Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Line PELLETIER

PELLETIER, L., 2003. Scallops in Quebec inshore waters in 2002. Science, Stock Status Report, 2003/015, 16 p.

Cliquer pour voir tout le texte

PELLETIER, L., 2003. Petoncles des eaux cotieres du Quebec en 2002. Rapport sur l'état des stocks, 2003/015, 17 p.

Cliquer pour voir tout le texte

PELLETIER, L., 2003. L'oursin vert du Québec : une ressource à découvrir. Naturaliste can., 125(1): 73-74.

PELLETIER, L., P. GAUTHIER, 2002. Inventaire de l'oursin vert (Strongylocentrotus droebachiensis) au Bas-Saint-Laurent à l'aide d'une caméra vidéo sous-marine. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2394, 30 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Ce rapport présente les résultats d'un inventaire vidéo sous-marin réalisé à l'été 2000 dans le but d'acquérir de l'information sur la distribution, l'abondance et la structure de taille des oursins verts (Strongylocentrotus droebachiensis) au Bas-Saint-Laurent. Le portrait de la région est basé sur un échantillonnage de 28 transects vidéo répartis entre Cacouna et Rimouski à des profondeurs variant entre 0 et 10 mètres. Les tailles et densités d'oursins verts ont été mesurées à partir de 795 photographies de quadrats de 0.25 m2 extraites des bandes vidéo. Les oursins verts étaient présents partout dans le secteur étudié et sur tous les types de substrats incluant les fonds de sable qui dominent la zone. La distribution des oursins sur les fonds était inégale. Selon les transects, les densités moyennes d'oursins variaient entre 0,1 et 44,4 oursins/m2. Des variations de densités importantes ont été également observées entre les quadrats d'un même transect. Les concentrations d'oursins les plus importantes ont été rencontrées près de l'extrémité est de l'Île Verte (44 et 32 oursins/m2) et près de Trois-Pistoles (39 oursins/m2). La densité d'oursins de taille commerciale (± 50 mm) était généralement faible (< 5 oursins/m2) et les plus importantes concentrations correspondaient ou voisinaient des sites aquicoles d'engraissement de l'oursin déjà en opération ou faisant l'objet d'une demande de permis. Par ailleurs, la caméra vidéo sous-marine s'est révélée un outil adéquat pour l'étude de l'oursin vert au Bas-Saint-Laurent permettant de couvrir de façon économique et sécuritaire un grand territoire.

PELLETIER, L., 2002. Scallops in Quebec inshore waters. Science, Stock Status Report, C4-07, 14 p.

Cliquer pour voir tout le texte

PELLETIER, L., 2002. Pétoncles des eaux côtières du Québec. Rapport sur l'état des stocks, C4-07, 15 p.

Cliquer pour voir tout le texte

PELLETIER, L., P. GAUTHIER, M. NADEAU, 2001. L'oursin vert (Strongylocentrotus droebachiensis) des Îles-de-la-Madeleine : description des agrégations et potentiel d'exploitation. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2362, 28 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Ce rapport présente une première description des agrégations d'oursins verts aux Îles-de-la-Madeleine et de leur potentiel d'exploitation réalisée à partir d'un relevé effectué en plongée sous-marine en septembre 1999. Huit sites fréquentés par les pêcheurs et caractérisés par des fonds durs ont été examinés. L'échantillonnage a porté sur trois principaux sites: les secteurs près des collines Les Demoiselles, de Gros Cap et de l'île Shag. Les densités d'oursins variaient entre 0 et 83,3 oursins/m(2) sans relation apparente avec l'abondance des macrophytes ou la profondeur mais possiblement avec le type de fond. Le diamètre des tests variait de 6 à 66 mm et seulement 9 ppt des oursins avaient atteint la taille commerciale légale de pêche de 50 mm. La relation entre le poids et le diamètre du test est comparée à celles décrites par d'autres études canadiennes. Des indices de densité sont donnés pour chacun des sites de même qu'une première estimation de la biomasse exploitable. La biomasse totale disponible à la pêche a été estimée à 5123 t pour l'ensemble des huit sites. En septembre 1999, les gonades des oursins étaient peu développées et leur poids était inférieur à 10 ppt du poids total de l'animal. Le rapport des sexes a été estimé à 1,0 mâle : 1,1 femelle. L'âge des oursins a été déterminé par le décompte des anneaux de croissance sur les rotules de la lanterne d'Aristote. Les résultats obtenus par cette méthode indiquent que l'âge des oursins de 50 mm varierait entre 4 et 20 ans avec en moyenne 9 ans. L'espérance de vie est estimée à 19-20 ans. Cet indice de la longévité a été intégré au calcul du potentiel d'exploitation estimé à 235 t pour les endroits visités.

PELLETIER, L., H. BOURDAGES, S. BRULOTTE, 2001. Estimation de la perte de poids subie par l'oursin vert (Strongylocentrotus droebachiensis) suivant sa sortie de l'eau et comparaison de deux techniques de mesure du diamètre du test. Rapp. can. ind. sci. halieut. aquat., 264, 14 p.

Cliquer pour voir tout le texte

L'évaluation de la perte de poids subie par l'oursin vert en fonction du temps d'entreposage a été réalisée en réponse à des demandes du groupe de travail sur l'oursin vert et d'industriels de la pêche à l'oursin du Québec. Une expérience en laboratoire utilisant des oursins d'élevage a permis d'évaluer la perte de poids qui suit la sortie de l'eau durant six jours consécutifs d'entreposage dans une chambre froide à 4 °C. Les pertes de poids observées variaient en relation avec le temps d'entreposage et le poids initial de l'oursin. Les pertes de poids moyennes quotidiennes exprimées en % du poids initial ont été plutôt stables durant toute l'expérience (de 1 à 144 heures). Pour les oursins de taille commerciale (plus grand ou égal à 50 mm de diamètre), les pertes de poids cumulées après 24, 48, 72 et 144 heures d'entreposage étaient estimées à environ 2, 5, 7, et 14 % du poids initial de l'oursin à sa sortie de l'eau. L'alimentation préalable des oursins n'avait pas d'influence sur les pertes de poids observées. Par ailleurs, deux techniques de mesure du diamètre du test à l'aide du vernier ont été comparées. Une mesure rapide sans repérage sur le test a donné des résultats comparables à ceux obtenus lorsqu'une attention particulière était portée au positionnement précis du vernier sur les plaques ambulacraire et inter ambulacraire opposées.

PELLETIER, L., 2000. L'oursin vert des eaux côtières du Québec. Rapport sur l'état des stocks, C4-13, 8 p.

Cliquer pour voir tout le texte

PELLETIER, L., 2000. Green sea urchin of the inshore waters of Quebec. Science, Stock Status Report, C4-13, 8 p .

Cliquer pour voir tout le texte