Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Peter J. RUBEC

RUBEC, P.J., J.M. McGLADE, B.L. TROTTIER, A. FERRON, 1991. Evaluation of methods for separation of Gulf of St. Lawrence beaked redfishes Sebastes fasciatus and S. mentella : malate dehydrogenase mobility patterns compared with extrinsic gasbladder muscle passages and anal fin counts. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 48: 640-660.

TROTTIER, B.L., P.J. RUBEC, A.C. RICARD, 1988. Biochemical separation of Atlantic Canadian redfish : Sebastes mentella and S. norvegicus. Can. J. Zool., 67: 1332-1335.

L'un des problèmes qui se posent dans la gestion de la pêche au sébaste dans le golfe du St-Laurent est la difficulté de distinguer les différentes espèces : le Sébaste atlantique (Sebastes mentella), le Sébaste orangé (Sebastes norvegicus) et le Sébaste acadien (Sebastes fasciatus). La similarité des caractéristiques méristiques entre S. mentella et S. norvegicus, ainsi que plusieurs autres attributs morphologiques, remettent en question l'authenticité de ces espèces. Une procédure chromatographique utilisant la focalisation isoélectrique permet de séparer les deux espèces. Sur la partie inférieure des gels de polyacrylamide préparés à partir de protéines musculaires hydro-solubles, on distingue trois bandes principales de protéines dans le cas de S. mentella, mais une seule bande principale dans le cas de S. norvegicus. Les patrons obtenus par focalisation isoélectrique ressemblent à ceux obtenus par des chercheurs antérieurs chez les sébastes du Groenland et de Norvège. La séparation sans équivoque par focalisation isoélectrique et la concordance avec les caractères morphologiques confirment que S. mentella et S. norvegicus sont bien deux espèces qui sont distinctes génétiquement et qui ne peuvent se reproduire entre elles©1988 Conseil national de recherches Canada

RUBEC, P.J., 1988. Changes in redfish distributions and abundance with reference to changes in bottom temperatures in the Gulf of St. Lawrence from 1983 to 1987. NAFO SCR Doc., 88/92, 24 p.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Marked changes in the distribution and abundance of redfish have occurred in the Gulf of St. Lawrence during the 1980’s. A reduction in the catch-per-unit-effort(CPUE)was noted with the standardized commercial CPUE, research vessel CPUE and with logbook data. Weight per two data from summer reseerch vessel surveys was analyzed by means of Duncans Range tests and with a four factor Analysis of Variance. The treatment factors were 5 Temperature Classes, 3 Areas, 4 Years, and Depth Classes. Temperature was found to be a highly significant factor in explaining redfish abundance. Weight per two was significantly higher at 6-8 °C from Duncan’s Range test. Temperature was the most significant factor in the ANOVA. There was also a weak significance for Depth Class. A second order interaction Depth Class* Years and Duncan’s tests by Depth Class indicate that redfish changed their depth distributions in response to a contraction and then an expansion of the warm bottom water layer. Area was not significant indicating that redfish exhibited little exchange between areas. A significant third order interaction TClass*DClass*Years appears to have resulted from changes in temperature between years. A cooling trend in 1984 caused the redfish to move into deeper water and may have caused a significant proportion of the biomass to become pelagic. A warming trend which peaked in 1986 allowed redfish to expand their distributions and helped increase their availability to bottom trawling.

LABERGE, E., P.J. RUBEC, D. GASCON, D.B. ATKINSON, 1987. Assessment of 4RST redfish (Sebastes spp.). CAFSAC Res. Doc., 87/64, 45 p .

Les débarquements totaux de sébaste des Divisions 4RST de l'OPANO ont été évalués à 33,107 t pour 1986. Malgré une augmentation de 5,000 t par rapport aux valeurs de débarquement de l'an dernier, seulement 60 % des TPA n'auront été pêchés. Les taux de prises des chaluts Engel, des chaluts de fond (autres que les chaluts de type Engel) et des chaluts pélagiques ont été analysés séparément à l'aide d'un modèle multiplicatif. La série de taux de prises normalisés qui en résulte montre la présence de 2 maxima, un premier en 1967-1968 (1.33 t/h) et l'autre en 1981-1982 (1.29 t/h), suivis d'une diminution; la baisse de taux de prises enregistrée depuis 1982 semble s'être arrêtée en 1986. Les distributions de fréquence de longueur obtenues de l'échantillonnage des prises commerciales et des relevés de recherche indiquent la présence de 2 fortes classes d'âge : celle du début des années 70 (poissons d'environ 30 cm) et celle du début des années 80 (poissons d'environ 20 cm). Ces dernières seront commercialement exploitables dans quelques années. Les résultats d'une version de non-équilibre du modèle de production de Schaefer indiquent une biomasse actuelle (début de 1987) de 473,000 t. Le modèle est cependant imprécis quant à l'estimation du point d'inflexion de la courbe d'équilibre passé le REM. Étant donné cette incertitude le TPA pour 1988 a été établi, sur la base de rendement au point 2/3frme, à 56,000 t.