Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Martine ROCHET

ROCHET, M., E.H. GRAINGER, 1988. Community structure of zooplankton in eastern Hudson Bay. Can. J. Zool., 66: 1626-1630 .

Vingt-cinq stations d'échantillonnage de zooplancton ont été regroupées en quatre régions géographiques en fonction de la température et de la salinité. Le zooplancton arctique dominait dans la zone où les salinités étaient élevées, les températures, basses et l'eau, profonde. La région à salinité moyenne, à basse température et à profondeur relativement faible contenait de nombreuses larves méroplanctoniques. Les deux autres régions étaient moins salines et plus chaudes en surface et contenaient une faune euryhaline. Celle très peu profonde comportait une faune de tolérance saline très élevée. Des conditions de forte stratification, avec une pycnocline importante, supportaient une faune euryhaline; la faune arctique était concentrée surtout en profondeur. Les eaux moins stratifiées, où le développement de la pycnocline était peu prononcé ou absent, empêchaient l'établissement d'une faune euryhaline et permettaient la présence en surface de zooplancton arctique. L'élément zoogéographique le plus important de l'est de la Baie d'Hudson, et probablement de la baie toute entière, est arctique, en continuum avec les eaux principalement arctiques de l'archipel canadien et les eaux de surface de l'océan Arctique. Transportée cycloniquement autour de la baie, la faune arctique pénètre dans le secteur est, plus spécifiquement au nord des îles Belcher. La faune euryhaline, surtout à l'extrémité sud-est de la baie, indique l'influence de la Baie James©1988 Conseil national de recherches Canada