Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Patrick OUELLET

BUI, A.O.V., M. CASTONGUAY, P. OUELLET, 2012. Distribution et abondance des larves et juvéniles de poissons dans l’estuaire maritime du St-Laurent : connectivité entre le Golfe, l’Estuaire et le Fjord du Saguenay ; Distribution and abundance of larval and juvenile fish in the lower St. Lawrence Estuary : connectivity among the Gulf, the Estuary, and the Saguenay Fjord. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat. ; Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2981, 57 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Cette étude a grandement amélioré les connaissances sur la distribution et l’abondance des communautés d’ichtyoplancton et des juvéniles d’un et deux ans d’espèces démersales dans l’estuaire maritime du Saint-Laurent. L’analyse des données a révélé que la communauté ichtyoplanctonique de l’estuaire maritime se composait surtout d’espèces démersales non-commerciales alors que les espèces visées par la pêche blanche (principalement sébaste, morue franche et flétan du Groenland ou turbot) étaient présentes dans l’estuaire maritime au stade juvénile. Ceci suggère la présence d’une connectivité pour ces espèces entre le golfe du Saint-Laurent, l’estuaire maritime et le fjord du Saguenay. Nos résultats supportent l’hypothèse que le recrutement du sébaste, de la morue et du turbot dans le fjord du Saguenay repose sur l’immigration de poissons au stade juvénile depuis l’Estuaire.

BENOÎT, H.P., J.A. GAGNÉ, C. SAVENKOFF, P. OUELLET, M.-N. BOURASSA, 2012. State-of-the-Ocean report for the Gulf of St. Lawrence Integrated Management (GOSLIM) area. Can. Manuscr. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2986, 81 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Ce document s'insère dans une initiative du ministère canadien des Pêches et des Océans visant à décrire la situation écologique de ses océans bordant les côtes canadiennes («State of the Oceans» ou SOTO). Il résume brièvement l'information scientifique la plus récente et pertinente aux six enjeux suivants qui ont une influence considérable sur les écosystèmes de la Zone Étendue de Gestion des Océans (ZEGO) de l'estuaire et du golfe du Saint-Laurent : (1) hypoxie des eaux profondes, (2) l'acidification des océans, (3) changements dans la couverture saisonnière de glace et leurs effets sur les mammifères marins, (4) espèces aquatiques envahissantes, (5) impact de la pêche commerciale et du climat sur les populations et communautés marines et (6) impacts potentiels de la prédation par le phoque gris sur les populations de poissons démersaux. L'information est présentée selon le modèle Force motrice - Pression - État - Impact - Réponse (connu sous l’acronyme anglais « DPSIR ») appliqué à l'identification et à la gestion des impacts environnementaux. Nous discutons également de rapports existants sur la structure, l'état et la gestion de la ZEGO du Saint-Laurent afin de préciser comment le présent rapport les complète. En expliquant l'organisation et le contenu de ce document, nous suggérons brièvement comment de prochains rapports SOTO pourraient être réalisés pour en accroître leur utilité. Ce rapport est le fruit d'une collaboration entre scientifiques et gestionnaires des océans en appui à la gestion intégrée de la ZEGO du Saint- Laurent.

BUI, A.O.V., M. CASTONGUAY, P. OUELLET, J.-M SÉVIGNY, 2011. Searching for Atlantic Cod (Gadus morhua) spawning sites in the northwest Gulf of St Lawrence (Canada) using molecular techniques. ICES J. Mar. Sci., 68(5): 911-918.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The overexploitation of Atlantic cod (Gadus morhua) in the Northwest Atlantic led to the collapse of most stocks and the demise of spawning components in the early 1990s. In the northern Gulf of St Lawrence, the spawning component of Northwest Atlantic Fishery Organization Division 4S was believed no longer to exist after the collapse. To verify this hypothesis, we used molecular techniques to identify cod, haddock, and witch flounder (CHW) eggs precisely, in an attempt to locate the potential remaining spawning sites for cod in the northwest Gulf. Ichthyoplankton surveys were conducted in spring from 2005 to 2008. Results were compared with those of surveys that took place in spring in the same area 20 years earlier to determine if there had been any changes in spawning location and egg abundance. Atlantic cod made up the majority (97 %) of CHW eggs identified. The presence of stage I cod eggs proved that there is still a cod spawning component in the northwest Gulf of St Lawrence, but egg abundance has declined by about an order of magnitude compared with the 1980s. There was no obvious difference in the location of cod spawning grounds between the two decades

OUELLET, P., C. FUENTES-YACO, L. SAVARD, T. PLATT, S. SATHYENDRANATH, P. KOELLER, D. ORR, H. SIEGSTAD, 2011. Ocean surface characteristics influence recruitment variability of populations of Northern Shrimp (Pandalus borealis) in the Northwest Atlantic. ICES J. Mar. Sci., 68(4): 737-744.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Remotely sensed data were used to derive simple ecosystem indicators for four regions of the Northwest Atlantic to test the hypothesis that sea surface temperatures (SSTs) and spring phytoplankton bloom characteristics (initiation, timing, intensity, and duration) have a significant influence on larval survival and recruitment of northern shrimp (Pandalus borealis). For all years (1998–2007) and regions, hatching was after the initiation of the bloom and before or after the bloom reached its maximum intensity. The results suggest that the best survival of larvae is associated with high warming rates of SST following hatching, but in very cold environments, warm temperatures at hatching seem to be important for larval survival. The analyses also indicate that larval survival is supported by an early, long phytoplankton bloom which attains high concentrations of chlorophyll a. The results demonstrate the potential of remotely sensed data for deriving simple population-specific ecosystem indicators for potential use in building operational recruitment models for predicting changes in northern shrimp abundance.

BUI, A.O.V., P. OUELLET, M. CASTONGUAY, J.-C. BRÊTHES, 2010. Ichthyoplankton community structure in the northwest Gulf of St. Lawrence (Canada) : past and present. Mar. Ecol. Prog. Ser., 412: 189-205.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Biodiversity can play an important role in the stability and resilience of ecosystems when these are faced with environmental change or anthropogenic impacts. Historically, the northwest Gulf of St. Lawrence had high fish egg and larval productivity. To assess changes in the ichthyoplankton community of this region, data from sampling surveys that were carried out in spring from 1985 to 1987 were compared with data from spring 2005 to 2007. Significant differences in ichthyoplankton abundances between the 2 decades and sampling times (May versus June) were revealed by multivariate analyses (nMDS, ANOSIM, PERMANOVA, and SIMPER) and univariate (ANOVA) analyses. Total ichthyoplankton abundance was lower in the 2000s than during the mid- 1980s. Although larval sandlance Ammodytes spp. abundances did not change significantly, other taxa, such as Stichaeidae larvae and H4B eggs (gadids and merlucciid hakes, rocklings, butterfish Peprilus triancanthus, windowpane Scophthalmus aquosus and Gulf Stream flounder Citharichthys arctifrons), became more abundant; the abundance of CHW eggs (cod Gadus morhua, haddock Melanogrammus aeglefinus, witch flounder Glyptocephalus cynoglossus), and redfish Sebastes spp. larvae generally declined by more than an order of magnitude. Greenland halibut Reinhardtius hippoglossoides larvae also appeared in the 2000s assemblages. This dominance shift in the ichthyoplankton community reflects the demise of large fish predators and the response of the non-commercial species. Our study provides much-needed new information concerning current biodiversity and productivity of the fish community in the Gulf of St. Lawrence and insights into changes influenced by groundfish collapse and environmental fluctuations.©2010 Inter-Research

ARIZA, P., P. OUELLET, 2009. Diet components of Northern Shrimp Pandalus borealis first stage larvae in the northwest gulf of St. Lawrence. J. Crust. Biol., 29(4): 532-543.

[Résumé disponible seulement en anglais]
The objective of this study was to clarify the diet composition of the first stage larvae of northern shrimp Pandalus borealis¨ during the spring period of high biological production in the Northwestern Gulf of St. Lawrence (NWGSL). Data collected in spring 2006 revealed that hatching of P. borealis larvae took place in late April and early May during a period characterized by a phytoplankton bloom (mainly species of the genus Chaetoceros) and by an abundance of early stages of mesozooplankton, which demonstrated the onset of secondary production at the sampling site. Gut content examination of stage I larvae sampled at the site and feeding experiments conducted at sea revealed that omnivorous feeding starts at hatching, but a first approximation based on the quantity of pigments present in the larvae suggest that zooplankton is more important than phytoplankton to meet the larvae’s energy needs. In addition, field observations of the degree of gut fullness and the low percentage (10 %) of larvae with empty guts indicate a high feeding success. Hatching at the time of production of adequate prey could represent a major factor for larval northern shrimp survival in the NWGSL.©2009 The Crustacean Society

GENDRON, L., P. OUELLET, 2009. Egg development trajectories of early and late-spawner lobsters (Homarus americanus) in the Magdalen Islands, Québec. J. Crust. Biol., 29(3) : 356-363.

[Résumé disponible seulement en anglais]
This study examines egg development in American lobster (Homarus americanus) ovigerous females caught off the Magdalen Islands (MI), Québec, in September 2002 and kept in tanks for 10-11 months under a simulated natural temperature cycle. The study compares egg development trajectories of 7 early-spawners (ES) that had a well-defined pigmented eye area (Perkins eye index, PEI: 190-246 μm) at the time of capture and 8 late-spawners (LS) with no visible pigmented eye at the time of capture. Eggs from ES achieved about 80 % of their development in the fall, followed by a circa 6-months rest period. Eggs from LS reached approximately 50 % development by late fall, and unlike eggs from ES, continued development during winter even at temperatures of 1.0-1.5 °C. The two groups experienced different numbers of effective (>3.4 °C) degree-days (ES: 1440.7, LS: 1308.0) for complete embryonic development and late spawning translated into late hatching. Additional observations made on a group of 72 ovigerous MI females caught in September 2006 indicate that early spawning is mainly associated to larger females, most likely multiparous, with a 2-year reproductive cycle, and late spawning mainly to smaller females, most likely primiparous, with a 1-year cycle, molting and spawning the same year. Larvae from ES/ multiparous and LS/primiparous may therefore encounter different environmental conditions for survival at hatching and during larval development. The occurrence of females having different patterns of egg development trajectories in American lobster populations can help spread larval production over time. This can be viewed as a mechanism for coping with environmental uncertainty.©2009 The Crustacean Society

DUFOUR, R., P. OUELLET, 2007. Rapport d'aperçu et d'évaluation de l'écosystème marin de l'estuaire et du golfe du Saint-Laurent. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2744F, 123 p.

Cliquer pour voir tout le texte

L’objectif principal de ce rapport est de décrire sommairement les composants, la structure et le fonctionnement de l’écosystème de l'estuaire et du golfe du Saint-Laurent ainsi que de fournir une évaluation préliminaire des principales pressions qu’exercent les activités humaines à l’échelle de l’écosystème. Pour ce faire, le rapport mentionne les espèces et les populations ainsi que les zones géographiques, y compris les zones côtières marines, qui sont importantes à l’échelle de l’écosystème et/ou préoccupantes en raison de la menace et des impacts que la pression humaine occasionne pour l’écosystème de l'estuaire et du golfe du Saint-Laurent.

OUELLET, P., L. SAVARD, P. LAROUCHE, 2007. Spring oceanographic conditions and northern shrimp Pandalus borealis recruitment success in the north-western Gulf of St. Lawrence. Mar. Ecol. Prog. Ser., 339 : 229-241.

Des séries temporelles de la température de surface (TS), de la profondeur de la couche de mélange (en température), et du taux de réchauffement de TS au printemps au moment de l’émergence des larves ont été corrélées à des indices de recrutement calculés à partir de données de capture de la crevette nordique (Pandalus borealis) dans le nord-ouest du golfe du Saint-Laurent entre 1994 et 2003. L’indice de recrutement et l’indice de la survie larvaire étaient corrélés négativement avec la moyenne journalière de TS au moment de l’émergence des larves. L’indice de recrutement et l’indice de la survie larvaire étaient corrélés positivement avec le taux de réchauffement de TS et la profondeur de la couche de mélange au moment de l’émergence des larves. Dans leur ensemble, les analyses ont révélé que l’émergence des larves pendant une période de faibles stratifications de densité et de faibles TS au printemps, suivi d’un taux de réchauffement relativement élevé dans la couche supérieure de la colonne d’eau est favorable à la survie des larves. Nous proposons que les relations observées supportent l’hypothèse que les conditions océanographiques dans la couche supérieure de la colonne d’eau, lesquelles inities et maintiennes un haut niveau de production biologique au moment de l’émergence des larves et au début du développement, sont favorables au succès de recrutement de la crevette nordique. Ainsi, la variabilité interannuelle du recrutement de la crevette nordique dans le nord-ouest du golfe du Saint-Laurent pourrait être expliquée par l’hypothèse de « Match/mismatch » de Cushing.

OUELLET, P., A. BUNDY, E.M.P. CHADWICK, A.-M. MACKINNON, O. SCHIMNOWSKI, 2007. Atelier national des Sciences 2006, Pêches et Océans Canada, Institut Maurice-Lamontagne, Mont-Joli (Québec) ; National Science Workshop 2006, Fisheries and Oceans Canada, Maurice Lamontagne Institute, Mont-Joli (Québec). Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat. ; Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2721, 65 p.

Cliquer pour voir tout le texte

DUFOUR, R., P. OUELLET, 2007. Estuary and Gulf of St. Lawrence marine ecosystem overview and assessment report. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2744E, 112 p.

Cliquer pour voir tout le texte

L’objectif principal de ce rapport est de décrire sommairement les composants, la structure et le fonctionnement de l’écosystème de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent ainsi que de fournir une évaluation préliminaire des principales pressions qu’exercent les activités humaines à l’échelle de l’écosystème. Pour ce faire, le rapport mentionne les espèces et les populations ainsi que les zones géographiques, y compris les zones côtières marines, qui sont importantes à l’échelle de l’écosystème et/ou préoccupantes en raison de la menace et des impacts que la pression humaine occasionne pour l’écosystème de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent.

OUELLET, P., L. SAVARD, P. LAROUCHE, 2007. Spring oceanographic conditions and northern shrimp Pandalus borealis recruitment success in the northwestern Gulf of St. Lawrence. AZMP Bull. PMZA, 6: 47-52.

Cliquer pour voir tout le texte

Des séries temporelles de la température de surface (TS), de la profondeur de la couche mélangée (en température) et du taux de réchauffement de TS au printemps au moment de l’émergence des larves de crevettes ont été corrélées à des indices de recrutement de la crevette nordique (Pandalus borealis) entre 1994 et 2004 dans le nord-ouest du golfe du Saint-Laurent, Canada. L’indice de la survie larvaire était corrélé négativement avec la moyenne journalière de TS au moment de l’émergence des larves de crevettes. L’indice de la survie larvaire était corrélé positivement avec le taux de réchauffement de TS et la profondeur de la couche mélangée au moment de l’émergence des larves. Dans leur ensemble, les analyses ont révélé que l’émergence des larves de crevettes pendant une période de faibles stratifications de densité et de faibles TS au printemps, suivi d’un taux de réchauffement relativement élevé dans la couche supérieure de la colonne d’eau est favorable à la survie des larves. Notre étude montre aussi l’importance d’un monitorage des conditions océanographiques tôt au printemps dans l’écosystème du nord du golfe du Saint-Laurent.

OUELLET, P., 2007. Contribution à l'identification de zones d'importance écologique et biologique (ZIEB) pour l'estuaire et le golfe du Saint-Laurent : la couche des œufs et des larves de poissons et de crustacés décapodes ; Contribution to the identification of ecologically and biologically significant areas (ESBA) for the Estuary and the Gulf of St. Lawrence : the fish eggs and larvae and crustacean decapods larvae layer. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2007/011, 66 p.

Cliquer pour voir tout le texte

L’analyse sur plus de 20 ans de données sur l’abondance des oeufs et des larves de poissons et de quelques espèces de crustacés décapodes est présentée afin de dresser une carte des zones d’importance écologique et biologique pour l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent. L’analyse de la distribution spatiale des espèces d’oeufs et de larves de poissons et de crustacés décapodes a permis de proposer huit zones dans l’ensemble golfe et estuaire. Les zones principales se trouvent dans les régions de l’île Anticosti, la côte ouest de Terre-Neuve et le sud du Golfe. Par contre, l’absence de données disponibles pour la cartographie pour l’estuaire du Saint-Laurent limite la valeur de l’analyse pour cette région du système.

OUELLET, P., J.-P. ALLARD, 2006. Vertical distribution and behaviour of shrimp Pandalus borealis larval stages in thermally stratified water columns: laboratory experiment and field observations. Fish. Oceanogr., 15(5): 373-389.

En combinant données sur le terrain et observations au laboratoire sur des larves dans des gradients simulés de températures, nous décrivons les changements ontogénétiques dans la distribution et le comportement des jeunes stades de la crevette Pandalus borealis dans les colonnes d’eau à stratification thermique. Au laboratoire et à des stations dans le nord-ouest du golfe du Saint-Laurent, les deux premiers stades larvaires semblent choisir et se maintenir à un niveau de températures chaudes, dans la couche supérieure, au niveau de la thermocline et au-dessus de la couche intermédiaire froide (<1 °C). Les larves de stade III sont distribuées plus en profondeur dans la colonne d’eau et dans des eaux plus froides que pour les deux stades précédents. Les larves de stades IV et V ont montré les plus hauts niveaux d’activité natatoire au laboratoire et une bien plus grande étendue (de la surface jusqu’à ˜200 m) de distribution verticale en mer. Le passage à des eaux plus profondes et l’établissement sur le fond surviendraient après la cinquième mue, au stade VI. Nous proposons que le patron de distribution verticale observé en mer reflète l’ajustement des différents stades de développement à la distribution de leurs proies. La description des changements ontogénétiques dans la distribution verticale et les mouvements des jeunes stades de P. borealis devrait fournir des informations importantes pour les futurs tentatives de modéliser le transport et la dispersion des larves, et pour détecter les aires d’établissement et de recrutement avec l’aide de modèles tridimensionnels de la circulation. L’identification de l’habitat thermique des différents stades larvaires et le timing de l’établissement sur le fond fournissent également des informations importantes pour le développement de modèles de croissance des larves selon la température jusqu’au premier stade juvénile. ©2006 Her Majesty in Right Canada

CHABOT, D., P. OUELLET, 2005. Rearing Pandalus borealis larvae in the laboratory. II. Routine oxygen consumption, maximum oxygen consumption and metabolic scope at three temperatures. Mar. Biol., 147(4): 881-894.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Larvae of the northern shrimp Pandalus borealis (Krøyer) are pelagic. In the Estuary and Gulf of St. Lawrence, Canada, the early stages are found in the upper 25-m of the water column in spring and early summer and are expected to experience a range of water temperatures from as low as 0 °C to as high at 6 °C. Little is known of the impact of water temperature on metabolic requirements of northern shrimp larvae. In this study, routine respiration (VO2), maximum respiration (electron transport system activity, ETSA) and metabolic scope for growth (MS, ETSA-VO2) of northern shrimp larvae were measured as a function of temperature (3, 5 and 8 °C), developmental stage (I-V at 3 °C, I-VII at 5 °C and 8 °C) and growth rate in dry mass. After logarithmic transformation, all three metabolic variables were linearly related to dry mass. The increase in VO2 with body mass was faster at 5 °C than at 3 or 8 °C, whereas with ETSA this increase was slower. As a result, MS increased more slowly with dry mass at 5 °C than at 3 and 8 °C. However, MS did not limit growth in this study, since it explained only 39 % of the variability in growth. All three metabolic variables as well as growth varied together as a function of temperature and ontogeny. Q10 of all three metabolic variables ranged from 1.6 and 2.2 for stages I-V larvae, except for VO2 at stage I (3.9) and stage III (2.9).©2005 Springer-Verlag

OUELLET, P., 2005. Final report of the Fisheries Oceanography Committee 2005 annual meeting : March 22-24, 2005, Gulf Fisheries Center, Moncton, New Brunswick ; Rapport final de la réunion annuelle de 2005 du Comité sur l'océanographie des pêches : 22-24 mars 2005, Centre des pêches du Golfe, Moncton, Nouveau-Brunswick. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Proceedings Series ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Série des comptes rendus, 2005/015, 53 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Le Comité sur l’océanographie des pêches du ministère des Pêches et des Océans s’est réuni à Moncton (Nouveau-Brunswick) du 22 au 24 mars 2005. Le Comité a revu les conditions environnementales qui ont régné dans le nord-ouest Atlantique en 2004 ainsi que des documents sur l’océanographie physique et biologique et a discuté de ses affaires courantes. 1- L’environnement physique en 2004 : Pendant l’hiver, l’indice ONA s’est situé près du niveau de 2001 et sous la normale pour une quatrième année consécutive. Un indice ONA négatif donne des vents faibles, des températures de l’air élevées et une diminution de la perte de chaleur à la surface pendant l’hiver dans la mer du Labrador et, en partie, sur le plateau continental de Terre-Neuve et du Labrador. Les températures moyennes annuelles ont été plus élevées que la normale (env. 1,2 °C) sur la mer du Labrador, le plateau continental de Terre-Neuve et du Labrador, et dans le golfe du Saint-Laurent. Toutefois, sur le Plateau néo-écossais et dans le golfe du Maine, les températures de l’air sont demeurées sous la normale (env. -0,4 °C). La couverture de glace à Terre- Neuve était la deuxième plus faible en importance depuis 42 ans et sa durée généralement sous la normale. Dans le golfe du Saint-Laurent, la couverture de glace a aussi été sous la normale (onzième plus faible depuis 42 ans) et de plus courte durée que la normale. Par contre, sur le Plateau néo-écossais, la couverture et la durée de la glace ont été normales. Les données satellitaires montrent un gradient nord-sud des températures à la surface de la mer semblables à la répartition des températures de l’air. La mer et le plateau continental du Labrador, le nord du plateau continental de Terre-Neuve, et le nord du Grand Banc ont présenté des anomalies des températures de surface de 0,2 à 0,5 °C supérieures à la normale. Des températures de surface supérieures à la normale ont été observées dans le nord-est du golfe du Saint-Laurent, alors qu’ailleurs dans le golfe, les températures de surface ont été légèrement sous la normale. Par ailleurs, les températures de surface sur le Plateau néo-écossais et dans le golfe du Maine ont été de 0,3 à 1,1 °C sous la normale. Les analyses des données régionales (principalement celles du Programme de monitorage de la zone atlantique, PMZA) ont révélé que, tout comme en 2003, des conditions froides avaient eu tendance à dominer sur le Plateau néo-écossais et dans l’est du golfe du Maine en 2004. La température de surface à St-Andrews était de 0,8 °C sous la normale. A la station fixe Prince 5 (baie de Fundy), les températures mensuelles moyennes de la colonne d’eau (entre 0 et 90 m) ont été en général d’environ 0,9 °C sous la normale. À la station fixe Halifax 2, la température de surface a été de 1,0 °C sous la normale, faisant de 2004 l’une des années les plus froides depuis 79 ans, et l’anomalie de température (colonne d’eau) s’est située à environ 1,0 °C (les salinités étaient près de la normale). Les données obtenues pour tous les transects du PMZA en avril, en mai et en octobre supportent la conclusion générale de températures d’environ 2,0 °C sous la normale et la présence d’une couche intermédiaire froide (CIF) étendue sur le Plateau néo-écossais en 2004. Les températures de fond observées lors du relevé des poissons de fond de juillet sont exceptionnelles; elles montrent une CIF très étendue et des températures sous la normale à 50 m, à 100 m et au fond. L’indice de stratification était en général légèrement sous la normale pour la région du Plateau néo-écossais. Le front démarquant le plateau et le talus continental et le Gulf Stream était environ 20 km plus au sud que la moyenne. En 2004, la moyenne annuelle des températures de la colonne d’eau à la station 27 (Terre-Neuve et Labrador) est demeuré au-dessus de la moyenne à long terme et a même atteint un niveau record. La température de surface annuelle à la Station 27 a été de 1,0 °C au-dessus de la normale (aussi un record), tandis que la température de fond annuelle a été la plus élevée depuis 1966. La moyenne annuelle des salinités de la colonne d’eau à la station 27 est demeurée au-dessus de la normale pour la troisième année consécutive. L’aire de la coupe transversale de l’eau <0 °C (la CIF) sur le plateau continental de Terre-Neuve et du Labrador a diminué au cours de l’été, comparativement à 2003, et a été inférieure à la moyenne à long terme le long de tous les transects. L’aire de la CIF a été sous la normale le long de tous les transects, depuis celui du Bonnet Flamand, sur le Grand Banc, jusqu’au transect de l’île Seal, au sud du Labrador. Ainsi, au large de la baie de Bonavista, l’aire de la CIF a été inférieure à la normale pour la dixième année consécutive. Ces dernières années, les aires de la CIF sur le plateau de Terre-Neuve sont nettement différentes des niveaux élevés record observés au cours des années extrêmement froides du début des années 1990. Au printemps de 2004, les températures de fond sur le banc Saint-Pierre ont été significativement plus élevées par rapport à 2003, les températures <0 °C étant limitées aux eaux profondes près de la baie de Plaisance. En conséquence, les températures au-dessus de la normale ont été étendues en 2004 comparativement à 2003, couvrant la plupart des fonds des bancs de la division 3P (OPANO) avec des valeurs près de 1,0 °C au-dessus de la moyenne à long terme. Dans la division 3LNO, les températures de fond au printemps ont été de 1,0 à 1,5 °C au-dessus de la normale dans tous les secteurs des grands bancs. Au printemps 2004, la surface où l’eau était <0 °C dans la division 3L était la plus faible depuis le début des relevés, au commencement des années 1970. Les températures de fond pendant l’automne 2004 ont été de 0,5 à 2,0 °C supérieures à la normale pour tous les secteurs et les plus élevées jamais enregistrées pour la division 2J. Dans le golfe du Saint-Laurent, les températures de l’air au printemps 2004 ont été plus froides que la normale, mais étaient plus chaudes que la normale à l’automne. Il y a eu une augmentation de la température minimale de la CIF et, dans le sud du golfe, une diminution de la surface de fond avec des températures ≤0 °C par rapport à 2003. 2- L’environnement biologique en 2004 : Les analyses des données régionales (principalement du PMZA) montrent que, comparativement aux années précédentes, les concentrations de nitrates en surface ont été plus élevées en hiver à Halifax 2 et Prince 5 et plus basse en été à Halifax 2. Sous la surface (> 50 m), les concentrations de nitrates ont été inférieures à celles des années précédentes aux deux stations fixes et considérablement plus basses que la moyenne climatologique. Au cours de l’été 2004, les concentrations de nitrates au fond ont également été plus basses que celles observées ces dernières années sur le Plateau néo-écossais mais, à l’automne, plus élevées dans le sud du golfe du Saint-Laurent. Une observation dominante sur le Plateau néo-écossais en 2004 a été l’étendue et l’amplitude de la prolifération printanière (des concentrations de chlorophylle a près des niveaux record de 2003). Tel que révélé par les données satellitaires, ce phénomène a été particulièrement évident à la station fixe Halifax 2, le long des transects printaniers de l’est et de l’ouest du Plateau néoécossais, dans le sud du golfe du Saint-Laurent et sur le banc George. Les données du relevé EPC montrent toujours que les abondances actuelles de phytoplancton demeurent au-dessus de la moyenne à long terme et que le cycle de production débute plus tôt. Par rapport aux dernières années, la biomasse du zooplancton et l’abondance de Calanus finmarchicus ont été plus faibles en 2004 à la station fixe Shediac Valley (sud du golfe) et, au printemps, dans les secteurs centre et ouest du Plateau néoécossais. À l’automne, la biomasse et l’abondance de C. finmarchicus ont été plus élevées dans les secteurs centre et ouest du Plateau néo-écossais et dans le sud du golfe. Les concentrations de nitrates en surface à la Station 27 ont augmenté par rapport à la moyenne de la période 2000-2003 et les concentrations au fond sont demeurées basses comparativement à 2000. Le début et la durée de la prolifération printanière ont été près des moyennes à long terme, la prolifération ayant débuté au cours de la dernière semaine de mars et s’étant maintenue jusqu’à la fin de mai; toutefois, l’amplitude de la prolifération a été plus faible qu’en 2003. Les observations faites par satellite pour la région médiane du plateau continental de Terre-Neuve du Labrador montrent que, en avril 2004, la prolifération était de retour à sa période normale par rapport aux proliférations tardives des années 2000 à 2003. L’abondance du copépode C. finmarchicus à la Station 27 a été plus faible qu’au cours des trois dernières années et beaucoup plus faible qu’en 1999 et en 2000. La présence et l’abondance d’espèces de copépodes associées à des masses d’eau froide ou chaude, après que l’on eut assisté à une dominance graduelle des espèces d’eau froide depuis 1999, montrent depuis 2003 une augmentation des espèces d’eau chaude. Sur le plateau continental de Terre-Neuve, à l’exception du Platier, l’abondance globale des copépodes semble être à son maximum depuis le début du PMZA. L’abondance des trois espèces de Calanus (finmarchicus, hyperboreus, glacialis) et les grands nauplii de copépodes étaient à des niveaux bas record le long du transect du Bonnet Flamand, alors que leurs abondances étaient à des niveaux élevés record (depuis 2000) le long des transects de la baie de Bonavista et de l’île Seal. Aucune prolifération printanière de phytoplancton n’a été observée à la station fixe de Rimouski dans l’EMSL en 2004, et la biomasse du phytoplancton au printemps et à l’été a été la plus faible depuis 1992. Cette situation pourrait être attribuée à des débits d’eau douce supérieurs à la normale dans la région au printemps et à l’été 2004. Cependant, d’après les changements constatés dans les concentrations de sels nutritifs, la production de phytoplancton dans le nord-ouest du golfe du Saint-Laurent aurait été un peu plus faible en 2004 par rapport à 2003, mais plus forte qu’en 2000-2002. La biomasse de mésozooplancton observée en novembre dans l’EMSL et le nord-ouest du golfe était plus faible qu’en 2003 et correspondait au deuxième niveau le plus faible des dix dernières années. Par contre, la biomasse de macro-zooplancton observée en 2004 était plus élevée qu’en 2003. En 2004, la biomasse des euphausiacés a été la plus basse de la dernière décennie et, pour la première fois, la biomasse de l’amphipode hypéridé Themisto libellula a dépassé celle des euphausiacés. 3- Séance générale sur l’environnement : Sept documents ont été présentés au cours de la séance. On a notamment présenté un rapport sur un nouvel instrument élaboré dans la région du Québec pour la mesure et l’enregistrement in situ de l’oxygène dissous selon la profondeur. On a aussi donné un exemple des données enregistrées lors de la mission du Teleost à l’été 2004 dans le golfe du Saint-Laurent. Les fluctuations du degré de saturation de l’oxygène dans les eaux de fond peuvent avoir un effet significatif sur la répartition et la condition des poissons de fond. Les tendances géographiques à grande échelle et les changements récents de la richesse en espèces dans différentes régions de la zone atlantique ont été présentés. Il semble que la biodiversité des poissons (surtout les espèces de petite taille) et du zooplancton a augmenté ces dernières années. En utilisant des données du relevé EPC, une analyse du cycle saisonnier de l’abondance de taxa de phytoplancton et de zooplancton sur le plateau de Terre-Neuve n’a pas permis d’identifier de tendance dans le temps, contrairement au profil révélé par une analyse similaire pour la mer du Nord, et ce malgré des changements comparables dans les températures entre les deux environnements. 4- Affaires courantes du Comité : Cette année, une plus grande proportion du temps a été réservée aux affaires courantes du Comité. En plus de l’examen et de l’approbation des rapports régionaux annuels sur l’état des écosystèmes, le Comité a revu : 1) ses cadres de référence; 2) a poursuivi ses discussions et s’est entendu sur une proposition pour une définition des rôles respectifs du Comité et du PMZA concernant la préparation et la présentation des rapports régionaux et sur un nouveau mode de fonctionnement qui maintien les liens entres les deux groupes; 3) s’est entendu sur une proposition pour un projet quinquennal pour le Comité; 4) a révisé la liste des membres permanents actuels et fait des recommandations pour de nouveaux membres. Enfin, le Comité s’est entendu sur les recommandations suivantes. 1. L’information provenant du relevé d’été sur les oeufs de maquereau et du relevé sur les poissons de fond dans le sud du golfe devraient être incluse dans l’examen sur l’océanographie physique, et l’information pour tout le golfe devrait être assemblée dans un seul document (comme pour les conditions océanographiques physiques) pour les futurs rapports sur les conditions océanographiques chimiques et biologiques. 2. Un exercice doit être entrepris afin que l’on puisse comparer la saisonnalité décrite par les modèles et les données observées à certaines stations fixes du PMZA (p. ex., Shediac Valley) afin d’évaluer la capacité des modèles à refléter la variabilité saisonnière. 3. Le PMZA est un groupe mieux en mesure de préparer et de présenter les rapports régionaux détaillés pour les revues environnementales et la production des rapports sur l’état des écosystèmes. Toutefois, le Comité sur l’océanographie des pêches a besoin d’information sur les niveaux trophiques inférieurs et sur l’environnement physique pour respecter son mandat, et il est essentiel de maintenir des liens de travail avec le PMZA. Il est donc recommandé que le Comité et le PMZA tiennent des réunions successives de trois jours qui se chevauchant en partie, de préférence à la fin de mars et dans un endroit neutre (p. ex., Montréal). 4. Le Comité sur l’océanographie des pêches continuera de fonctionner de façon ponctuelle de manière à ce que les questions (environnementales, relatives aux pêches) pouvant survenir soudainement soient traitées comme par le passé; par contre, il est proposé que le Comité oriente ses activités sur les niveaux supérieurs de la chaîne trophique marine. 5. Il est convenu d’élaborer une proposition pour un projet de cinq ans visant à assembler et à analyser les diverses données (p. ex., la composition en espèces, l’abondance, l’état physiologique des poissons et des invertébrés) nécessaires pour décrire l’historique et l’état actuel des écosystèmes du plateau continental dans la zone atlantique. 6. Il faut amener au Comité sur l’océanographie des pêches davantage de scientifiques plus intéressés par les écosystèmes et les pêches. 7. Le Comité sur l’océanographie des pêches suggère que le poste de président du Comité soit offert à M. Michael Sinclair Ph.D. (Région des Maritimes - IOB).

DUTIL, J.-D., J. GAUTHIER, A. FRÉCHET, M. CASTONGUAY, Y. LAMBERT, P. OUELLET, 2005. Northern Gulf of St. Lawrence (NAFO 3Pn and 4RS). Pages 105-113 in K. Brander (ed.). Spawning and life history information for North Atlantic cod stocks. International Council for the Exploration of the Sea (ICES Coop. Res. Rep., 274).

Cliquer pour voir tout le texte

OUELLET, P., D. CHABOT, 2005. Rearing Pandalus borealis (Krøyer) larvae in the laboratory : I. Development and growth at three temperatures. Mar. Biol., 147(4): 869-880.

[Résumé disponible seulement en anglais]
Northern shrimp Pandalus borealis (Krøyer) larvae hatch in the northern Gulf of St. Lawrence from early May to the end of June, and larval development occurs over a range of relatively cold water temperatures. Because of the long duration of the pelagic phase and the difficulty of sampling all successive larval stages at sea, we used laboratory experiments to assess the effects of water temperature on larval development and growth. In spring 2000, P. borealis larvae were reared from hatching to the first juvenile stages (i.e., stage VI and VII) at three temperatures (3, 5, and 8 °C) representing conditions similar to those in spring in the northern Gulf of St. Lawrence. Larval development and growth were dependent on temperature, with longer duration and smaller size (cephalothorax length, CL , and dry mass, DM) at 3 °C relative to the 5 and 8 °C treatments. There were no significant differences in the morphological characters of the different stages among treatments, indicating that regular moults occurred at each temperature. The results suggest a negative impact of cold temperatures (lower intra-moult growth rates and smaller size) and, possibly, higher cumulative mortality due to longer development time that could affect the success of cohorts at sea. However, CL and DM for stage III and later larvae were smaller than those of larvae identified at the same developmental stage in field locations. It is possible that the diet offered to larvae in this experiment (Artemia nauplii, either newly hatched nauplii or live adults, depending on the developmental stage) was not optimal for growth, even though it is known to support successful P. borealis larval development. In the field, there is the possibility that phytoplankton contributes to the larval diet during the first stages and stimulates development of the digestive glands. Furthermore, the nutritional quality of the natural plankton diet (e.g., high protein content, fatty acid composition) might be superior and favourable to higher growth rates even at lower temperatures.©2005 Springer-Verlag

OUELLET, P., F. PLANTE, 2004. An investigation of the sources of variability in American lobster (Homarus americanus) eggs and larvae: female size and reporduction status, and interannual and interpopulation comparisons. J. Crust. Biol., 24(3): 481-495.

[Résumé disponible seulement en anglais]
From 1997 to 2001, the effects of female size (cephalothorax length [CL]) and reproductive status on egg size (diameter, dry weight) and larva CL at hatching were investigated in two Homarus americanus populations in the Gulf of St. Lawrence (Îles-de-la-Madeleine, Anticosti) and one at Grand Manan (Bay of Fundy), Canada. The estimated size at 50 % maturity was used to identify small (likely primiparous) females for each population. Multifactor, mixed-hierarchical ANOVA models were used to investigate the variability of eggs and stage I CL among years and populations. In all comparisons, the main source of variability in the egg and stage I larva size was females (within and among). Nevertheless, for the Îles-de-la-Madeleine population in each year except 2001, the mean stage I larva sizes from small (CL < 79 mm), probably primiparous females were significantly smaller (P < 0.0085) than the mean larva sizes from larger females. However, female CL per se explained very little of the variance in mean larval size at hatching (r2 = 0.23, P < 0.05 and r2 = 0.12, P = 0.22 in 2000 and 2001, respectively, when the entire size range of reproductive females was considered). Hatching larvae tend to be smaller in primiparous females or females maturing at a small size; however, over the entire size range of reproductive females, larval size at hatching is almost independent of female size (CL). It is as if, above a minimum viable size, there is a constant small range of egg/larval sizes produced in H. americanus. Conservation measures dealing with the imposition of a minimum legal size may be a means of increasing the number of females that will spawn at least once or twice within a population. However, the impacts of first-time spawning on quality of eggs and larvae need to be fully investigated to assess the response of the population's egg production and recruitment potential of this measure.

SIBERT, V., P. OUELLET, J.-C. BRÊTHES, 2004. Changes in yolk total proteins and lipid components and embryonic growth rates during lobster ( Homarus americanus) egg development under a simulated seasonal temperature cycle. Mar. Biol., 144: 1075-1086.

[Résumé disponible seulement en anglais]
From August 2000 to June 2001, seven eggcarrying female lobster (Homarus americanus) from the Iles de la Madeleine population (Gulf of St. Lawrence, Canada) were held under a simulated seasonal temperature cycle to monitor egg development from extrusion to hatching. For the first time, changes in the yolk components (total lipids and major lipid classes, total proteins) and embryo growth of single eggs were monitored separately over the entire development period. Under the controlled temperature conditions, egg development proceeded in three phases. (1) Autumn, from extrusion to early December, was marked by a rapid increase in the Perkins’s eye index and rapid declines in yolk total proteins and triacylglycerols (TAG). Embryo daily growth rate was estimated between 1 and 2 μg proteins day)-1. (2) Winter, from late December to early April (temperature stable at ca. 1 °C) was characterized by a stationary phase in the evolution of the eye index and yolk lipid use, and embryo growth slowed significantly. (3) Spring, from late April to hatching in June was the period with the most rapid changes in yolk TAG and embryo growth rates >6 μlg proteins day-1 were recorded. Almost 65 % of the live biomass (total proteins) of the hatching larvae was accumulated during the last few weeks of development. An index of embryo growth efficiency was estimated as the slope of the relationship between embryo total proteins and yolk TAG during egg development. A relationship was found between the initial mean egg dry weight and the embryo growth efficiency index suggesting that under the same experimental conditions bigger eggs used yolk lipids more efficiently and sustained faster embryonic growth than smaller eggs. The relationship may also explain why larger larvae originate from larger eggs.©2004 Springer-Verlag

OUELLET, P., 2004. Final report of the Fisheries Oceanography Committee 2004 annual meeting : March 16-19, 2004, Battery Hotel, St. John's, Newfoundland-Labrador ; Rapport final de la réunion annuelle de 2004 du Comité sur l'océanographie des pêches : 16-19 mars 2004, Hotel Battery, St. John's, Terre-Neuve-Labrador. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Proceedings Series ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Série des comptes rendus, 2004/019, 110 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Le Comité sur l’océanographie des pêches du ministère des Pêches et des Océans s’est réuni à St-John’s (Terre-Neuve-Labrador) du 16 au 19 mars 2004. Au cours de cette réunion, le Comité a passé en revue les conditions environnementales qui ont prévalu dans l’Atlantique Nord-Ouest en 2003, a tenu une séance thématique sur l’état actuel des écosystèmes pélagiques de la zone Atlantique, a examiné des documents sur l’océanographie physique et biologique et a discuté de ses affaires courantes. 1- L’environnement physique en 2003 : L’est de l’Arctique, le Labrador et la mer du Labrador ont connu une anomalie à grande échelle avec des températures de l’air froides de février à avril, suivies de deux mois plus chauds que la normale. Pour les régions du golfe du Saint-Laurent, de Terre-Neuve et des Maritimes, les températures de l’air ont été plus froides que la normale de janvier à avril, mais légèrement supérieures à la normale en mai et en juin. En ce qui concerne les moyennes annuelles, les températures ont été au-dessus de la normale en raison de températures nettement plus chaudes (surtout pour les sites plus au nord) au cours de la deuxième moitié de l’année. L’indice d’oscillation nord-atlantique (ONA) est demeuré sous la normale, semblable à sa valeur de 2002. Dans l’ensemble, bien que la période de présence des glaces ait été plus longue que la normale, 2003 aura été une année marquée par une couverture glacielle moins importante sur les plateaux continentaux de Terre-Neuve et du Labrador. À l’intérieur du golfe, la surface maximale du couvert de glace a augmenté par rapport à 2002 et les années précédentes. Sur le Plateau néo-écossais, le couvert de glace (de janvier à mai) a été le troisième plus important des 42 dernières années. La plus grande anomalie annuelle positive des températures de surface de l’océan a été observée dans la mer du Labrador (station Bravo). En général, les anomalies diminuaient en allant vers le sud, le long du plateau continental du Labrador, pour devenir presque nulles au nord du Grand Banc. Sur le Plateau néo-écossais et dans le golfe du Maine, les températures de surface sont demeurées sous la normale (données disponibles de janvier à juin seulement). Les eaux de surface ont été particulièrement froides durant l’hiver dans le golfe du Saint-Laurent. Ces conditions pourraient expliquer l’augmentation importante de l’épaisseur (hauteur) de la couche intermédiaire froide (CIF) pendant l’été ainsi que la baisse observée de sa température minimale. L’aire de la coupe transversale de la CIF sur les plateaux continentaux de Terre-Neuve et du Labrador a aussi augmenté légèrement par rapport à 2002. La superficie du fond couverte par des eaux de moins de 0 °C a augmenté sur le Banc de Saint-Pierre au printemps 2003. Une CIF très importante et des températures sous la normale ont été enregistrées lors du relevé sur les poissons de fond de juillet sur le Plateau néo-écossais. Il est à noter qu’une température de fond froide a une incidence importante sur la répartition des poissons de fond. 2- L’environnement biologique en 2003 : L’importance et la durée de la prolifération printanière à la station 27 (Terre-Neuve) en 2003 ont été comparables à celles des années précédentes. L’abondance globale du zooplancton a été aussi comparable à celle des années précédentes; cependant, les petites espèces de copépodes (Oithona sp. et Pseudocalanus sp.) ont dominé la communauté et semblent être en augmentation au nord-est du plateau continental de Terre-Neuve. En 2003, l’événement dominant pour le phytoplancton dans la région des Maritimes a été l’importance et l’étendue de la prolifération printanière. Par contre, les niveaux de chlorophylle ont été moins élevés dans le sud du golfe du Saint-Laurent par rapport à ceux de 2002 (il faut noter que les niveaux de chlorophylle étaient exceptionnellement élevés en 2002 dans le sud du golfe). Les données de l’échantillonneur en continu du plancton (ECP) montrent que les niveaux actuels de phytoplancton sont toujours bien au-dessus de la moyenne à long terme et que le cycle saisonnier commence plus tôt comparativement aux années 1960 et 1970. En général, le zooplancton a été plus abondant à tous les sites, mais surtout dans le sud du golfe, où l’abondance de Calanus finmarchicus a atteint un niveau record en 2003. Le début de la principale prolifération à la station de Rimouski (estuaire du Saint-Laurent) est survenu à la fin de mai, soit un mois plus tôt que la normale. Selon l’évolution des concentrations de sels nutritifs, la production de phytoplancton a pu être plus élevée en 2003 dans le nord-ouest du golfe du Saint-Laurent. La biomasse et l’abondance du zooplancton mesurées aux stations fixes du nord du golfe ont été légèrement plus élevées en 2003 par rapport à celles des années précédentes. Dans le bas-estuaire et le nord-ouest du golfe, la biomasse de méso-zooplancton a également été plus élevée en 2003. Par contre, peu de changements ont été notés dans la biomasse du macro-zooplancton. 3- Recrutement : Les indices de recrutement (R) et de la biomasse de reproducteurs (BSR) de nombreux stocks de poissons exploités ont été compilés à partir des données des relevés de recherche réalisés depuis plus de 20 ans et incorporés dans une base de données commune pour l’Atlantique Nord-Ouest. Pour nombre de stocks, des estimations de R et de BSR obtenues avec des modèles analytiques de l’abondance ont été ajoutées à la base de données. Des anomalies normalisées de R, de BSR et du taux de recrutement (ln R/BSR) ont été présentées pour que l’on puisse comparer les tendances temporelles entre les stocks et les espèces. En général, on constate une bonne concordance entre les tendances dérivées des relevés de recherche et les estimations dérivées des modèles. On constate des tendances à la baisse pour R et BSR pour la plupart des stocks de morue, mais les valeurs de R/BSR affichent une plus grande variabilité. Les valeurs de R pour le hareng varient entre les stocks, mais des anomalies positives ont été observées récemment pour le Plateau néo-écossais et le banc Georges. Cependant, les anomalies de R/BSR sont dans l’ensemble positives pour les stocks de hareng, ce qui laisse entrevoir une augmentation éventuelle de la biomasse de cette espèce. Du côté des poissons plats, les anomalies récentes de R et de BSR ont été positives pour les stocks du sud. Une analyse des composants principaux a révélé un changement significatif (premier axe pour R) au début des années 1990, changement que l’on a interprété comme un passage soudain à une dominance des poissons pélagiques sur les poissons de fond au cours de cette période. Les membres s’entendent pour que le tableau des résultats du recrutement soit révisé à quelques années d’intervalle à l’occasion de la réunion du COP afin que l’on puisse dégager les tendances récentes. 4- Séance générale sur l’environnement : Six documents sont présentés. Les sujets traités comprennent l’utilisation d’un modèle physique pour l’estimation des conditions océanographiques dans le sud du golfe, la dérive et la survie des larves de poissons et d’invertébrés, l’impact des fluctuations de température sur le développement des oeufs et la taille des larves à l’émergence chez le homard, l’événement exceptionnel de mortalité massive de morues survenu en avril 2003 dans la bras Smith (Terre- Neuve). 5- La séance thématique : La séance thématique de cette année, axée sur l’examen de l’état actuel des écosystèmes pélagiques dans la zone Atlantique, est une grande réussite avec la présentation de onze documents. La séance s’articulait en fait autour de deux thèmes principaux : d’une part, la variabilité dans la production de phytoplancton et de zooplancton; d’autre part, les changements récents dans les communautés de poissons des différentes régions. Outre les événements à grande échelle et les effets descendants, les changements à l’échelle locale touchant le mélange (disponibilité des sels nutritifs), la stratification, la dynamique des glaces et les assemblages de phytoplancton (effets ascendants) peuvent expliquer une proportion importante de la variabilité dans les niveaux trophiques inférieurs. Dans le sud du golfe du Saint-Laurent, la proportion de la biomasse totale représentée par les espèces de poissons pélagiques est passée de 25 % au début des années 1980 à 75 % au début des années 2000. Toutefois, la diminution de la pression de pêche depuis le milieu des années 1980 pourrait expliquer cette augmentation récente de l’abondance, surtout pour le hareng et le maquereau. L’abondance de poissons pélagiques peut aussi avoir un impact négatif sur le recrutement des poissons de fond. En général, il semble y avoir eu un changement de dominance entre les poissons de fond et les poissons pélagiques au cours des dix dernières années, ou de façon plus générale, un changement vers des espèces de plus petite taille (sauf à Terre-Neuve). Cependant, on ne peut certifier que la biomasse totale des poissons pélagiques a augmenté avec le déclin de la biomasse des poissons de fond. Depuis le début des années 1990, on a observé des changements significatifs dans la biologie (répartition, temps de frai, taille, alimentation) du capelan dans l’Atlantique Nord-Ouest. On prétend que des événements océanographiques à grande échelle (p. ex., mouvements d’eaux de l’Arctique vers le sud) ont pu affecter les populations de capelan. 6- Affaires courantes : La séance sur l’océanographie chimique et biologique est suivie d’une longue discussion sur l’uniformité de la présentation ainsi que sur l’intégration et l’interprétation des informations. Bien que les participants soient d’accord en principe, le débat se poursuit concernant l’atteinte de ces objectifs. Les participants discutent du rôle du COP en tant que le lieu où l’on traite de l’intégration des données, où l’on compare les tendances et où des exercices simples de simulation peuvent même être mis de l’avant (même si cela peut exiger une révision des membres du COP). Un groupe ad-hoc est formé pour examiner la situation et faire des recommandations pour que l’on puisse passer de simples descriptions à des présentations des paramètres de l’intégration et des systèmes, voire établir des prévisions, et pour simplifier les rapports régionaux sur l’état de l’écosystème. Aucun sujet n’est retenu pour la séance thématique de la réunion de l’année prochaine. Cependant, on recommande que le COP tienne une séance de travail sur l’intégration, la modélisation et les échelles de variabilité et que l’on définisse une stratégie pour les cinq prochaines années, recommandation que l’on approuve par la suite. On suggère aussi de tenir la prochaine réunion annuelle du COP à la fin de mars 2005, à Moncton.

OUELLET, P., F. GRÉGOIRE, M. HARVEY, E. HEAD, B. MORIN, G. ROBERT, L. SAVARD, S. SMITH, M. STARR, D. SWAIN, 2003. Exceptional environmental conditions in 1999 in eastern Canadian waters and the possible consequences for some fish and invertebrate stocks. AZMP Bull. PMZA, 3: 21-27.

Cliquer pour voir tout le texte

Plusieurs indicateurs des conditions atmosphériques indiquent que des températures de l’air anormalement élevées en 1999 ont entraîné une réduction de la glace de mer en hiver et au printemps sur les plateaux continentaux de Terre-Neuve, du Labrador et de la Nouvelle-Écosse et une augmentation des températures de l’eau de surface sur l’ensemble de la zone Atlantique. Également, d’autres indices indiquent que le cycle de production biologique (la floraison du phytoplancton) a été initié plus tôt en 1999 dans la plupart des régions de la zone. Ces conditions océanographiques exceptionnelles auraient eu des conséquences positives sur la production (ex. recrutement, croissance) de nombreux stocks de poissons et d’invertébrés dans l’Est du Canada.

GENDRON, L., A.M. WEISE, M. FRECHETTE, P. OUELLET, C.W. McKINDSEY, L. GIRARD, 2003. Evaluation of the potential of cultured mussels (Mytilus edulis) to ingest state I lobster (Homarus americanus) larvae. Can. Ind. Rep. Fish. Aquat. Sci., 274, 20 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Au Québec, la mytiliculture est en plein essor et se développe présentement dans des secteurs ou le homard est présent et ou il est probable de retrouver des larves de homard. Les pêcheurs de homard s'interrogent à savoir si la mytiliculture peut représenter un danger pour les larves de homard. Ils évoquent la possibilité que les moules puissent ingérer les larves de homard et causer leur mort. L'objectif de ce projet était d'évaluer si les larves de homard (Homarus americanus) de stade I sont capturées par les moules d'élevage (Mytilus edulis) lorsque places ensemble et de déterminer, le cas échéant, si cette ingestion pouvait tuer ou blesser la larve.

GENDRON, L., A.M. WEISE, M. FRECHETTE, P. OUELLET, C.W. McKINDSEY, L. GIRARD, 2003. Évaluation du potentiel des moules d’élevage (Mytilus edulis) à ingérer des larves de homard (Homarus americanus) de stade I. Rapp. can. ind. sci. halieut. aquat., 274, 20 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Au Québec, la mytiliculture est en plein essor et se développe présentement dans des secteurs ou le homard est présent et ou il est probable de retrouver des larves de homard. Les pêcheurs de homard s'interrogent à savoir si la mytiliculture peut représenter un danger pour les larves de homard. Ils évoquent la possibilité que les moules puissent ingérer les larves de homard et causer leur mort. L'objectif de ce projet était d'évaluer si les larves de homard (Homarus americanus) de stade I sont capturées par les moules d'élevage (Mytilus edulis) lorsque places ensemble et de déterminer, le cas échéant, si cette ingestion pouvait tuer ou blesser la larve.

OUELLET, P., J.-P. ALLARD, 2002. Seasonal and interannual variability in larval lobster Homarus americanus size, growth and condition in the Magdalen Islands, southern Gulf of St. Lawrence. Mar. Ecol. Prog. Ser., 230: 241-251.

OUELLET, P., D. LEFAIVRE, J.-P. ALLARD, 2001. Abondance des larves de homard (Homarus americanus) et disponibilité des post-larves pour l'établissement benthique aux Îles-de-la-Madeleine, sud du golfe du Saint-Laurent (Québec). Pages 17-21 in M.J. Tremblay & B. Sainte-Marie (eds.). Symposium sur le Programme intégré sur le homard canadien et son environnement (PINHCE): résumés et sommaire des travaux. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2328, 130 p.

HARDING, G., K. DRINKWATER, J. LODER, C. HANNAH, P. VASS, P. OUELLET, J. SHORE, 2001. Distribution, variabilité et dispersion des larves de homard sur les bancs Browns et German et dans la région côtière du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse: 1) distribution et écologie des larves. Pages 5-7 in M.J. Tremblay & B. Sainte-Marie (eds.). Symposium sur le Programme intégré sur le homard canadien et son environnement (PINHCE): résumés et sommaire des travaux. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2328, 130 p.

OUELLET, P., Y. LAMBERT, I. BÉRUBÉ, 2001. Cod egg characteristics and viability in relation to low temperature and maternal nutritional condition. ICES J. Mar. Sci., 58: 672-686.

OUELLET, P., D. LEFAIVRE, J.-P. ALLARD, 2001. Lobster (Homarus americanus) abundance and post-larvae availability to settlement at the Magdalen Islands, southern Gulf of St. Lawrence (Quebec). Pages 14-18 in Tremblay M.J. & B. Sainte-Marie (eds.). Canadian Lobster Atlantic Wide Studies (CLAWS) Symposium : abstract and proceedings summary. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2328, 130 p.

HARDING, G., K. DRINKWATER, J. LODER, C. HANNAH, P. VASS, P. OUELLET, J. SHORE, 2001. Larval lobster distribution, variability and dispersal in the Browns-German Banks and coastal southwest Nova Scotia region: (1) Larval distribution and ecology. Pages 3-5 in Tremblay M.J. & B. Sainte-Marie (eds.). Canadian Lobster Atlantic Wide Studies (CLAWS) Symposium : abstract and proceedings summary. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2328, 130 p.

LAMBERT, Y., J.-D. DUTIL, P. OUELLET, 2000. Nutritional condition and reproductive success in wild fish populations. Pages 77-84 in Norberg (ed.). Proceeding of the 6th international symposium on the reproductive physiology of fish, 4-9 July 1999.

OUELLET, P., B. SAINTE-MARIE, 1998. Distribution et abondance des larves de homard (Homarus americanus) aux Îles-de-la-Madeleine : implications pour la disponibilité des postlarves et le succès de l'établissement benthique. Pages 109-115 in L. Gendron (éd.). Compte-rendu d'un atelier de travail sur l'ensemencement des stocks de homard, tenu aux Îles-de-la-Madeleine (Québec) du 29 au 31 octobre 1997. MPO (Rapp. Can. Ind. Sci. Halieut. Aquat., 244).

OUELLET, P., B. SAINTE-MARIE, 1998. Distribution and abundance of lobster (Homarus americanus) larvae in the Magdalen Islands : implications for the availability of postlarvae and benthic settlement. Pages 101-107 in L. Gendron (ed.). Proceedings of a Workshop on Lobster Stock Enhancement held in the Magdalen Islands (Quebec) from October 29 to 31, 1997 . Dept. of Fisheries and Oceans (Can. Ind. Rep. Fish. Aquat. Sci., 244).

DUTIL, J.-D., M. CASTONGUAY, M.O. HAMMILL, P. OUELLET, Y. LAMBERT, D. CHABOT, H. BROWMAN, D. GILBERT, A. FRÉCHET, J.-A. GAGNÉ, D. GASCON, L. SAVARD, 1998. Environmental influences on the productivity of cod stocks : some evidence for the northern Gulf of St. Lawrence, and required changes in management practices. DFO, Canadian Stock Assessment Secretariat, Research Document, 98/18, 42 p.

OUELLET, P., Y. LAMBERT, M. CASTONGUAY, 1997. Spawning of Atlantic cod (Gadus morhua L.) in the northern Gulf of St. Lawrence : a study of adult and egg distributions and characteristics. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 54: 198-210.

De 1993 à 1995, l'abondance et la distribution des oeufs, des relevés acoustiques, et l'analyse des traits de chalut de fond montrent que la fraie de la morue (Gadus morhua) du nord du golfe du Saint-Laurent commence au même endroit, soit au large de la côte ouest de Terre-Neuve. Selon les proportions de femelles ayant fini de frayer et des différents stades de développement des oeufs la fraie ne pouvait pas avoir débutée avant la fin de mars ou le début d'avril. La fraie a débuté alors que les morues sont rassemblées en agrégations denses à la suite d'une migration pré-reproductrice en provenance du détroit de Cabot. Les grandes morues ont commencé à frayer avant les petites morues. En mai 1994, les morues se sont dispersées peu après le début de la fraie et la majeur partie de la fraie surviendrait alors qu'elles poursuivent leur déplacement dans les régions nord-est et nord du Golfe. Les oeufs de stade I étaient présents dans toute la colonne d'eau, mais chaque année les plus grandes concentrations se retrouvaient au niveau des eaux froides (< 0 °C) du Golfe. Nous proposons que, dans le nord du Golfe, les conditions de température pour le développement des oeufs pourraient être un facteur déterminant pour la définition de la force des classes d'âge.

OUELLET, P., 1997. Characteristics and vertical distribution of Atlantic cod (Gadus morhua) eggs in the northern Gulf of St. Lawrence, and the possible effect of cold water temperature on recruitment. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 54: 211-223.

De 1993 à 1995, tôt en mai, la colonne d'eau dans le nord du golfe Saint-Laurent était faiblement stratifiée et la couche d'eau froide (< 2 °C) s'étendait de ca. 125 m jusque sous la surface. Les oeufs de morue (Gadus morhua) occupaient toute la colonne d'eau, mais les plus fortes quantités ont été observées au niveau de la couche intermédiaire froide. La taille et la composition (lipides, protéines) des oeufs déterminaient leur position verticale. La densité moyenne des oeufs de stade I de mai 1994 se situait entre 25,0 et 26,0 km•m-3, soit une densité plus élevée que la couche de mélange. Pour la période de 1980 à 1989, il y avait une relation positive mais faible entre les anomalies de température de la couche intermédiaire froide et la force des classes d'âge (l'abondance des poissons de 3 ans) de la morue. Cependant, il est peu probable que de faibles niveaux de recrutement causés par des températures anormalement basses de la couche intermédiaire froide ont eut un impact majeur sur l'effondrement du stock de morue du nord du Golfe. Néanmoins, le pauvre état du stock reproducteur (faible abondance, faible condition, des oeufs de faible flottabilité) et des conditions climatiques sévères à la fin de l'hiver et tôt au printemps peuvent contribuer à réduire les chances d'un recrutement annuel élevé, et ralentir le rétablissement du stock de morue du nord du Golfe.

OUELLET, P., Y. LAMBERT, 1996. Maternal influence on Atlantic cod Gadus morhua egg characteristics and survival potential. 76th Annual Meeting of the American Society of Ichthyologists and Herpetologists, New Orleans, LA (USA), Jun 13-19.

OUELLET, P., C.T. TAGGART, K.T. FRANK, 1995. Early growth, lipid composition, and survival expectations of shrimp Pandalus borealis larvae in the northern Gulf of St. Lawrence. Mar. Ecol. Prog. Ser., 126: 163-175.

SAVENKOFF, C., L. ST-AMAND, P. OUELLET, T.T. PACKARD, 1995. An index of respiratory efficiency in the shrimp Pandalus borealis (Kroeyer) larvae. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2072, 26 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Des larves de la crevette nordique Pandalus borealis ont été gardées sous conditions contrôlées au laboratoire de l'émergence jusqu'au premier stade juvénile (stade mégalopa). La respiration (physiologique et enzymatique potentielle) et différents paramètres caractérisant le développement (longueur de la carapace, longueur totale, poids sec, contenu en protéine) ont été mesurés sur les différents stades larvaires. La longueur de carapace, la longueur totale et la respiration physiologique (R) ont augmenté de façon linéaire au cours du développement larvaire. Le poids sec, le contenu en protéine et la respiration enzymatique potentielle (activité ETS ou AETS) ont augmenté de façon exponentielle pendant la durée de l'expérience. L'activité respiratoire ramenée au poids sec (QO2 était maximale immédiatement après l'éclosion puis diminuait pour atteindre un minimum en fin de développement larvaire. Nous avons estimé que les zoés de P. borealis avaient un besoin énergétique minimal de 2,95 à 0,44 J mg DW-1 d-1 de poids sec par jour depuis le zoé stade 1 au stade megalopa. Nous proposons l'utilisation du rapport R/AETS comme un indice quantitatif de la sensibilité des larves face à un stress environnemental. Nos résultats montrent que les premiers stades larvaires seront les plus vulnérables du fait que la respiration est proche de la capacité maximale respiratoire. Avec la croissance et la diminution du rapport R/AETS, les derniers stades larvaires ont le plus fort potentiel pour générer de l'énergie et ainsi répondre à des stress environnementaux.

OUELLET, P., D. LEFAIVRE, 1994. Vertical distribution of northern shrimp (Pandalus borealis) larvae in the Gulf of St. Lawrence; implications for trophic interactions and transport. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 51: 123-132.

OUELLET, P., J.-P. ALLARD, J.-F. ST-PIERRE, 1994. Distribution des larves d'invertébrés décapodes (Pandalidae, Majidae) et des oeufs et larves de poissons dans le nord du golfe du Saint-Laurent en mai et juin de 1985 à 1987 et 1991-1992. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2019, 60 p.

Cliquer pour voir tout le texte

De 1985 à 1987, et en 1991 et 1992, sept missions d'échantillonnage ont été menées dans le nord du golfe du Saint-Laurent entre la fin avril et le début juillet. L'ensemble des missions a permis d'obtenir de l'information sur la composition en espèces et sur la distribution des larves d'invertébrés décapodes et des œufs et larves de poissons. Un total de 28 espèces réparties en 13 familles (2 familles de décapodes et 11 familles de poissons) a été recensé pour l'ensemble des missions. Les larves de crevettes Pandalus spp. et les larves de crabes (Chionoecetes opilio et/ou Hyas spp.) sont les premières à être présentes en abondance dans le nord du Golfe. De plus, les larves d'invertébrés décapodes étaient toujours plus abondantes que les larves de poissons. Les larves de lançons (Ammodytes spp.) et de sébastes (Sebastes spp.) dominaient parmi les larves de poissons. Au mois de mai dans le nord du Golfe, les œufs de poissons étaient surtout représentés par les œufs de morue (Gadus morhua) ou de plie grise (Glyptocephalus cynoglossus). L'analyse de la distribution des œufs de morue entre 1985 et 1987 montre qu'il y avait des pontes simultanées dans tous les secteurs dès le début du mois de mai, probablement par des unités reproductrices indépendantes de la population de morue du nord du golfe du Saint-Laurent.

LOVRICH, G.A., P. OUELLET, 1994. Patterns of growth and triacylglycerol content in snow crab Chionoecetes opilio (Brachyura : Majidae) zoeal stages reared in the laboratory. Mar. Biol., 120(4): 585-591.

OUELLET, P., C.T. TAGGART, K.T. FRANK, 1992. Lipid condition and survival in shrimp (Pandalus borealis) larvae. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 49: 368-378.

OUELLET, P., D. LEFAIVRE, V.G. KOUTITONSKY, 1990. Distribution of shrimp (Pandalus borealis) larvae and hydrographic pattern in the northern Gulf of St. Lawrence. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 47: 2068-2078.

OUELLET, P., 1987. Mackerel (Scomber scombrus) egg abundance in the southern Gulf of St. Lawrence from 1979 to 1986, and the use of the estimate for stock assessment. CAFSAC Res. Doc., 87/62, 40 p.

Les croisières d'échantillonnage des œufs de maquereau réalisées dans le sud-ouest du Golfe Saint-Laurent entre 1979 et 1986 ont été analysées afin de calculer la production saisonnière d'œufs et la précision du calcul, et pour évaluer la possibilité d'utiliser les données pour l'évaluation du stock. À chaque station, pour chaque croisière, la production journalière a été estimée à partir du nombre corrigé d'œufs de stade 1, c'est-à-dire le nombre observé d'œufs de stade 1 auquel est ajouté le nombre d'œufs morts ou déformés trouvés à la station, et de la durée du stade, qui est en fonction de la température en surface, à la station. Afin d'obtenir un estimé de la variance de la valeur de production totale d'œufs, une post-stratification de la zone d'échantillonnage a été faite en utilisant comme variable stratificatrice la densité moyenne d'œufs de stade 1 à chaque station pour la période de 1979 à 1986. Trois strates correspondant à des zones concentriques de différentes densités ont été dessinées sur la zone. Une transformation racine-carrée a été utilisée afin de normaliser les données à l'intérieur des strates. L'estimation de la moyenne et de la variance intra-strate, ainsi que le calcul des paramètres pour l'aire totale, c'est-à-dire le nombre d'œufs total produit, la variance et les intervalles de confiance, ont été calculés selon les procédures définies pour l'échantillonnage stratifié. La production totale d'œufs pour la saison est obtenue en situant la date médiane de la croisière, qui correspond au moment de la production quotidienne estimée, par rapport à la date du maximum de ponte. La production quotidienne d'œufs, représentant l'aire sous la courbe de reproduction située au point de la date médiane de la croisière, est par la suite élevés à la production totale d'œufs, c'est-à-dire à la surface totale sous la courbe comprise entre deux fois l'écart-type de la durée du cycle de ponte. Les résultats montrent une tendance à un accroissement de la production annuelle d'œufs de maquereau qui semble débuter en 1983. Cette tendance est aussi en accord avec les autres indices d'abondance pour ce stock.

OUELLET, P., 1987. Distribution automnale des stades larvaires de capelan (Mallotus villosus) et de hareng (Clupea harengus) dans le nord du golfe du Saint-Laurent en octobre 1985. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 1583, 27 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Un échantillonnage a été réalisé en octobre 1985 dans le nord du golfe Saint-Laurent, afin d'obtenir des informations sur la distribution des stades larvaires du capelan et du hareng dans cette région. L'analyse de la structure démographique des jeunes capelans et hareng capturés dans le nord du Golfe a révélé un espacement régulier dans l'émergence de groupes distincts de larves. L'analyse de la distribution spatiale des stades larvaires de capelan, détaillée pour chaque cohorte identifiée dans la région, suggère l'existence de zones de concentration dans les secteurs de Mingan et de Natashquan sur la côte nord du Québec, ainsi que dans le secteur sud-ouest de l'île Anticosti. L'analyse de la distribution spatiale des cohortes de larves de hareng a mis en évidence l'importance de la zone côtière à l'est de Natashquan comme frayère pour les groupes de hareng de cette région du Golfe.

OUELLET, P., L. SAVARD, 1986. Évaluation des populations de crevettes (Pandalus borealis) des zones de pêche du golfe du Saint-Laurent. CSCPCA doc. rech., 86/19, 52 p .

Au niveau du Golfe, les débarquements de crevettes ont augmenté de plus de 1 300 tonnes en 1985 par rapport à 1984, en raison de hausses des captures dans les zones de Sept-Îles et de Nord-Anticosti. Les débarquements dans Sept-Îles ont atteint un niveau record de 4 151 t en 1985, soit une hausse de 5 % par rapport à 1984. Un effort accru de 11 % en 1985 serait responsable de l'augmentation des captures, puisque le taux de capture standardisé pour 1985 est égal à celui de 1984 : 68 kg/h. Une croisière de recherche à l'automne 1985 a produit l'estimé de biomasse le plus élevé depuis 1980. L'analyse de la structure démographique a révélé que les classes modales I et II sont relativement plus importantes en 1985 par rapport à l'année précédente. Tous les indices laissent croire que la population de crevette dans Sept-Îles est sensiblement au même niveau d'abondance depuis 1980 et peu de changements sont prévus pour la saison 1986. Les débarquements de crevettes de la zone de Nord-Anticosti ont plus que doublé entre 1984 et 1985. Les rendements de la pêche commerciale ont été de 100 kg/ en 1985, le niveau le plus élevé depuis 1982. La disponibilité accrue de la classe II de 1984 (en classe III pour 1985) serait le facteur responsable pour ces hausses du taux de capture et du débarquement pendant la dernière saison. L'estimé de la biomasse de l'automne 1985 a aussi révélé une abondance à la hausse des crevettes de ce secteur mais à un taux moindre que ne l'indique la hausse du taux de capture de la pêche commerciale. L'analyse démographique a montré que la classe II est présente de façon habituelle en 1985 et que la classe I est par contre à un niveau d'abondance relative très élevée par rapport aux années antérieures. Les indices obtenus sur l'état de ce stock en 1985 permettent de croire en des rendements intéressants pour l'exploitation en 1986. Le débarquement de crevettes dans la zone du chenal Esquiman étaient légèrement à la baisse en 1985. Des problèmes rencontrés pour le suivi de l'exploitation commerciale n'ont pas permis d'estimer un taux de capture représentatif de l'état de ce stock pour la dernière saison. Par contre, l'estimé de biomasse de l'automne 1985 obtenu de la pêche expérimentale confirme les indices déjà notés en 1984 qui indiquaient une diminution du niveau d'abondance de cette population.