions up to 50 mm CL (estimated to be Instar XVI on average). The mean percent molt increment declined gradually from about 23% at Instar IV to about 15% at Instar XV. Strong year-classes could be tracked reasonably well for up to 2-3 yr after settlement. From this point, we projected growth to fishery recruitment and suggest that lobster reach commercial size at a higher instar and older age than previously believed. This is the first study to explain lobster juvenile growth in such detail, and it constitutes an essential step toward the understanding of potential settler-to-recruit relationships.© 2006 Inter-Research.

GASCON, D., B. SAINTE-MARIE, 2006. Examination of industry trawl survey of April 2006 in relation to the assessment of the snow crab in CFA 16. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Science Advisory Report, 2006/026, 6 p.

Cliquer pour voir tout le texte

SAINTE-MARIE, B., I. BÉRUBÉ, S. BRILLON, F. HAZEL, 2006. Observations on the growth of the sculptured shrimp Sclerocrangon boreas (Decapoda : caridea). J. Crust. Biol., 26(1) : 55-62.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Little is known of the growth of the sculptured shrimp Sclerocrangon boreas, a remarkable member of arctic and subarctic marine shelf communities. We determined the length-weight relationship, abdomen allometry, and size structure of shrimp in a population of the Gulf of Saint Lawrence, eastern Canada. We also reared shrimp for up to 3.5 years to measure their growth. The presence of very small immature females in the wild population indicates that the sculptured shrimp is not obligatorily a protandric hermaphrodite, if at all. Females grow faster, reach a greater size, and live longer than males. Males may be ≥4 years old at 17 mm cephalothorax length (CL) and females ≥6 years old at 29 mm CL. Ovigerous females have a broader abdomen with longer pleopod setae than similarly-sized immature females. After releasing their progeny, some females may molt and grow in length but revert to a condition of narrow abdomen and short pleopod setae, and then molt again to a condition of broad abdomen with long pleopod setae. This finding and demographic data suggest that some females are alternate-year spawners. Other females did not molt for ≥2 years and may spawn in successive years.©2007 The Crustacean Society

GASCON, D., B. SAINTE-MARIE, 2006. Examen du relevé au chalut de l'industrie d'avril 2006 dans le contexte de l'évaluation du crabe des neiges de la zone 16. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Avis scientifique, 2006/026, 6 p.

Cliquer pour voir tout le texte

GOSSELIN, T., B. SAINTE-MARIE, L. BERNATCHEZ, 2005. Geographic variation of multiple paternity in the American lobster, Homarus americanus. Mol. Ecol., 14(5): 1517-1525.

[Résumé disponible seulement en anglais]
We studied the frequency of multiple paternity for American lobster (Homarus americanus) at three Canadian sites differing in exploitation rate and mean adult size. The probability of detecting multiple paternity using four microsatellite loci and 100 eggs per female was in excess of 99 % under various scenarios of paternal contribution. Overall, 13 % of the 108 examined females carried a clutch sired by two or three males. Multiple paternity was observed at the two most exploited sites (11 % at Magdalen Islands and 28 % at Grand Manan Island), whereas single paternity only was observed at the least exploited site (Anticosti Island). Within populations females with a clutch sired by more than one male tended to be smaller than females with a clutch sired by a single male. Based on these and other findings, we postulate a link between female promiscuity and sperm limitation in the American lobster.©2005 Blackwell Publishing Ltd

DULUC, C., B. SAINTE-MARIE, J.-C. BRÊTHES, 2005. Value of indicators for assessing recent mating in brachyuran crabs. J. Mar. Biol. Assoc. U.K., 85(1): 129-135.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Methods for assessing the occurrence and recency of mating are important for the management and conservation of exploited brachyuran crabs. Using multiparous females of the snow crab Chionoecetes opilio, we evaluated by experiment the efficacy of three indicators of recent mating: a white deposit in the spermathecae, extended mate-guarding, and fresh grasping marks on the female pereiopods. This was done by contrasting sperm counts between the left and the right spermatheca of females that were exposed to males with the right gonopod ablated, at treatment sex ratios of 20♀:3♂ or 50♀:3♂. We expected that sperm reserves would be balanced between the two spermathecae of non-mated females and larger in the right than in the left spermatheca of mated females. Although no mating indicator was infallible, the presence of a white deposit was the most accurate because it maximized the median difference of sperm counts between the two spermathecae for the group of presumably mated females and minimized it for the group of presumably non-mated females. The use of grasping marks overestimated the mating frequency and resulted in the misclassification of a large proportion of females. Extended mate-guarding was a slightly better mating indicator than grasping marks, but it is not practical for field studies. Classification errors associated with each indicator can be explained mostly by female and male behaviours and may vary in magnitude with sociosexual context.©2005 Marine Biological Association of the United Kingdom

SAINTE-MARIE, B., R. DUFOUR, L. BOURASSA, D. CHABOT, M. DIONNE, D. GILBERT, A. RONDEAU, J.-M. SÉVIGNY, 2005. Critères et proposition pour une définition des unités de production du crabe des neiges (Chionoecetes opilio) dans l'estuaire et le nord du golfe du Saint-Laurent ; Criteria and proposition for the definition of snow crab (Chionoecetes opilio) production units in the estuary and northern Gulf of St. Lawrence. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document, 2005/059, 20 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les frontières actuelles des zones de gestion du crabe des neiges dans la région du Québec du Ministère des pêches et des océans (MPO) ne sont pas étayées par des critères biologiques ou océanographiques et regroupent parfois des territoires à caractéristiques très différentes. Il y a donc un besoin, identifié par le CCRH (2005), de définir des unités de production biologique afin de mieux suivre l’état des populations et assurer leur conservation. À cette fin, nous avons identifié, à partir d’une revue de la littérature scientifique et de données de chalutage pour le golfe du Saint-Laurent, les facteurs biologiques et physiques qui limitent la distribution et la dispersion du crabe des neiges. Cette information nous permet de caractériser l’habitat du crabe des neiges, qui peut être défini comme un territoire à fonds de sédiments meubles, baignés par des eaux à salinité > 26 ‰, dont une partie est à une température de 0-2 °C et le reste à une température variant d’à peu près -1,5 à 4 °C. Les eaux de surface au-dessus de ce territoire doivent avoir une salinité généralement > 26 ‰ et se réchauffer jusqu’à 5-15 °C pendant plusieurs semaines pour la survie et le développement des larves. Les larves du crabe des neiges peuvent se disperser sur de grandes distances, ce qui peut expliquer la faible différentiation génétique des populations à l’intérieur du Golfe, mais les divers stades benthiques ont généralement une capacité de dispersion bien moindre. Nous décrivons les critères retenus pour la définition des unités de production et sur cette base nous proposons un découpage du territoire administratif du MPO-Québec en sept unités.

SIDDEEK, M.S.M., B. SAINTE-MARIE, J. BOUTILLIER, G. BISHOP, 2004. Comparison of reference points estimated using a size-based method for two high-latitude crab species in the United States and Canada. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 61: 1404-1430.

Nous examinons les règles de décision couramment utilisées dans la gestion de deux importants stocks de crabes des hautes latitudes, le crabe des neiges (Chionoecetes opilio), et le crabe dormeur (Cancer magister), aux Etats-Unis et au Canada. Nous les comparons aux points de référence basés sur des modèles, soit le taux de récolte et la biomasse en proportion de la biomasse vierge, qui utilisent des paramètres spécifiques à l'espèce et au lieu. Le modèle suit une approche basée sur la taille qui incorpore les modèles de stock-recrutement de Beverton-Holt et de Ricker et estime les points de référence moyens et médians. Le recrutement a aussi été modifié afin de produire des distributions de points de référence. Le modèle de stock-recrutement de Beverton-Holt génère un taux de récolte plus faible que le modèle de Ricker. Les taux de récolte sont plus faibles pour la biomasse des reproducteurs des deux sexes combinés que pour la biomasse des femelles reproductrices seulement. L'accroissement de la taille minimale à la première capture et la réduction de la mortalité due à la manipulation augmentent les taux de récolte. Des modifications de la durée de la pêche et de la date d'ouverture ne changent pas de façon appréciable le taux de capture. Les taux de capture du crabe des neiges et du crabe dormeur au Canada sont majoritairement plus élevés que ceux estimés pour les stocks de la mer de Béring et du sud-est de l'Alaska. Nous manquons d'estimations fiables de plusieurs des paramètres démographiques chez les deux espèces; il faut donc considérer les résultats de cet exercice avec circonspection.©2004 NRC Canada

SMITH, S.J., B. SAINTE-MARIE, 2004. Biological reference points for invertebrate fisheries: introduction. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 61: 1303-1306.

Dans l’application du principe de précaution à la gestion des pêches commerciales, la majorité des points de référence développés actuellement concernent des espèces de poissons. Cependant, au Canada, ce sont présentement les pêches marines d’espèces d’invertébrés qui sont les plus importantes en ce qui a trait aux débarquements et à la valeur monétaire. Un groupe de travail sur les points de référence pour les pêches commerciales d’invertébrés s’est réuni à Halifax, Nouvelle-Écosse, Canada, du 2 au 5 décembre 2002 pour étudier les besoins particuliers des pêches de ce groupe diversifié d’espèces. Sept des présentations à cette session de travail sont publiées ensemble dans ce numéro du Journal canadien des sciences halieutiques et aquatiques. Tous les auteurs ont reconnu le rôle primordial de la reproduction et du recrutement pour la résilience et la productivité des stocks; ils ont conclu que ces variables devaient être suivies d’une façon ou d’une autre. Le suivi de la capacité reproductive devrait être élargi aux aspects qui sont d’importance dans les systèmes d’accouplement, comme les densités locales, la variation spatiale de la structure de taille en fonction de l’âge, ainsi que les répartitions spatiales et temporels des aires de reproduction pour les espèces qui libèrent leurs gamètes au hasard et qui ont des adultes sessiles ou peu mobiles. Ce suivi devrait aussi inclure la taille des mâles et des femelles, ainsi que le nombre d’occasions de reproduction pour les femelles des espèces de crustacés chez lesquelles les adultes s’accouplent.©2004 NRC Canada

DUFOUR, R., B. SAINTE-MARIE, L. BOURASSA, 2003. Snow crab of the St. Lawrence estuary and the northern Gulf of St. Lawrence (Areas 13 to 17 and 12A, 12B and 12C) in 2002. Science, Stock Status Report, 2003/011, 24 p.

Cliquer pour voir tout le texte

DUFOUR, R., SAINTE-MARIE, B., BOURASSA, L., 2003. Crabe des neiges de l'estuaire et du nord du golfe Saint-Laurent (zones 13 a 17 et 12A, 12B et 12C) en 2002. Rapport sur l'état des stocks, 2003/011, 23 p.

Cliquer pour voir tout le texte

SAINTE-MARIE, B., C. TURCOTTE, 2003. Assessment of snow crab (Chionoecetes opilio) catchability by Japanese trap. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2508, 21 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Des expériences ont été réalisées à l’été 1992 sur la rive sud de l’estuaire du Saint-Laurent afin de déterminer la capturabilité du crabe des neiges par le casier japonais. La capturabilité, ou surface effective de pêche d’un casier, est le quotient du nombre moyen d’individus capturés par un casier et de la densité de ces individus sur le fond. La capturabilité s’exprime en mètres carrés. Nous avons évalué la densité de crabes sur le fond à l’aide d’un chalut à perche. La capturabilité a été déterminée pour les mâles de différentes catégories de maturité (adolescent versus adulte), d’âge relatif (temps écoulé depuis la dernière mue) et de taille. De plus, nous avons mesuré les effets sur le rendement et la composition des prises d’une occupation préalable des casiers japonais par un ou plusieurs crabes des neiges vivants, soit des mâles adolescents à carapace dure, des mâles adultes à carapace molle (récemment mués) ou des mâles adultes à carapace dure. Les casiers japonais se sont avérés très sélectifs pour les mâles adultes de taille légale (≥95 mm de largeur de carapace, LC) à carapace intermédiaire (âgés d’environ 2 à 3 ans depuis la mue terminale). Ceux-ci avaient une capturabilité 1000 fois supérieure (environ 63 000 m2) à celle des mâles adultes de taille légale mués depuis quelques semaines et 10 fois supérieure à celle des mâles adultes de taille légale à vieille carapace (âgés d’environ 5 à 6 ans depuis la mue terminale). Les mâles adolescents de taille légale étaient 30 fois moins capturables que les mâles adultes de taille légale à carapace intermédiaire. La relation entre la capturabilité et la taille des mâles adultes à carapace intermédiaire avait la forme d’une cloche, les mâles de moins de 80 mm de LC comme ceux de plus de 135 mm de LC étant peu capturables. Les raisons pour les différences de capturabilité entre catégories de mâles sont discutées. De façon générale, l’occupation préalable par des mâles adultes à carapace dure a entraîné une baisse modérée du rendement du casier japonais, probablement en raison d’une intimidation des crabes à l’extérieur du casier. L’occupation préalable par des mâles adultes récemment mués a entraîné une baisse très importante du rendement du casier japonais. Cependant, cette baisse de rendement est attribuable à la forte mortalité des crabes récemment mués et à l’aversion du crabe des neiges pour ses congénères morts. Les résultats de la présente étude pourraient servir à ajuster les rendements des casiers japonais utilisés dans la pêche commerciale ou les relevés post-saison afin que les indices d’abondance qui en sont tirés soient plus représentatifs de la réalité démographique des populations échantillonnées.

SAINTE-MARIE, B., C. TURCOTTE, 2003. Évaluation de la capturabilité du crabe des neiges (chionoecetes opilio) par le casier japonais. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2508, 23 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Des expériences ont été réalisées à l’été 1992 sur la rive sud de l’estuaire du Saint-Laurent afin de déterminer la capturabilité du crabe des neiges par le casier japonais. La capturabilité, ou surface effective de pêche d’un casier, est le quotient du nombre moyen d’individus capturés par un casier et de la densité de ces individus sur le fond. La capturabilité s’exprime en mètres carrés. Nous avons évalué la densité de crabes sur le fond à l’aide d’un chalut à perche. La capturabilité a été déterminée pour les mâles de différentes catégories de maturité (adolescent versus adulte), d’âge relatif (temps écoulé depuis la dernière mue) et de taille. De plus, nous avons mesuré les effets sur le rendement et la composition des prises d’une occupation préalable des casiers japonais par un ou plusieurs crabes des neiges vivants, soit des mâles adolescents à carapace dure, des mâles adultes à carapace molle (récemment mués) ou des mâles adultes à carapace dure. Les casiers japonais se sont avérés très sélectifs pour les mâles adultes de taille légale (≥95 mm de largeur de carapace, LC) à carapace intermédiaire (âgés d’environ 2 à 3 ans depuis la mue terminale). Ceux-ci avaient une capturabilité 1000 fois supérieure (environ 63 000 m2) à celle des mâles adultes de taille légale mués depuis quelques semaines et 10 fois supérieure à celle des mâles adultes de taille légale à vieille carapace (âgés d’environ 5 à 6 ans depuis la mue terminale). Les mâles adolescents de taille légale étaient 30 fois moins capturables que les mâles adultes de taille légale à carapace intermédiaire. La relation entre la capturabilité et la taille des mâles adultes à carapace intermédiaire avait la forme d’une cloche, les mâles de moins de 80 mm de LC comme ceux de plus de 135 mm de LC étant peu capturables. Les raisons pour les différences de capturabilité entre catégories de mâles sont discutées. De façon générale, l’occupation préalable par des mâles adultes à carapace dure a entraîné une baisse modérée du rendement du casier japonais, probablement en raison d’une intimidation des crabes à l’extérieur du casier. L’occupation préalable par des mâles adultes récemment mués a entraîné une baisse très importante du rendement du casier japonais. Cependant, cette baisse de rendement est attribuable à la forte mortalité des crabes récemment mués et à l’aversion du crabe des neiges pour ses congénères morts. Les résultats de la présente étude pourraient servir à ajuster les rendements des casiers japonais utilisés dans la pêche commerciale ou les relevés post-saison afin que les indices d’abondance qui en sont tirés soient plus représentatifs de la réalité démographique des populations échantillonnées.

GOSSELIN, T., B. SAINTE-MARIE, L. BERNATCHEZ, 2003. Patterns of sexual cohabitation and female ejaculate storage in the American lobster (Homarus americanus). Behav. Ecol. Sociobiol., 55: 151-160.

DIONNE, M., B. SAINTE-MARIE, E. BOURGET, D. GILBERT, 2003. Distribution and habitat selection of early benthic stages of snow crab Chionoecetes opilio. Mar. Ecol. Prog. Ser., 259: 117-128.

SAINTE-MARIE, B., D. CHABOT, 2002. Ontogenetic shifts in natural diet during benthic stages of American lobster (Homarus americanus), off the Magdalen Islands. Fish. Bull., 100: 106-116.

SAINTE-MARIE, B., 2002. DFO Quebec Region : data and analytical framework. Pages 7-11 in J.K. Rice & J. Moores (ed.). Zonal snow crab workshop ; atelier zonal sur le crabe des neiges (DFO, CSAS, Proceedings Series ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Série des comptes rendus, 2002/022).

Cliquer pour voir tout le texte

PAILLE, N., B. SAINTE-MARIE, J.-C. BRÊTHES, 2002. Behavior, growth and survival of stage V lobsters (Homarus americanus) in relation to shelter availability and lobster density. Mar. Fresh. Behav. Physiol., 35(4): 203-219.

PAUL, A.J., E.G. DAWE, R.W. ELNER, G.S. JAMIESON, G.H. KRUSE, R.S. OTTO, B. SAINTE-MARIE, T.C. SHIRLEY, D. WOODBY, D., 2002. Crabs in cold water regions : biology, management, and economics : proceedings of the symposium Crab2001, Crabs in Cold Water Regions : Biology, Management, and Economics, January 17-20, 2001, Anchorage, Alaska, USA. Alaska Sea Grant College Program (Alaska Sea Grant College Program report, AK-SG-02-01 ; Lowell Wakefield fisheries symposia series, 19), 866 p.

SAINTE-MARIE, B., J.-M. SÉVIGNY, M. CARPENTIER, 2002. Interannual variability of sperm reserves and fecundity of primiparous females of the snow crab (Chionoecetes opilio) in relation to sex ratio. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 59: 1932-1940.

La démographie des adultes et la condition reproductrice des femelles primipares (première portée) du crabe des neiges (Chionoecetes opilio) ont été documentées annuellement de 1994 à 2002 à un site pêché, pour vérifier la possibilité que l'approvisionnement en sperme limite la production d'embryons. L'abondance des primipares a fluctué par un facteur de 533 en raison d'une vague de recrutement, entraînant une grande oscillation dans le rapport des sexes (mâles adultes sur primipares). La moyenne annuelle du poids d'éjaculat entreposé (SL) et de l'indice de fécondité potentielle (PF : poids de la portée multiplié par le pourcentage d'oeufs fécondés), ajustée à une largeur de carapace constante des primipares, a varié respectivement de 31 à 130 mg par spermathèque et de 1,97 à 3,43 g par portée. La moyenne annuelle de SL et du nombre de cellules spermiques entreposées (étendue : 3,81 x 106 à 35,00 x 106 cellules par spermathèque) a baissé quand le rapport des sexes a baissé, probablement en raison d'une diminution de l'allocation de sperme et du niveau de promiscuité sexuelle des femelles. La moyenne annuelle de PF était corrélée négativement avec l'abondance des petits mâles, ce qui peut témoigner de pertes d'oeufs encourues lors d'accouplements survenant après la ponte. Quoique le contexte sociosexuel affecte grandement la condition reproductrice des primipares, on peut ni certifier ni exclure la possibilité que la production d'embryons soit limitée par l'approvisionnement en sperme, en raison de la complexité du comportement d'accouplement du crabe des neiges.

SAINTE-MARIE, B., 2002. DFO Quebec Region : biological basis for the stock assessment. Pages 5-7 in J.K. Rice & J. Moores (ed.). Zonal snow crab workshop ; atelier zonal sur le crabe des neiges (DFO, CSAS, Proceedings Series ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Série des comptes rendus, 2002/022).

Cliquer pour voir tout le texte

SAINTE-MARIE, B., M. LAFRANCE, 2002. Growth and survival of recently settled snow crab Chionoecetes opilio in relation to intra- and intercohort competition and cannibalism : a laboratory study. Mar. Ecol. Prog. Ser., 244: 191-203.

TREMBLAY, M.J., B. SAINTE-MARIE, 2001. Canadian Lobster Atlantic Wide Studies (CLAWS) Symposium : abstracts and proceedings summary. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2328, 111 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Un symposium sur les recherches sur le homard menées sous l'égide du programme intégré sur le homard canadien et son environnement (PINHCE) a eu lieu du 28 au 30 mars 2000 à Moncton, au Nouveau-Brunswick. Le programme PINHCE est une initiative multidisciplinaire visant à mieux comprendre la production du homard dans l'Atlantique canadien. Les objectifs du symposium étaient de discuter des recherches récentes et en cours sur le homard, d'obtenir le feedback des intervenants et de planifier de nouvelles recherches sous l'égide du PINHCE II. Parmi les participants au symposium il y avait des représentants de l'industrie, d'universités et du secteur des sciences de Pêches et Océans Canada. Les deux premières journées du symposium ont été consacrées aux études scientifiques, réparties en cinq séances, comme suit: la dérive des larves, les juvéniles, la capturabilité, les paramètres d'évaluation, les rapports entre les pêcheurs et les scientifiques et une présentation par affiches. Les survols de chaque séance faits pendant la troisième journée du symposium, consacrée à l'industrie, ont été suivis d'une discussion générale. La dernière séance a pris la forme d'une discussion des recherches planifiées sous l'égide de PINHCE II.

TREMBLAY, M.J., B. SAINTE-MARIE, 2001. Symposium sur le Programme intégré sur le homard canadien et son environnement (PINHCE) : résumés et sommaire des travaux. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2328, 130 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Un symposium sur les recherches sur le homard menées sous l'égide du programme intégré sur le homard canadien et son environnement (PINHCE) a eu lieu du 28 au 30 mars 2000 à Moncton, au Nouveau-Brunswick. Le programme PINHCE est une initiative multidisciplinaire visant à mieux comprendre la production du homard dans l'Atlantique canadien. Les objectifs du symposium étaient de discuter des recherches récentes et en cours sur le homard, d'obtenir le feedback des intervenants et de planifier de nouvelles recherches sous l'égide du PINHCE II. Parmi les participants au symposium il y avait des représentants de l'industrie, d'universités et du secteur des sciences de Pêches et Océans Canada. Les deux premières journées du symposium ont été consacrées aux études scientifiques, réparties en cinq séances, comme suit: la dérive des larves, les juvéniles, la capturabilité, les paramètres d'évaluation, les rapports entre les pêcheurs et les scientifiques et une présentation par affiches. Les survols de chaque séance faits pendant la troisième journée du symposium, consacrée à l'industrie, ont été suivis d'une discussion générale. La dernière séance a pris la forme d'une discussion des recherches planifiées sous l'égide de PINHCE II.

DUFOUR, R., B. SAINTE-MARIE, 2001. Snow crab of the estuary and northern Gulf of St. Lawrence (areas 13 to 17). Science, Stock Status Report, C4-01, 15 p.

Cliquer pour voir tout le texte

DUFOUR, R., B. SAINTE-MARIE, 2001. Crabe des neiges de l'estuaire et du nord du golfe du Saint-Laurent (zones 13 à 17). Rapport sur l'état des stocks, C4-01, 16 p.

Cliquer pour voir tout le texte

RONDEAU, A., B. SAINTE-MARIE, 2001. Variable mate-guarding time and sperm allocation by male snow crabs (Chionoecetes opilio) in response to sexual competition, and their impact on the mating success of females. Biol. Bull., 201: 204-217.

DUFOUR, R., B. SAINTE-MARIE, 2000. Crabe des neiges de l'estuaire et du nord du golfe Saint-Laurent (zones 13 à 17). Rapport sur l'état des stocks, C4-01, 14 p.

Cliquer pour voir tout le texte

SAINTE-MARIE, G., B. SAINTE-MARIE, J.M. SEVIGNY, 2000. Ejaculate-storage patterns and the site of fertilization in female snow crabs (Chionoecetes opilio; Brachyura, Majidae). Can. J. Zool., 78: 1902-1917.

Une étude en microscopie photonique a été réalisée sur des femelles accouplées du Crabe des neiges (Chionoecetes opilio) afin de déterminer le site de fécondation et la façon dont les éjaculats multiples sont stockés dans les spermathèques. Dans sa configuration de base, un éjaculat est constitué d'une couche ou d'un agrégat de spermatophores renfermant des spermatides matures, recouvert d'un volume relativement grand de matière amorphe qui peut inclure un agrégat de spermatophores contenant des spermatides immatures. Jusqu'à 10-12 éjaculats sont entreposés dans les spermathèques les plus chargées. L'éjaculat est d'abord déposé dans la chambre intermédiaire et dans la partie ventrale de la spermathèque, puis est déplacé vers la partie dorsale de la spermathèque quand un nouvel éjaculat est introduit. Les éjaculats sont nettement stratifiés dans l'axe ventro-dorsal des spermathèques avec des charges petites à modérées, mais ils sont déformés et l'arrangement d'entreposage est désordonné dans les spermathèques avec de grosses charges. La stratification des éjaculats favorise la préséance du sperme du dernier mâle et la paternité unique. Cependant, la paternité multiple pourrait survenir dans les cas de femelles avec des spermathèques lourdement chargées, en partie parce que plusieurs éjaculats peuvent se retrouver à proximité de l'ouverture de l'oviducte. Le mélange des gamètes mâles et femelles en vue de la ponte, et probablement aussi la fécondation, se produit au moins partiellement à l'intérieur des ovaires©2000 Conseil national de recherches Canada

DUFOUR, R., B. SAINTE-MARIE, 2000. Snow crab of the estuary and northern Gulf of St. Lawrence (areas 13 to 17). Science, Stock Status Report, C4-01, 13 p.

Cliquer pour voir tout le texte

SAINTE-MARIE, B., N. URBANI, J.-M. SÉVIGNY, F. HAZEL, U. KUHNLEIN, 1999. Multiple choice criteria and the dynamics of assortative mating during the first breeding season of female snow crab Chionoecetes opilio (Brachyura, Majidae). Mar. Ecol. Prog. Ser., 181: 141-153.

SAINTE-MARIE, G., B. SAINTE-MARIE, 1999. Reproductive products in the adult snow crab (Chionoecetes opilio). I, Observations on spermiogenesis and spermatophore formation in the vas deferens. Can. J. Zool., 77: 440-450.

Certains des événements se déroulant dans le vas deferens du Crabe des neiges (Chionoecetes opilio) adulte ont été examinés par microscopie photonique. Les cellules spermiques entrent dans le vas comme précurseurs de la spermatide immature et se développent en spermatides immatures ou matures à l'intérieur du vas. Cependant, aucun spermatozoïde n'a été observé dans le tractus reproducteur mâle. Deux types de matière amorphe s'ajoutent aux cellules spermiques du vas. Le premier type réagit positivement à l'acide périodique Schiff (APS) et déclenche apparemment la spermiogenèse lorsque présent en quantité importante. Cependant, une plus petite quantité de cette matière amorphe suffit à former la pellicule basale des spermatophores. Le deuxième type réagit négativement à l'APS et est responsable de l'épaississement de la paroi du spermatophore. Les spermatides immatures et matures sont enfermées dans des spermatophores distincts. Les spermatides matures enfermées sont reliées les unes aux autres par des ponts formés de pointes qui réagissent positivement au Feulgen et sont recouvertes et prolongées de matière amorphe réagissant positivement à l'APS. Une fois brisés, ces ponts apparaissent comme des bras qui rayonnent à partir d'une spermatide. Les spermatides matures périphériques sont en outre rattachées à la paroi du spermatophore par fils de matière amorphe réagissant positivement à l'APS. Il se peut que ce réseau de ponts et de fils serve à la diffusion de substances externes vers les cellules centrales à travers la paroi du spermatophore©1999 Conseil national de recherches Canada

SAINTE-MARIE, G., B. SAINTE-MARIE, 1999. Reproductive products in the adult snow crab (Chionoecetes opilio). II, Multiple types of sperm cells and of spermatophores in the spermathecae of mated females. Can. J. Zool., 77: 451-462.

Le contenu des spermathèques de Crabes des neiges (Chionoecetes opilio) adultes a été examiné par microscopie photonique. Les spermathèques peuvent contenir de l'eau et trois types fondamentaux de matière amorphe et de spermatophores. L'eau est présente sous forme de grandes nappes ou de petites sphères. Les deux types majeurs de matière amorphe réagissent respectivement de manière positive et négative à l'acide périodique Schiff (APS) et sont respectivement uniquement ou principalement d'origine mâle. Le type mineur de matière amorphe est orangé et d'origine femelle et peut contenir des débris cellulaires foncés. Les spermatophores renferment des spermatides immatures, des spermatides matures ou des spermatozoïdes, ces derniers n'ayant jamais été signalés à ce jour, ou des formes intermédiaires entre ces trois types cellulaires. Les spermatides matures et les spermatozoïdes périphériques ont une orientation polarisée par rapport à la paroi du spermatophore et y sont rattachés. Généralement, la matière amorphe et les spermatophores sont topographiquement séparés par type dans une spermathèque et les spermatophores à spermatides immatures se retrouvent principalement dans de la matière amorphe réagissant négativement à l'APS. La différenciation des spermatides peut survenir dans le tractus reproducteur femelle autant que dans le vas deferens, mais la transformation des spermatides matures en spermatozoïdes n'a été observée que chez la femelle. La diversité et la répartition ordonnée des constituants de la semence à l'intérieur de la spermathèque suggèrent que le sperme est partitionné pour un usage immédiat ou futur©1999 Conseil national de recherches Canada

DUFOUR, R., B. SAINTE-MARIE, 1999. Crabe des neiges de l'estuaire et du nord du golfe du Saint-Laurent (zones 13 à 17). Rapport sur l'état des stocks, C4-01, 14 p.

Cliquer pour voir tout le texte

DUFOUR, R., B. SAINTE-MARIE, 1999. Snow crab of the estuary and northern Gulf of St. Lawrence (Areas 13 to 17). Science, Stock Status Report, C4-01, 14 p.

Cliquer pour voir tout le texte

URBANI, N., B. SAINTE-MARIE, J.-M. SÉVIGNY, D. ZADWORNY, U. KUHNLEIN, 1998. Sperm competition and paternity assurance during the first breeding period of female snow crab (Chionoecetes opilio) (Brachyura : Majidae). Can. J. Fish. Aquat. Sci., 55: 1104-1113.

Deux loci d'ADN microsatellite hautement variables ont été utilisés pour déterminer la paternité des larves de femelles primipares de Chionoecetes opilio. De plus, la détermination des génotypes du contenu des spermathèques des femelles a été faite à partir de ces deux loci et l'analyse de coupes histologiques des organes a été réalisée dans le but d'élucider les modalités de compétition du sperme. Des femelles avec leurs premières portées d'oeufs obtenues à partir d'accouplements contrôlés en laboratoire et d'accouplements en nature ont été examinées. Les spermathèques des femelles sauvages ont été coupées en plusieurs sections transversales et le génotype de chacune des sections a été déterminé. Les femelles sauvages ainsi que celles de laboratoire se sont accouplées avec plusieurs mâles dont le sperme était accumulé de façon stratifiée dans les spermathèques. La détermination du génotype de la progéniture des femelles accouplées en laboratoire a révélé qu'il y avait paternité unique et que le dernier mâle à inséminer une femelles avant la ponte des oeufs était le père. Le mécanisme prédominant assurant la paternité unique semble être la stratification des éjaculats. Chez les femelles sauvages, la détermination du génotype des larves a également démontré qu'il y avait paternité unique. Cependant, les oeufs semblaient avoir été fécondés par les mâles dont les génotypes se trouvaient dans les sections des spermathèques les plus éloignées de l'ouverture des organes. Ceci suggère qu'ils étaient les premiers à s'accoupler avec les femelles et qu'ils les auraient ensuite protégées jusqu'à ce qu'elles pondent. Les femelles se seraient donc ré-accouplées avec d'autres mâles uniquement après la ponte.

DUFOUR, R., B. SAINTE-MARIE, 1998. Snow crab of the estuary and northern Gulf of St. Lawrence (areas 13 to 17). Science, Stock Status Report, C4-01, 13 p.

Cliquer pour voir tout le texte

ALUNNO-BRUSCIA, M., B. SAINTE-MARIE, 1998. Abdomen allometry, ovary development, and growth of female snow crab, Chionoecetes opilio (Brachyura, Majidae), in the northwestern Gulf of St. Lawrence. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 55: 459-477.

La croissance et la maturation de la femelle du crabe des neiges (Chionoecetes opilio) dans le nord-ouest du golfe du Saint-Laurent ont été élucidées à l'aide de distributions des tailles de la carapace, d'indices de mue, de la masse des ovaires et de mesures au laboratoire et en nature des accroissements de la taille à la mue. La femelle se développe en trois étapes principales immature, avec un abdomen étroit et sans ovaires apparents; prépubère, avec un abdomen étroit et des ovaires d'abord prévitellogéniques puis vitellogéniques; et adulte, avec un abdomen élargi et une capacité de reproduction. De plus, il existe une étape éphémère appelée pubère que représentent les femelles qui effectueront bientôt leur mue de maturité. Le passage d'immature à prépubère s'accompagne d'une réduction du taux de croissance de la carapace et de l'abdomen, en raison d'une allocation d'énergie à la croissance des ovaires, et le passage à l'étape adulte se fait lors d'une mue terminale de maturité. La croissance de l'abdomen relativement à la carapace suit un schéma complexe; on reconnaît des phases successives de faible, de forte et à nouveau de faible allométrie positive, en fonction de la taille croissante des femelles immatures et prépubères. Au cours de la période 1989-1996, de rares femelles sont devenues adultes au stade de mue VIII à l'âge postlarvaire de 4,5 ans, mais le plus souvent la maturité survenait aux stades de mue IX et X à l'âge de 5,5 et 6,5 ans respectivement. La taille moyenne à la maturité serait dépendante de la température et la maturité serait atteinte plus tôt par les grandes que par les petites femelles d'une cohorte.

OUELLET, P., B. SAINTE-MARIE, 1998. Distribution and abundance of lobster (Homarus americanus) larvae in the Magdalen Islands : implications for the availability of postlarvae and benthic settlement. Pages 101-107 in L. Gendron (ed.). Proceedings of a Workshop on Lobster Stock Enhancement held in the Magdalen Islands (Quebec) from October 29 to 31, 1997 . Dept. of Fisheries and Oceans (Can. Ind. Rep. Fish. Aquat. Sci., 244).

SAINTE-MARIE, G., B. SAINTE-MARIE, 1998. Morphology of the spermatheca, oviduct, intermediate chamber, and vagina of the adult snow crab (Chionoecetes opilio). Can. J. Zool., 76: 1589-1604.

La morphologie du tractus reproducteur de la femelle adulte du Crabe des neiges (Chionoecetes opilio) à différentes étapes de la vie reproductrice a été étudiée dans le cadre de travaux sur la compétition du sperme. Outre l'ovaire et l'oviducte, un tractus comprend une spermathèque à paroi interne épithéliale, de même qu'une chambre intermédiaire et un vagin à parois internes de cuticule. Certains aspects morphologiques de ces composantes diffèrent beaucoup en fonction de la charge de la spermathèque. Plusieurs corrections doivent être apportées aux descriptions antérieures : (i) les poches ne sont pas une caractéristique permanente de la spermathèque, (ii) la partie externe de la paroi de la spermathèque est une vraie capsule qui entoure un épithélium stratifié comprenant trois couches dédiées à l'ancrage, à la prolifération et à la sécrétion, (iii) l'activité sécrétrice de la spermathèque est de type mérocrine et (iv) l'épithélium de la spermathèque n'est pas pigmenté. Une analyse tridimensionnelle montre que le vagin communique avec la chambre intermédiaire via une ouverture pariétale. La chambre intermédiaire est une structure flexible, circonscrite dorsalement par 3-5 replis cuticulaires qui font saillie dans sa lumière. L'oviducte traverse la partie terminale épaissie de l'épithélium spermathécal avec une incidence dorso-ventrale, du côté opposé à l'ouverture pariétale du vagin, de sorte que son contenu se déverse presque directement dans la chambre intermédiaire. À partir de ces observations, de nouvelles hypothèses sur le fonctionnement du tractus reproducteur sont élaborées©1998 Conseil national de recherches Canada

SAINTE-MARIE, B., D. GILBERT, 1998. Possible effects of changes in CIL temperature and thickness on population dynamics of snow crab, Chionoecetes opilio, in the Gulf of Saint Lawrence. DFO, Canadian Stock Assessment Secretariat, Research Document, 98/38, 19 p.

URBANI, N., B. SAINTE-MARIE, J.-M. SÉVIGNY, D. ZADWORNY, U. KUHNLEIN, 1998. Mating dynamics of the snow crab (Chionoecetes opilio, Brachyura : Majidae) : an analysis using DNA microsatellite markers. Pages 241-244 in Le Gal & Halvorson (ed.). New developments in marine biotechnology. Plenum Press, New York.

URBANI, N., J.-M. SÉVIGNY, B. SAINTE-MARIE, D. ZADWORNY, U. KUHNLEIN, 1998. Identification of microsatellite markers in the snow crab Chionoecetes opilio. Mol. Ecol., 7: 357-358.

OUELLET, P., B. SAINTE-MARIE, 1998. Distribution et abondance des larves de homard (Homarus americanus) aux Îles-de-la-Madeleine : implications pour la disponibilité des postlarves et le succès de l'établissement benthique. Pages 109-115 in L. Gendron (éd.). Compte-rendu d'un atelier de travail sur l'ensemencement des stocks de homard, tenu aux Îles-de-la-Madeleine (Québec) du 29 au 31 octobre 1997. MPO (Rapp. Can. Ind. Sci. Halieut. Aquat., 244).

DUFOUR, R., B. SAINTE-MARIE, 1998. Crabe des neiges de l'estuaire et du nord du golfe du Saint-Laurent (zones 13 à 17). Rapport sur l'état des stocks, C4-01, 15 p.

Cliquer pour voir tout le texte

SAINTE-MARIE, B., J.-M. SÉVIGNY, Y. GAUTHIER, 1997. Laboratory behavior of adolescent and adult males of the snow crab (Chionoecetes opilio) (Brachyura : Majidae) mated noncompetitively and competitively with primiparous females. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 54: 239-248.

Au laboratoire, des femelles vierges du crabe des neiges (Chionoecetes opilio) ont été placées individuellement avec un ou deux mâles afin d'étudier le comportement d'accouplement. Les mâles physiologiquement matures, adolescents (i.e., pinces non différenciées) et adultes (i.e., pinces différenciées), se sont accouplés avec les femelles. Les accouplements comprenaient normalement une période précopulatoire, une ou plusieurs copulations et une période postcopulatoire au cours de laquelle la femelle pondait. Certaines femelles ont copulé après la ponte. En situation non compétitive, les mâles adultes de 40-60 mm de largeur de carapace ont eu plusieurs épisodes brefs de copulation, alors que les mâles adultes de 120-140 mm de largeur de carapace ont eu une seule longue copulation. Lorsque deux mâles adultes étaient en compétition, une plus grande taille était avantageuse tant pour ravir la femelle au rival que pour empêcher le rival de s'approprier la femelle. Cependant, dans les compétitions opposant un mâle adulte à un mâle adolescent plus grand, l'adulte était plus susceptible de déposséder son rival ou de prévenir l'appropriation. La variance dans la masse des éjaculats entreposés par les femelles s'expliquait à 98 % par le nombre et la durée totale des copulations. Les femelles ayant eu deux partenaires sexuels ont obtenus plus de copulations et d'éjaculat que les femelles n'ayant eu qu'un partenaire, ce qui suggère qu'une des causes de la variabilité interannuelle des réserves en éjaculat observée chez les femelles sauvages est l'intensité de la compétition sexuelle entre mâles.

SAINTE-MARIE, B., 1997. Comment - An improved link between industry, management and science : review of case history of the southwestern Gulf of St. Lawrence snow crab fishery. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 54: 496-500.

DUFOUR, R., B. SAINTE-MARIE, 1997. Snow crab of the estuary and northern Gulf of St. Lawrence (areas 13 to 17). Science, Stock Status Report, C4-01, 19 p.

Cliquer pour voir tout le texte

LOVRICH, G.A., B. SAINTE-MARIE, 1997. Cannibalism in the snow crab, Chionocetes opilio (O. Fabricius) (Brachyura : Majidae), and its potential importance to recruitment. J. Exp. Mar. Biol. Ecol., 211: 225-245.

BOSSÉ, L., B. SAINTE-MARIE, J. FOURNIER, 1996. Les invertébrés des fonds meubles et la biogéographie du fjord du Saguenay. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2132, 45 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Au cours des étés 1990 et 1991, les fonds meubles du fjord du Saguenay à plus de 60 mètres de profondeur ont été photographiés et échantillonnés à l'aide de casiers appâtés, d'un carottier à boîte, d'une benne et d'un traîneau épibenthique. L'inventaire photographique montre un changement graduel des sédiments et des communautés épibenthiques dans l'axe long du Fjord. Plus de 320 espèces d'invertébrés benthiques ont été récoltées, dont 178 sont nouvelles pour le Fjord. Parmi ces dernières, 14 espèces n'avaient jamais été répertoriées dans l'estuaire ou le golfe du Saint-Laurent. Les taxons dominants en nombre d'espèces sont les Amphipodes, les Polychètes, les Gastéropodes et les Bivalves. En incluant les invertébrés benthiques recensés lors de travaux antérieurs, le Fjord compterait au moins 410 espèces dont 11 % seraient d'affiliation arctique et 58 % seraient associées à la province boréale. Environ 80 % des espèces présentes dans le Fjord se retrouvent aussi dans l'estuaire maritime du Saint-Laurent. Parmi les 78 espèces présentes dans le Fjord et non répertoriées dans l'Estuaire maritime, 16 sont d'affiliation arctique. Les populations de ces 16 espèces arctiques seraient des reliques de populations ancestrales qui ont pu se maintenir dans le Fjord grâce à la conjoncture favorable de facteurs hydrothermiques et édaphiques. Par ailleurs, nous savons que d'autres populations d'espèces arctiques, également reliquales, sont confinées à quelques endroits particuliers de l'estuaire et du golfe du Saint-Laurent. À la lumière de ces résultats, le statut d'enclave arctique que l'on prête au fjord du Saguenay paraît discutable. Cette appellation laisse croire que la faune du fjord du Saguenay est une réplique fidèle de celle de l'Arctique, alors que la majorité des espèces sont plutôt d'affiliation boréale.

SÉVIGNY, J.-M., B. SAINTE-MARIE, 1996. Electrophoretic data support the last-male sperm precedence hypothesis in the snow crab, Chionoecetes opilio (Brachyura : Majidae). J. Shellfish Res., 15: 437-440.

DUFOUR, R., B. SAINTE-MARIE, 1996. Snow crab of the estuary and northern Gulf of St. Lawrence. DFO, Atlantic Fisheries, Stock Status Report, 96/6, 13 p.

BOUCHARD, S., B. SAINTE-MARIE, J.N. McNEIL, 1996. Indirect evidence indicates female semiochemicals release male precopulatory behaviour in the snow crab, Chionoecetes opilio (Brachyura : Majidae). Chemoecology, 7: 39-44.

SAINTE-MARIE, B., J.-M. SÉVIGNY, B.D. SMITH, G.A. LOVRICH, 1996. Recruitment variability in snow crab (Chionoecetes opilio) : pattern, possible causes, and implications for fishery management. Pages 451-478 In High latitude crabs : biology, management and economics : proceedings of the International Symposium. University of Alaska Fairbanks (Alaska Sea Grant report, 96-02).

SAINTE-MARIE, B., S. RAYMOND, J.-C. BRÊTHES, 1995. Growth and maturation of the benthic stages of male snow crab, Chionoecetes opilio (Brachyura : Majidae). Can. J. Fish. Aquat. Sci., 52: 903-924.

SAINTE-MARIE, B., C. CARRIÈRE, 1995. Fertilization of the second clutch of eggs of snow crab, Chionoecetes opilio, from females mated once or twice after their molt to maturity. Fish. Bull., 93: 759-764.

LOVRICH, G.A., B. SAINTE-MARIE, B.D. SMITH, 1995. Depth distribution and seasonal movements of Chionoecetes opilio (Brachyura : Majidae) in Baie Sainte-Marguerite, Gulf of Saint Lawrence. Can. J. Zool., 73: 1712-1726.

Un échantillonnage bimestriel réalisé avec un chalut à perche, d'avril 1991 à mai 1992, et des observations en plongée sous-marine ont été effectués afin de préciser la distribution et les déplacements à grande échelle du Crabe des neiges, Chionoecetes opilio, entre 4 et 140 m de profondeur dans une baie du nord du golfe du Saint-Laurent. Les mégalopes se sont établies sur le fond en octobre 1991. Les crabes immatures des stades de mue I-IV (i.e., 3,3-9,7 mm de largeur de carapace, LC, moyenne) ont été retrouvés surtout entre 50-80 m de profondeur et étaient sédentaires et cryptiques. La plupart des crabes immatures des stades de mue V-VIII (i.e., 14,1-34,5 mm LC moyenne) et les mâles adolescents (i.e., produisant du sperme, mais pas en mue terminale) ont effectué une migration hivernale vers l'infralittoral où ils ont mué. Le mouvement vers les faibles profondeurs fut de grande ampleur et la densité moyenne enregistrée à similaire 15 m, en décembre 1991, était de 860 crabes par 1000 m2. Les mâles adultes (i.e., produisant du sperme et en mue terminale) de LC moyenne plus petit que 70 mm se sont aussi déplacés vers les fonds peu profonds d'octobre à décembre 1991, où certains se sont accouplés avec des femelles pubères-primipares (i.e., adulte, première portée) de janvier à avril 1992. Les mâles adultes de LC moyenne plus petits que 90 mm ont été retrouvés surtout à des profondeurs plus petites que 80 m pour la majeure partie de l'année, mais de mars à mai 1992 un accroissement de la LC moyenne de mâles adultes aux profondeurs plus grandes que 80 m indiquait un certain mouvement ascendant, probablement afin de s'accoupler aux femelles multipares (i.e., adultes, deuxième protée ou portée ultérieure). Les femelles adultes étaient plus grégaires et sédentaires que les mâles adultes. Nous élaborons l'hypothèse selon laquelle la variabilité interannuelle du recrutement au stade adulte tend à refléter des différences dans la force des classes d'âge, et selon laquelle aussi la force d'une classe d'âge varie en fonction de l'abondance des mégalopes ou du taux de survie des stades cryptiques.©1995 Conseil national de recherches Canada

CYR, C., B. SAINTE-MARIE, 1995. Catch of Japanese crab traps in relation to bait quantity and shielding. Fish. Res., 24: 129-139.

SAINTE-MARIE, B., R. DUFOUR, 1995. Snow crab in the estuary and northern Gulf of St. Lawrence (fishing areas 13, 14, 15, 16 and 17). Pages 2-26 in L. Savard (ed.). Status report on invertebrates in 1994 : crustaceans and molluscs on the Québec coast, northern shrimp and zooplankton in the estuary and Gulf of St. Lawrence. DFO (Can. Manuscr. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2323).

SAINTE-MARIE, B., R. DUFOUR, 1995. Crabe des neiges de l'estuaire et du nord du golfe du Saint-Laurent (zones de pêche 13, 14, 15, 16 et 17). Pages 2-27 in L. Savard (éd.). Rapport sur l'état des invertébrés en 1994 : crustacés et mollusques des côtes du Québec, crevette nordique et zooplancton de l'estuaire et du golfe du Saint-Laurent. MPO (Rapp. manus. can. sci. halieut. aquat., 2323).

SAINTE-MARIE, B., G.A. LOVRICH, 1994. Delivery and storage of sperm at first mating of female Chionoecetes opilio (Brachyura : Majidae) in relation to size and morphometric maturity of male parent. J. Crust. Biol., 14(3): 508-521.

SAINTE-MARIE, B., 1994. The nascent amphipod fishery in Québec : exploiting a low-trophic level, multispecies resource. Pages 97-102 in L. Gendron & S. Robinson (ed.). The development of underutilized invertebrate fisheries in eastern Canada. Dept. of Fisheries and Oceans (Can. Manus. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2247).

BOSSÉ, L., B. SAINTE-MARIE, J. FOURNIER, P. BRUNEL, 1994. Inventaire et biogéographie des invertébrés des fonds meubles du fjord du Saguenay. Pages 44-49 in J.-M. Sévigny & C.M. Couillard (éd.). Le fjord du Saguenay : un milieu exceptionnel de recherche. Ministère des pêches et des océans (Rapp. manus. can. sci. halieut. aquat., 2270).

ANGERS, A., F. POTHIER, J.-M. SÉVIGNY, B. SAINTE-MARIE, 1994. Tissue specificity and ontogeny of lactate dehydrogenase in snow crab, Chionoecetes opilio (Brachyura, Majidae). Comp. Biochem. Physiol., 108B: 385-395.

SAINTE-MARIE, B., R. DUFOUR, 1994. Crabe des neiges de l'estuaire et du nord du golfe du Saint-Laurent (zones de pêche 13, 14, 15, 16 et 17). Pages 2-23 in L. Savard (éd.). Rapport sur l'état des invertébrés en 1993 : crustacés et mollusques des côtes du Québec et crevette nordique de l'estuaire et du golfe du Saint-Laurent. MPO (Rapp. manus. can. sci. halieut. aquat., 2257).

HODSON, P.V., E. PELLETIER, R. McLEOD, J. HELLOU, B. SAINTE-MARIE, C.M. COUILLARD, J.-M. SÉVIGNY, 1994. Chemical contamination of surface sediments and biota of the Saguenay Fjord. Pages 97-104 in J.-M. Sévigny & C.M. Couillard (éd.). Le fjord du Saguenay : un milieu exceptionnel de recherche. Ministère des pêches et des océans (Rapp. manus. can. sci. halieut. aquat., 2270).

SAINTE-MARIE, B., R. DUFOUR, 1994. Snow crab in the estuary and northern Gulf of St. Lawrence (fishing areas 13, 14, 15, 16 and 17). Pages 2-20 in L. Savard (ed.). Status report on invertebrates 1993 : crustaceans and molluscs on the Québec coast and northern shrimp in the Estuary and Gulf of St. Lawrence. DFO (Can. Manuscr. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2257).

SAINTE-MARIE, B., 1993. Reproductive cycle and fecundity of primiparous and multiparous female snow crab, Chionoecetes opilio, in the northwest Gulf of Saint Lawrence. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 50: 2147-2156.

DUTIL, J.-D., J. MUNRO, R. DUFOUR, Y. GAUTHIER, F. HAZEL, B. SAINTE-MARIE, L. PROVENCHER, J. BOYER, D. HARDY, 1993. L'élevage du crabe des neiges : bilan des travaux de recherche. Ministère des pêches et des océans, Programme fédéral de développement des pêches du Québec, 12 p.

SAINTE-MARIE, B., V. LAPOINTE, D. ARCHAMBAULT, R. DUFOUR, 1992. Distribution spatiale et structure de taille du crabe des neiges, Chionoecetes opilio (O. Fabricius), dans le fjord du Saguenay. Rapp. manus. can. sci. halieut. aquat., 2156, 12 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Une pêche exploratoire a été effectuée à l'aide de casiers appâtés dans le fjord du Saguenay en juillet et août 1998 afin d'y vérifier la présence de Chionoecetes opilio et, le cas échéant, d'estimer l'abondance de la population. Les mâles de C. opilio étaient apparemment beaucoup plus nombreux en aval (6,7 à 11,4 individus par casier) qu'en amont (0,8 à 0,9 mâles par casier) de la baie Trinité, qui est située à environ 60 km de l'embouchure du Fjord. Les femelles paraissaient concentrées au voisinage de l'Île Saint-Louis, à environ 30 km de l'embouchure du Fjord. Les tailles moyennes et maximales étaient élevées, respectivement 118 mm et 152 mm de largeur de carapace (Lc) pour les mâles et 76 mm et 92 mm Lc pour les femelles. La population de C. opilio du Fjord se reproduit et il y a un recrutement local de juvéniles. Le mélange d'individus entre les populations de C. opilio du Fjord et de l'estuaire du Saint-Laurent pourrait être limité par le seuil externe à 20 m de profondeur et par la stratification marquée de la colonne d'eau. La population de C. opilio du Fjord est apparemment de petite taille et est encore à l'état quasi vierge.

SAINTE-MARIE, B., F. HAZEL, 1992. Moulting and mating of snow crab, Chionoecetes opilio (O. Fabricius), in shallow waters of the northwestern Gulf of Saint Lawrence. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 49: 1282-1293.

SAINTE-MARIE, B., 1992. Foraging of scavenging deep-sea lysianassoid amphipods. Pages 105-124 in G.T. Rowe & V. Pariente (ed.). Deep-sea food chains and the global carbon cycle. Kluwer Academic Publishers.

LAPOINTE, V., B. SAINTE-MARIE, 1992. Currents, predators, and the aggregation of the gastropod Buccinum undatum around bait. Mar. Ecol. Prog. Ser., 85: 245-257.

LEGENDRE, L., K. JUNNIPER, D. BOOTH, A. CEMBELLA, Y. DE LAFONTAINE, J. GAGNÉ, W.G. HARRISON, S. ROY, B. SAINTE-MARIE, A. SINCLAIR, R. TRITES, A.F. VÉZINA, 1991. Report of the Workshop on Biological Oceanography. Pages 23-30 in J.-C. Therriault (ed.). The Gulf of St. Lawrence : small ocean or big estuary ? Dept. of Fisheries and Oceans (Can. Spec. Publ. Fish. Aquat. Sci., 113).

LEGENDRE, L., K. JUNNIPER, D. BOOTH, A. CEMBELLA, Y. DE LAFONTAINE, J. GAGNÉ, W.G. HARRISON, S. ROY, B. SAINTE-MARIE, A. SINCLAIR, R. TRITES, A.F. VÉZINA, 1991. Rapport de l'atelier de travail sur l'océanographie biologique. Pages 23-30 in J.-C. Therriault (éd.). Le golfe du Saint-Laurent : petit océan ou grand estuaire? Ministère des pêches et des océans (Publ. spéc. can. sci. halieut. aquat., 113).

SAINTE-MARIE, B., 1991. Whelk (Buccinum undatum) movement and its implications for the use of tag-recapture methods for the determination of baited trap fishing parameters. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 48: 751-756.

SAINTE-MARIE, B., 1991. A review of the reproductive bionomics of aquatic gammaridean amphipods : variation of life history traits with latitude, depth, salinity and superfamily. Hydrobiologia, 223: 189-227.

SAINTE-MARIE, B., G. LAMARCHE, J.-M. GAGNON, 1990. Reproductive bionomics of some shallow-water lysianossoids in the Saint Lawrence Estuary, with a review on the fecundity of the Lysianassoidea (Crustacea, Amphipoda). Can. J. Zool., 68: 1639-1644.

Le cycle de développement et la fécondité de cinq espèces de lysianassoidés de l'estuaire du Saint-Laurent ont été étudiés. Orchomenella minuta et Or. pinguis sont annuelles et itéropares (deux portées), Psammonyx terranovae est itéropare (deux portées) et probablement biennale, et Anonyx sarsi et Onisimus litoralis sont biennales et monopares. Les femelles d'A. sarsi et d'On. litoralis cessent de s'alimenter de façon nécrophage seulement quand leurs portées on atteint les derniers stades de développement. Ces changements ontogénétiques peuvent résulter d'une constriction du tractus digestif due aux ovaires et aux portées qui de développent, ou d'un changement de comportement. Une synthèse des données de fécondité pour les Lysisnassoidea est présentée et il est conclu que les espèces d'eaux profondes sont probablement beaucoup moins fécondes pour les Lysianassoidea est présentée et il est conclu que les espèces d'eaux profondes sont probablement beaucoup moins fécondes que les espèces d'eaux peu profondes. Anonyx nugax, Or. pinguis et A. sarsi sont des espèces plus fécondes que les autres lysianassoidés, ce qui peut possiblement s'expliquer par leurs habitudes de nécrophages et de nage suprabenthique qui sont des comportements à haut risque©1990 Conseil national de recherches Canada

SAINTE-MARIE, B., J.A. PERCY, J.R. SHEA, 1989. A comparison of meal size and feeding rate of the lysianassid amphipods Anonyx nugax, Onisimus (=Pseudalibrotus) litoralis and Orchomenella pinguis. Mar. Biol., 102: 361-368.

SAINTE-MARIE, B., R. DUFOUR, C. DESJARDINS, 1988. Beaching of snow crabs (Chionoecetes opilio) on the north shore of the Gulf of Saint Lawrence. Naturaliste can., 115 :105-109.

SAINTE-MARIE, B., 1987. Meal size and feeding rate of the shallow-water lysianassid Anonyx sarsi (Crustacea : Amphipoda). Mar. Ecol. Prog. Ser., 40: 209-219.

SAINTE-MARIE, B., B.T. HARGRAVE, 1987. Estimation of scavenger abundance and distance of attraction to bait. Mar. Biol., 94: 431-443 .