Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Bernard MORIN

SAVENKOFF, C., L. SAVARD, B. MORIN, D. CHABOT, 2006. Main prey and predators of northern shrimp (Pandalus borealis) in the northern Gulf of St. Lawrence during the mid-1980s, mid-1990s, and early 2000s. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2639, 28 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Nous avons utilisé les résultats de modèles d’équilibre de masse pour décrire les changements dans la structure et le fonctionnement de l’écosystème du nord du golfe du Saint-Laurent associés à la crevette nordique (Pandalus borealis) pour le milieu des années 1980, le milieu des années 1990 et le début des années 2000. La forte diminution des biomasses des grandes espèces démersales et la chute résultante de leur prédation au milieu des années 1990 pourraient expliquer l’augmentation de l’abondance de la crevette nordique à la fin des années 1990. La crevette était parmi les principales proies et la prédation était la principale cause de mortalité de la crevette à chaque période de temps. Le flétan du Groenland (Reinhardtius hippoglossoides) a remplacé progressivement la morue (Gadus morhua) et le sébaste (Sebastes spp.) comme principal prédateur de la crevette. Étant donné que la biomasse du flétan du Groenland a augmenté grandement depuis 1995, l’effet de la prédation, en plus de la pêche, devraient être considérés dans l’élaboration des stratégies de gestion pour la crevette du nord du golfe du St. Laurent.

SAVENKOFF, C., B. MORIN, D. CHABOT, M. CASTONGUAY, 2006. Main prey and predators of redfish (Sebastes spp.) in the northern Gulf of St. Lawrence during the mid-1980s,mid-1990s, and early 2000s. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2648, 23 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Nous avons utilisé les résultats de modèles d’équilibre de masse pour décrire les changements dans la structure et le fonctionnement de l’écosystème du nord du golfe du Saint-Laurent associés au stock de sébaste (Sebastes spp.) pour le milieu des années 1980, le milieu des années 1990 et le début des années 2000. La forte diminution des biomasses des espèces démersales au début des années 1990 et la chute résultante de leur prédation ont conduit à une structure de l’écosystème dominée par des petits poissons pélagiques et des mammifères marins. La consommation du sébaste a largement diminué depuis le milieu des années 1980 jusqu’au début des années 2000. Le grand zooplancton, le capelan (Mallotus villosus) et le petit zooplancton étaient les principales proies consommées par le sébaste à chaque période de temps. Il y a eu une forte diminution de la mortalité totale et de la prédation sur le sébaste depuis le milieu des années 1980 jusqu’au début des années 2000. La mortalité par la pêche a également diminué endant la même période de temps du fait du moratoire imposé sur la pêche au sébaste depuis 1995. La prédation était la principale cause de mortalité du sébaste pour chaque période de temps. Les principaux prédateurs du sébaste étaient la grande morue (Gadus morhua) pendant le milieu des années 1980 et le phoque du Groenland (Pagophilus groenlandicus) et les raies pendant le milieu des années 1990 et le début des années 2000. Même si la proportion de sébaste dans l’alimentation de chacun de ces trois prédateurs était généralement faible, leur prédation pouvait représenter des pourcentages élevés de la mortalité totale du sébaste. Le cannibalisme apparaissait également comme une source importante de mortalité du sébaste (entre 10 et 15 % de la mortalité totale)

VALENTIN, A., J.-M. SÉVIGNY, B. MORIN, D. POWER, R.M. BRANTON, 2006. Extensive sampling and concomitant use of meristic characteristics and variation at the MDH-A* locus reveal new information on redfish species distribution and spatial pattern of introgressive hybridization in the Northwest Atlantic. J. Northwest Atl. Fish. Sci., 36: 65-80.

Cliquer pour voir tout le texte

[Résumé disponible seulement en anglais]
Variability at theMDH-A* locus, of anal fin ray number and extrinsic gasbladder muscle pattern is used to describe the distribution of Sebastes fasciatus and S. mentella in the Northwest Atlantic and to define the geographical boundaries of the area of introgressive hybridization between the two species. Sebastes mentella distribution extends from the Gulf of St. Lawrence northward while S. fasciatus is distributed from the southern Grand Banks southward as described in earlier studies. Sebastes fasciatus is also found in the southern Labrador Sea where the species appears to reach its northernmost limit. The distribution of the two species overlaps mainly in the Gulf of St. Lawrence and the Laurentian Channel, around the Grand Banks and on Flemish Cap. This area of sympatry comprises a smaller area where heterozygous individuals at the MDH-A* locus are observed and where introgressive hybridization occurs. This area is mostly restricted to the Gulf of St. Lawrence and the Laurentian Channel. The west-east gradient in the abundance of introgressed individuals suggests that the Gulf of St. Lawrence is the centre of introgressive hybridization and that larval dispersion or migration of juveniles and adults takes place from the Gulf of St. Lawrence towards south Newfoundland and the Grand Banks. In contrast, the absence of heterozygous individuals at the MDH-A* locus outside the Gulf of St. Lawrence and the Laurentian Channel indicates that the dispersion of these individuals is limited for all stages of the life cycle.

MORIN, B., 2004. Sébaste de l’unité 1 – Mise à jour 2003. Rapport sur l'état des stocks, 2004/015, 7 p.

Cliquer pour voir tout le texte

MORIN, B., R. METHOT, J.-M. SEVIGNY, D. POWER, B. BRANTON, T. McINTYRE, 2004. Review of the structure, the abundance and distribution of Sebastes mentella and S. fasciatus in Atlantic Canada in a species-at-risk context ; Revue de la structure, de l’abondance et de la répartition de Sebastes mentella et S. fasciatus dans le Canada atlantique dans le contexte des espèces en péril. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2004/058, 96 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Ce document présente les informations revues et analysées par Pêches et Océans qui peuvent être utilisées par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) afin d’évaluer l’état des deux principales espèces de sébaste (Sebastes fasciatus et S. mentella dans l’Atlantique du nord-ouest. La structure de la population du sébaste a été évaluée dans le contexte d’unités importantes sur le plan de l’évolution (UIPÉ). Cette revue n’a pu mettre en évidence d’UIPÉ à l’intérieur des unités de gestion courantes, donc toutes les analyses subséquentes ont été faites selon la définition actuelle des stocks. Des méthodes ont été développées pour séparer les sébastes par génotype et elles ont été appliquées aux données des relevés de recherche afin d’obtenir des indices d’abondance. Trois indices de distribution ont été calculés : l’aire occupée, la surface minimale occupée par 95 % de l’abondance du stock et l’indice d’agrégation GINI. Aucun patron ou tendance dans la distribution géographique n’a été observé. Un stock a montré un déclin important mais ne s’est pas rétabli (Unité 1). Un stock a montré un déclin et un certain rétablissement (Divisions 2GHJ 3K de l’OPANO). Les autres unités de gestion n’ont pas montré de déclin ou les informations disponibles ne reflètent peut-être pas l’abondance. L’exploitation par la pêche et le manque de recrutement ont été considérés comme les causes principales de déclin pour les deux stocks (Unité 1 et 2GHJ 3K). Toutefois, des changements environnementaux et une mortalité naturelle élevée ont été identifiés comme causes possibles de déclin. L’estimation des effectifs matures de tous les stocks de la côte Atlantique du Canada excède par au moins deux ordres de grandeur le seuil des 10,000 individus matures établi par le COSEPAC.

MORIN, B., 2004. Gulf of St. Lawrence (4RST) Greenland Halibut in 2003. Science, Stock Status Report, 2004/014, 10 p.

Cliquer pour voir tout le texte

MORIN, B., 2004. Unit 1 Redfish – 2003 Update. Science, Stock Status Report, 2004/015, 6 p.

Cliquer pour voir tout le texte

MÉTHOT, R., B. MORIN, D. POWER, 2004. Description of the methods used for estimating the abundance of Sebastes fasciatus and S. mentella in Units 1 and 2 ; Description des méthodes utilisées pour estimer l’abondance de Sebastes fasciatus et de S. mentella dans les unités 1 et 2. DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 2004/092, 53 p.

Cliquer pour voir tout le texte

On tente d’évaluer l’état des stocks de Sebastes fasciatus et de S. mentella des unités 1 et 2. Comme il est impossible d’identifier à vue ces deux espèces de sébaste, on a élaboré des méthodes pour estimer les indices d’abondance de chacune fondées sur des données historiques. Les critères de discrimination utilisés, provenant principalement du Programme zonal multidisciplinaire de recherche sur le sébaste de 1995-1999, sont le nombre de rayons de la nageoire anale et le patron électrophorétique en malate déshydrogénase (MDH). Ces caractères ont permis de classer les spécimens selon l’espèce ou le génotype. La méthode principale fait appel au nombre de rayons de la nageoire anale pour évaluer le nombre d’individus de chaque espèce capturés par trait. On a calculé un facteur de correction pour différents intervalles de profondeur, qui reflète la différence dans la distribution des deux espèces selon la profondeur. L’abondance de chaque espèce selon la strate de profondeur a été établie d’après une analyse de la MDH, puis elle a été appliquée aux traits pour lesquels aucun critère de discrimination n’avait été consigné. On a aussi mis au point une autre méthode fondée sur des clés du nombre de rayons de la nageoire anale selon la longueur, permettant d’identifier l’espèce d’après la MDH. Ces méthodes ont servi à analyser les données de divers relevés réalisés dans les unités 1 et 2. Les estimations de l’abondance de S. fasciatus diffèrent selon la méthode utilisée. Ces écarts sont plus marqués pendant les années pour lesquelles aucun caractère de discrimination n’a été consigné. Dans l’unité 1, S. fasciatus était l’espèce la plus abondante dans la zone moins profonde alors que S. mentella l’était en eau profonde, la zone de mélange des deux espèces se situant principalement entre 183 et 274 m. Les deux espèces montraient des fréquences de longueur différentes, S. fasciatus étant généralement plus petit que S. mentella; la clé du nombre de rayons de la nageoire anale selon la longueur s’est donc révélée appropriée pour les distinguer. Dans l’unité 1, le relevé d’été de la morue par pêche sentinelle, le relevé effectué par le GEAC et le relevé effectué dans 4T ont révélé des tendances à la baisse des deux espèces durant les dernières années ou une faible abondance historique. Seul le relevé d’automne de la morue par pêche sentinelle a donné des indices d’abondance stable mais faible de 1995 à 2002. Peu d’information est disponible pour l’unité 2. Comme dans l’unité 1, S. fasciatus y est l’espèce dominante en eau peu profonde (moins de 366 m de profondeur). Qui plus est, un relevé ne couvrant que la division 4V a donné des indices d’abondance faible dans cette unité durant les dernières années. Il est facile de distinguer les deux espèces selon le nombre de rayons de la nageoire anale consigné pour les spécimens capturés dans chaque trait et corrigé selon le génotype, ce qui pourrait permettre d’obtenir de bonnes estimations de la composition des prises selon l’espèce. Dans le cas des années pour lesquelles aucun critère de discrimination n’a été consigné, les proportions des génotypes selon la profondeur ou les clés du nombre de rayons de la nageoire anale selon la longueur pourraient donner des estimations acceptables de l’abondance des deux espèces, mais ces estimations devraient être interprétées avec prudence car les fluctuations de l’abondance imputables à la mortalité, au recrutement et/ou à un changement de profondeur fréquentée peuvent avoir influé sur les résultats obtenus à l’aide de ces méthodes. Toutefois, l’abondance de S. fasciatus, qu’elle soit évaluée à l’aide de l’une ou l’autre de ces méthodes, montre la même tendance; elles se révéleront donc utiles pour établir les tendances générales de l’abondance de ces deux espèces.

BOURDAGES, H., D. ARCHAMBAULT, B. MORIN, A. FRÉCHET, L. SAVARD, F. GRÉGOIRE, R. DUFOUR, 2004. Résultats préliminaires du relevé multidisciplinaire de poissons de fond et de crevette d'août 2004 dans le nord du golfe du Saint-Laurent ; Preliminary results from the groundfish and shrimp multidisciplinary survey from August 2004 in the northern Gulf of St. Lawrence. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document, 2004/112, 40 p.

Cliquer pour voir tout le texte

En raison des délais de mise en service du NGCC Alfred Needler, le relevé multidisciplinaire de poissons de fond et de crevette du nord du Golfe d'août 2004 a été réalisé à bord du NGCC Teleost. Ce dernier a également éprouvé des bris majeurs retardant le début de la mission. De fait, le relevé a été effectué entre le 15 août et 2 septembre, soit un peu plus de 50 % du temps planifié. Un total de 130 traits de pêche a été réalisé sur l'ensemble du territoire, dont 95 % ont été réussis. Les résultats sommaires des taux de capture et de leur distribution, ainsi que des distributions de fréquences de taille sont présentés pour 14 espèces dont les quatre espèces visées par le relevé (morue, flétan du Groenland, sébaste et crevette nordique). Les résultats de 2004 sont toutefois préliminaires et doivent être considérés comme tel tant que les analyses en laboratoire et la validation des données ne seront pas terminées. Hormis pour les distributions géographiques des captures, toute comparaison avec les données obtenues au cours des missions antérieures réalisées à bord du NGCC Alfred Needler est impossible et ce, tant que les indices de conversion par espèce, obtenues par l'entremise de missions comparatives, ne seront pas calculées. Les informations recueillies en 2004 sur la répartition des captures des différentes espèces indiquent que leur distribution est comparable à celle observée au cours des années précédentes à bord du NGCC Alfred Needler.

MORIN, B., 2004. Flétan du Groenland du golfe du Saint-Laurent (4RST) en 2003. Rapport sur l'état des stocks, 2004/014, 11 p.

Cliquer pour voir tout le texte

OUELLET, P., F. GRÉGOIRE, M. HARVEY, E. HEAD, B. MORIN, G. ROBERT, L. SAVARD, S. SMITH, M. STARR, D. SWAIN, 2003. Exceptional environmental conditions in 1999 in eastern Canadian waters and the possible consequences for some fish and invertebrate stocks. AZMP Bull. PMZA, 3: 21-27.

Cliquer pour voir tout le texte

Plusieurs indicateurs des conditions atmosphériques indiquent que des températures de l’air anormalement élevées en 1999 ont entraîné une réduction de la glace de mer en hiver et au printemps sur les plateaux continentaux de Terre-Neuve, du Labrador et de la Nouvelle-Écosse et une augmentation des températures de l’eau de surface sur l’ensemble de la zone Atlantique. Également, d’autres indices indiquent que le cycle de production biologique (la floraison du phytoplancton) a été initié plus tôt en 1999 dans la plupart des régions de la zone. Ces conditions océanographiques exceptionnelles auraient eu des conséquences positives sur la production (ex. recrutement, croissance) de nombreux stocks de poissons et d’invertébrés dans l’Est du Canada.

MORIN, B., B. BERNIER, 2003. Évaluation du flétan du Groenland (Reinhardtius hippoglossoides) du golfe du Saint-Laurent (4RST) en 2002 ; Assessment of Greenland halibut (Reinhardtius hippoglossoides) in the Gulf of St. Lawrence (4RST) in 2002. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document, 2003/088, 75 p.

Cliquer pour voir tout le texte

En 2002, les débarquements ont augmenté de 25 % par rapport à ceux de 2001 et ce, principalement à cause du dépassement d'environ 100 t de l'allocation des pêcheurs de Terre-Neuve et des bonnes captures (275 t) enregistrées par une pêche expérimentale réalisée au Québec. Encore une fois, le TAC (Total admissible des captures) n'a pas été atteint, même s'il a été réduit de 1 000 t. Par ailleurs, les taux de capture des pêcheurs au filet maillant ont augmenté, principalement dans Esquiman, et les femelles ont constitué la forte majorité des captures. La taille moyenne des poissons capturés est en baisse depuis 1998, si bien que le nombre de flétans du Groenland récoltés par tonne débarquée a crû de 30 % entre 1998 et 2002. Une pêche comparative réalisée au Québec en 2002 entre des filets avec maillage de 5,5 et 6,0 po révèle des proportions de femelles élevées (plus de 80 %) dans les captures avec les deux maillages. La taille moyenne des poissons capturés avec les filets de 5,5 po était de 43 cm, tandis qu'elle était de 45 cm avec les filets de 6,0 po. La proportion de femelles immatures s'élevait à 62 % avec les filets de 5,5 po comparativement à 42 % avec les filets de 6,0 po. Les PUE (Prise par unité d'effort) étaient au moins 3 fois plus élevées avec les filets de 5,5 po. Les indices de biomasse des relevés ont augmenté de 1995 à 2000, mais ont diminué en 2001 et 2002. Toutefois, l'indice du relevé du MPO de 2002 est encore au-dessus de la moyenne des années 1990 en raison des fortes classes d'âge 1997 et 1999. Par ailleurs, l'abondance des poissons plus grands que 44 cm (poissons disponibles à la pêche) est en diminution depuis 1999 dans les indices provenant des relevés. La croissance des individus de la forte classe d'âge de 1997 a été inférieure à celle des classes d'âge précédentes dans l'ouest du Golfe. Cela a eu pour effet de retarder l'atteinte de la taille commerciale. Cette diminution ne s'est pas fait sentir de façon aussi prononcée dans Esquiman, ce qui explique le meilleur succès de pêche en 2002 dans cette région. Cependant, en 2002, l'alimentation, la condition et la croissance des poissons juvéniles se sont améliorées, alors que la taille à la maturité sexuelle a augmenté chez les mâles. Même si l'abondance des prérecrues (classes d'âge 1997 et 1999) est élevée, il est difficile de prévoir quel sera le succès de la pêche en 2003 étant donné le retard de croissance observé pour les poissons de la classe d'âge 1997.

MORIN, B., 2003. Fletan du Groenland du golfe du Saint-Laurent (4RST) en 2002. Rapport sur l'état des stocks, 2003/007, 14 p.

Cliquer pour voir tout le texte

MORIN, B., 2003. Gulf of St. Lawrence (4RST) Greenland halibut in 2002. Science, Stock Status Report, 2003/007, 7 p.

Cliquer pour voir tout le texte

MORIN, B., S. HURTUBISE, 2003. Shrimp fishery bycatches of redfish and review of the possible causes of the disappearance of the 1988 year-class. Pages 95-98 in Gascon, D. (ed.). Redfish Multidisciplinary Research Zonal Program (1995-1998): Final Report. Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 2462, 139 p.

Cliquer pour voir tout le texte

MORGAN, M.J., W.R. BOWERING, A.C. GUNDERSEN, A. HOINE, B. MORIN, O.SMIRNOV, E. HJORLEIFSSON, 2003. A comparison of the maturation of Greenland halibut (Reinhardtius hippoglossoides) from populations throughout the north Atlantic. J. Northwest Atl. Fish. Sci., 31: 99-112.

Cliquer pour voir tout le texte

CAMIRAND, R., B. MORIN, L. SAVARD, 2003. Historical and current knowledge of the Greenland Halibut from the Quebec fixed-gear fishers in the Gulf of St. Lawrence. Pages 366-374 in N. Haggan, C. Brignam and L. Wood (ed.). Putting Fishers Knowledge to Work. Conference Proceedings August 27-30 2001. Fish. Cent. Res. Rep., 11(1).

BERNIER, B., B. MORIN, 2002. Description des relevés par grille de sébaste dans le golfe du Saint-Laurent de 1998 à 2000 ; Description of redfish grid surveys in the Gulf of St. Lawrence from 1998 to 2000. Rapp. can. ind. sci. halieut. aquat. ; Can. Ind. Rep. Fish. Aquat. Sci., 265, 39 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Des relevés, effectués par GEAC (Groundfish Enterprise Allocation Council) en collaboration avec le MPO, ont été réalisés de 1998 à 2000 dans le golfe du Saint-Laurent selon une grille d'échantillonnage définie. Ces relevés par grille avaient pour objectifs principaux de décrire la distribution du sébaste dans le golfe du Saint-Laurent ainsi qu'à l'entrée du golfe et de développer un indice d'abondance. Pour atteindre les deux objectifs principaux, la stratégie d'échantillonnage utilisée consiste à prélever systématiquement les échantillons provenant d'une grille composée de quadrilatères. Les distributions des captures de sébaste pour ces trois années montrent que les plus fortes concentrations ont été observées à l'entrée du golfe dans les divisions de l'OPANO 4T, 4V et 4R. L'indice du taux de capture issu du relevé par grille effectué par le GEAC a révélé une tendance à la baisse de 1998 à 2000. Les nombres à la longueur du sébaste issus des relevés d'été de 1998 à 2000 révèlent la présence de deux modes situés entre 13 et 19 cm correspondant aux classes d'âge 1993-1995 et entre 28 et 37 cm dominé par la classe d'âge 1980. La poursuite des relevés de GEAC en début d'été permettrait de recueillir des renseignements utiles afin de mieux décrire le patron de distribution et d'allonger la série de ce nouvel indice d'abondance à une période plus susceptible de correspondre au patron de distribution estivale du sébaste dans le golfe. Cet indice peut être comparé aux autres indices d'abondances provenant des relevés (MPO et Pêches sentinelles) réalisés en été et en automne.

MORIN, B., 2002. Gulf of St. Lawrence (4RST) Greenland halibut in 2001. Science, Stock Status Report, A4-03, 12 p.

Cliquer pour voir tout le texte

MORIN, B., 2002. Flétan du Groenland du golfe du Saint-Laurent (4RST) en 2001. Rapport sur l'état des stocks, A4-03, 12 p.

Cliquer pour voir tout le texte

BOURDAGES, H., D. ARCHAMBAULT, B. MORIN, A. FRÉCHET, L. SAVARD, F. GRÉGOIRE, M. BÉRUBÉ, 2002. Résultats préliminaires du relevé multidisciplinaire de poissons de fond et de crevette d'août 2002 dans le nord du golfe du Saint-Laurent ;. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document, 2002/090, 69 p.

Cliquer pour voir tout le texte

En 2002, le relevé multidisciplinaire de poissons de fond et de crevette dans le nord du Golfe s’est déroulé du 1 er août au 1 er septembre. Pour l’ensemble du territoire couvert, un total de 207 traits de pêche ont été réalisés au cours de la mission, dont 190 réussis, soit 76 % de l’objectif initial de 250 traits. Les résultats sommaires des indices de biomasse et d’abondance, des distributions de fréquences de longueur et de la distribution des taux de capture sont présentés pour 13 espèces dont les quatre espèces visées par le relevé (morue, flétan du Groenland, sébaste et crevette). Les résultats de 2002 sont comparés à ceux des années précédentes pour donner une indication des tendances observées au cours de la série de 13 ans. Toutefois, les résultats de 2002 sont préliminaires et doivent être considérés comme tel tant que les analyses en laboratoire et la validation des données ne sont pas terminées. Selon les résultats préliminaires, les indices de biomasses pour la morue, le sébaste, la plie grise et la plie canadienne sont à des niveaux très faibles dans le nord du golfe du Saint-Laurent alors que ceux de la crevette et du flétan du Groenland sont demeurés à des valeurs élevées. Une diminution générale des captures est observée sur la côte ouest de Terre-Neuve pour la majorité des espèces. Cependant, la couverture de ce secteur en 2002 a été restreinte à cause des nombreux bris de chalut.

MORIN, B., B. BERNIER, H. BOURDAGES, D. BERNIER, R. CAMIRAND, 2001. L'état du stock de sébaste de l'unité 1 (golfe du Saint-Laurent) en 2000 ; The status of the redfish stock in unit 1 (Gulf of St. Lawrence) in 2000. MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche ; DFO, Canadian Science Advisory Secretariat, Research Document, 2001/001, 73 p.

Cliquer pour voir tout le texte

La pêche dans l’unité de gestion 1 [divisions 4RST + 3Pn et 4Vn (jan.-mai)] est fermée depuis 1995. Avant la fermeture, les prises étaient dominées par les poissons nés vers 1980 et ceux nés au début des années 1970. Les poissons de ces deux groupes appartiennent à l’espèce Sebastes mentella. La classe d’âge de 1988 a vu son abondance diminuer rapidement depuis 1991 et elle est constituée principalement par des poissons de l’espèce S. fasciatus. La forte exploitation et l’absence de recrutement expliquent la faible taille actuelle de ce stock. À la suite de la fermeture de la pêche en 1995, l’abondance du stock semble s’être stabilisée puisque l'indice d'abondance issu des relevés de recherche du MPO est stable bien que se situant à un niveau faible. Deux cohortes de juvéniles ont été observées dans le relevé de recherche du MPO de 2000, soit les classes d'âge de 1996 et de 1998. La plupart de ces sébastes appartiennent à l'espèce S. fasciatus; ces deux classes d'âge semblent peu abondantes en comparaison de celle de 1988. L'indice du taux de capture issu du relevé par grille effectué par le Groundfish Enterprise Allocation Council (GEAC) a révélé une tendance à la baisse de 1998 à 2000. Les PUE (prises par unité d'effort) provenant de la pêche indicatrice étaient semblables en 1999 et en 2000, mais inférieures aux niveaux obtenus avant la fermeture de la pêche en 1995. Les indices provenant des relevés des pêches sentinelles sont stables aussi pour la période 1995-1999. La valeur issue du relevé de l'été 2000 ne se chiffre toutefois qu'à environ la moitié de l'estimation de 1999. Dans l'ensemble, les perspectives pour ce stock demeurent mauvaises dans un avenir rapproché.

MORIN, B., 2001. Flétan du Groenland du golfe du Saint-Laurent (4RST). Rapport sur l'état des stocks, A4-03, 8 p.

Cliquer pour voir tout le texte

MORIN, B., 2001. Gulf of St. Lawrence (4RST) Greenland halibut. Science, Stock Status Report, A4-03, 8 p.

Cliquer pour voir tout le texte

MORIN, B., 2000. Gulf of St. Lawrence (4RST) Greenland Halibut. Science, Stock Status Report, A4-03, 7 p.

Cliquer pour voir tout le texte

MORIN, B., 2000. Flétan du Groenland du golfe du Saint-Laurent (4RST). Rapport sur l'état des stocks, A4-03, 8 p.

Cliquer pour voir tout le texte

MORIN, B., B. BERNIER, 1999. Assessment and biology of Greenland halibut (Reinhardtius hippoglossoides) in the Gulf of St. Lawrence (4RST) in 1998 ; Évaluation et biologie du flétan du Groenland (Reinhardtius hippoglossoides) du golfe du Saint-Laurent (4RST) en 1998. DFO, Canadian Stock Assessment Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 99/185, 57 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les principales concentrations estivales de flétan du Groenland dans le golfe du Saint-Laurent se retrouvent à l’ouest de l’île d’Anticosti, au nord de cette île et près de la côte ouest de Terre-Neuve dans le chenal d’Esquiman. Le filet maillant est l’engin de pêche le plus utilisé depuis le milieu des années 1970. Les débarquements préliminaires de 1998 ont atteint 3 989 t alors que le total admissible des captures (TAC) était de 4 000 t. Les PUE des pêcheurs au filet maillant en 1998 ont augmenté de 25 % par rapport à 1996 et 1997. Les indices d'abondance du flétan du Groenland indiquent une augmentation de la biomasse depuis 1990 et une hausse des poissons de taille commerciale depuis 1994. Cependant, l'indice de biomasse et l'abondance des adultes du relevé de recherche du MPO a légèrement diminué en 1998. Enfin, une nouvelle classe d'âge (1997) très abondante a été observée en 1998 sur le relevé de recherche. À partir de critères histologiques, la taille où 50 % des femelles atteignent la maturité a été estimée à 46 cm en 1998.

MORIN, B., B. BERNIER, N. ST-HILAIRE, 1999. The status of redfish in Unit 1 (Gulf of St. Lawrence) in 1998 ; L'état du stock de sébaste de l'unité 1 (Gulf of St. Lawrence) en 1998. DFO, Canadian Stock Assessment Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 99/132, 38 p.

Cliquer pour voir tout le texte

La pêche pour l'unité de gestion 1 [Divisions 4RST + 3Pn et 4Vn (jan.-mai)] est fermée depuis 1995. Avant la fermeture, elle était dominée par les poissons nés vers 1980 et ceux nés au début des années 1970. Les poissons de ces deux groupes appartiennent à l'espèce Sebastes mentella. La classe d'âge 1988 a vu son abondance diminuer rapidement depuis 1991 et elle est constituée principalement par des poissons de l'espèce S. fasciatus. La forte exploitation et l'absence de recrutement expliquent la faible taille actuelle du stock. À la suite de la fermeture de la pêche en 1995, l'abondance du stock semble s'être stabilisée. Le relevé de recherche du MPO et ceux des pêches sentinelles semblent indiquer une baisse de la disponibilité du sébaste au chalut à partir du mois d'août. Une nouvelle classe d'âge (1996) a été observée dans le relevé de recherche du MPO mais, il faudra plusieurs années de relevé avant qu'on puisse en évaluer l'ampleur. Il semble que des prises d'environ 1,000 t, établies l'année dernière pour les relevés de l'industrie, ne généreront pas un taux d'exploitation élevé si l'indice d'abondance demeure au niveau actuel.

MORIN, B., 1999. Flétan du Groenland du golfe du Saint-Laurent (4RST). Rapport sur l'état des stocks, A4-03, 8 p.

Cliquer pour voir tout le texte

MORIN, B., 1999. Greenland halibut in the Gulf of St. Lawrence (4RST). Science, Stock Status Report, A4-03, 7 p.

Cliquer pour voir tout le texte

MORIN, B., B. BERNIER, E. ALBERT, 1998. Assessment and biology of Greenland Halibut (Reinhardtius hippoglossoides) in the Gulf of St. Lawrence (4RST) in 1996 and 1997 ; Évaluation et biologie du flétan du Groenland (Reinhardtius hippoglossoides) du golfe du Saint-Laurent (4RST) en 1996 et 1997. DFO, Canadian Stock Assessment Secretariat, Research Document ; MPO, Secrétariat canadien de consultation scientifique, Document de recherche, 98/07, 57 p.

Cliquer pour voir tout le texte

Les principales concentrations estivales de flétan du Groenland dans le golfe du Saint-Laurent se retrouvent à l'ouest de l'île d'Anticosti et, dans une moindre mesure, au nord de cette île et près de la côte ouest de Terre-Neuve dans le chenal d'Esquiman. Le filet maillant est l'engin de pêche le plus utilisé depuis le milieu des années 1970. Les débarquements préliminaires de 1997 ont atteint 2 459 t alors que le total admissible des captures (TAC) était de 3 000 t. Les PUE des pêcheurs repères en 1996 et 1997 ont été, en général, deux fois plus élevées que celles pour la période de 1991 à 1995. Les indices d'abondance du flétan du Groenland montrent une augmentation depuis 1990 mais plus particulièrement depuis 1994. L'abondance des flétans du Groenland de tailles commerciales (plus de 40 cm) a augmenté depuis 1994 dues à la présence de bonnes classes d'âge. En 1996 et 1997, le nombre de juvéniles a fortement augmenté. De plus, la longueur ou 50 % des femelles atteignent la maturité sexuelle a été estimée à 50 cm. Des résultats préliminaires d'une étude microscopique des ovaires révèlent des signes de maturation non visibles à l'œil nu. Les études sur les parasites montrent qu'en hiver, les flétans du Groenland qui sont concentrés dans la région du détroit de Cabot proviennent fort probablement du golfe du Saint-Laurent.

MORIN, B., 1997. Flétan du Groenland du Golfe du Saint-Laurent (4RST). Rapport sur l'état des stocks, A4-03, 7 p.

Cliquer pour voir tout le texte

MORIN, B., 1997. Greenland halibut in the Gulf of St. Lawrence (4RST). Science, Stock Status Report, A4-03, 6 p.

Cliquer pour voir tout le texte

MORIN, B., B. BERNIER, 1997. L'état du stock de sébaste de l'unité 1 (golfe du Saint-Laurent) ; The status of redfish in Unit 1 (Gulf of St. Lawrence). MPO, Secrétariat canadien pour l'évaluation des stocks, Document de recherche ; DFO, Canadian Stock Assessment Secretariat, Research Document, 97/112, 23 p.

La pêche pour l'unité de gestion 1 [Divisions 4RST + 3Pn et 4Vn (jan.-mai)] est fermée depuis 1995. Avant la fermeture, elle était dominée par les poissons nés vers 1980 et ceux nés au début des années 1970. Les poissons de ces deux groupes sont principalement de l'espèce Sebastes mentella. La classe d'âge 1988 a vu son abondance diminuer rapidement depuis 1991 et elle est constituée principalement par des poissons de l'espèce S. fasciatus. Les relevés de recherche montrent que l'abondance du sébaste est stable depuis la fermeture de la pêche. La forte exploitation et l'absence de recrutement expliquent la faible taille actuelle du stock. À la suite de la fermeture de la pêche en 1995, l'abondance du stock semble s'être stabilisée. Pour le moment, rien n'indique qu'un recrutement important soit présent.

MORIN, B., B. BERNIER, A. FRÉCHET, G.A. CHOUINARD, 1996. L'état du stock de sébaste de l'unité 1 (golfe du Saint-Laurent) ; The status of redfish in Unit 1 (Gulf of St. Lawrence). MPO, Pêches de l'Atlantique, Document de recherche ; DFO, Atlantic Fisheries, Research document, 96/112, 31 p.

La pêche pour l'unité de gestion 1 [Divisions 4RST=3Pn et 4Vn (jan. - mai)] a été fermée en 1995 et l'est demeurée en 1996. La pêche, avant la fermeture, était dominée par les poissons nés vers 1980 et ceux nés au début des années 70'. Les poissons de ces deux groupes sont principalement de l'espèce Sebastes mentella. La classe d'âge 1988 a vu son abondance diminuer rapidement depuis 1991 et elle est constituée principalement par des poissons de l'espèce S. fasciatus. Les relevés de recherche montrent que l'abondance du sébaste a diminué légèrement en 1996 par rapport à 1995. La forte exploitation et l'absence de recrutement, expliquent la faible taille actuelle du stock. Grâce à la fermeture de la pêche en 1995, la décroissance du stock devrait ralentir. À l'heure actuelle, rien n'indique qu'un recrutement puisse se manifester.

GILBERT, M., D. GAUTHIER, J.A. GAGNÉ, Y. GRATTON, P. LAROUCHE, B. MORIN, R. MORIN, J.A. PERCY, T.G. SMITH, G.-H. TREMBLAY, G. WALSH, 1996. Hypothèses reliées aux effets environnementaux du projet Grande Baleine sur l'écosystème marin côtier du sud-est de la baie d'Hudson. Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 2127, 67 p.

Cliquer pour voir tout le texte

La réalisation éventuelle du projet de développement hydroélectrique Grande Baleine pourrait avoir des indices biophysiques significatives sur le milieu marin côtier du sud-est de la baie d'Hudson. Le présent document documente les résultats des discussions d'un groupe de travail formé de personnel scientifique du MPO - Région Laurentienne qui a cerné, sous la forme d'hypothèses et de propositions de recherche, certains aspects environnementaux lies à la réalisation du projet Grande Baleine. Ces aspects concernent principalement l'océanographie physique, chimique et biologique du sud-est de la baie d'Hudson, ainsi que la biologie de certaines espèces importantes de poissons et de mammifères marins peuplant cette région. On y présente également une description sommaire des aménagements hydroélectriques actuels et projets dans le bassin hydrographique des baies James et d'Hudson, ainsi qu'une synthèse des activités de recherche et des connaissances acquises à ce jour sur le milieu marin de cette région.

MORIN, B., B. BERNIER, R. ARTHUR, G. CHOUINARD, A. FRÉCHET, P. GAGNON, 1996. L'évaluation et la biologie du flétan du Groenland (Reinhardtius hippoglossoides) du golfe du Saint-Laurent (4RST) en 1995 ; Assessment and biology of Greenland halibut (Reinhardtius hippoglossoides) in the Gulf of St. Lawrence (4RST) in 1995. MPO, Pêches de l'Atlantique, Document de recherche ; DFO, Atlantic Fisheries, Research document, 96/53, 59 p.

Les principales concentrations de flétan du Groenland dans le golfe du Saint-Laurent à l'été se retrouvent à l'ouest de l'île Anticosti, dans une moindre mesure, au nord de cette île et près de la côte ouest de Terre-Neuve dans le chenal d'Esquiman. Le filet maillant est l'engin de pêche le plus utilisé depuis le milieu des années 1970. Les débarquements préliminaires de 1995 ont atteint 2300 t. Le total admissible des captures est fixé à 4000 t depuis 1993. En 1996, il a été réduit à 2000 t. Les indices d'abondance du flétan du Groenland montrent une légère augmentation depuis 1990. De plus, l'abondance des flétans du Groenland de taille commerciale a augmenté depuis 1994 due à la présence de bonnes classes d'âge. Toutefois, les flétans du Groenland de grande taille étaient encore peu abondants dans la population en 1995 et le nombre de juvéniles en 1995 étaient encore en-dessous de la moyenne de 1990 à 1995. La longueur ou 50 % des femelles atteignent la maturité sexuelle a été estimée à 49 cm en 1995. Le poids des poissons en fonction de leur longueur a augmenté légèrement en 1995 pour les poissons de plus de 40 cm. En hiver, les flétans du Groenland qui sont concentrés dans la région du détroit de Cabot proviennent fort probablement du golfe du Saint-Laurent.

MORIN, B., 1996. Greenland halibut in Gulf of St. Lawrence (4RST). DFO, Atlantic Fisheries, Stock Status Report, 96/58, 7 p.

MORIN, B., 1996. Flétan du Groenland du golfe du Saint-Laurent (4RST). MPO, Pêches de l'Atlantique, Rapport sur l'état des stocks, 96/58, 7 p.

MORIN, B., B. BERNIER, D. CHABOT, J.J. MAGUIRE, 1995. Évaluation et biologie du flétan du Groenland (Reinhardtius hippoglossoides) du golfe du Saint-Laurent (4RST) en 1994. MPO, Pêches de l'Atlantique, Document de recherche, 95/59, 47 p.

Depuis 1992, le flétan du Groenland des divisions 4RST est géré comme une population distincte sur la base du rendement par recrue. Les principales concentrations de flétan du Groenland dans le golfe du Saint-Laurent à l'été se retrouvent à l'ouest de l'île d'Anticosti, dans une moindre mesure, au nord de cette île et près de la côte ouest de Terre-neuve dans le chenal d'Esquiman. Des résultats préliminaires sur la maturité sexuelle du flétan du Groenland de l'estuaire du Saint-Laurent ont indiqué que la longueur à laquelle 50 % des mâles ont atteint la maturité sexuelle était d'environ 39 cm pour les mâles et de 56 cm pour les femelles. Les débarquements de flétan du Groenland de 4RST ont augmenté de 2,800 t à 3,600 t de 1993 à 1994. Le filet maillant est l'engin de pêche le plus utilisé depuis le milieu des années 1970. La taille des poissons capturés en 1994 se situait entre 41-51 cm et plus de 70 % des captures étaient composées de femelles donc, d'une très forte proportion de poissons immatures. Les indices d'abondance indiquent que la biomasse du flétan du Groenland est faible mais relativement stable depuis 1990. Le taux d'exploitation du flétan du Groenland du golfe est probablement élevé et le faible nombre de poissons de grande taille fait en sorte que l'exploitation se concentre sur le recrutement annuel. Il est donc important de protéger les poissons immatures afin de permettre à la biomasse adulte d'augmenter.

MORIN, B., B. BERNIER, A. FRÉCHET, 1995. L'état du stock de sébaste de l'unité 1 (golfe du Saint-Laurent) ; The status of redfish in Unit 1 (Gulf of St. Lawrence). MPO, Pêches de l'Atlantique, Document de recherche ; DFO, Atlantic Fisheries, Research Document, 95/109, 49 p.

Les débarquements totaux préliminaires de sébaste du golfe du Saint-Laurent en 1994 ont atteint 19 500 t. Le TAC pour 1994 était de 30 000 t pour l'unité de gestion 1 [divisions 4RST + 3Pn et 4Vn (jan.-mai)] et la pêche a été fermée en 1995. La pêche en 1994 a été dominée par les poissons nés vers 1980 et ceux nés au début des années 1970. Les poissons de ces deux groupes sont principalement de l'espèce Sebastes mentella. Les cohortes de 1985 et 1988 ont vu leur abondance diminuer rapidement depuis 1991 et ce sont des poissons identifiés comme S. fasciatus. Les relevés de recherche montrent que l'abondance a continué à diminuer et que le taux d'exploitation se situait entre 24 et 30 % pour les classes d'âge de 1970 et 1980 au cours de la période 1990-1994. Ce taux d'exploitation est au-dessus du niveau de référence de F0,1 (12 %) généralement accepté pour le sébaste. La forte exploitation combinée à l'absence de recrutement à la pêche explique la faible taille actuelle du stock. Grâce à la fermeture de la pêche en 1995, la décroissance du stock devrait ralentir nettement. À l'heure actuelle, rien n'indique qu'un recrutement puisse se manifester.

MORIN, B., B. BERNIER, L. BOURASSA, 1994. Le stock de flétan du Groenland (Reinhardtius hippoglossoides) du golfe du Saint-Laurent (4RST) : état de la ressource en 1993. MPO, Pêches de l'Atlantique, Document de recherche, 94/25, 31 p.

Les débarquements de flétan du Groenland de 4RST ont diminué de 3,400 t à 2,800 t de 1992 à 1993. Cette baisse est principalement due aux engins mobiles et particulièrement pour les crevettiers à la suite de l'introduction de la grille Nordmore. Le filet maillant est l'engin le plus utilisé depuis le milieu des années 70. La taille des poissons capturés en 1992 se situait principalement entre 41 et 43 cm, correspondant à la classe d'âge de 1988. Une grande majorité des captures sont des poissons immatures. Une analyse préliminaire des taux de captures des pêcheurs-repères suggère que les PUE ont diminué de 1992 à 1993. L'indice d'abondance du relevé d'été montre une baisse importante entre 1992 et 1993 et des classes d'âge (1989-1991) plus faibles que la classe d'âge de 1988. D'après les informations disponibles, il est important de réduire l'effort de pêche et la proportion de poissons immatures pêches afin de permettre une conservation de cette ressource dans le Golfe.

MORIN, B., B. BERNIER, 1994. Le stock de sébaste (Sebastes spp.) du golfe du Saint-Laurent (4RST + 3Pn4Vn [jan.-mai] : état de la ressource en 1993. MPO, Pêches de l'Atlantique, Document de recherche, 94/24, 62 p.

Les débarquements totaux préliminaires de sébaste du golfe du Saint-Laurent en 1993 ont atteint 51,000 t. Le TAC pour 1993 était de 60,000 t pour la nouvelle unité de gestion 1 (divisions 4RST + 3Pn et 4Vn (janvier-mai). Il a été réduit de façon préventive à 30,000 t en 1994. La pêche en 1993 a été dominée par les poissons nés vers 1980 et ceux nés au début des années 1970. Les poissons de ces deux groupes sont principalement de l'espèce Sebastes mentella. Les cohortes de 1985 et 1988 ont vu leur abondance diminuer rapidement depuis 1991 et ce sont des poissons identifiés comme S. fasciatus. Selon des relevés d'abondance, la biomasse du stock est en diminution et le taux d'exploitation est aux environs de 28 % ce qui est très élevé pour une espèce à croissance lente comme le sébaste et ce niveau est supérieur à F 0.1. La réduction du TAC à 30,000 t en 1994 va permettre de réduire le taux d'exploitation. Toutefois, ce niveau de capture n'est probablement pas soutenable à moyen terme, étant donné la biomasse présente (probablement en-dessous de 200,000 t) et l'absence de recrutement important.

MORIN, B., D. POWER, P. GAGNON, 1994. Distribution of redfish (Sebastes spp.) in the Gulf of St. Lawrence and in the Laurentian Channel based on RV surveys and commercial fishery catch. MPO, Pêches de l'Atlantique, Document de recherche, 94/91, 52 p.

L'analyse des relevés de poissons de fond dans les divisions 3Ps3Pn4RST de 1978 à 1993 a montré que le sébaste était concentré dans la région du détroit de Cabot en janvier et février. Cette observation semble s'être amplifiée depuis 1990 et les concentrations de sébaste débordent dans la sous-division 3Ps. La distribution des taux de capture de la pêche commerciale d'hiver supporte les données des relevés. En mai, les activités de pêche se déplacent vers le nord dans le golfe du Saint-Laurent, ainsi que vers le sud dans le chenal Laurentien, à la limite de 4Vn et 4Vs jusqu'au mois d'octobre. Les données de taux de capture analysées suggèrent que la migration du sébaste dans la région de Détroit de Cabot (4RT, 3Pn et 4Vn) a débuté aussi tôt que novembre au cours des trois dernières années ce qui ne concorde pas avec les unités de gestion présentement en place (i.e. 3Pn et 4Vn sont considérés comme du sébaste du chenal Laurentien ou Unité 2). La distribution du sébaste par groupe de longueur lors des relevés de poissons de fond a montré un déplacement vers le sud dans le détroit de Cabot à mesure que la taille des poissons augmente. La distribution et la migration des deux principales espèces de sébaste (Sebastes mentella and S. fasciatus) dans le golfe du Saint-Laurent semblent différentes et d'autres analyses sont requises afin de décrire l'impact sur la pêche.

MORIN, B., B. BERNIER, 1993. Le stock de sébaste (Sebastes spp.) du golfe du Saint-Laurent (4RST+3Pn-4Vn [jan.-mai]) : état de la ressource en 1992. MPO, Document de recherche sur les pêches dans l'Atlantique, 93/42, 56 p.

Les débarquements totaux préliminaires de sébaste du golfe du Saint-Laurent en 1992 ont été évalués à 77,384 t. La pêche d'hiver (jan-avril) a fortement augmenté au cours des dernières années et a représenté 47 % des débarquements en 1992. Les captures ont continué d'augmenter dans 3Pn et 4Vn en 1992. La majorité des débarquements ont été effectués par des chaluts pélagiques de type Shilikov-Turbo (71 %) et des chaluts de fond (27 %). Les fréquences de longueur commerciales sont dominées par un mode à 29-31 cm correspondant à la classe d'âge de 1981. Un deuxième mode à 35-37 cm est formé des classes d'âge du début des années 70. Les séries de taux de capture standardisés pour les chaluts de fond et pélagiques combinés et pour les chaluts de fond seulement montrent la présence de 3 pics dont le dernier se manifeste à partir de 1988. Les taux de capture ont augmenté de 20 % en 1992. Les résultats du relevé de recherche d'été montrent une baisse de la biomasse en 1992 (20 %) et les fréquences de longueur présentent des modes similaires à ceux de la pêche commerciale. De plus, un mode de poissons juvéniles à 14 cm (classe d'âge de 1988) est aussi présent. La classe d'âge de 1981 va être la composante principale de la pêche pour les 3-4 prochaines années avant le prochain recrutement. D'ici là, les taux de captures et la biomasse devraient diminuer et si les captures sont maintenues constantes au cours de la même période, le taux d'exploitation devrait augmenter.

MORIN, B., B. BERNIER, 1993. Le flétan du Groenland (Reinhardtius hippoglossoides) du golfe du Saint-Laurent (4RST) : la pêche en 1992 et l'état du stock. MPO, Document de recherche sur les pêches dans l'Atlantique, 93/41, 56 p.

Les débarquements de flétan du Groenland de 4RST ont diminué graduellement à partir de 1988 pour atteindre 2,200 t en 1991, et ensuite augmenté à 3,400 t en 1992. Le filet maillant est l'engin de pêche le plus utilisé depuis le milieu des années soixante-dix. La taille des poissons capturés en 1992 se situait principalement entre 41 et 45 cm correspondant aux classes d'âge de 1985-86. Les taux de capture provenant du programme des Pêcheurs-repères ont été plus importants en 1992 qu'en 1991. Les estimés de biomasse des relevés de recherche ont chuté en 1988 et 1989 pour augmenter par la suite. Les croisières de recherche montrent que la classe d'âge de 1988 semble bonne. Cependant, il est impossible pour le moment d'évaluer sa taille et de la comparer aux classes d'âge de 1980-81 qui ont soutenu la pêche en 1986-88 et ce, avant qu'elle ne contribue à la pêche de façon significative.

MORIN, B., B. BERNIER, 1993. Greenland halibut (Reinhardtius hippoglossoides) of the Gulf of St. Lawrence (4RST) : the fishery in 1992 and the state of the stock. DFO, Atlantic Fisheries, Research Document, 93/41, 56 p.

MORIN, B., B. BERNIER, 1993. Redfish (Sebastes spp.) stock of the Gulf of St. Lawrence (4RST + 3Pn4Vn [Jan.-May]) : state of the resource in 1992. DFO, Atlantic Fisheries, Research Document, 93/42, 56 p.

MORIN, B., G. WALSH, C. AUDET, L. LAPIERRE, 1992. Histopathologie des branchies et du foie de poisson comme indicateur de la qualité des habitats aquatiques du Saint-Laurent. Pages 128-130 in A.J. Niimi & M.C. Taylor (éd.). Comptes rendus du dix-huitième atelier annuel sur la toxicité aquatique, 30 septembre au 3 octobre 1991, Ottawa, Ontario (Rapp. tech. can. sci. halieut. aquat., 1863).

MORIN, B., C. HUDON, F.G. WHORISKEY, 1992. Environmental influences on seasonal distribution of coastal and estuarine fish assemblages at Wemindji, eastern James Bay. Environ. Biol. Fishes, 35: 219-229.

MORIN, B., A. FRÉCHET, M. APARICIO, L. LEFEBVRE, B. BERNIER, 1992. Évaluation du stock de flétan du Groenland (Reinhardtius hippoglossoides) du golfe du Saint-Laurent. CSCPCA doc. rech., 92/85, 39 p.

MORIN, B., B. BERNIER, 1992. Évaluation du stock de sébaste (Sebastes spp.) du golfe du Saint-Laurent : 4RST + 3Pn4Vn (jan.-mai). CSCPCA doc. rech., 92/59, 45 p.

CHOUINARD, G.A., T. HURLBUT, B. MORIN, J. BAIRD, C. BISHOP, 1992. The lumpfish (Cyclopterus lumpus) resource in Atlantic Canada. CAFSAC Res. Doc., 92/106, 19 p.

Au Canada atlantique, la grosse poule de mer (Cyclopterus lumpus) est exploitée principalement pour sa rave depuis le début des années 70. Cette pêche est presque exclusivement pratiquée à Terre-Neuve au cours des mois de mai et juin alors que les gonades femelles sont matures. Les débarquements ont atteint leur maximum en 1987 à un niveau d'environ 3,700 t. Généralement, entre 40 et 60 % des débarquements proviennent de la côte est de Terre-Neuve (3K et 3L), environ 30 % du sud (3Pn et 3Ps) et le reste de la côte ouest de la province (4R). La pêche dépend largement des conditions des marchés. La diminution des débarquements observée dans les dernières années est due principalement aux prix peu élevés qui ont produit une diminution de l'effort. Les relevés effectués en hiver sur les zones 3Pn et 4RS semblent indiquer que l'abondance est moins élevée dans les dernières années; cependant les habitudes semi-pélagiques de cette espèce font que ces estimés sont probablement imprécis. La densité semble plus élevé dans la zone 3Pn. Les fréquences-longueurs obtenues de la pêche commerciale en 1988 et 1989 indiquent que les poissons débarqués dans la zone 3Ps étaient plus gros que ceux des zones 3K et 3L.

MORIN, B., C. HUDON, F. WHORISKEY, 1991. Seasonal distribution, abundance, and life-history traits of Greenland cod, Gadus ogac, at Wemindji, eastern James Bay. Can. J. Zool., 69: 3061-3070 .

La morue du Groenland de la région de Wemindji sur la côte est de la Baie de James a été étudiée en 1987 et 1988 pour décrire sa biologie générale ainsi que les caractéristiques de son cycle vital. Pendant l'été, son habitat correspond à une bande de zostère (Zostera marina) située en eau peu profonde (2-5 m) avec une salinité variant de 20 à 23 ppt et une température s'échelonnant entre 3 et 20 °C. Les morues sont plus actives pendant la nuit. En hiver, elles sont abondantes dans l'estuaire et s'alimentent de façon à ce que leur maturation sexuelle se parachève puisque la période de fraye s'étend d'avril à juin. La croissance est linéaire et ne diffère pas selon le sexe. La maturité sexuelle est atteinte à 3 ans et n'affecte pas le taux de croissance. La reproduction a lieu chaque année et les individus ne dépassent pas l'âge de 9 ans. Les caractéristiques du cycle de la Morue du Groenland sont différentes de celles de la plupart des autres poissons benthiques de l'Arctique : croissance rapide, forte fécondité, maturité sexuelle en bas âge et mortalité importante. Les eaux côtières et estuariennes de la côte est de la Baie de James présentent des conditions environnementales différentes de celles des eaux arctiques; on peut donc penser que le succès de l'espèce est étroitement relié aux attributs mentionnés ci-haut.©1991 Conseil national de recherches Canada