Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Dany PELLETIER

GUDERLEY, H., J.-D. DUTIL, D. PELLETIER, 1996. The physiological status of Atlantic cod, Gadus morhua, in the wild and the laboratory : estimates of growth rates under field conditions. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 53: 550-557.

Nous avons comparé l’état physiologique des morues franches, Gadus morhua, maintenues à jeun et à une ration élevée avec celui des morues échantillonnées dans le Golfe du St. Laurent à la fin du printemps (15 juin) et tôt en automne (3 octobre). Le jeûne a baissé l’activité de la lactate déshydrogénase, la capacité tampon et la concentration des protéines sarcoplasmiques, myofibrillaires et totales dans le muscle blanc ainsi que l’activité intestinale de la cytochrome C oxidase. Les morues sauvages échantillonnées en octobre avaient des facteurs de condition, des indices hépatosomatiques, des concentrations musculaires de la lactate déshydrogénase, des concentrations de protéines sarcoplasmiques et une capacité tampon musculaire plus élevés que les morues échantillonnées en juin. L’indice gonadosomatique et la concentration de protéines myofibrillaires étaient plus élevée chez les morues échantillonnées en juin que chez celles échantillonnées en octobre. L’activité de la cytochrome C oxidase intestinale ne différait pas entre les morues du mois de juin et celles du mois d’octobre. Pour les morues expérimentales, le taux de croissance calculé à partir de la relation obtenue auparavant entre le taux de croissance et l’activité de la lactate déshydrogénase musculaire ressemblait au taux de croissance réel. L’estimation du taux de croissance des morues sauvages à partir de cette relation suggère qu’en juin, les morues étaient en décroissance (-0.18 % masse corporelle/jour) alors qu’au début d’octobre les morues avaient un taux de croissance élevé (0.83 % masse corporelle/jour).

PELLETIER, D., P.U. BLIER, Y. LAMBERT, J.-D. DUTIL, 1995. Deviation from the general relationship between RNA concentration and growth rate in fish. J. Fish. Biol, 47: 920-922.

PELLETIER, D., H. GUDERLEY, J.-D. DUTIL, 1993. Does the aerobic capacity of fish muscle change with growth rates?. Fish. Physiol. Biochem., 12: 83-93 .