Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Jean MUNRO

MUNRO, J. (PRÉSIDENT), S. MARK, L. PROVENCHER, E. ALBERT, 2008. Compte rendu des ateliers sur l’élaboration du cadre de suivi écologique de la future zone de protection marine Manicouagan, Québec, le 15 décembre 2006, le 24 janvier 2007, le 7 mars 2007, Mont-Joli ; Proceedings of the workshops held for preparing the ecological monitoring framework of the future Manicouagan Marine Protected Area, Quebec, December 15, 2006, January 24, 2007, March 7, 2007, Mont-Joli. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Série des comptes rendus ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Proceedings Series, 2008/023, 112 p.

Cliquer pour voir tout le texte

La zone de protection marine Manicouagan est en voie d’être créée en vertu de la Loi sur les océans. Dès la désignation de la ZPM, un suivi doit être effectué afin de vérifier l’atteinte des objectifs de conservation de la zone, qui visent à maintenir la productivité et la diversité biologique, ainsi qu’assurer une exploitation durable des ressources. La démarche pour développer un plan de suivi a commencé par l’élaboration d’un cadre de suivi écologique, exposant l’information écologique disponible sur la zone et identifiant les programmes de suivi existants et potentiels, ainsi que les connaissances à acquérir. Pour compléter et améliorer le cadre de suivi, trois ateliers traitant respectivement 1) des ressources exploitées, 2) de la productivité et de l’océanographie et 3) de la diversité bio-logique dans le secteur de la ZPM ont eu lieu à l’Institut Maurice-Lamontagne à l’hiver 2006-07. La plupart des participants sont affiliés à la direction régionale des Sciences du MPO. Atelier 1 : À partir de l’information disponible sur les principales ressources exploitées dans la ZPM, les spécialistes recommandent un suivi des populations de buccin et de mye. Plusieurs indicateurs ont été ciblés pour ces espèces. Le monitorage existant du crabe des neiges suffirait pour surveiller l’état de la population dans la ZPM. Atelier 2 : Les connaissances sur l’océanographie biologique à l’échelle de l’estuaire du Saint-Laurent, présentées par les experts, ont servi à émettre des hypothèses quant à la dynamique des eaux dans la ZPM. Les apports d’eau douce des rivières, les vents et les remontées d’eau froide ont été identifiés comme des processus déterminants dans la zone. La grande batture, la baie sous-marine et le talus littoral seraient des secteurs importants pour la productivité. On estime que le phytoplancton (notamment les algues toxiques), les mollusques filtreurs près des estuaires, les herbiers de zostère, les marais salés et les poissons juvéniles contribuent considérablement à la productivité de la région. Les experts recommandent de suivre les organismes produits dans le milieu, principalement les organismes sédentaires, constamment soumis aux conditions propres à la ZPM. Les pressions environnementales agissant sur les composantes clés ont été considérées, et un besoin de connaître et de suivre le niveau de contamination des sédiments a été identifié. Atelier 3 : Les connaissances actuelles sur la diversité biologique de la ZPM ont été exposées. Les herbiers de zostères, les marais salés et les communautés dominées par des mollusques sont importants pour la diversité de la zone littorale. La diversité des poissons de fond semble élevée dans la ZPM. Pour l’ensemble de la ZPM, des assemblages d’épibenthos ont été cartographiés. Les connaissances en eau profonde demeurent limitées, mais les experts estiment que l’endobenthos et le suprabenthos y constituent des groupes importants. Le crabe des neiges, présent presque partout dans la ZPM, peut agir comme prédateur structurant dans les communautés benthiques. La géologie du secteur et les problèmes d’érosion des berges ont fait l’objet d’une présentation, tout comme l’utilisation possible des biomarqueurs et de la génétique lors des suivis. Dans l’ensemble, un suivi écosystémique où l’on considère les composantes clés est accepté par les experts, mais la distribution et l’intensité des pressions environnementales doivent également être prises en compte dans l’approche globale. Pour d’éventuelles espèces indicatrices, les espèces peu mobiles et à développement direct sont à favoriser.

NELLIS, P., S. SENNEVILLE, J. MUNRO, G. DRAPEAU, D. HATIN, G. DESROSIERS, F.J. SAUCIER, 2007. Tracking the dumping and bed load transport of dredged sediment in the St. Lawrence estuarine transition zone and assessing their impacts on macrobenthos in Atlantic sturgeon habitat. Pages 215-234 in J. Munro(ed.), D. Hatin, K. McKown, J. Hightower, K.J. Sulak, A.W. Kahnle & F. Caron(co-ed.). Anadromous sturgeons : habitats, threats, and management. American Fisheries Society (Am. Fish. Soc. Symp., 56).

[Résumé disponible seulement en anglais]
The short- and long-term impacts of the annual disposal of dredged sediment within Atlantic sturgeon Acipenser oxyrinchus habitat in the St. Lawrence estuary were assessed by simulating sediment transport over 10 years and by sampling sediment and macrobenthos on impacted and control radials. The model applied bed load transport functions embedded in a baroclinic hydrodynamic model. The path predicted by the model was validated at its half-way point (5 years) using multibeam sonar images of the seabed as well as qualitative and quantitative sediment analyses. Sediment took more than 1 year to completely clear the disposal site, indicating continuous sand drift along the predicted path. In the first 2 years, the sediment path increased rapidly in length (10 km), bypassing a field of sand dunes and following the deepest depressions (10 m) in the downstream direction. In the middle of its 10-year course (ca 12 km), the sediment track crossed the most important core area used by early juvenile Atlantic sturgeon. Afterward, sediment progression slowed and accumulated in a 15-m-deep channel between islands in the middle of the estuarine transition zone. The impact stations showed a significant reduction in the average biomass of tubifids, the most important food item of juvenile Atlantic sturgeon in the St. Lawrence. Conversely, the number and abundance of epi- and suprabenthic taxa increased. Model and field results suggest that sand drift generated from disposal operations reduces benthic productivity along the modeled path, including critical habitats of early juvenile Atlantic sturgeon. Sand accumulation from dredged spoil that drift in dead current areas are also likely to reduce juvenile sturgeon habitat quality.©2007 American Fisheries Society

HATIN, D., J. MUNRO, F. CARON, R.D. SIMONS, 2007. Movements, home range size, and habitat use and selection of early juvenile Atlantic sturgeon in the St. Lawrence estuarine transition zone. Pages 129-155 in J. Munro(ed.), D. Hatin, K. McKown, J. Hightower, K.J. Sulak, A.W. Kahnle & F. Caron(co-ed.). Anadromous sturgeons : habitats, threats, and management. American Fisheries Society (Am. Fish. Soc. Symp., 56).

[Résumé disponible seulement en anglais]
Space use and habitat selection of early juvenile Atlantic sturgeon Acipenser oxyrinchus have been little studied and remain largely unknown throughout the species' range. In 2000-2002, survey trawling, ultrasonic telemetry, benthos sampling, and hydrodynamic modeling were used to determine the summer movement patterns, home range size, and habitat use and selection of early juvenile Atlantic sturgeon in the St. Lawrence estuary. Sonic-tagged Atlantic sturgeon, assumed to be age 2 based on their size, used a global area estimated at 76 km2 that included two main core areas. Individual summer home range sizes varied from 1 to 8 km2, but core areas were generally smaller than 1 km2. The mean daily distance traveled ranged from 0.4 to 13.5 km/d and was significantly related to sturgeon size. Fish were located mostly in freshwater relatively close to the salt wedge boundary and far from the shore, intertidal zones, and islands. They mostly used the 6-10-m depth range relatively close to a channel, in areas with low bottom current velocities, and over silt-clay substrates. Salinity and distance from the salt wedge were the two most important variables explaining their habitat selection. Age-0 Atlantic sturgeon used similar depth ranges, bottom salinities, and current velocities, but occupied mainly sandy substrate. Management implications of these results are discussed in relation to the impact of dredging and sediment disposal operations in the St. Lawrence estuary.©2007 American Fisheries Society

NELLIS, P., J. MUNRO, D. HATIN, G. DESROSIERS, R.D. SIMONS, F. GUILBARD, 2007. Macrobenthos assemblages in the St. Lawrence estuarine transition zone and their potential as food for Atlantic sturgeon and lake sturgeon. Pages 105-128 in J. Munro(ed.), D. Hatin, K. McKown, J. Hightower, K.J. Sulak, A.W. Kahnle & F. Caron(co-ed.). Anadromous sturgeons : habitats, threats, and management. American Fisheries Society (Am. Fish. Soc. Symp., 56).

[Résumé disponible seulement en anglais]
The St. Lawrence estuarine transition zone (ETZ) harbors the only known concentrations of age-0 and early juveniles of the St. Lawrence Atlantic sturgeon and lake sturgeon populations. Past dredging and disposal operations conducted in the ETZ to deepen the navigation channel resulted in the creation of an extensive sand dune biotope near the juvenile sturgeon concentration areas. In order to characterize the dune biotope within a diversified set of biotopes in the ETZ, nine areas were selected for study, including two areas to cover the sand dune complex. The study objectives were (1) to identify the benthos assemblages of the ETZ and the main physical factors controlling them, (2) to measure the sampling areas' biological characteristics and feeding potential for sturgeon, and (3) to compare the dune areas' feeding potential with selected control areas. In 1999-2001, grab sampling was conducted at 141 stations to determine macrobenthos composition and sediment parameters. Depth, slope, and slope orientation were measured from multibeam sonar echosoundings. Salinity, current velocity, and tidal amplitude were provided by a hydrodynamic model of the ETZ. Benthos assemblages were determined using cluster analysis on taxon biomass. Four major assemblages were identified, all having Tubificidae as the dominant or subdominant taxon : zebra mussel Dreissena polymorpha, Gammarus tigrinus, Tubificidae, and Capitella sp. assemblages. A succession of the major assemblages was observed from the freshwater front to the upper mesohaline waters. Three minor assemblages, the Chironomidae, Physidae, and Cumacea, were concentrated in the upper oligohaline zone. Taxonomic richness was highest in areas with the lowest maximum salinity (0.0-0.5), and diversity was highest in areas with intermediate maximum salinities (0.5-2.0). The largest biomass values were found in areas with maximum salinities less than 0.5, in the zebra mussel assemblage. Controls and dune areas had similar macrobenthos richness and diversity, but dune areas had significantly lower densities and biomasses. Feeding potential for a given sturgeon life stage was measured as the sum of taxa biomasses standardized using the prey proportions in that life stage's feeding regime. For age-0 Atlantic sturgeon and for all lake sturgeon lige stages, all of which feed mostly on gammarids, the feeding potential of control and dune areas were not significantly different. For juvenile and subadult Atlantic sturgeon, which feed mostly on tubificids, the dune areas had a significantly lower feeding potential than the control areas. The lower feeding potential of the sand dune areas created by dredged sediment deposition is considered an important issue for the management of the St. Lawrence Atlantic sturgeon population.©2007 American Fisheries Society

GUILBARD, F., J. MUNRO, P. DUMONT, D. HATIN, R. FORTIN, 2007. Feeding ecology of Atlantic sturgeon and lake sturgeon co-occurring in the St. Lawrence estuarine transition zone. Pages 85-104 in J. Munro(ed.), D. Hatin, K. McKown, J. Hightower, K.J. Sulak, A.W. Kahnle & F. Caron(co-ed.). Anadromous sturgeons : habitats, threats, and management. American Fisheries Society (Am. Fish. Soc. Symp., 56).

[Résumé disponible seulement en anglais]
Atlantic sturgeon Acipenser oxyrinchus and lake sturgeon A. fulvescens live in sympathy in the St. Lawrence estuarine transition zone (ETZ). To describe their feeding ecology and compare their diets in this zone, sturgeons were sampled during the summer and fall of 2000 by trawling in the main channel and by gill netting in the shallower nearshore habitat. Stomach contents were sampled by gastric lavage of live specimens (trawling) and by digestive tract sampling (gill netting). Relative importance by taxonomic group was based on percent occurrence and percentage of the diet by number and weight for three sturgeon size-classes that corresponded to age-0, juvenile, and subadult stages. Spatial, seasonal, and life stage variations were observed in the diet composition of both sturgeon species. Age-0 fish of both species fed mainly on gammarids. Juveniles and subadults from both species fed mainly on oligochaetes and gammarids, but in opposite proportions : gammarids were the dominant prey for lake sturgeon and oligochaetes for Atlantic sturgeon. Subadult Atlantic sturgeon also fed on fish in the summer and on insects and mollusks in the nearshore habitat in fall. Vegetal matter was frequent and abundant in the stomach contents of Atlantic sturgeon subadults, especially in the nearshore habitat, and vegetal mass in the diet was correlated with gammarid biomass. In addition to gammarids, the lake sturgeon diet was correlated with gammarid biomass. In addition to gammarids, the lake sturgeon diet included insects, oligochaetes, and mollusks, whose proportions increased with sturgeon size-class. The proportion of amphipods decreased with size-class during both summer and fall. In the St. Lawrence ETZ, Atlantic sturgeon appear to be specialist feeders while lake sturgeon appear to be more often generalists. Diet diversity was higher in lage sturgeon, which fed on all of the 15 taxa identified in the macrobenthos of the ETZ; the diet of Atlantic sturgeon consisted of 10 taxa. In the main channel in fall, dietary overlap between Atlantic sturgeon and lake sturgeon was low for the juvenile and subadult life stages. The strong dependence of Atlantic sturgeon and lake sturgeon on oligochaetes and gammarids suggests that the areas where these benthic assemblages are found, near the freshwater-saltwater limit, are important feeding habitats for the age-0, juvenile, and subadult stages of both sturgeon species.©2007 American Fisheries Society

MUNRO, J., D. HATIN, K. McKOWN, J. HIGHTOWER, K. J. SULAK, A. W. KAHNLE, F. CARON, 2007. Anadromous sturgeons : habitats, threats, and management. American Fisheries Society (Am. Fish. Soc. Symp., 56), 420 p.

MARK, S., L. PROVENCHER, J. MUNRO, 2003. Approach for the assessment and monitoring of marine ecosystem health with application to the Mya-Macoma community. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2491, 78 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Ce rapport élabore une méthodologie pour le suivi et l'évaluation de la santé de l'écosystème au niveau des communautés biologiques de la zone littorale. Nous présentons au départ le concept de santé de l'écosystème. Ensuite, nous décrivons la méthode permettant de produire une suite d'indicateurs, suivant quatre étapes principales. Premièrement nous identifions les problématiques principales affectant une communauté spécifique. Deuxièmement nous déterminons les propriétés écologiques susceptibles d'être touchées à différents niveaux de l'écosystème. Troisièmement nous suggérons des indicateurs potentiels de ces propriétés pour la communauté à Mya-Macoma. Quatrièmement, nous explorons l'établissement d'objectifs et de points de référence nécessaires pour une évaluation. Au cours de ces étapes, des définitions et des concepts pertinents sont présentés. Suite à cet exercice, nous évaluons les indicateurs suggèrent pour la communauté à Mya-Macoma selon un ensemble de critères et nous proposons une suite d'indicateurs pour chaque problématique principale affectant cette communauté (pêche, contamination, altération d'habitat et changement climatique). Le processus fait ressortir la nécessité d'établir des priorités à chaque étape, limitant par conséquent le nombre de paramètres nécessaires pour suivre les composantes importantes de l'écosystème et leur fonction. Le travail présenté dans ce rapport cible la communauté à Mya-Macoma mais l'approche proposée peut aussi être appliquée à d'autres communautés ou à un autre niveau de l'écosystème.

MARK, S., L. PROVENCHER, J. MUNRO, 2003. Approche pour l'évaluation et le suivi de la santé de l'écosystème, avec application à la communauté à Mya-Macoma. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2491, 85 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Ce rapport élabore une méthodologie pour le suivi et l'évaluation de la santé de l'écosystème au niveau des communautés biologiques de la zone littorale. Nous présentons au départ le concept de santé de l'écosystème. Ensuite, nous décrivons la méthode permettant de produire une suite d'indicateurs, suivant quatre étapes principales. Premièrement nous identifions les problématiques principales affectant une communauté spécifique. Deuxièmement nous déterminons les propriétés écologiques susceptibles d'être touchées à différents niveaux de l'écosystème. Troisièmement nous suggérons des indicateurs potentiels de ces propriétés pour la communauté à Mya-Macoma. Quatrièmement, nous explorons l'établissement d'objectifs et de points de référence nécessaires pour une évaluation. Au cours de ces étapes, des définitions et des concepts pertinents sont présentés. Suite à cet exercice, nous évaluons les indicateurs suggèrent pour la communauté à Mya-Macoma selon un ensemble de critères et nous proposons une suite d'indicateurs pour chaque problématique principale affectant cette communauté (pêche, contamination, altération d'habitat et changement climatique). Le processus fait ressortir la nécessité d'établir des priorités à chaque étape, limitant par conséquent le nombre de paramètres nécessaires pour suivre les composantes importantes de l'écosystème et leur fonction. Le travail présenté dans ce rapport cible la communauté à Mya-Macoma mais l'approche proposée peut aussi être appliquée à d'autres communautés ou à un autre niveau de l'écosystème.

GODBOUT, G., J.-D. DUTIL, D. HARDY, J. MUNRO, 2002. Growth and condition of post-moult male snow crab (Chionoecetes opilio) in the laboratory. Aquaculture, 206: 323-340.

LACOSTE, K.N., J. MUNRO, M. CASTONGUAY, F.J. SAUCIER, J.A. GAGNÉ, 2001. The influence of tidal streams on the pre-spawning movements of Atlantic herring, Clupea harengus L., in the St. Lawrence estuary. ICES J. Mar. Sci., 58: 1286-1298.

HARDY, D., J.D. DUTIL, G. GODBOUT, J. MUNRO, 2000. Survival and condition of hard shell male adult snow crabs (Chionoecetes opilio) during fasting at different temperatures. Aquaculture, 189: 259-275.

MUNRO, J., D. GAUTHIER, J.A. GAGNÉ, 1998. Description d'une frayère de hareng (Clupea harengus L.) à l'île aux Lièvres, dans l'estuaire moyen du Saint-Laurent. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2239, 34 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Des opérations d'exploration par vidéo sous-marine, par échantillonnage à la benne et au grappin ainsi que par plongée, effectuées du 31 mai au 23 juin 1987, ont permis de localiser une frayère de hareng située du côté nord-ouest de la pointe amont de l'île aux Lièvres, dans l'estuaire moyen du Saint-Laurent. La frayère avait une longueur d'environ 1600 m et une largeur variant entre 50 et 250 m, couvrant une superficie d'environ 285 900 m2 entre les isobathes de 0 et 5 m. Le site de fraye était caractérisé par un substrat de cailloux et de galets, par la présence d'algues macrophytes (Odonthalia dentata, Phycodrys rubens) et par un courant de marée pouvant dépasser 1,5 m.s-1. L'examen de l'évolution du développement des oeufs indique que la date d'éclosion se situerait entre le 9 et le 12 juin; au taux de développement fixé par la température locale de l'eau, le rétrocalcul de la date de fraye donne comme résultat la période du 21 au 24 mai. Le pourcentage des oeufs morts était faible avant et pendant l'éclosion (13 %) et a augmenté considérablement après l'éclosion (53 %). Le nombre d'oeufs déposés sur le site fut estimé à 1,65.1012, correspondant à une abondance de quelque 94,8 millions de géniteurs ou une biomasse de 14 321 t.

HARVEY, M., D. GAUTHIER, J. MUNRO, 1998. Temporal changes in the composition and abundance of the macro-benthic invertebrate communities at dredged material disposal sites in the Anse a Beaufils, Baie des Chaleurs, Eastern Canada. Mar. Pollut. Bull., 36: 41-55.

DUTIL, J.-D., J. MUNRO, M. PÉLOQUIN, 1997. Laboratory study of the influence of prey size on vulnerability to cannibalism in snow crab (Chionoecetes opilio O. Fabricius, 1780). J. Exp. Mar. Biol. Ecol., 212: 81-94.

MUNRO, J., C. AUDET, M. BESNER, J.-D. DUTIL, 1994. Physiological response of American plaice (Hippoglossoides platessoides) exposed to low salinity. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 51: 2448-2456.

HARDY, D., J. MUNRO, J.-D. DUTIL, 1994. Temperature and salinity tolerance of the soft-shell and hard-shell male snow crab, Chionoecetes opilio. Aquaculture, 122: 249-265.

HARDY, D., J.-D. DUTIL, J. MUNRO, L. PROVENCHER, R.F.J. BAILEY, J.-C.F. BRÊTHES, 1994. La stabulation du crabe des neiges (Chionoecetes opilio). Rapp. can. ind. sci. halieut. aquat., 224, 39 p.

Cliquer pour voir tout le texte

La saison de pêche au crabe des neiges (Chionoecetes opilio) est courte. Il en résulte une surabondance de crabe frais en saison. Hors saison et dans les grands centres, le crabe frais est rarement présent sur les marchés. La stabulation consiste à garder à jeun et vivants les crabes commerciaux pour les rendre disponibles en dehors de la saison de pêche. Nous faisons le bilan des connaissances acquises sur les exigences biologiques du crabe des neiges, sur les modes de manutention et de transport, de même que sur les techniques de stabulation. Lors de la capture, les crabes doivent être manipulés avec soin et on doit éviter d'exposer les crabes à de l'eau qui est à plus de 10 °C ou à moins de 22 ppt de salinité. Pour la stabulation en mer, les crabes peuvent être gardés dans des cages ou dans des casiers. Les meilleurs résultats sont obtenus à des sites profonds où l'eau est froide et la salinité élevée. Pour la stabulation en bassins, une eau froide et de salinité élevée est également requise. D'excellents résultats ont été obtenus en bassin pour des crabes à jeun, jusqu'à 3,5 mois à 5 °C et 5,5 mois à 0 °C. Dans ces conditions, la qualité de la chair reste élevée et les taux de mortalité sont faibles. Les densités optimales de stabulation et la tolérance aux déchets métaboliques et aux faibles concentrations d'oxygène dissous sont méconnues. Pour compenser le manque de données sur le crabe, nous faisons le parallèle avec la stabulation du homard qui est pratiquée depuis plusieurs années.

LAMBERT, Y., J.-D. DUTIL, J. MUNRO, 1994. Effects of intermediate and low salinity conditions on growth rate and food conversion of Atlantic cod (Gadus morhua). Can. J. Fish. Aquat. Sci., 51: 1569-1576.

MUNRO, J., 1994. Écosystèmes benthiques des lagunes des Îles-de-la-Madeleine. Pages 67-79 in Actes de l'atelier sur l'aménagement d'un milieu lagunaire. Association pour la revalorisation de la lagune du Havre aux Basques et Ministère des pêches et des océans.

ROY, S., J. MUNRO, 1994. Productivité biologique des milieux lagunaires. Pages 45-58 in Actes de l'atelier sur l'aménagement d'un milieu lagunaire. Association pour la revalorisation de la lagune du Havre aux Basques et Ministère des pêches et des océans.

AUDET, C., M. BESNER, J. MUNRO, J.-D. DUTIL, 1993. Seasonal and diel variations of various blood parameters in Atlantic cod (Gadus morhua) and American plaice (Hippoglossoides platessoides). Can. J. Zool., 71: 611-618.

DUTIL, J.-D., J. MUNRO, R. DUFOUR, Y. GAUTHIER, F. HAZEL, B. SAINTE-MARIE, L. PROVENCHER, J. BOYER, D. HARDY, 1993. L'élevage du crabe des neiges : bilan des travaux de recherche. Ministère des pêches et des océans, Programme fédéral de développement des pêches du Québec, 12 p.

PROVENCHER, L., J. MUNRO, J.-D. DUTIL, 1993. Osmotic performance and survival of Atlantic cod (Gadus morhua) at low salinities. Aquaculture, 116(2-3): 219-231.

MUNRO, J., 1992. Perspectives d'aquiculture des crustacés au Québec. Pages 27-32 in Colloque Mariculture Québec, le 1er mai 1992. Conseil de l'aquiculture et des pêches du Québec et Institut Maurice-Lamontagne.

DUTIL, J.-D., J. MUNRO, C. AUDET, M. BESNER, 1992. Seasonal variation in the physiological response of Atlantic cod (Gadus morhua) to low salinity. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 49: 1149-1156.

MUNRO, J., G. SAVARD, 1991. Physical performance of a single versus a dual inflow rearing tank for fish and crustacean larvae. Pages 372-376 in P. Lavens, P. Sorgeloos, E. Jaspers & S. Ollevier (ed.). LARVI '91 : Fish & Crustacean Larviculture Symposium. European Aquaculture Sociey, Gent, Belgium (Special publication, 15).

DUTIL, J.-D., M. BESNER, J. MUNRO, 1990. Response of plasma sodium, chloride and osmotic concentrations in Atlantic cod (Gadus morhua) following direct transfer to diluted seawater. Pages 169-174 in R.L. Saunders (ed.). Proceedings of Canada-Norway Finfish Aquaculture Workshop, September 11-14, 1989. Dept. of Fisheries and Oceans (Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 1761).

DUTIL, J.-D., C. CANTIN, P. LAUZIER, M. NAUD, J. MUNRO, R. BAILEY, 1989. L'élevage de la morue franche, Gadus morhua : réalités biologiques et économiques. Rapp. can. ind. sci. halieut. aquat., 200, 41 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Du strict point de vue biologique, l'élevage de la morue franche semble prometteur. La morue tolère de larges écarts des conditions environnementales et la production de larves et de juvéniles à partir de stocks de géniteurs est relativement simple. Par contre, la production de juvéniles pourrait être facilitée si nous connaissions mieux les besoins nutritionnels des larves. Nous disposons de peu d'informations sur les taux de mortalité de morue pendant la phase d'engraissement. Au Québec, certaines indications telles la baisse des débarquements et la rareté de morue de forte taille suggèrent une possibilité de marché pour une production aquicole de morue. Par contre, comme le marché des produits halieutiques est influencé par des variables ayant une portée à l'échelle mondiale, c'est à ce niveau que se dessine la tendance des prix. Actuellement, le jeu de l'offre et de la demande mondiale fait en sorte que les prix sont à la baisse. L'élevage de la morue, que ce soit en Écosse ou au Québec, sur la Basse Côte-Nord, ne semble pas rentable dans les conditions actuelles.

BESNER, M., J.-D. DUTIL, J. MUNRO, 1989. Direct transfer of Atlantic cod (Gadus morhua) to low salinities during winter : survival, ionic and osmotic regulation. Bull. Aquac. Assoc. Can., 89(3): 62-64.

CAMPANA, S.E., J.A. GAGNÉ, J. MUNRO, 1987. Otolith microstructure of larval herring (Clupea harengus) : image or reality?. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 44: 1922-1929 .