Contenu archivé

L’information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Bibliographie de l'Institut Maurice-Lamontagne

Roderick MORIN

HUDON, C., R. MORIN, J. BUNCH, R. HARLAND, 1996. Carbon and nutrient output from the Great Whale River (Hudson Bay) and a comparison with other rivers around Quebec. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 53: 1513-1525.

La charge annuelle et la composition du matériel exporté sur la côte de la Baie d'Hudson ont été caractérisées et modélisées au cours du cycle hydrologique de la Grande Rivière de la Baleine. Les exportations annuelles de matière particulaire inorganique (PIM) et organique (POM) et de carbone organique dissous (DOC) vers la Baie d'Hudson ont été estimées à 135 000, 21 000 et 90 000 t, respectivement. Les concentrations de PIM, POM et DOC étaient positivement corrélées au débit, tout comme les concentrations de particules organiques de grande taille (>1 mm), de taille fine (53 µ-1 mm) et de taille très fine (0.7-53 µ). Des trois fractions de taille, les particules très fines avaient le plus haut taux d'activité hétérotrophe, le plus faible rapport C :N ainsi que la plus forte concentration de chlorophylle a (1 µg•L-1) au cours de l'été. Pendant la période de la débâcle printanière, 25-35 % de la charge annuelle de PIM, 23 % de la charge de POM, 11 % de la charge en DOC et 5-14 % de la charge en éléments nutritifs furent exportés vers la baie d'Hudson. Les eaux de la rivière étaient moins concentrées en éléments nutritifs que les eaux côtières de la baie. Une comparaison des apports de DOC avec 46 autres rivières drainant le Bouclier Précambrien montre que, pour une même valeur de ruissellement spécifique, les rivières coulant dans la toundra vers les baies d'Hudson et d'Ungava transportent une charge spécifique de DOC moitié moindre que celle des rivières coulant dans des bassins forestiers vers le Golfe du Saint-Laurent.

MORIN, R., D.W. DOIDGE, 1992. Application of matrix population models to anadromous coregonid life cycles. Pol. Arch. Hydrobiol., 39: 453-461.

MORIN, R., 1991. Atlantic salmon (Salmo salar) in the lower Nastapoka River, Quebec : distribution and origins of salmon in eastern Hudson Bay. Can. J. Zool., 69: 1674-1681.

On retrouve parfois le Saumon atlantique sur la côte est de la baie d'Hudson, au nord du golfe de Richmond. Cependant, je signale sa présence dans l'estuaire de la rivière Nastapoka, où il a dominé les prises au filet lors d'une étude de 3 ans. Deux sondages auprès des pêcheurs autochtones indiquent que les saumons de la rivière Nastapoka représentent le seul stock dans la Baie d'Hudson. Le saumon est aussi présent dans la rivière Nastapoka en amont d'un escarpement côtier de 35 m. On peut supposer que le saumon a colonisé la rivière Nastapoka à partir de la Baie d'Ungava par transfert dans le bassin hydrographique de la rivière Koksoak à la suite de la déglaciation. Le Saumon atlantique et l'Omble de fontaine (Salvelinus fontinalis) comptent pour plus de 80 % des prises au filet dans la rivière Nastapoka. La taille des deux espèces est semblable jusqu'à l'âge de 7 ans. La croissance de l'omble est linéaire alors que le saumon se développe plus lentement pour atteindre une taille maximum inférieure, mais sa longévité est supérieure à celle de l'omble. Le saumon atteint sa maturité sexuelle à un âge plus avancé et il possède une fécondité et une capacité de reproduction inférieures à celles de l'omble. Dans l'estuaire, les deux espèces se nourrissent surtout d'amphipodes marins provenant du littoral et de poissons marins. La population du saumon est située à la limite nord des conditions thermiques optimales signalées chez cette espèce. La présence de courants rapides dans une zone restreinte d'eau douce en aval des chutes peut avantager le saumon dans la partie inférieure de la rivière Nastapoka. Cet habitat est menacé par un projet de détournement d'une partie du bassin pour le développement hydroélectrique©1991 Conseil national de recherches Canada

DOYON, J.-F., C. HUDON, R. MORIN, F.G. WHORISKEY Jr, 1991. Bénéfices à court terme des mouvements anadromes saisonniers pour une population d'omble de fontaine (Salvelinus fontinalis) du Nouveau-Québec. Can. J. Fish. Aquat. Sci., 48: 2212-2222.

CHANTIGNY, G., M. BRETON, B. CAMPBELL, G. CHAPDELAINE, M. DUNBAR, R. HARLAND, J. LOVRITY, E. MITCHELL, R. MORIN, D. NAKASHIMA, D. PIKE, D. PONTON, 1990. Report of resource management and environmental impacts working group. Pages 39-48 in J.A. Percy (ed.). Proceedings of a workshop : Marine Ecosystem Studies in Hudson Strait, November 9-10, 1989, Montréal, Québec. Dept. of Fisheries and Oceans (Can. Tech. Rep. Fish. Aquat. Sci., 1770).

MORIN, R., R.J. NAIMAN, 1990. The relation of stream order to fish community dynamics in boreal forest watersheds. Pol. Arch. Hydrobiol., 37: 135-150.

WALSH, G., R. MORIN, R.J. NAIMAN, 1988. Daily rations, diel feeding activity and distribution of age-0 brook charr (Salvelinus fontinalis) in two subarctic streams. Environ. Biol. Fishes, 21: 195-205.

NAIMAN, R.J., S.D. McCORMICK, W.L. MONTGOMERY, R. MORIN, 1987. Anadromous brook charr, Salvelinus fontinalis : opportunities and constraints for population enhancement. Mar. Fish. Rev., 49(4): 1-13.

MORIN, R., J.J. DODSON, 1986. The ecology of fishes in James Bay, Hudson Bay and Hudson Strait. Pages 293-325 in I.P. Martini (ed.). Canadian inland seas. Elsevier, Amsterdam (Elsevier Oceanography Series 44) .