Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Serge PROULX

DUTIL, J.-D., S. PROULX, P.-M. CHOUINARD, D. BORCARD, 2011. A hierarchical classification of the seabed based on physiographic and oceanographic features in the St. Lawrence. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2916, 79 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Il existe une classification hiérarchique qui classe les eaux marines bordant l'Amérique du Nord en 24 écorégions distinctes fondées sur les caractéristiques océanographiques à l'échelle continentale. L'une de ces écorégions (Acadie-Atlantique) inclut le plateau continental entre le détroit de Belle Isle (Canada) et Cape Cod (U.S.A.) et inclut l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent. Le présent rapport a pour objectif de proposer une classification hiérarchique des fonds marins à l'échelle du mégahabitat pour l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent à des fins d'identification et de description des habitats devant faire l'objet d'un plan de conservation ou de gestion intégrée. Les données disponibles sur la salinité, la température, l'oxygène dissous, la profondeur, la pente et la variabilité du relief de même que sur les sédiments ont été agrégées en utilisant une grille avec une résolution de 100 km2. Des analyses de groupement de ces données ont identifié 13 habitats différents. Quatre de ces habitats sont associés aux chenaux profonds et neuf au haut des talus et aux plateaux avoisinants, quatre dans le sud et cinq dans le nord du golfe du Saint-Laurent. Ces regroupements de cellules étaient spatialement cohérents. L'outil proposé se veut un moyen d'intégrer des données validées pour les rendre disponibles aux gestionnaires. Il permet de délimiter des aires de conservation représentatives des habitats rares ou d'une diversité d'habitats et de quantifier la superficie de chaque type d'habitat dans un secteur donné. L'information peut aussi être utilisée pour décrire l'habitat d'espèces en péril.

DUTIL, J. -D., S. PROULX, S. HURTUBISE, J. GAUTHIER, 2010. Recent findingl on the life history and catches of wolffish (Anarhichas sp.) in research surveys and in the Sentinel Fisheries and Observer Program for the Estuary and Gulf of St-Lawrence Nouvelles données sur la biologie et les captures de loups (Anarhichas sp.)dans les relevés de recherche, et dans les Pêches sentinelles et le Programme des observateurs pour l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Science Advisory Report, 2010/126, 81 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les trois espèces de loups présentes sur la côte est du Canada sont considées en péril. Deux espèces ont le statut d’espèces menacées (Anarhichas denticulatus, Anarhichas minor) alors que la troisième (Anarhichas lupus) a un statut préoccupant. Depuis 2000 et 2001 lorsque leur statut a été évalué pour la première fois, le ministère des Pêches et des Océans a pris des mesures pour favoriser leur rétablissement. Du côté recherche et monitorage, cela s’est traduit par un effort pour obtenir plus de données et des données de meilleure qualité, de même qu’un appui accru à la recherche sur la biologie, la distribution et les habitats propices aux trois espèces. Ce rapport passe en revue les résultats de recherches récentes ayant porté sur les loups dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent et ayant porté sur ces sujets: les assemblages d’espèces de poissons auxquels les loups sont associés, l’utilisation d’abris par les loups tachetés au stade juvénile, des relevés par plongée et par caméra remorquée, le métabolisme, la croissance et la reproduction, de même que la production de guides d’identification et une évaluation de la fiabilité des identifications lors des relevés de recherche. Les données de capture et d’effort ont été agrégées par cellule de 100 km2. La probabilité de capture d’un loup d’une espèce donnée dans un trait et dans une cellule (son occurrence relative) a été évaluée comme étant le rapport entre le nombre de traits où une espèce est présente et le nombre total de traits. Cette approche a permis de cartographier la capture et l’effort de plusieurs séries temporelles à partir des données de divers programmes et ce pour l’ensemble du Golfe (relevés de recherche et Pêches Sentinelles par chalut selon un patron aléatoire stratifié) ou dans des secteurs spécifiques du Golfe. La méthode permet le calcul des aires de fréquentation tout en se prêtant bien à associer ces aires aux caractéristiques de l’habitat. Les données ne montrent aucune tendance temporelle significative. Les loups représentent une faible biomasse dans le Golfe comparé à d’autres espèces démersales, le loup à tête large étant considéré comme très rare. La côte ouest de Terre-Neuve est un haut lieu de la distribution du loup tacheté et du loup atlantique dans le Golfe.

LAROCQUE, R., J-D. DUTIL, S. PROULX, M. THORNE, P.-M. SCALLON-CHOUINARD, M.-H. GENDRON, J. PLOURDE, T. SCHMITT, 2010. Contribution à la description de l'habitat des loups de mer (Anarhichas spp.) près de la péninsule gaspésienne par vidéo remorquée et relevés acoustiques multifaisceaux. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2902, 51 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Ce rapport présente les résultats d’initiatives visant à étudier l’habitat potentiel et la distribution du loup (Anarhichas spp.) dans le golfe du Saint-Laurent et en particulier près de la péninsule gaspésienne. Les caractéristiques de l’habitat furent examinées à des échelles spatiales différentes : par relevés vidéo, par levés acoustiques multifaisceaux et par un examen des données historiques de capture. La bathymétrie à haute résolution et la rétrodiffusion couplées à l’information provenant de la vidéo ont permis de décrire en détail des environnements connus pour être fréquentés par les loups. Des caractéristiques présumées favorables aux loups ont été notées sur les deux secteurs principaux, y compris des abris sous roche et des sillons d’origine glaciaire. L’information produite est présentée sous la forme d’un document interactif sur DVD-ROM annexé au rapport. La complémentarité de ces méthodes ainsi que les implications pour la gestion d’autres espèces en péril sont discutées.

DUTIL, J.-D., C. NOZÈRES, P.-M. SCALLON-CHOUINARD, L. VAN GUELPEN, D. BERNIER, S. PROULX, R. MILLER, C. SAVENKOFF, 2009. Poissons connus et méconnus des fonds marins du Saint-Laurent. Naturaliste can., 133(2): 70-82.

Des relevés effectués au moyen de chaluts benthiques entre 2004 et 2008 dans le bas Saguenay, l'estuaire maritime et le nord du golfe du Saint-Laurent ont permis d'identifier à l'espèce plus d'un million de poissons. Les captures ont été largement dominées par quatre espèces de prédateurs d'intérêt commercial: le flétan du Groenland, deux espèces de sébaste et la morue franche, mais on a dénombré plus d'une centaine d'espèces dont la moitié peuvent être considérées rares sur les fonds chalutés. Les espèces les plus abondantes dans les captures étaient également celles qui furent répertoriées dans une plus forte proportion des stations échantillonnées. Les espèces inusitées possèdent une distribution soit boréale, soit méridionale, et fréquentent généralement le plateau continental ou même le talus continental au-dessus de la plaine abyssale dans l'Atlantique. Les données issues de ces relevés ne fournissent qu'une vision partielle des communautés de poissons dans le Saint-Laurent: les poissons pélagiques et estuariens étaient mal représentés dans nos échantillons, les fonds rocheux ou escarpés n'étant généralement pas chalutables. Ce vaste territoire d'environ I5O 000 km2 est peuplé d'une faune variée.©2009 La Société Provancher d'histoire naturelle du Canada Certains poissons sont communs, d'autres représentent des visiteurs occasionnels en provenance des profondeurs de l'Atlantique, mais tous sont fascinants. Encore aujourd'hui, l'écologie d'un grand nombre de ces espèces reste mal connue.

DUTIL, J.-D., P. DUMONT, D.K. CAIRNS, P.S. GALBRAITH, G. VERREAULT, M. CASTONGUAY, S. PROULX, 2009. Anguilla rostrata glass eel migration and recruitment in the estuary and Gulf of St Lawrence. J. Fish. Biol., 74: 1970-1984 .

[Résumé disponible seulement en anglais]
This study describes catches of Anguilla rostrata glass eels and associated oceanographic conditions in the St Lawrence Estuary and Gulf. Ichthyoplankton survey data suggest that they enter the Gulf primarily in May, migrate at the surface at night, and disperse broadly once they have passed Cabot Strait. T hey arrive in estuaries beginning at about mid-June and through the month of July. Migration extends west up to Quebec City, in the freshwater zone of the St Lawrence Estuary, 1000 km west of Cabot Strait. Anguilla roslrata glass eels travel between Cabot Strait and receiving estuaries at a straight-line ground speed of c. 10–15 km day-1. Catches of fish per unit effort in estuaries in the St Lawrence system are much lower than those reported for the Atlantic coast of Canada. Low abundance of A. rostrata glass eels in the St Lawrence system may be due to cold surface temperatures during the migration period which decrease swimming capacity, long distances from the spawning ground to Cabot Strait and from Cabot Strait to the destination waters (especially the St Lawrence River), complex circulation patterns, and hypoxic conditions in bottom waters of the Laurentian Channel and the St Lawrence Estuary.©2009 The Fisheries Society of the British Isles